Transkription

Correspondance de Rubens et documents épistolaires concernant sa vie et ses œuvres. Bd. 2, 1609 - 25. Juli 1622
Erstellt im Projekt Rubens online
[Inhaltsverzeichnis]
[ID00005] CODEX DIPLOMATICUS RUBENIANUS
[ID00006] CODEX DIPLOMATICUS RUBENIANUS DOCUMENTS RELATIFS A LA VIE ET AUX OEUVRES DE RUBENS PUBLIÉS SOUS LE PATRONAGE DE L'ADMINISTRATION COMMUNALE DE LA VILLE D' ANVERS TOME DEUXIÈME
[ID00007] CORRESPONDANCE DE RUBENS ET DOCUMENTS ÉPISTOLAIRES CONCERNANT SA VIE ET SES OEUVRES PUBLIÉS, TRADUITS, ANNOTÉS PAR MAX ROOSES CONSERVATEUR DU MUSÉE PLANTIN-MORETUS A ANVERS ET FEU CH. RUELENS CONSERVATEUR DES MANUSCRITS A LA BIBLIOTHÈQUE ROYALE DE BELGIQUE, A BRUXELLES TOME DEUXIÈME 1609 - 25 JUILLET 1622 ANVERS JOS. MAES, Éditeur, 10, Rue Gramaye 1898
|| [ID00008]

[1]
INTRODUCTION.
[arrow up]

Onze ans se sont passés depuis que le premier volume de la Correspondance de Rubens vit le jour. Un événement douleureux fut cause de ce long retard: la mort de l'homme éminent qui avait donné l'idée et pris l'initiative de la publication, M. Charles Ruelens. En terminant la première partie de son immense travail, il se proposait de faire paraître et nous faisait espérer à bref délai les volumes suivants: il avait réuni à cet effet une quantité considérable de matériaux; le destin inexorable ne lui permit point de les utiliser. En 1887, immédiatement après l'impression du premier volume, il eut à s'occuper activement des négociations entre l'Etat Belge et Sir Thomas Philips concernant l'acquisition, pour la Bibliothèque royale de Bruxelles, d'une partie des manuscrits appartenant à l'héritier des collections de Cheltenham. Il fit deux voyages en Angleterre pour étudier les trésors qu'il s'agissait d'acquérir et rapporta de son séjour prolongé dans les locaux, où ils étaient déposés, les germes d'une maladie qui devait être fatale. A son retour, il rédigea un rapport étendu qui lui prit plusieurs mois. Pendant le temps qu'il y consacra, il dut interrompre son travail de prédilection, la Correspondance de Rubens. Quand il voulut s'y remettre, sa santé ne le lui permit plus. Il eut des jours où les forces semblaient lui revenir et où il se berçait de l'espoir de reprendre bientôt la tâche momentanément abandonnée; vaine illusion, le mal s'aggrava et l'emporta le 8 décembre 1890. Il n'eut pas la suprême joie du travailleur, celle de mener à bonne fin la grande oeuvre de sa vie. Lui qui avait semé à tous les vents les fruits de son érudition, qui avait aidé d'innombrables savants dans leurs recherches et leur avait fourni des matériaux pour les livres les plus divers, ne put [2] léguer au monde l'ouvrage auquel il avait consacré de si nombreuses années, voir se réaliser son rêve chéri. La Commission pour la publication des documents rubéniens fut atterrée en apprenant la fatale nouvelle. Qui, se demanda-t-elle, reprendra le fardeau tombé des épaules les plus capables de le porter ? Et cependant il fallait continuer l'oeuvre entreprise, ne pas laisser sans emploi les éléments recueillis avec tant de zèle et de peine. Lorsque le dernier volume de mon OEuvre de Rubens356 eut paru, en 1892, mes collègues m'offrirent la tâche honorable autant que lourde. La perspective d'y passer dix années de ma vie après en avoir consacré autant et plus au travail que je venais de terminer, n'était pas fait pour me sourire. Cependant, mû par le désir de tenir la parole que mon ami et moi nous nous étions donnée de fournir un code de documents rubéniens digne du prince des artistes flamands et certain de répondre au voeu du défunt en ne laissant pas en souffrance la part qu'il s'était réservée, j'acceptai. J'étais et je suis encore convaincu que je ne le remplacerai que très imparfaitement. Charles Ruelens avait, depuis de longues années, concentré ses études, ses pensées, son amour sur l'oeuvre monumentale; à preuve le volume Pierre-Paul Rubens, Documents et lettres357, commencé en 1874 et terminé en 1877. Il s'était familiarisé avec les contemporains de son héros, il les avait fréquentés longuement, étudiant leurs actes, épiant leurs pensées, s'informant des hommes et des choses, s'intéressant à l'ensemble et aux détails. Il les reconstituait par sa science, les faisait revivre par son enthousiasme; lui seul était à même de continuer et de terminer dignement ce prodige d'évocation, de résurrection. Sa perte est et restera à jamais regrettable pour l'histoire de Rubens. En m'efforçant d'atténuer jusqu'à un certain point cette perte, j'ai pris à tâche, tout d'abord, d'utiliser intégralement les matériaux réunis par mon prédécesseur et mis gracieusement à ma disposition par ses enfants. Pour l'impression du second volume, Monsieur Ruelens avait préparé les documents jusqu'à et y compris la lettre du 9 octobre 1616 (page 88 du présent volume); il avait en outre traduit les lettres publiées par Noël Sainsbury 358 jusqu'à la date du 1r mars 1623; il avait fait transcrire, il avait recopié et collationné toutes les lettres de Peiresc à Rubens et les avait traduites jusqu'au 9 février 1623. Ces textes figureront dans le présent volume et dans les suivants, ainsi que la plupart des commentaires sur les lettres de Rubens, publiées par lui en 1877. Dans mon travail personnel, je me suis conformé aux règles qu'il s'était tracées et qu'il a exposées dans l'Introduction du premier volume. La seule [3] modification que j'ai cru pouvoir apporter au plan suivi par lui, a été de réduire l'étendue des commentaires et de n'admettre que des documents se rapportant directement à Rubens. Cette limitation s'imposait si je ne voulais voir s'accroître outre mesure le nombre des volumes consacrés à la correspondance d'un homme dont l'histoire se confond, à certains moments, avec celle de son pays et de l' Europe. Même en restreignant ainsi la matière, je calcule qu'il faudra, pour la publier dans son ensemble, au moins cinq, et probablement six volumes de l'étendue des deux premiers. J'ai cru nécessaire de collationner les textes que j'avais à éditer. J'ai revu moi-même ceux du Public Record Office de Londres, de la Bibliothèque Méjanes d' Aix en Provence, de la Bibliothèque Inguimbert de Carpentras, de la Bibliothèque nationale de Paris, de la Bibliothèque royale de Bruxelles et des Archives d'Anvers. Monsieur Claudio Perez y Gredilla, conservateur en chef des Archives de Simancas, a bien voulu faire collationner ceux du dépôt confié à sa garde; Monsieur Byvanck, le conservateur de la Bibliothèque royale de La Haye, a fait le même travail pour les autographes appartenant à ce dépôt. Je leur en exprime ici toute ma reconnaissance. A diverses reprises, dans les revues et journaux de la France, de l' Allemagne et de l'Angleterre, j'ai fait appel aux propriétaires de lettres inédites de Rubens afin d'en obtenir la copie. Cet appel n'est pas resté sans résultat et de maint pays d'Europe et d' Amérique des documents de la plus grande importance m'ont été communiqués. Je remercie bien vivement les nombreux amis des arts et de la science qui m'ont rendu ce précieux service. Malgré l'empressement dont j'ai eu à me louer, je crains bien que certaines autographes n'aient échappé à mes recherches, et regrette entre autres de n'avoir pas réussi à retrouver toutes les lettres mentionnées dans les catalogues de vente des cinquante dernières années. Je me permets d'insister auprès de tous ceux qui portent intérêt à notre publication pour que, éventuellement, ils me mettent sur la trace de ces enfants égarés et m'aident à les faire rentrer à leur domicile légal, ou pour qu'ils me signalent des documents non encore mentionnés et de nature à compléter notre recueil. Anvers, le 5 juillet 1898. Max ROOSES. [ID00012] [ID00013] [ID00014]

[1]
RUBENS REVENU A ANVERS.
[arrow up]

Rubens revint d'Italie avec la plus grande rapidité. Montant à cheval (salendo a cavallo) le 28 octobre 1608, il arrive à Anvers, comme nous rapprend une lettre de Guillaume Verwilt à Jacques de Bie (1)((1) Publiée par Ch. Ruelens. Bulletin Rubens, III, p. 165.) avant le 11 décembre. Excellent cavalier, il est probable que, selon une habitude dont nous constaterons d'autres exemples, le jeune peintre aura fait à cheval toute la longue traversée, accompagné de son inséparable Déodat del Monte.(2)((2)«Citatis equis eo volavit» dit la Vita: de toute la vitesse de leurs chevaux. On a traduit cela par «en poste.» Il n'existait point de service postal à cette époque entre l'Italie et les pays éloignés, excepté pour les lettres.) Nous n'avons guère de détails sur sa rentrée au pays et il n'y a pas lieu de tenir compte des anecdotes rapportées par les biographes. Il revenait dans la ville qu'il avait quittée depuis plus de huit ans, n'étant qu'un modeste élève en peinture; n'ayant, par conséquent, aucune autorité personnelle, comptant quelques liaisons, peut-être, parmi ses condisciples, ne possédant, enfin, rien qui dut arrêter l'attention sur lui. Pendant son absence, en dehors de sa mère et de ses anciens maîtres, personne ne doit avoir pris grand intérêt à ses actes. Nous avons vu que Vincent de Gonzague ni personne de sa suite n'ont daigné, quelques mois auparavant, donner de ses nouvelles pendant leur séjour aux bords de l'Escaut. Il rentrait dans un douloureux moment. Ses premiers pas devaient être [2] au tombeau de sa mère359, ses premières occupations des arrangements de famille au sujet de la succession maternelle. Le «licencié» Michel, suivi et paraphrasé par les biographes venus après lui, dit qu'il «mit pied à terre dans l' abbaye de St. Michel et n'en sortit que beaucoup de temps après, ayant choisi ce lieu retiré pour pleurer en tranquillité la perte de ce qu'il possédait de plus précieux au monde.» L'anecdote part d'un bon naturel, mais il est bien plus probable que Rubens sera descendu chez son frère Philippe, dans la maison maternelle. Le fait que celle-ci se trouvait dans la rue du Couvent, à côté de l'abbaye Saint Michel, peut avoir été la source de l'anecdote concernant le séjour de Rubens dans le monastère. La maison maternelle était très probablement en ce moment habitée par Philippe Rubens, qui s'y trouvait dans ses meubles. En effet, par le testament de Marie Pypelinckx 360 , les deux frères avaient hérité de tout le mobilier, lits, chaises, bancs, armoires, coussins, service de table et linge, de la maison mortuaire. Pierre-Paul était donc au débotté, chez lui, modestement, sans doute, car la petite fortune maternelle, partagée en trois, ne donnait pas, à chacun des enfants, de quoi faire grande figure, mais, enfin, il avait le toit, le couvert pour le présent, et l'avenir pour richesse. Il ne fit donc pas une entrée triomphale comme se sont plus à le dire des biographes. «Son arrivée dans nos provinces avait partout excité au plus haut point la curiosité et l'enthousiasme. La renommée qu'il s'était acquise en Italie avait retenti dans toutes nos villes. Son nom volait par toutes les bouches. On était fier de lui. On ne parlait de Rubens qu'avec orgueil, etc., etc.» Ainsi s'exprime et poursuit, avec plus de lyrisme encore, M. André van Hasselt.(1)((1) Histoire de P.-P. Rubens. Brux. 1840, p. 42.) Pure imagination! Nous ne trouvons aucune trace de cet accueil. Il n'est point dans la logique des faits, pas un document ne nous en dit plus que les six mots de la lettre que nous publions. Ce n'est pas que Rubens soit rentré à Anvers comme un inconnu. Il se trouvait là plusieurs témoins de ce qu'il avait fait en Italie; nous en avons nommé: Jean van den Wouwere, Jean-Baptiste Perez de Baron, Jean Hemelaer, revenu de Rome depuis un an. Il devait y avoir aussi plus d'un peintre; mais de tous leurs témoignages, il ne pouvait sortir encore qu'une renommée intime, une appréciation sympathique de l'homme, des espérances fondées de talent. Van den Wouwere, l'ami, le protecteur de Philippe, revoyait, sans doute, avec bonheur, celui qu'il avait vu à Vérone, Perez de Baron, le neveu du bourgmestre Rockox, devait l'avoir chaudement recommandé à son oncle; Hemelaer ne [3] peut manquer d'avoir parlé de ses connaissances en matière d'antiquités; Balthasar Moretus, son ancien condisciple, l'imprimeur des Electorum libri II361 pour lequel Pierre-Paul venait de dessiner six planches, ne l'avait assurément pas oublié. Il était donc précédé d'une haute estime et ses confrères, les peintres, éprouvaient, peut-être, déjà une respectueuse curiosité à l'annonce de son nom. Ses trois maîtres, Tobie Verhaeght, Adam van Noort et Otho Vaenius, ne l'ont pas accueilli avec indifférence, on peut en être certain. De l'ensemble des documents relatifs au séjour de Rubens en Italie362, on peut conclure qu'il y avait inspiré de nombreuses sympathies et que son talent remarquable déjà, n'y était pas méconnu. Mais le bruit de cette renommée naissante ne semble point être sorti du cercle étroit de ses relations avec la cour de Mantoue, et de quelques personnages à Rome ou à Gênes. En dehors de ces pièces officielles ou privées, nous n'avons découvert qu'un seul témoignage contemporain qui le concerne. Mais ce témoignage qui, croyons-nous, est resté inconnu aux nombreux biographes du peintre, acquiert, à cause de sa date et de son origine, une véritable importance. Il émane de ce Gaspard Scioppius dont il a été déjà si souvent question, et il mérite d'être reproduit. On sait que le savant professeur de Leyde, Joseph Scaliger, aussi vaniteux que Jules César son père, se vantait, avec celui-ci, d'être un descendant de l'illustre famille des Scaliger de Vérone. Il avait publié, pour en fournir les preuves, un livre stupéfiant: Epistola de Vetustate et Splendore Gentis Scaligerae et Jul. Caes. Scaligeri Vita. Leida 1594.363 Ce livre, pitoyable faiblesse d'un homme qui avait d'autres titres que ceux d'une origine illustre, ne méritait d'autre accueil qu'un sourire et le silence, mais il se trouva quelqu'un pour entreprendre de le réfuter, le non moins vaniteux G. Scioppius. Celui-ci publia donc, treize ans après," un gros volume qui doit lui avoir coûté un énorme travail de recherches et dont le titre seul est un poème. Nous ne pouvons nous dispenser de le donner en entier: Gasp. Scioppii Scaliger Hypobolymaeus, hoc est, Elenchus epistolae Josephi Burdonis Pseudo-Scaligeri de Vetustate et Splendore gentis Scaligeranae. Quo praeter crimen falsi et corruptarum litterarum Regiarum, quod Thrasoni isti impingitur, instar quingenta ejusdem mendacia deteguntur et coarguuntur. Moguntiae, apud Johannem Albinum, M.DC.VII, in-4°.364 Dans ce livre que Scioppius dédie à l' Archiduc Ferdinand d' Autriche, l'auteur, fougueux catholique, s'attaquait, au fond, bien plus à Scaliger, zélé protestant, qu'à Scaliger, descendant douteux des anciens potentats de Vérone. Il y établit donc, par ce qu'il appelle les cinq cents mensonges de Scaliger et par une foule d'actes et de documents, que ce dernier est un Burdo, c'est-à-dire un descendant de la famille des Bordone, famille à laquelle entre autres personnages connus, appartient aussi le peintre Paris Bordone et [4] c'est en parlant de celui-ci qu'il appelle Rubens en témoignage.(1)((1) Amicus quidem meus Petrus Paulus Rubenius, in quo utrum commendem magis nescio, pingendi ne artificium, ad cujus ipse summam, si aetatis hujus quisquam pervenisse intelligentibus videtur, an omnis humanioris litteraturae peritiam politumque judicium cum singulari sermonis et convictus suavitate conjunctum: is ergo non paucas in Italia passim videri mihi affirmavit picturas, in quibus Paridis Burdonis nomen plane et probe perscriptum visatur (Hypobolymaeus, p. 110).) «Mon ami Pierre-Paul Rubens, dit-il, un homme en qui je ne sais ce qu'aurais le plus à louer, ou son habileté dans l'art de peindre, art dans lequel, aux yeux des connaisseurs, il semble avoir atteint la perfection, si quelqu'un y est parvenu en ce temps, ou son savoir en tout ce qui concerne les bonnes lettres, ou cette délicatesse de jugement qu'il joint à un charme tout particulier de parole et de conversation, mon ami Rubens m'a affirmé qu'il a vu çà et là en Italie de nombreux tableaux sur lesquels le nom de Paris Bordone est inscrit nettement et authentiquement.» Cette appréciation de l'artiste et de l'homme, écrite à cette date, par un personnage à qui, malgré sa triste perversité, l'on ne peut méconnaître une très haute intelligence, cette appréciation provoque à bon droit l'étonnement, on pourrait dire même l'admiration, tant elle est empreinte d'une prophétique justesse. Trente-cinq ans plus tard, elle eût pu être taillée en guise d'épitaphe sur la pierre tombale de Rubens et elle eût paru saisissante de vérité dans sa laconique précision. Et pourtant, à l'époque où elle fut tracée, en 1605 ou 1606(2)((2) L'ouvrage de Scioppius porte une introduction datée Kal. feb. 1607: il parut donc au commencement de cette année. Mais le livre est gros, l'impression a dû demander de longs mois; la copie n'a pû être fournie que dans le courant de 1606. C'est pendant cette année et antérieurement déjà, que nous avons constaté les rapports des frères Rubens avec Scioppius, à Rome.), le peintre n'avait pas trente ans et, comme nous le disions, la portée de son renom ne pouvait être étendue. L'éloge ici tracé par Scioppius est un jugement tout personnel et absolument sincère: mais tout brillant qu'il soit, perdu dans l'épais fourré d'un livre filandreux, peu intéressant par son sujet et devenu très rare, cet éloge n'a pas contribué à augmenter ce renom. En Belgique, il semble avoir passé inaperçu comme le livre lui-même. Quelques années après, Scioppius eut encore l'occasion de dire quelque chose à l'avantage des frères Rubens, en racontant un épisode datant de sa liaison avec eux. Nous pouvons donner ici le résumé de ce témoignage rétrospectif. En 1606, un Anversois, Daniel Lhermite, devenu secrétaire de Ferdinand de Médicis, Grand-Duc de Toscane, pendant un séjour à Rome, y avait vécu dans l'intimité de Scioppius et des frères Rubens. Un jour, les trois amis en compagnie de deux autres Flamands, firent une excursion à Tivoli. Pendant [5] la route, dit Scioppius, ce Lhermite ne cessa de commenter les obscénités de Pétrone et de l'Aretin, il traçait des dessins orduriers sur les murs d'un cabaret et tint des discours tellement impudiques que les Rubens et lui, Scioppius, s'en montrèrent très scandalisés. Mais cette anecdote est fort suspecte. Elle se trouve dans un autre ouvrage contre Scaliger, ouvrage plus violent encore que le précédent, et n'apparaît là que comme une diatribe contre Lhermite qui avait osé prendre la défense de Scaliger contre Scioppius (1).((1) L'ouvrage de Scioppius parut en 1610 sous le titre de Oporini Grubini Amphotides Scioppianae. Il est plus rare que l'ouvrage précédent. On peut lire sur toute cette affaire le Dictionnaire de Bayle et l'introduction du recueil: Daniel Eremitae Aulicae Vitae ac civilis libri quatuor. Ultrajecti, 1701, publié par le savant Jean-Georges Graevius.)

CXVII JOACHIM D'ENCENHEAR A...(8 août 1609.)
[arrow up]

Señor,
Su Alteza me ha mandado diga á Vm. de su parte, que Vm. mande hazer una órden de 600 fl. sobre nosotros, para darlos á Roberto Staes, su platero de oro: los 300, para hazer dellos una cadena de oro con una medalla de los rostros de Sus Altezas, para darla á un pintor que se llama Pedro Paulo Rubens, vezino de Amberes, que Su Alteza le haze merced della, y los otros 300 á buena quenta de las obras que está haziendo y haze hazer el dicho platero. Y con esto guarde Nuestro-Señor Vm. como puede y Vm. dessea.
De palacio, oy 8 de agosto 1609.
Soy muy cierto servitor de Vm.

Joachim
.
Aux Archives du Royaume à Bruxelles. — Papiers d'État et de l'audience. — Publié par M. Alex. Pinchart: Archives des Arts, etc., II, p. 170 (1863).

[6]
TRADUCTION. JOACHIM D'ENCENHEAR A...
[arrow up]

Monsieur,
Son Altesse m'a commandé de vous dire de sa part que vous ayez à faire sur nous une ordonnance de paiement de 600 florins pour être donnés à son orfèvre, Robert Staes: 300 florins pour faire une chaîne d'or avec une médaille aux effigies de Leurs Altesses, à offrir par Son Altesse en cadeau à un peintre qui se nomme Pierre-Paul Rubens, habitant d'Anvers, et les 300 autres florins en acompte des ouvrages qu'elle fait exécuter par ledit orfèvre. Et sur ce Dieu vous garde en sa puissance et selon vos désirs.
Du palais, ce 8 août 1609.
Votre très dévoué serviteur,

Joachim
.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Adressée à quelque employé de la trésorerie, par le garde-joyaux des Archiducs, cette lettre est le premier acte officiel qui nous parle des rapports des Archiducs avec Rubens depuis le retour de celui-ci aux Pays-Bas. Ce cadeau d'une chaîne d'or sera suivi bientôt d'une faveur plus grande: c'est à propos de cette dernière que nous examinerons ce qui a pu porter les princes à ces hautes largesses envers un homme que Joachim Encenhear qualifie encore tout simplement: «un peintre d'Anvers, qui se nomme Pierre-Paul Rubens».

CXVIIIPATENTE DES ARCHIDUCS ALBERT ET ISABELLE NOMMANT RUBENS PEINTRE DE LEUR HOTEL. (23 septembre 1609.)
[arrow up]

Albert et Isabel-Clara-Eugenia, infante d' Espaigne, par la grâce de Dieu, archiducqz d'Austrice, etc. à tous ceulx qui ces présentes verront, salut. Sçavoir faisons que, pour le bon rapport que faict nous a esté de la personne de Pierre-Paul Rubens, et de ses sens et grande expérience, [7] tant en faict de paincture, que de plusieurs aultres artz, nous confians à plain de ses léaulté et bonne diligence, eu sur ce l'advis de noz très chers et féaulx les chiefs, trésorier-général et commis de noz domaines et finances, avons icelluy Pierre-Paul Rubens retenu, commis, ordonné et establi, retenons, commettons, ordonnons et establissons, par ces présentes, à l'office de paintre de nostre hostel, en luy donnant plain pouvoir et mandement espécial dudict office de paintre de nostre hotel doresnavent tenir, exercer et desservir, et au surplus faire bien et deuement toutes et singulières les choses que bon et léal paintre susdit peult et doibt faire, et que audict office compètent et appertiennent, aux gaiges et traictement de cincq cens livres, du pris de quarante gros de nostre monnaye de Flandres la livre, par an, dont voulons et ordonnons qu'il soit payé et contenté par les mains de nostre amé et féal conseiller et receveur-général de nosdictes finances, Christophe Godin, présent et advenir, depuis cejourd'huy en avant, de demy-an en demy-an, par esgale portion, et au surplus aux droitz, honneurs, libertez, exemptions et franchises accoustumez et y appertenans, et dont joyssent aultres noz domesticques et serviteurs de nostredict hostel par tous les lieux de nostre obéissance, avecq pouvoir qu'il pourra enseigner à ses serviteurs et aultres qu'il voudra sondict art, sans estre assubjecti à ceulx du mestier, tant qu'il nous plaira.
Publié par Mr Gachard. Trésor natonial, Juin 1842, page 161.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Suit un long dispositif d'exécution et de formalités à remplir. L'ordonnance est datée du 23 septembre 1609. Pierre-Paul était de retour à Anvers depuis onze mois à peine. Le neuf janvier 1610, il prêta serment en sa nouvelle qualité. Quel chef-d'oeuvre, quel acte, même, avait valu au jeune peintre cette faveur exceptionnelle, qui n'était pas la première, car les Archiducs lui avaient offert déjà, comme nous venons de le voir, quelque temps auparavant, une chaîne et une médaille d'or à leurs effigies? Ce n'est donc pas tout à fait au figuré que s'expriment Philippe Rubens dans sa lettre à Pecquius, et après lui son fils Philippe dans la Vita, quand ils disent que les archiducs s'attachèrent Pierre-Paul par des liens d'or. M. Gachard avait déjà signalé deux points remarquables dans ces lettres patentes: «En premier lieu, le considérant: ce n'est pas seulement pour sa [8] grande expérience en fait de peinture, mais aussi en plusieurs autres arts, que les Archiducs confèrent à Rubens le titre de peintre de leur hôtel. A quels «autres arts» est-il fait allusion? Si ces mots ne sont pas une simple formule de chancellerie, ils ne paraissent pas aisément explicables. Pour leur donner une signification, il faudrait savoir ce qui s'est passé entre l'artiste et les Archiducs et comment ceux-ci ont été amenés à octroyer à Rubens une faveur aussi haute en des termes aussi distingués. Nous avons vu, qu'en septembre 1607, l'Archiduc Albert avait fait une démarche auprès du duc de Mantoue pour obtenir de celui-ci le retour de Pierre-Paul dans les Pays-Bas. Cette démarche s'était faite, évidemment, à la sollicitation de Marie Pypelinckx et de Philippe Rubens. Celui-ci, nous l'en soupçonnons fort, a été le promoteur de cette nouvelle mesure pour empêcher son frère de retourner en Italie où l'attiraient ses prédilections d'artiste, et, comme la première fois, il a fait agir les Archiducs. Voici comment il est probable que les choses se sont passées. On s'occupait alors avec une grande activité de la conclusion de la fameuse trêve de douze ans, afin d'arrêter la guerre implacable qui régnait depuis tant d'années entre l'Espagne et les Pays-Bas du Nord. Après de longues et infructueuses négociations, on réunit à Anvers, sous la médiation de la France et de l'Angleterre, un dernier congrès où les Archiducs envoyèrent comme délégués Ambroise Spinola, le Président Richardot, don Juan Mancicidor, le Frère Jean Neyen et Louis Verreycken. Ces délégués, ainsi que ceux des Pays-Bas, de la France et de l'Angleterre, arrivèrent à Anvers dans le courant de février 1609 et tinrent immédiatement leurs réunions à l'Hôtel-de-Ville (1).((1) Richardot y arriva le 4 février (Voir Négociations du Président Jeannin.) — Lettres de Richardot du 21 janvier 1609. — Voir Vander Vynckt. Histoire des Troubles. Brux. 1822, II, 446, etc.).) Pendant le séjour de Richardot, n'est-il pas infiniment probable que Philippe aura présenté son frère à cet homme d'État que Pierre-Paul connaissait déjà, d'ailleurs, et que, par l'entremise de celui-ci, le jeune peintre aura été mis en relation avec les Archiducs? Nous savons par la Vita que ces Princes lui demandèrent leurs portraits. Cette demande n'a pu être faite que dans une audience ou par suite d'une puissante recommandation. L'exécution de ces portraits a nécessité plus d'une entrevue de Pierre-Paul avec Albert et Isabelle. Or, ces téte-à-tête ont dû opérer l'effet que produisaient toujours les entretiens du peintre avec des rois ou des princes. Sa haute intelligence, son esprit cultivé, sa raison déjà mûrie et au-dessus de tout cela, peut-être, la droiture de son caractère devaient impressionner les souverains de ce temps-là, peu habitués à entendre d'autres voix que celle des courtisans, [9] des grands ou des premiers ministres. Il n'est pas à douter que les Archiducs ne l'aient interrogé sur sa vie et ses travaux à Mantoue ou à Rome, sur sa mission en Espagne; il n'est pas à douter non plus qu'ils ont appris du jeune homme d'intéressantes particularités. Lui qui avait vécu auprès de Vincent de Gonzague, frayé à Rome avec des cardinaux, vu la cour de Philippe III, conversé avec le duc de Lerme, il a pu donner à ses propres souverains plus d'une indication utile, peut-être de respectueux conseils dans les circonstances perplexes du moment. Jadis, il avait quitté son pays en proie aux malheurs de la guerre, il y revenait le deuil au coeur et n'y trouvait point la paix dont il avait besoin pour cultiver son art. Son plus ardent désir de citoyen devait donc le porter à travailler, autant qu'il était en lui, à l'avènement d'une ère de calme et de sécurité. A en juger par l'intensité de cette passion de la paix qu'il eut pendant toute sa vie, et qui fut le mobile de ses actions politiques, nous pouvons très bien admettre que dès ce moment dèjà, il n'a point négligé d'exprimer hautement ses idées pacifiques et nous croyons donc que parmi ses «autres arts» dont il est parlé dans le rescrit de l'Archiduc, on peut compter l'art de la politique. En faisant ainsi la conquête de ses souverains, le peintre jetait la première base de son influence future dans les affaires de l'État. La trêve fut signée le 9 avril 1609, ratifiée le 14, accueillie à Anvers par de grandes démonstrations de joie. Cet événement, dont les conséquences heureuses étaient aisées à prévoir, a dû ébranler déjà très fortement la résolution du jeune peintre de retourner en Italie: elle chancela tout à fait, comme Philippe le donne à entendre, après un mariage auquel celui-ci, en sa qualité d'oncle de la future, doit avoir puissamment prêté la main. La seconde disposition de la Patente des Archiducs que M. Gachard nous fait remarquer, c'est celle qui concerne les exemptions et franchises vis-à-vis des corps de métier. Sans devoir s'astreindre aux règlements sévères et méticuleux de la ghilde des peintres, il peut enseigner son art en toute liberté. Bien que cette haute faveur fût peut-être inhérente au titre de peintre de l'hostel, il n'en est pas moins vrai que, comme le titre lui-même, elle n'est pas due exclusivement au mérite «en faict de peinture» de celui qui en est l'objet. D'autres considérations, d'autres influences ont pesé sur l'acte des Archiducs.

[10]
CXIX BALTHASAR MORETUS A SON FRÈRE JEAN.(3 octobre 1609.)
[arrow up]

Carissime Frater,
Mitto computus Hollandorum: nec aliud fere quod scribam. Heri per nuncium Italicum scripsi, et misi computum Joannis ab Hollandt, quem Francfurti a fratre ejus solvi curares: dubito an in tempore. Hodie nupta Brantii filia Petro Rubenio Pictori. De negotiis Batavicis nihil certi, praeter bonam atque eam haud satis certam spem, inaudimus. Vale, mi frater, cum conjuge quam saluto, et prole jam fecundam opto. Antverpiae III Octob. M. DC. IX.
Tui amantissimus,

Balth. Moretus.
Adresse: Ornatissimo Viro Joanni Moreto J. F. Bibliopolae. Ten huyse van Sr Nicolas van Egmondt Tot ColenColoniam.
Original au Musée Plantin-Moretus, à Anvers. — Lettres reçues. Registre LXXXIX, p. 91.

TRADUCTION.BALTHASAR MORETUS A SON FRÈRE JEAN.
[arrow up]

Très cher frère,
Je vous envoie les comptes des Hollandais, je n'ai presque rien d'autre à vous écrire. Hier, j'ai écrit par le messager d'Italie et vous ai envoyé le compte de Jean van Hollandt; ayez soin de le faire payer par son frère à Francfort, je doute qu'il arrive à propos. Aujourd'hui s'est mariée la fille de Brant avec Pierre Rubens, le peintre. Nous n'avons rien appris de certain des affaires bataves, à l'exception de bonnes espérances, hélas! pas encore assez certaines. Portez-vous bien, cher frère, vous et votre femme qui, je le souhaite, ne vous laissera pas sans héritier. Anvers, le 3 octobre 1609. Adresse: à M. Jean Moretus, libraire, chez M. Nicolas van Egmondt, à Cologne.

[11]
COMMENTAIRE.
[arrow up]

Le 3 octobre 1609, Pierre-Paul Rubens épousa Isabelle Brant, fille de Jean Brant, greffier de la ville d'Anvers et de Claire de Moy. La bénédiction nuptiale fut donnée aux conjoints dans l'église de l'abbaye de Saint Michel, où la mère du peintre avait sa tombe. Cette église n'était pas une paroisse; un mariage ne pouvait donc y être célébré que par dispense spéciale et après la publication des bans à la paroisse de St. André, dont Rubens et sa fiancée relevaient tous deux. Cette circonstance a donné lieu à une curieuse incertitude relativement à la date précise des noces de Rubens. L'inscription du mariage au registre paroissial de St. André n'a eu lieu qu'à la fin de l'année 1609, sans mention de mois ou de jour: Sr Petrus-Pauwels Rubens, Joff. Isabella Brant. Solennisatum in Ecclesia D. Michaelis. Les divers biographes du peintre, sans avoir connu ce document, ont fixé des dates différentes: au commencement de l'année 1610, dit Michel; «selon les uns, le 13 octobre, dit M. van Hasselt; vers le 13 octobre, dit M. Génard. M. A. Michiels affirme davantage; il cite l'inscription au registre de St. André en y introduisant cette date du 13, qui n'y est positivement pas. Le 9 novembre, dit à deux reprises J. F. Mols (Bibliothèque royale de Bruxelles mss. 5730, p. 16), l'infatigable collectionneur de documents concernant Rubens. M. van Hasselt ne fait pas connaître «les uns» qui ont précisé, avant lui, la date du 13: nous ignorons donc sur quel témoignage elle est fondée. Et voici la lettre d'un ami de Rubens qui nous donne la date du 3, et qui a été écrite le jour même. Cette date est la vraie: elle nous est fournie par un ancien condisciple du peintre, ayant très probablement assisté à la noce.

[12]
CXX DANIEL HEINSIUS A PIERRE-PAUL RUBENS. In Pauli Rubenii praestantissimi pictoris, et Isabellae Brantiae, nuptias.
[arrow up]

Ille decus rerum, cedit cui tota vetustas,Et pariter Coae Parrhasiaeque manus,Ausus inaccessos heroum ducere vultus,Sacraque divina principis ora manu,Cesserat ignoto (quis enim non cedit?) amori,Et tenerae lusus virginitatis erat.Pinxerat in toto festivum pectore vultum,Mortales lepide tangere nata Venus.Ah quoties saevas conatus fallere curasArte sua, cessit victaque terga dedit!Ah quoties blandam dominae duxere figuram,Conantemque iterum destituere manus.Exorandus erat facundo Brantius ore;Sed niveum pectus, qualia Phoebus amat,Et magis accendit soceri praestantia mentem,Quem celebrem tanto nomine fama canit.Sed tamen et flectit socerum tangitque vicissim,Et similem simili captus amore capit.Cumque suo jungit germani nomine laudes,Et merito fratrem vindicat ipse sibi.Jam patuit toti virtus Rubenia mundo,Lectoremque sibi, qua patet orbis, habet.Haec quoque persuadent: cedunt genitrixque paterqueDat quoque paulatim victa puella manum.Jam tibi felicem, juvenis dignissime, noctemNumina concedunt, nec negat ipsa Venus.Incipe festivos socero debere nepotes,Et simili totam prole beare domum.Sic qui saepe soles alienum ducere vultum,Pingendo melius, jam dabis ipse tuum.
Daniel Heinsius. Poemata. Leyde, Elzevier, 1621, p. 236.

[13]
TRADUCTION. DANIEL HEINSIUS. En l'honneur du mariage de Pierre-Paul Rubens l'excellent peintre avec Isabelle Brant.
[arrow up]

Celui qui nous honore tous, qui dans son art surpasse tous les anciens y compris Apelles, le peintre de Cos, et Parrhasius, celui qui sut représenter les fronts des héros inaccessibles et dont la main divine retrace les traits sacrés des princes, céda devant l'amour mystérieux (et qui ne lui céda point?) et devint le jouet d'une jeune vierge. Vénus, née pour toucher le coeur des mortels, remplit tout son être de la peinture d'un visage charmant. Oh, combien de fois n'essaya-t-il point, par son art, de se dérober aux soucis poignants et ne dut-il point se déclarer vaincu? Oh, combien de fois n'essaya-t-il point de retracer la douce figure de sa bien-aimée et combien de fois sa main ne dut-elle point cesser le travail? Il fallait, par d'éloquentes paroles, fléchir Brant; mais une blanche gorge telle que Phébus l'aime et plus encore l'illustration du beau-père dont la renommée chante la gloire, l'enflamment. Il touche enfin et il adoucit le beau-père et gagné par l'amour, il le gagne à son tour. Il joint à son mérite celui de son frère et s'en prévaut à bon droit. Déjà la gloire de Philippe Rubens s'est révélée au monde entier, il trouve des lecteurs dans tout l'univers. Ces motifs apportent la persuasion: la mère cède, et le père, et peu à peu la fille se laisse gagner. Déjà, heureux jeune homme, les dieux t'accordent une nuit heureuse et Vénus ne te la refuse point. Commence à faire bientôt entrevoir au beau-père de gentils petits-enfants et égaie toute la famille par des descendants qui te ressemblent. Toi qui as l'habitude de reproduire le visage des autres, fais mieux que de peindre et fais renaître le tien dans celui de tes enfants.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

L'auteur de cette pièce de vers, Daniel Heins ou Heinsius, naquit à Gand, le 9 juin 1580 et mourut à Leyde le 25 février 1655. Son père appartenait à la religion protestante et s'enfuit en Angleterre au moment où Alexandre Farnèse alla s'emparer de Gand. Quelques mois après, il revint dans les Pays-Bas. Daniel fit ses humanités à Middelbourg et étudia le droit et les belles-lettres aux universités de Franeker et de Leyde. A cette dernière, il fut l'élève favori de Joseph Scaliger et négligea les études juridiques pour s'appliquer exclusivement aux langues latine et grecque. A partir de 1602, [14] il fut attaché à l'université de Leyde, d'abord comme chargé d'un cours d'explication de poètes anciens, ensuite comme professeur extraordinaire et, à partir de 1610, comme professeur ordinaire. Il y enseigna successivement le latin, le grec, la politique et l'histoire. Il publia de nombreux ouvrages de philologie latine et grecque, de polémique et d'histoire, des discours, des poésies latines, grecques et néerlandaises. Il était un des plus brillants représentants de cette école de philologues classiques qui illustrèrent la jeune université de Leyde. Ses études favorites le mirent probablement en rapport avec Philippe Rubens et il est probable encore qu'au moment du mariage de Pierre-Paul Rubens, Daniel Heins se trouvait en Belgique. En effet, la conclusion de la trêve (9 avril 1609) lui permit de rentrer dans les Pays-Bas espagnols et il en profita pour faire dans le courant de l'année un voyage dans son pays natal, excursion dont il est question dans plusieurs de ses pièces de vers. En faisant une large part à l'hyperbolisme du poète et à la bienveillance de l'ami, il est encore permis d'invoquer le témoignage de Daniel Heinsius, un des hommes les plus en vue dans nos contrées, pour prouver que, dès la première année de son retour dans la patrie, Rubens jouissait d'une excellente réputation artistique dans le cercle des lettrés auquel appartenaient son frère et son beau-père. Nous verrons que bientôt sa renommée s'étendit et qu'en peu de temps il devint le peintre le plus admiré et le plus recherché de son pays.

CXXI PHILIPPUS RUBENS PETRO PECKIO V. A. AD REGEM GALLIAE LEGATO.
[arrow up]

(5 november 1609.) Quod de me jampridem, id nunc de fratre meo nuntio, maritorum in ordinem relatum. Est is, ut aliquo modo notorem agam, ingenio peracri et eleganti, et Apelleae, quam profitetur, artis peritia singulari. Quod Principem haud fefellit, qui eum ne vorsoriam in Italiam caperet, quo praemiorum ingentium illecebris revocabatur, in familiam adscriptum suam compedibus aureis ligavit. Verum ipsus sese nunc multo magis hoc maritali vinclo: quod et fraternitatem inter nos artius ligat. Nam †† comparis est meae e sorore maxima neptis, eademque Brantij Graphiarij filia; cui praeter adfinitatem, studiorum similitudo me etiam jungit. Quare non mirum, si inter gratulantium voces, inque gestientis laetitiae strepitu [15] Thalia mea non omnino obticuit. Mirum potius, quod ea sistere se tibi summae cum dignitatis tum eruditionis viro, vocemque coram Roscio (ut ita dicam) mittere non dubitet. Etsi id quidem fit non captandi plausus gratia, quem tenuitas mea non exspectat; sed ut absentem aliquo saltem ††symbolo participaremus. Inter haec laeta, ecce fulmen de Richardoti Praesidis fato: quod non privata tantum, sed et publica caussa graviter nos percussit; in quo tamen acerbissimo luctu magno opere me recreat et solatur fama publica, quae raro mentitur, omniumque fere destinatione Peckius successor. Id si lepide et ex voto nostro procedit, vocisque publicae praerogativam Principum puncta sequuntur, paene dixerim (ignoscite magni manes) tanti fuit: ... damna ista nefasqueHac mercede placent...
Spero equidem ita fore, et in omine tam laeto, quod Deus Opt. Max. ipsa re firmet, epistolam concludo
. Antverpiae, Nonis Novembris M. DC. IX.
Philippi Rubenii. S. Asterii Homiliae, p. 270.

TRADUCTION. PHILIPPE RUBENS A PIERRE PECQUIUS, AMBASSADEUR AUPRÈS DU ROI DE FRANCE.
[arrow up]

Ce que je vous ai annoncé d'abord de moi-même, je vous l'annonce maintenant de mon frère: il vient d'entrer dans l'ordre des maris. Mon frère — pour vous le présenter en quelque sorte — est un esprit subtil et aimable, et, dans l'art d'Apelles, dont il fait profession, il est d'une habileté singulière. Notre Prince l'a remarqué: pour l'empêcher de retourner en Italie où il était appelé par l'attrait des grands avantages pécuniaires, il l'a attaché à son service par des chaînes d'or. Il est vrai, qu'à présent, mon frère est fixé ici plus solidement encore par cette chaîne conjugale, qui resserre plus fortement aussi notre fraternité. Car, la nouvelle mariée est la nièce de ma femme, étant la fille de la soeur aînée de celle-ci; elle est la fille du greffier Brant auquel je suis lié, non seulement par ce lien de famille, mais aussi par une communauté d'études. Ne vous étonnez donc point, si, dans le concert des félicitations et les chants de joie, ma Muse a tenu à ne pas garder le silence. Il est plus étonnant qu'elle ait la hardiesse de se présenter [16] devant vous qui êtes si élevé en dignité et en érudition, et — si je puis m'exprimer ainsi — qu'elle ne craigne pas de porter la parole devant Roscius. Il est vrai qu'elle ne le fait point pour recueillir des applaudissements que ma médiocrité n'attend pas, mais uniquement pour faire au moins participer en quelque façon l'absent à la noce. Au milieu de notre joie, tombe ce coup de foudre de la mort du Président Richardot: ce n'est pas seulement nous en particulier, c'est aussi la chose publique que cette mort vient de frapper. Mais, dans la grande douleur qu'elle cause, je me réjouis et me console en entendant l'opinion publique, qui se trompe rarement, proclamer, d'une voix presque unanime, Pecquius comme le successeur du défunt. Si ce bonheur arrive selon nos voeux et que les suffrages de nos Princes confirment la décision de la voix publique, je dirais presque, — pardonnez-moi, ô mânes illustres! — tant ce bonheur serait grand: ... ces malheurs, ce désastreSont, à ce prix, aisément agréés.
J
'espère que notre voeu sera réalisé et que le Dieu très bon et très grand lui donnera sa vraie sanction. Sous cet heureux présage, je finis cette lettre.
Anvers, 5 novembre 1609.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

L'année 1609 fut pour le peintre l'aube d'une existence de bonheur et de gloire: il avait conquis la faveur des Archiducs, il épousait une femme de son choix, il s'alliait à une famille dont le chef était un savant et un lettré. Jean Brant, le père d'Isabelle, le beau-père de Philippe Rubens, avec lequel il était en communauté d'études, naquit à Anvers, le 30 septembre 1559. Valère André, qui l'a connu personnellement, nous a laissé de lui une courte biographie (1).((1) Bibliotheca Belgica, 1re éd. 1623; 2e éd. 1643. Cette notice de Valère André a été servilement reproduite par Foppens, Paquot et, en dernier lieu, par M. vander Meersch, dans la Biographie nationale.) Après avoir fait ses humanités, il se rend à Louvain à la pédagogie du Porc, y reçoit le diplôme de maître ès-arts et commence ses études de droit. Mais à cause des troubles, il s'expatrie, se rend à Orléans où il suit les leçons de Jean Robert et de Guillaume Fournier, puis à Bourges auprès du célèbre Cujas, qui lui donna le grade de jurisconsulte et pour lequel il professa toujours la plus grande vénération. Suivant la coutume des fils de bonne famille, il entreprend le voyage d'Italie, visite les Universités de Bologne, de Padoue, de Pavie et de Rome, revient par l'Allemagne dans [17] les Pays-Bas, vers 1585, et se fixe à Bruxelles, où il exerce la profession d'avocat pendant cinq ans. Le 23 octobre 1590, il épouse, à Anvers, Clara de Moy, fille du secrétaire Henri de Moy, dont l'autre fille Marie épousa, comme nous l'avons vu, Philippe Rubens. Peu de temps après, le 22 janvier 1591, le magistrat d'Anvers lui offre une des quatre places de secrétaire de la Ville, ce qui l'obligea de quitter sa position au barreau de Bruxelles. Jean Brant est au nombre des humanistes les plus distingués de cette phalange dont Juste Lipse était le chef. Épris de latinité et des choses de Rome, il employa, comme il le dit lui-même, toutes ses heures de loisir à l'étude des auteurs et à leur interprétation historique ou littéraire. Il jeta son dévolu d'abord sur Jules César, dont Juste Lipse avait publié une édition nouvelle en 1593, à Leyde, chez Raphelengius. C'est à cette occasion, sans doute, qu'il se mit en correspondance avec le professeur de Louvain: il lui écrivit une lettre de félicitations au sujet de son arrivée en cette ville. Juste Lipse lui répondit, le 26 février, qu'il était venu chercher le calme et la tranquilité. Nous trouvons, dans le recueil épistolaire de Juste Lipse, quatre autres lettres de celui-ci, adressées à Brant en 1594, 1595, 1598 et 1601, qui toutes témoignent de l'intimité littéraire qui s'était établie entre ces deux hommes. Il ressort de ces lettres et d'autres témoignages que Brant était lié avec tous ceux qui tenaient un rang à Anvers, soit par la plume, soit par la position. En 1598, quand Abraham Ortelius vint à mourir, il aida Fr. Swertius à former le recueil lacrymatoire, c'est-à-dire les poèmes et autres pièces écrites par une foule de savants pour déplorer la perte du célèbre géographe. Il y contribua lui-même par une petite pièce de vers latins qui est la première chose imprimée que nous ayons rencontrée de lui. Lorsque Erycius Puteanus fut appelé à remplacer Juste Lipse à Louvain, Brant fut un des premiers à le féliciter (1).((1) Lettre originale du VII des Cal. de Février 1607, dans la correspondance de Puteanus, à la Bibliothèque royale.) Mais cette correspondance ne fut pas suivie: la rupture qui s'était produite entre Philippe Rubens et Puteanus explique la cessation de ce commerce. Dans les recueils des centuries de ce dernier, on ne trouve aucune épître adressée à Brant. Le premier ouvrage imprimé de celui-ci est une suite considérable de notes historiques et littéraires, jointes à l'édition de Jules César, publiée par Godefroid Jungermann, à Francfort, en 1606 (2).((2) C. Julii Caesaris quae extant ex nupera viri docti accuratissima recognitione. Accedit nunc vetus interpres Graecus librorum VII de Bello Gallico, ex bibliotheca P. Petavii. Praeterea Notae, Adnotationes, Commentarii partim veteres, partim novi, in quibus Notae tum Politicae, tum Criticae Jo. Brantii Antverpiani. Editio adornata opera et studio Gothofredi Jungermani Lipsiensis. Francofurti, apud Claudium Marnium et heredes Joannis Aubrii, 1606, in-4°. — 2a Ed. ibid. 1669, in-4°.) Elles y forment un appendice [18] de 110 pages à 2 colonnes compactes, avec titre spécial, table et dédicace au magistrat d'Anvers, datée du 1er août 1606. C'est un travail important commencé à l'époque où il était au barreau et communiqué à Juste Lipse. S'il ne l'a point publié plus tôt, c'est qu'il a été devancé par une édition de César, avec notes de Ciacconius et de Fulvius Ursinus, qui a paru à l'officine Plantinienne. Pour la correction du texte de César, il s'est servi d'un vieux manuscrit appartenant aux Jésuites d'Anvers. Ce travail, qui a une valeur réelle, confirme l'assertion de Philippe Rubens relativement à la communauté d'études existant entre Jean Brant et lui, communauté d'où est sortie, sans doute, la liaison de famille. Quelques mois après, en effet, Philippe publie aussi son premier ouvrage, Electorum libri II, ouvrage terminé sous les yeux de Brant dont il va devenir le beau-frère (1).((1) Voir ce que nous en avons dit, t. I, p. 10.) A peine eut-il mis au jour ses notes sur César que Brant se tourna, comme il le dit, vers le divin Cicéron et s'occupa d'extraire des oeuvres du grand romain tout ce qu'elles contiennent de renseignements historiques. Ce nouveau travail porte pour titre: Elogia Ciceroniana Romanorum domi militiaeque illustrium annis amplius septingentis ab Urbe condita usque ad Augusti imperium: selecta a Joanne Brantio Antverpiano. J. C. Antverpiae. Ex typographia Hieronymi Verdussen, 1612. 1 vol. in-4°. L'ouvrage est dédié à Pierre Pecquius et parut quelques mois après la mort de Philippe Rubens. Nous avons déjà cité la publication qu'il fit des oeuvres posthumes de son beau-frère et la biographie qu'il lui consacra (Voir t. I, p. 11). Plus tard, il enrichit d'un Spicilegium criticum l'édition des oeuvres d'Apulée, publiée par G. Elmenhorst, chez Wechel, à Francfort, 1621. Après avoir exercé les fonctions de secrétaire pendant 31 ans, il obtint de se démettre de cet emploi en faveur de son fils Henri et en même temps, il fut nommé échevin. Il employa alors ses loisirs à composer un dernier livre: Joannis Brantii J. C. Senator sive de perfecti et veri senatoris officio libri duo. Antverpiae, ex officina Plantiniana Balthasaris Moreti, 1633, livre qu'il dédia au magistrat d'Anvers. C'est un de ces exercices de classicisme, comme il en a paru plusieurs en ce temps-là, dans lesquels on met à contribution toute l'antiquité pour y découvrir des exemples, des idées, des maximes applicables à quelque institution moderne. L'auteur y expose, à grand renfort de citations, [19] l'origine des états, la constitution des pouvoirs, les magistratures, leurs modes d'action, etc. Tout cela est écrit en bon style latin, on y trouve même de louables idées: ainsi, l'auteur n'est point partisan de la torture dans l'instruction judiciaire. En un mot, c'est un livre qui attire l'estime sur celui qui l'a écrit. Après une vie longue, active, toute remplie par le devoir, entouré de respect, mais survivant à ses quatre enfants, Jean Brant mourut octogénaire le 28 août 1639, quelques mois avant son glorieux gendre Pierre-Paul. Il a fallu entrer dans ces détails pour faire connaître le milieu vraiment exceptionnel dans lequel va s'épanouir le génie du jeune peintre. Il venait de quitter la grande cité de l'art, le centre du classicisme, il pouvait s'attendre à revoir sa patrie, minée par la désolation, affaissée par l'abattement à la suite d'une longue période de guerre, et il se retrouve dans une ville pleine de richesse encore, renaissant à l'espoir, après la signature de la trêve, renfermant dans son enceinte un groupe considérable d'artistes, de savants, de lettrés. Pour citer les noms des peintres, des graveurs, même des statuaires, il faudrait une page entière; quant aux érudits, aux humanistes, à ceux qui s'occupaient des études chères à Pierre-Paul Rubens lui-même, ils formaient un noyau qui eût honoré de plus grandes capitales. Le premier d'entr'eux est le fécond et infatigable jésuite, André Schott, autour duquel gravitaient Laurent Beyerlinck, Léon de Meyer, Jean Woverius, Jean Brant, Caspar Gevaerts, Philippe Rubens, Jean Hemelaer, François Swertius, François Schottus, Rockox, et vingt autres, tous hommes dont la pensée se dirigeait volontiers vers ce double pôle d'Athènes ou de Rome et qui, presque tous, avaient habité la ville éternelle. On sait qu'à Anvers il existait une association toute spéciale, celle des Romanistes, ou la confrérie des SS. Pierre et Paul, instituée en 1572, à l'église de St. Georges. Pour en faire partie, il fallait avoir visité Rome. A peine de retour depuis quelques mois, Rubens devint membre de la confrérie; il fut reçu en 1609, probablement le 29 juin, par Jean Breughel de Velours (1)((1) De Liggeren der Antwerpsche Sint Lucasgilde, afgeschreven en bewerkt door Ph. Rombouts en Th. Van Lerius. I, 397, 401.), qui était alors doyen des Romanistes et devint en même temps son collaborateur et ami. Presque tous ces Romanistes parlaient ou cultivaient la langue italienne, l'idiome dont Pierre-Paul se servit habituellement dans ses relations avec l'étranger. On peut donc admettre qu'il n'a pu longtemps regretter Rome et l'Italie, puisqu'il en retrouvait, en quelque sorte, l'esprit et l'activité intellectuelle à Anvers. Philippe Rubens parle dans sa lettre de la mort du Président Richardot, [20] son protecteur. Il venait, en effet, de mourir à Arras, le 3 octobre, au retour de son ambassade de France; son corps fut transporté à Bruxelles et inhumé dans l'église de Ste Gudule. Quant au voeu formé par Philippe de voir Pecquius devenir le successeur de Richardot au Conseil privé, il ne se réalisa point. Pecquius fut nommé membre de ce Conseil par les Archiducs, le 24 octobre 1610. Mais comme il se trouvait toujours à Paris pour terminer des négociations diplomatiques, au sujet du maintien de la neutralité des duché et comté de Bourgogne, il ne fut installé que le 28 avril 1611. Toutefois, il ne devint pas le Président du Conseil comme l'avait été Richardot; pendant cinq ans, la Présidence fut vacante, le 8 octobre 1614, le titre reparut en la personne de Messire Engelbert Maes. Philippe Rubens félicita Pecquius par une lettre datée du 12 novembre 1610, la dernière que nous ayons de la correspondance des deux cousins. Pecquius doit être rentré au pays vers la fin de mars 1611; alors des entrevues continuèrent, sans doute, les relations établies par les lettres que nous avons données. Un peu plus tard, après la mort de Philippe, Pecquius reporta sur le peintre la faveur et l'affection qu'il avait accordées au secrétaire de la ville d'Anvers. Mais la gloire croissante de l'artiste, sa supériorité intellectuelle, l'ascendant qu'il prenait, transformeront insensiblement chez Pecquius le mobile de sa protection. Il ne sera plus pour Pierre-Paul le cousin auquel Philippe adressait des lettres si respectueuses, l'artiste le regardera bientôt comme un collègue, un aide même dans la conduite des affaires. La lettre de Philippe Rubens accompagnait la pièce de vers suivante:

CXXII PHILIPPE RUBENS A SON FRÈRE PIERRE-PAUL PETRO PAULLO RUBENIO Fratri suo et ISABELLAE BRANTIAE Nuptiale FoedusAnimo stilo gratulatur.
[arrow up]

Qui nos optati voluisti litoris oramTangere, et in tuto tandem considere portu, [ID00035] [ID00036] [21] Huc ades, o Hymenaee, tuo sine numine sacraNon fuerint haec sacra; bonae tu Cypridis auspexAtque auctor: sancti tu conciliator Amoris.Jam fratris te nocte citamus, nocte beata,Quam cupide dudum ille cupit: quam tu quoque, virgo,Virgineo quamvis aliquantum more modoqueNunc trepidas, omni cras dices luce priorem.Quin Hymenaee tuum facis ocyus? illa jocosaQuin properas, quae nox provectior ipsaque suadentSidera proclinata, atque aethere jam cessura?Quam bene cum patula vitis conjungitur ulmo,Vegrandesque alte ramos lascivior ambit,Tam bona felices committet copula amantes.Florentes annis, florentes dotibus amboCorporis atque animi: sed et ipsa stirpe locoqueConsimiles. Sponsae genitor tu, pectoris o pars Branti magna mei, Themidi carissime BrantiMusarumque choro: quarum tibi munere raraDoctrina, ac felix scribendi copia cessit.Quid memoremus avum, quo nec pietate prioremSol videt, aut studio qui plus deflagret honesti?Quo nec quisquam alius populi tabularia novitRectius, Aduaticis qui prisco tempore ritus,Et qua Caesareo jus municipale repugnet.Unde, pari premitur si quando pondere libra,Nec liquido verum dignoscitur, itur ad istamCanitiem, et velut ex adyto responsa petuntur.Vera cano, neque judicii caligine lumenFuscat amor, quia nos respublica jungit eodemMunere, tum gnatae torus ac spes certa nepotum.Et nostrum, o frater, genitorem Curia vidit,Suspexitque olim non ima in parte Senatus,Sive evolventem dubiarum aenigmata legum,Seu cum sensa animi facundo expromeret ore.Sed taceo, ne quis propriae prurigine laudis,Fraternae arguerit praetextu laudis abuti; [22] Jamque alium Fati dedit indulgentia Vatem,Cui Phoebi cortina patet, cui carmine dignoEt vis ingenii mirabilis et PolygnotiSive et Apelleae manus aemula decantetur.Jamque facem Deus, euge, facem lucere jugalem,Ac laris interiora citato irrumpere gressuGestit, et apparet genialis lectus, arenaCypridis, innocuo jamjam devota cruori.Ilicet, ite foras: par hic componitur unum;Sola manes, nova nupta, tuo cum conjuge sola.Is te corde amat, is dicet tibi blanditiarumQuantum vix tenuit teneri praeceptor amoris;Et cum blanditiis dabit oscula, qualia PsychaeAut Veneris puer, aut Veneri libavit Adonis.Tu cede instanti. Sic Jus Fas, sic pia materVult, jubet. Haec victam et victorem palma juvabit.Quid reliquum, nisi vota? Deus Deus hos hymenaeosAuspiciis junctos caelestibus usque secunda,Pallide Livor abes: Lis et Querimonia semperExsulet; ac prima sit tantum rixula nocte.Enumeret mox sponsa dies et menstrua LunaeCurricula: incrementum uteri miretur, et anteQuam caeli metas confecerit auricomus Sol,Prole virum simili felix beet. Haec mea votaHaec nostrae, germane, preces, quae pectore laetoConcipio, solvamque lubens. Tibi grata voluntasSit nostra ac tenui deducta haec pagina filoPagina ab invito quam vis exsculpsit amoris,Quo modo signifero desueta resumpsimus arma.
Philippi Rubenii. S. Asterii Homiliae, p. 118.

TRADUCTION.PHILIPPE RUBENS A SON FRÈRE PIERRE-PAUL.A Pierre-Paul Rubens, son frère, et à Isabelle Brant, a l'occasion de leur mariage.
[arrow up]

Toi qui as voulu que nous touchions le rivage tant désiré et que nous abordions dans un port sûr, ô Hyménée, tu es là. Sans ta divine intervention [23] ces saintes cérémonies perdraient leur caractère sacré, toi le patron et le tuteur de la déesse de Chypre, toi le médiateur du saint amour. Nous t'appellons pour cette nuit, cette nuit si heureuse pour mon frère, cette nuit qu'il désire si ardemment et que toi aussi, jeune mariée, tu appelles. Certes ton impatience virginale est plus modérée aujourd'hui, mais demain tu avoueras que cette nuit l'emporte sur le jour le plus beau. Pourquoi, Hyménée, ne pas remplir ton devoir plus rapidement, pourquoi ne pas hâter ces moments délicieux qu'annoncent la nuit tombante, les étoiles qui se couchent et qui heureusement vont disparaître du ciel. De même que la vigne se marie bien à l'ormeau touffu et entoure plus amoureusement les faibles branches supérieures, de même une union bien assortie joindra les amants heureux. Tous deux vous brillez par la jeunesse, par les dons de l'esprit et du corps, vous êtes nés d'une même souche et d'un même lieu. Tu es le père de la mariée, toi Brant, que j'aime de tout coeur, homme cher à Thémis et au choeur des Muses, qui vous dotèrent de votre rare science et de votre style fleuri. A quoi bon rappeler l'aïeul, l'homme le plus vertueux, le plus enflammé par l'amour du bien que le soleil éclaire. Nul ne connaît mieux que lui les archives de notre ville, les coutumes de nos ancêtres, les différences entre le droit municipal et les institutions impériales. C'est pourquoi, quand la balance hésite à se pencher, quand la vérité tarde à se montrer, on va trouver ce vieillard et on le consulte comme un oracle. Et ici l'affection ne vient pas de son brouillard obscurcir la lumière de mon jugement, je ne chante que la vérité et ne me laisse point guider par la pensée qu'une même charge publique nous unit et que les enfants de votre fille seront mes neveux. Et, mon frère, notre père siégea à la même curie et la place qu'il occupa au Sénat ne fut pas la moindre, soit qu'il expliquât les énigmes des lois douteuses, soit que de sa parole éloquente il donnât son avis. Mais je me tais de peur d'être soupçonné d'abuser du prétexte de louer un frère pour faire mon propre éloge. Et voici que le sort propice nous accorde un autre artiste inspiré auquel le trépied d'Apollon est réservé, dont l'esprit merveilleux et la main rivale de celles de Polygnote et d'Apelles, seront chantés par les poètes. Mais déjà le dieu Hymen est impatient d'allumer le flambeau nuptial et de pénétrer dans le sanctuaire domestique où s'aperçoit le lit conjugal, l'arène de Vénus destinée aux luttes inoffensives. Que les convives se retirent et laissent la place à un couple unique. Reste seule, jeune mariée, seule avec ton époux. Il t'aime de tout son coeur, il te dira toutes les douces choses que le grand maître de l'amour peut enseigner. Et en te disant ces tendresses il te donnera des baisers comme Cupidon en prodigua à Psyché [24] et Adonis à Vénus. Et toi, cède à ses instances, c'est la loi, c'est son droit, ainsi même ta vertueuse mère le veut, l'ordonne. La palme ici restera à la vaincue comme au vainqueur. Que nous reste-t-il à faire? Des voeux! Dieu tout puissant bénis cet hymen. Que la pâle Envie reste loin! Que la Dispute et les Querelles soient à jamais bannies et que l'escarmouche de cette première nuit ne soit suivie par aucune autre! Que bientôt l'épouse décompte les jours et les mois, qu'elle se réjouisse en voyant ses flancs s'arrondir et qu'avant que l'astre à l'auréole d'or ait accompli sa course annuelle, elle s'enorgueillisse d'un descendant semblable à son époux. Voilà mes voeux, voilà les voeux de nous tous, ô mon frère, et les prières que, d'un coeur aimant, nous formons pour toi. Que ces souhaits te soient les bienvenus, ainsi que cette page cousue d'un fil bien léger et inspirée par une affection qui me fit reprendre un métier depuis longtemps abandonné.

CXXIIILES ARCHIDUCS AU MAGISTRAT D'ANVERS.
[arrow up]

Les Archiducqz etc.Chers et bien amez.
(20 janvier 1610.) Comme nous ayons retenu en nostre service maistre Pierre-Paul Rubbens, peinctre, résident en nostre ville d'Anvers, à cincq cens florins de gages par an, nostre intention et volonté est que le faciez jouir de l'exemption et franchise des impostz et assises, ainsi qu'en jouissent tous aultres exemptz par les escroeues de nostre hostel,
et Dieu vous ait, chers et bien amez, en sa continuèle garde.
A Bruxelles, le XXe janvier 1610.
Aux Archives du Royaume, Collection des Papiers d'État et de l'Audience. — Publié par M. Alex. Pinchart: Archives des Arts, etc. II, 170 (1863).
Cette missive fut envoyée au magistrat d'Anvers en suite de la nomination de Rubens au titre de peintre des Archiducs, par les lettres patentes du 23 septembre 1609 que nous avons données plus haut. M. Pinchart nous apprend que les paiements des gages du peintre sont annotés dans le Registre des gages et pensions, de 1625 à 1639, de la Chambre des Comptes aux Archives du Royaume.

[25]
CXXIV NICOLAS ROCKOX A JACQUES DE BIE.
[arrow up]

Monsieur,
(3 janvier 1611.) J'ay entendu par Monsr Thomas Wallis vostre partement à Gand, je croy que c'est pour recouvrer ce que reste des antiquitez de Goltzius, en quoy vous soubhaite bon succès, et me ferez plaisir de m'advertir, je vous envoyé icy ce que Monsr Rubens at conceu touchant le frontispice de vostre livre, ce qui me plaît fort en cas que le trouvez bon il le mettrat en net, c'est la déesse Moneta. J'ay trouvé qu'avons failly d'avoir mis nostre Auguste d'or avec le chevalier au revers à la fin du premier feullé, car il devroit estre mis sur la fin du 2e feullé auprez des deux figures de C et L Caesares, ou au commencement du 3e feullé en la place de Tiberius, mais s'il y est mis au premier feullet, il passera avec le reste. Je ne sçay ce que pouvez avoir négotié avec le père recteur de Louvain et attens vostre responce. Le père Schottus ne pourat faire les explications de vostre livre, de sorte qu'il faudrat que le n'employés, et sur ce demeureray..
Monsieur
. D'Anvers ce 3 de jan. 1611.
Vostre très affectioné servitr et amys

N. Rockox
Adresse: A Monsieur Mr Jacques de Bie à Bruxelles. Ten huyse van Sr Philips Dardenne hartsier van syne Hocheyt achter de Capelle Kerke.
Original à la Bibliothèque royale de Bruxelles, Ms. n° 14666. — Correspondance de Jacques de Bie, f. 186.

[26]
(22 janvier 1611.) CXXV NICOLAS ROCKOX A JACQUES DE BIE.
[arrow up]

Monsieur,
La Vostre du 8 de ce mois m'avoit donné grand contentement, par l'espoir que me donniez de vostre retour par ceste ville, et que par ce moyen j'eusse eu le bonheur de veoir ce grand thrésor de toute l'antiquité (que Goltzius avec tant de despens et travail at requelly) mais combien que je sois frustré pour asteur de mon espoir, j'espère toutesfois que vostre voyage n'aura esté en vain, et qu'aurez obtenu ce que demandez, et que par ce moyen Son Exce serat honoré et loué à jamais de tous les antiquaires et gens doctes, d'avoir faict ce bien que ce thrésor sera mis en lumière. Cependant il est plus que tems qu'avancez vostre petit livres des médalles d'or pour la première feste de Francfort et que m'envoyez le premier quaternion, car de celles de feu le Révérend M. Torrentius n'y at espoir de les pouvoir jetter en plomb, sinon en les achaptant. Combien que j'ay présenté la lettre du père recteur de Louvain, et quand à moy, je ne les voudroy sinon à 2000 florins ou environ, mais à cela il ny faut pas penser car ilz les estiment plus que le double. J'ay aussy délivré à Monsieur Rubens le frontispice de la Moneta pour le mettre à net et sur ce me recommanderay à vos bonnes grâces et demeureray.
Monsieur
.
Votre très affectioné serviteur et amis

N. Rockox.
Pardonez moy que j'escrips si mal, car l'encre gèle à la plume.
D'Anvers, ce 22 de janvier 1611.
Adresse: A Monsieur, Monsr Jacques de Bie demourant chez Phls d'Ardenne, archer de S. A. à Bruxelles.Achter de Capelle kerke byden Choor.
Original à la Bibliothèque royale de Bruxelles, Ms. n° 14466. — Correspondance de Jacques de Bie, f. 183.

[27]
(11 février 1611.) CXXVI NICOLAS ROCKOX A JACQUES DE BIE.
[arrow up]

Monsieur,
J'ay receu la vostre avec les papiers, hier environ le disner, et combien que je devoy aller disner chez Monsgr le Marcqgrave ce nonobstant je m'ay employé tout le soir et ce matin pour ayder à l'advancement de vostre ouvrage, et vous envoye par provision, 16 feulles qui feront deux quaternions, et la reste en trois semblables parties vous envoyeray dedans 2 ou 3 jours, avec vostre livre, que je retiens icy pour corriger ladicte reste, et cependant ne perderez temps, à cause que tout ce que j'ay annoté en Julius et Auguste trouverez aux livres imprimez de Goltzius, vous supliant de faire le devoir requis au commencement, car ce qu'avez faict au commencement du livre qu'avez commencé en feulle, ne me contente tant comme cestuy icy, de sorte que je pensoy qu'un aultre avoit mis la main au grand livre, car cecy m'at donné grand contentement, et le voudroy veoir parfaict, et quand seront achevez ces deux quaternions il vous plairat m'envoyer les printes pour faire les explications, cependant ferez que Monsr Rubens achève la dédicatoire et son frère la première page de Moneta et demeureray.
Monsieur.Vostre très affectioné Serviteur,

N. Rockox.
D'Anvers, ce 11 de feb. 1611.
Adresse: A Monsieur Jacques de Bie à Bruxelles. Achter de choor van de Capelle kercke, by Phls d'Ardenne, hartsier van syne Hoocheyt.
Original à la Bibliothèque royale de Bruxelles, Ms. n° 14466. — Correspondance de Jacques de Bie, f. 190.

[28]
(26 février 1611.) CXXVII NICOLAS ROCKOX A JACQUES DE BIE.
[arrow up]

Monsieur,
Je vous envoye icy ce que Monsieur Rubens at désigné pour le premier feullet de vostre livre, vous pourez adviser si le laisserez tailler à Cornille Galle, ou si le ferez vous mesmes, en quel cas il vous faudrat bien considérer ce qu'il at escript du costet de la figure, à prendre quelque belle teste de Rome en la bague, hors des fastes de Goltzius. La figure est du tout à l'antique jusques aux piedts. Je vous envoye aussy le titre du livre, que j'ay faict avec advis du secrétaire Rubens et de Moretus. Je trouveray bon que m'advisez incontinent si trouvez bon qu'on donne charge audit Moretus de mettre le titre de vostre livre au Catalogue des livres qui seront prests pour la foire d'icy a six mois, en quel cas il voudroit bien avoir aulcunes feulles pour les montrer à ceste foire de Francfort aux libraires pour savoir quelle quantité il en aporterat alors. Le titre contient que Son Excce at la pluspart des médalles, mais la meilleure part est celle qu'avons du livre de Goltzius
et sur ce me recommande et demeureray. Monsieur.Vostre très affectionné servitr et amys

N. Rockox.
D'Anvers, ce 26 de febv. 1611.J'attens le plus tost vostre responce avec les feulles, car ceux de Francfort partiront bien tost.
Sans adresse.
Original à la Bibliothèque royale de Bruxelles, Ms. n° 14466. — Correspondance de Jacques de Bie, f. 185.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Nous avons rencontré souvent déjà le nom de Rockox dans ces documents et nous venons de donner quatre lettres de lui. C'est ici le lieu, nous [29] (3 janvier - 26 février 1611.) semble-t-il, de faire connaître cet homme qui occupe une si grande place dans l'histoire de Rubens, comme dans l'histoire même de la ville dont il fut le premier magistrat. Malheureusement, les documents épistolaires concernant ses relations avec le peintre sont en petit nombre: la perte de ceux qui ont dû exister est une des plus regrettables lacunes que nous ayons à signaler. Le Bulletin Rubens (II, 24) a déjà consacré une notice à ce noble ami de Rubens: nous pouvons y recourir pour ce commentaire. Fils d'un riche bourgeois d'Anvers', qui avait pris ses licences de juriste, Nicolas Rockox naquit en 1560, et perdit son père en 1570. Il fit ses études à Louvain, à Paris et à Douai, où il prit ses grades académiques en 1584, puis revint au pays, à Bruxelles d'abord, dans sa ville natale, ensuite. En 1589, il épousa Adrienne Perez, d'une famille d'opulents négociants d'origine espagnole. L'année précédente, il était entré dans le magistrat de la ville, comme échevin, et dès lors il se consacra tout entier et sans réserve à l'administration et à la prospérité de la métropole des Pays-Bas. Il gouverna la ville à une époque malheureuse et troublée. La guerre eut un terme, il est vrai; une souveraineté nationale s'établit en 1598, par la concession de nos provinces aux Archiducs Albert et Isabelle, mais cette souveraineté était précaire; les esprits n'étaient point calmés; si la paix semblait régner, ce n'était qu'une paix de résignation, de lassitude, de compression. La Ville d'Anvers, l'âme, la gloire, le centre de la richesse du pays, avait souffert le plus, entre toutes, des fureurs de la guerre contre l'Espagne: elle subit d'épouvantables désastres, son commerce était détruit. Néanmoins, il s'y conservait de grandes épaves de sa splendeur passée, elle comptait encore dans son sein un groupe puissant d'hommes remarquables: des fils de ceux qui jouèrent un rôle dans les événements, des érudits, des écrivains qui, presque tous, avaient cherché leur savoir en d'autres pays, des artistes formant une école nombreuse et déjà renommée. C'étaient là des éléments sérieux pour opérer, sur d'autres bases, une restauration de la ville. Il n'était plus possible, par suite de la fermeture de l'Escaut, d'y faire affluer des richesses acquises par le trafic lointain, mais la culture des lettres et des arts pouvait encore relever la cité. Ce travail social ne se fit point, sans doute, d'après un plan conçu, tracé d'avance, il se produisit de lui-même, par l'impulsion simultanée, inconsciente, en quelque sorte, de ce groupe de lettrés, d'artistes, de fonctionnaires dont les noms sont parvenus jusqu'à nous, entourés de plus ou moins de célébrité et de faveur. Nicolas Rockox fut un des plus ardents à seconder ce mouvement réparateur. [30] Pendant un demi-siècle, de 1588 à 1636, il fit partie du magistrat, comme échevin ou comme premier bourgmestre, il revêtit neuf fois cette dernière dignité, et l'on ne cite de son intelligente administration que des actes de courage civique, de bienfaisance, de protection aux lettres et aux arts. De patientes recherches dans les comptes de la ville ont fait connaître les fréquentes mentions de récompenses offertes à des écrivains pendant ses années de magistrature. Ses amitiés littéraires étaient nombreuses: on y compte Philippe Rubens, André Schott, Louis Nonnius, Caspar Gevartius, Abraham Ortelius, Juste Lipse, Aubert Miraeus, Godefroid Wendelinus, Hemelaer, etc., etc. Mais c'est pour les artistes surtout qu'il nous apparaît comme un vrai Mécène. Sa grande fortune lui permettait de se donner la satisfaction de commander des oeuvres aux maîtres de l'École flamande et particulièrement à Rubens. Dès son retour au pays, celui-ci trouva dans Rockox un ami, un protecteur dévoué. Il exécuta d'abord, à la demande du magistrat, une Adoration des Mages pour la Chambre des États à l'Hôtel-de-Ville; deux ans après, le Serment des Arquebusiers, dont Rockox était le chef-homme, traitait, sous ses auspices, avec Rubens, pour la Descente de Croix de la cathédrale. Il lui fit aussi, à diverses reprises, des commandes personnelles qui attestent le goût de l'illustre magistrat autant que ses sentiments d'amitié envers le peintre: on ne peut regarder sans émotion, au Musée d'Anvers, le triptyque l'Incrédulité de St. Thomas dont les volets nous montrent, l'un le célèbre magistrat, l'autre son épouse, Adrienne Perez, qui mourut le 22 septembre 1619, tous deux rendus à la vie par le prestigieux pinceau de l'artiste. Le Musée d'Anvers qui possède ce triptyque conserve également le Christ entre les deux larrons peint en 1620 par Rubens pour le maître-autel de l'église des Récollets et commandé par Rockox à son illustre ami. Un autre tableau du même Musée (n° 313) le Christ en Croix, porte les initiales de Nicolas Rockox et a fort probablement été commandé par lui vers 1610. Il est certain, en effet, que le catalogue du Musée fait erreur en affirmant que ce tableau provient du tombeau de Corneille de Winter. Celui-ci ne mourut qu'en 1675 et le tableau qui ornait son monument funéraire était une copie du Christ en Croix dont nous parlons et se trouve actuellement au Musée de Bordeaux (Voir OEuvre de Rubens, n° 287). Rockox était un savant et un lettré: il s'attachait à l'étude de l'antiquité par la formation d'un riche cabinet de médailles, de monnaies, de pierres gravées, de bustes anciens, et cette étude l'avait mis en correspondance avec plusieurs des hommes marquants de son époque. Il existe encore quelques fragments de ces relations intéressantes: des lettres à Abraham Ortelius, deux lettres de Juste Lipse, quelques lettres de Peiresc que nous avons données dans le Bulletin Rubens (T. II, 32, 89), ses lettres à de Bie dont nous [31] en publions ici quelques-unes sont, avec les lettres à Ortelius, les seuls écrits de sa main que nous connaissions. Ses prédilections pour les choses de l'antiquité classique, ses goûts de collectionneur, son amour pour les arts, tout s'unissait pour établir entre Rubens et lui les plus intimes rapports. On en trouve de nombreuses traces dans les documents biographiques: leurs noms se présentent fréquemment dans les lettres de l'un et de l'autre, quoique nous ne possédions plus une seule de celles qu'ils ont dû échanger entre eux. Dans la première lettre de Rockox à J. de Bie (3 janvier), il est parlé des démarches que fait le graveur pour «recouvrer ce que reste des antiquitez de Goltzius». Comme Rubens sera mêlé plus tard à cette affaire, il convient d'entrer dans quelques détails. Né à Venloo, en 1526, Hubert Goltzius, peintre, graveur, antiquaire, fut un des savants les plus laborieux de son temps: ses études spéciales avaient pour objet la numismatique grecque et romaine. Son premier ouvrage, Vivae omnium fere Imperatorum imagines, etc., les Effigies des Empereurs Romains depuis Jules-César jusqu'à Charles-Quint et Ferdinand, son frère, parut à Anvers, en 1557, et lui valut la protection du généreux Marc Laurin, seigneur de Watervliet, qui lui fournit les moyens d'aller voir les principaux cabinets de médailles existant en Europe. Parti en décembre 1558, le graveur-antiquaire était de retour en décembre 1560. Il avait visité 950 collections et rapporta d'immenses matériaux au moyen desquels il exécuta et publia, sous les auspices de son Mécène, son immense ouvrage. Le mémorial autographe de l'excursion numismatique de Goltzius est conservé à la Bibliothèque royale de Bruxelles. L'oeuvré de Goltzius se compose, comme on sait, de 6 volumes in-f° qui parurent de 1557 à 1579. L'auteur mourut à Bruges, le 24 mars 1583, laissant son oeuvre inachevée, mais de nombreux matériaux pour la continuer. C'est de ceux-ci qu'il est question dans les lettres de Rockox et dans celles de Peiresc à Rockox que nous avons publiées au tome II du Bulletin Rubens. Jacques de Bie était entré en possession des gravures déjà faites par Goltzius, il les compléta et avec la collaboration du médecin Louis Nonnius ou Nuñez, d'Anvers, pour le commentaire, il publia: Graeciae universae Asiaeque minoris et Insularum numismata veterum Huberto Goltzio quondam sculptore nunc demum e tenebris in lucem prolatae. Antverpiae, apud Jacobum Biaeum, 1618, in-f°. Quant à l'ouvrage pour lequel Rubens composa le frontispice dont il est question dans la lettre du 3 janvier 1611, il parut sous ce titre: Imperatorum Romanorum a Julio Caesare ad Heraclium usque, numismata aurea. Excell. nuper dum viveret Caroli ducis Croit, etc. magno et sumptuoso studio collecta net minori [32] fide atque industria Jacobi De Bie ex archetypis in aere incisa brevi et historico commentario explicata. Aniverpiae, Typis Gerardi Wolsschatii et Henrici Aertssii MDCXV. 1 vol. in-4° (1).((1) Voir Max Rooses. OEuvre de Rubens. Anvers, Jos. Maes, 5 vol. in-4°, 1886-1892. N° 1243.) Le volume fut dédié à Alexandre duc de Croy, neveu et héritier du duc Charles. Nous renvoyons à la description de ce volume et de ses différentes éditions au Bulletin Rubens, tome II, p. 40-47. Les matériaux rapportés par Goltzius de son grand voyage archéologique ainsi que les débris des collections numismatiques et littéraires formées par Marc Laurin et son frère Guy, se trouvaient aux mains des enfants de ce dernier. C'est pour traiter de leur acquisition que de Bie, envoyé par le duc de Croy, était allé à Gand. Dans la correspondance de Rubens, il sera souvent question du duc de Croy, de son cabinet de médailles, de camées, d'antiquités, etc.; il nous faut donc entrer dans quelques détails sur l'homme et ses collections célèbres. Charles, sire et duc de Croy et d'Arschot, fut le plus «grand Seigneur» des Pays-Bas au XVIe siècle. Il naquit à Beaumont, le 1er juillet 1560, se maria d'abord, à 20 ans, avec Marie de Brimeu, qui en avait 30, puis après la mort de celle-ci, avec laquelle il fit assez mauvais ménage, il épousa sa cousine Dorothée de Croy, qui a écrit beaucoup de lettres et de poésies. Il mourut sans laisser d'enfants, le 13 janvier 1612. Lui-même était lettré: il avait suivi des cours à l'université de Louvain, appris les bonnes lettres par les leçons de maître Corneille Valerius, il lisait beaucoup, même des livres en latin, il écrivait plus volontiers que la plupart de ceux de sa caste, enfin, il nous a laissé des Mémoires dont le manuscrit, signé de lui, est à la Bibliothèque royale de Bruxelles et qui ont été publiés par M. de Reiffenberg, sous le titre de: Une existence de grand Seigneur au XVIe siècle (Bruxelles, 1845). Il y raconte surtout ses actes militaires et politiques, une suite ininterrompue de contradictions et de coups de tête qu'il n'essaie pas de justifier, n'admettant pas qu'on le discute. Possesseur de la plus vaste fortune territoriale des Pays-Bas, il affectait les allures d'un petit potentat et se permettait toutes les magnificences. Celles-ci se manifestaient surtout en collections par lui formées dans toutes les branches de la curiosité. Il remplit ainsi ses nombreux châteaux des meubles les plus riches, des objets d'art les plus précieux: manuscrits, livres, tableaux, statues; mais il semble avoir recueilli avec une passion toute particulière les médailles, les monnaies, les camées et intailles. Il s'occupa même très activement, pendant les derniers temps de sa vie, de faire profiter la science de ses trésors numismatiques, en les faisant connaître par la gravure et la description [33] raisonnée. Il avait chargé Jacques de Bie de la reproduction graphique et se proposait d'écrire le texte, avec l'assistance de Jean de Hemelaer, chanoine de Notre-Dame d'Anvers. Mais les infirmités étant survenues, il s'aperçut de l'impossibilité d'achever ce travail de son vivant. Par un testament aussi curieux que prolixe, daté du 3 juillet 1610, augmenté d'un codicille, le 2 janvier 1611, il prescrivit, dans les termes les plus formels, à sa veuve, à son neveu et héritier Alexandre d'Arenberg, à ses exécuteurs testamentaires «que incontinent après nostre mort, ils ayent à faire mettre en lumière et imprimer, s'ils ne sont esté imprimés et mis en lumière en nostre vivant — les libvres des mesdailles d'or, d'argent et cuivre, avecq les statues, tant grecqs, consulaires que des empereurs, impératrices et Césars romains, avecq les monnoies, tant d'or que d'argent, y faisant adjouter, selon leur ordre, toutes celles qui ont esté gravées et imprimées auparavant par divers et différens auteurs, et signamment celles qu'avons aschaptées et mises en ordre hors des libvres de Holcius (Goltzius) et le sieur de Vauterliet (Marc Laurin, seigneur de Watervliet) comme aussy hors de trois volumes de Livinus Hulcius, desjà mis en ordre, qu'avons aschaptés.» C'est de cette publication qu'il s'agit dans les lettres de Rockox ici données. Le personnage à qui sont adressées ces lettres, Jacques de Bie, graveur, marchand de tableaux, antiquaire, éditeur, peut, à certains égards, être considéré comme un artiste de mérite, doué d'une rare activité et qui ne manquait pas de savoir. Selon Verachter (Catalogue de la Collection Terbruggen), Jacques de Bie (de Bye ou Biaeus) naquit à Anvers le 5 octobre 1580. En 1594, il fut inscrit à la corporation de Saint Luc comme élève d'Adrien Collaert; en 1607, il fut reçu maître; en 1620, les Liggeren le désignent comme marchand de tableaux. Comme nous l'avons constaté plus haut, il travailla pour Charles, duc de Croy, au service duquel il entra vers 1603 et, comme nous le verrons plus loin, il servit également d'intermédiaire à son patron dans l'achat d'oeuvres d'art. Jacques de Bie s'établit d'abord à Beaumont où Charles de Croy possédait un de ses châteaux. Il y dessina et grava les portraits des principaux Seigneurs et Dames de la famille des Croy, le duc lui-même écrivit un texte pour ces effigies. Il suivit son patron dans ses diverses résidences de Mons, Bruxelles, Heverlé. De Bie gagnait beaucoup d'argent, mais il n'en dépensait pas moins. En général, il ména une vie joyeuse et dissipée qui lui prépara un âge mûr plein de soucis et de misère. Le principal travail dont Charles de Croy chargea de Bie fut la gravure de son médailler. Le volume qui renferme les planches de Jacques de Bie [34] ne fut pas publié du vivant du duc d'Aerschot, mort le 13 janvier 1612. En 1615 parut le recueil des médailles d'or des empereurs romains: Imperatorum romanorum, a Julio Caesare ad Heraclium usque, numismata aurea. En 1617 parut une seconde édition augmentée des monnaies d'argent et de cuivre: Numismata imperatorum romanorum aurea, argentea, aerea a C. Julio Caesare usque ad Valentianum Aug. opera Jacobi Biaei Antverp. aeri graphice incisa, etc. Antverp. 1617. 1 vol. in-fol. avec un texte de Jean de Hemelaer. Ce volume fut réédité en 1627. Une nouvelle description du médailler du duc de Croy fut publiée en 1654 à Anvers, chez Henri Aertssens, en format in-folio avec un texte d'Albert Rubens et avec d'autres gravures. Ce dernier volume fut reproduit à Brandeburg en 1700. Ce ne fut pas le seul ouvrage de numismatique dont s'occupa Jacques de Bie. Vers 1617, il acquit les volumes restant de la première édition des ouvrages de Hubert Goltzius sur les médailles anciennes grecques et romaines: Fasti Magistratuum et Triumphorum romanorum, — Sicilia et Magna Graecia, — C. Julius Caesar sive historiae Imperatorum Caesarum romanorum ex antiquis numismatibus restitutae. Il les munit de titres et de liminaires nouveaux, il y ajouta un quatrième volume: Graeciae universae Asiaeque Minoris et insularum numismata veterum Huberto Goltzio quondam scalptore, dont il avait acquis le manuscrit et les gravures. Il publia le tout en 4 volumes in-folio, de 1617 à 1620. Le volume des empereurs avec les gravures sur camaïeu, dont les planches s'étaient perdues, fut publié la seconde fois par Moretus en 1645. En 1621, Jacques de Bie pour échapper à ses créanciers dut s'enfuir en France. Il y fut bien reçu et obtint du roi le privilège de graver le Théâtre de la France donnant la représentation de tout le pays avec les cartes des provinces, les plans des villes et des villages. Il ne parvint cependant pas à mettre ses affaires pécuniaires à flot. Le 26 décembre 1625, Rubens écrit à Valavez que, par sa mauvaise conduite, Jacques de Bie a dissipé tout son bien et l'a engagé en différentes mains. Rubens, à cette époque, aida à le tirer d'embarras. A une date incertaine, mais sans aucun doute entre 1626 et 1628, il acquit d'un certain Jacques Loemans les planches et les volumes des ouvrages de Goltzius que de Bie avait possédés et publiés. Le 27 novembre 1630, Rubens revendit le tout à Balthasar Moretus pour la somme de 5920 florins auxquels vinrent s'ajouter 300 florins pour quelques exemplaires qui primitivement n'étaient pas compris dans la vente et 457 florins pour les intérêts du capital. En 1636, il publia, à Paris, les Vrais Portraits des rois de France et les Familles de France illustrées par les médailles, après avoir encore gravé et fait paraître d'autres ouvrages historiques et numismatiques. [35] (11 mai 1611.) En 1641, il grava les Reines de France, pour l'histoire de Mezeray; dans la même année, les Vrays Portraits des Dauphins; en 1643, il grava encore des planches pour l'Iconologie de Baudoin. Après cette date, nous n'avons plus de renseignements sur lui. Le Catalogue de la Collection de Terbrugghen le fait mourir à Anvers; cette affirmation est peu vraisemblable. Il est plus probable qu'il mourut en France vers 1650 (1).((1) Ch. Ruelens. Brieven van Nederlandsche kunstenaars, De Vlaamsche School, 1889, p. 66. — Id. Nicolas Rockox, Bulletin Rubens, II 38. — Id. Rubens et les médailles de Charles de Croy. Ibid. 213. — Max Rooses. Rubens en Balthasar Moretus. Ibid. 182. — Edm. de Busscher. Biographie nationale, IV, p. 790.)

CXXVIII P. P. RUBENS A JACQUES DE BIE.
[arrow up]

Monsieur de Bye.
My is seer lieff te mercken dat UL. die confidentie met my toont van iet op my te begheren daer ic UL. in soude connen dienen maer daer teghen is my van herte leet dat die occasie niet mede en brenght te connen meer met wercken als woorden getuyghen myn affectie t' uwaerts. Want dien jonckman die UL. my raccommandeert onmoghelyck is te accommoderen want ic van alle canten gheprevenieert ben soo dat noch sommighe voor etlycke jaren by ander meesters haer onderhouden om myn commoditeyt te verwachten, onder ander mynen vriendt ende patroon ghelyck UL. weet mynheer Rouckocx heeft met groote difficulteyt een plaetse vercreghen voor een jonghesken dat hy daer toe opvoet en darentuschen laet leeren by andere. Voorts mach ic segghen met der waerheyt sonder eenich hyperbole dat ic over die hondert hebbe moeten refuseren ooc sommighe van myn ende myns huysvrouwen maegen niet sonder grooten ondanck van veele van myn beste vrienden. Daerom bidde ic UL. my toch te willen excuseren in dese sake ende in alle andere saken proeve doen van myn affectie die gheenselincx manqueren en sal soo veel als in myn macht syn sal. Hier mede raccommanderende my seer hertelycken in UL. goede gratie wensche UL. van Godt volcomen geluck en salicheyt. Wt Antwerpen desen 11 mey 1611. UL. DienaerPietro Pauolo Rubens. [36] P. S. Ic meyne dat UL. niet qualyck nemen en sal dat ic met het stuck van Juno en Argus, mits een ocasie die haer offereert van redelyck te vercoopen myn profyt doene want soo ic hope met der tyt iet anders wt den pinceel vallen sal dat UL. beter contenteren mochte, nochtans hebbe ic UL. willen aviseeren van die sake eer ic sal daer af concluderen want ic seer gheerne puntualyck handele ende een ieghelyck principalyck myn vrienden volle sadisfactie gheve, ende ic weet wel datmen met Princen niet altyt en can tot effect brenghen synen goeden wille waer af ic UL. evenveel gheobligeert blyve.
Adresse: Monsieur | Monsieur Jaques de Bije tot Brussel (Trace de cachet armorié)
Autographe aux Archives générales du Royaume.
Publié par M. Pinchart. Archives des Arts, Sciences et Lettres. Gand, 1863, tome II, p. 163. Ce recueil est formé d'articles tirés à part du Messager des Sciences, etc., de Gand. La lettre a paru dans la deuxième livraison de l'année 1863, p. 165. — Reproduit dans Rosenberg. Rubensbriefe, p. 36. — Une traduction dans Michiels. Rubens et l'École d'Anvers, 1877, p. 185.

TRADUCTION. P. P. RUBENS A JACQUES DE BIE.
[arrow up]

Monsieur de Bye.
Je suis très agréablement flatté de la confiance que vous me montrez en me demandant une chose qui vous rendrait service, mais je suis désolé au fond du coeur de n'avoir pas l'occasion de vous témoigner par des actes plutôt que par des paroles l'affection que je vous porte. Il m'est impossible de recevoir le jeune homme que vous me recommandez; de tous côtés il m'arrive de semblables aspirants. Quelques-uns restent même quelques années encore chez d'autres maîtres, pour y attendre une vacance chez moi. Entr'autres, M. Rockox, mon ami et mon protecteur, comme vous savez, a obtenu, avec grande difficulté, une place pour un jeune garçon qu'il entretient à cet effet et qu'il laisse, en attendant, s'instruire chez d'autres. Je puis dire sincèrement, sans aucune hyperbole, que j'en ai dû refuser plus de cent, parmi lesquels il y en avait de ma famille ou de celle de ma femme, et que je ne l'ai pas fait sans causer un grand déplaisir à plusieurs de mes meilleurs amis. C'est pourquoi, je vous prie de vouloir bien accepter mes excuses dans la présente circonstance et de me demander, en toute autre chose, des preuves [37] de mon affection. Je n'y faillirai pas pour autant que cela dépendra de moi. En terminant, je me recommande cordialement à vos bonnes grâces et prie Dieu de vous accorder bonheur sur terre et salut éternel. Anvers, 11 mai 1611.
Votre serviteur,Pierre-Paul Rubens.
P. S. Vous ne prendrez point de mauvaise part, je pense, que je profite d'une occasion qui s'est présentée de vendre à un prix raisonnable mon tableau de Junon et Argus. J'espère, qu'avec le temps, il tombera de mon pinceau quelque chose qui vous satisfera davantage; néanmoins, j'ai voulu vous donner cet avis, avant de conclure, car j'aime à être ponctuel en affaires et à donner pleine satisfaction à tout le monde, principalement à mes amis, et je sais bien qu'avec les princes on ne réalise pas toujours ses bonnes intentions, mais je ne vous en reste pas moins obligé.
Adresse: Monsieur, Monsieur Jacques de Bije, à Bruxelles.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

La réputation du peintre s'établissait dans sa patrie avec une rapidité extraordinaire: cette lettre en apporte un témoignage sincère et frappant. Il est de retour depuis deux ans et déjà l'on se dispute l'honneur de se mettre sous sa direction. Cette lettre est en quelque sorte la première page de l'histoire de l'école de Rubens. Le post-scriptum a donné lieu à une interprétation erronée: on croyait qu'il s'agissait là d'une demande faite par Jacques de Bie de pouvoir reproduire par la gravure le tableau de Junon incrustant les yeux d'Argus au plumage du paon. Mais M. Henri Hymans, en son Histoire de la gravure dans l'école de Rubens (p. 98), a parfaitement restitué le véritable sens des expressions de la lettre. «Il nous paraît résulter à toute évidence, dit-il, de la lettre à de Bye que cet artiste avait offert ses bons offices pour l'acquisition d'une oeuvre de Rubens, destinée à son maître, le prince Charles de Croy, mais que celui-ci témoignait quelque hésitation à conclure le marché.» Il résulte, en effet, de la correspondance de de Bie, conservée à la Bibliothèque royale de Belgique, que ce graveur en titre de Charles de Croy était, en quelque sorte, aussi son factotum artistique. Les marchands s'adressaient à lui pour offrir des tableaux au duc et celui-ci le chargeait de négociations diverses au profit de ses collections. Il est assez probable que de Bie faisait en cette circonstance une offre de service proprio motu, car le Duc, à ce moment-là, n'était plus en disposition d'esprit de s'occuper de ses [38] collections: il était malade, il avait fait son acte de dernière volonté, trois mois auparavant, et ne traîna plus qu'une vie de souffrances jusqu'aux premiers jours de l'année suivante. Charles de Croy ne semble pas, d'ailleurs, avoir beaucoup favorisé les artistes de son temps. Dans l'inventaire de sa collection de tableaux, publié par M. Pinchart (Archives des Arts etc., I, p. 158) et qui se compose de 234 articles, on ne remarque guère que des oeuvres anciennes, dues à des maîtres primitifs ou à des peintres décédés, tels que le Véronèse ou Frans Floris, à qui, certainement, elles n'ont pu être commandées. Le Duc était, avant tout, un «antiquaire.» Le tableau Junon et Argus, dont parle la lettre de Rubens, fut exposé, en 1857, par Mathieu C. Wyatt à Manchester dans les Art Treasures of the United Kingdom, sous le n° 553 des tableaux anciens. Le 28 juin 1892, il fut adjugé dans la vente de lord Dudley au prix de 1500 guinées. En 1894, le Musée de Cologne l'a acquis de M. Steinmeyer. Il est décrit sous le n° 632 dans l'OEuvre de Rubens, par Max Rooses.

CXXIX PHILIPPUS RUBENS MARCO VELSERO REIP. AUGUSTANAE PRAEFECTO.(22 juillet 1611.)
[arrow up]

Quam censendi judicandique operam sponte mea sumere vererer, eam te Praetore volente jubente non possum non suscipere. Dicam itaque, quae mea, quae fratris rerum antiquarum nec incuriosi nec imperiti super sigillo tuo conjectura sit. Sed prius tamen aliorum, quas epistola tua habet, sententias ††leviter attingam. Est qui symbolice explicet, et, quod indulgendum magis auribus quam linguae, significari putet. Ingeniose quidem; sed satin' obsecro decore Taciturnitati et Attentioni, quae Prudentiae affines, ferinae aures affingantur? Sunt qui Sigalionem aut Harpocratem designatum existiment; renuentibus et obstrigillantibus tot passim simulacris, quibus ille silentii Deus digito ori admoto silentium imperans graphice exprimitur. Nec desunt qui amphotides nescio quas hic videant; quos mirum est, ut Comicum illud usurpem, lolio victitare tam vili tritico. Nullae enim in icone nostra amphotides, patentibus auribus et ab omni prorsus tegumento liberis, et a loco sive lamina discretis, ad modum scilicet athletarum. Nam [39] his nudae et extra vincula sive ligamina capitii exertae aures. Saltim in iconibus, quae penes fratrem meum sunt, altera pugilis, altera pugnam caestibus committentis. Et alia profecto facies aurigarum et agitatorum, quibus aures ipsae tectae munitaeque contra flagellorum ictus: quemadmodum hodieque Romae et alibi in Italia pueris singulare equos ex Mauritania agitantibus. Sed haec hactenus. Quid os fraenatum? Optime sane de quodam poenae genere quibusdam in mentem venit. Et facere planissime huc videntur, quae ex Plauto et Chrysostomo citantur, itemque quod ex oratione Pacati ad Theodosium subjicimus: Cum in judiciis capitalibus astitissent, cum gemitus et tormenta miserorum auribus ac luminibus hausissent; cum lictorum arma, cum damnatorum fraena tractassent, pollutas poenali manus contactu ad sacra referebant. Hinc enim liquido constat, reorum id ac damnatorum fuisse. Verum cuinam reo caprinae ejusmodi aures? Neminem certe quemquam facile reperiam praeter Marsyam, in quem utrumque quadret. Satyrus enim hic ab Ovidio non semel appellatur; et ea forma, auribus inquam, non item pedibus ut alii Satyri, belluinis, antiquis effigiatur. Adde quod in poenam, ut quidam ait, et cecinit et cecidit, et pro linguario supplicium luit, quod Apollinem non solum temere provocare, sed etiam, ut Milesiarum scriptor memoriae prodidit, priusquam tibias occiperet inflare, deliramenta quaedam barbare de eo effutire, ipsasque Dei virtutes culpare, suisque vitiis posthabere ausus. Quid, quod et certamen hoc ore commissum? Nam et tibiae ore inflantur, nec alio quam linguae plectro opus; et intercinere insuper moris, ac per intervalla versus ore modulari. Itaque non inepte membrum illud effraenum, quo nempe peccatum, ab artifice fraeno coërcitum. Confirmare nostram hanc cogitationem videtur gestus pavitantis, et gravius aliquod malum metuentis. Oculorum enim tristis obtutus et acris ac recta in aliquem intentio, manus articulique suspensi, tum pedis illa reductio figuram huic alteram appositam fuisse declarant: Phaebi puta victoris ac minitantis, aut Scythae illius cultrum intentantis, quem veteres Apollini vicarium dederunt, foedum hoc ministerium et carnificinam infra Dei majestatem rati. Quod superest de circulo collum ambiente cum taenia quae a pectore prominet, an id tibiae seu fistulae, sicut in aliquorum Satyrorum iconibus, suspendendae? (1)((1) En marge: Virg. de Polyphemo: Solamenque viae de collo fistula pendet.) Quae quidem tibia vel ut arma [40] ac spolium victo detracta, vel temporis spatio, ut fere ea quae eminent et exstant in statuis (etiam aereis, etsi rarius) aliquo casu fracta cum parte lori deciderit. Vides, Vir Amplissime, ut omnia undique colligamus hariolationi nostrae firmandae. Nam divinationem numquam dixero, cum haec talia nubila fere semper et ††, neque tam exacte conjectura vel indagari vel explicari possint, quin aliqua dubitandi dissentiendique materies relinquatur. Per caliginem hic videmus, et more Scepticorum ††, et dumtaxat opinamur.
Eoque veniae, sicubi hallucinamur, securus, epistolae finem facio, cumque fratre meo, qui te salutat officiosissime, et majorem quam pro virili parte symbolam contulit, longissimum aetatis progressum Amplitudini tuae precor.
Antverpiae, A. D. XI Kal. Sextil. A° M. DC. XI.
Philippi Rubenii S. Asterii Homiliae, p. 272.

TRADUCTION. PHILIPPE RUBENS A MARCUS VELSERUS, DUUMVIR D'AUGSBOURG.
[arrow up]

Cette tâche d'expert et de juge que je craindrais d'assumer de mon chef, je ne puis la décliner quand vous, le magistrat, le voulez et l'ordonnez. Je vous dirai donc quelle est mon opinion sur votre cachet, et celle de mon frère qui est un curieux et un connaisseur des choses de l'antiquité. Mais d'abord je toucherai légèrement, comme en passant, les opinions des autres dont votre lettre fait mention. L'un donne une explication symbolique et prétend que le sujet signifie qu'il faut accorder plus à ses oreilles qu'à sa langue. C'est fort ingénieux; mais je vous le demande, peut-on décemment adapter des oreilles d'animal à la Taciturnité et à l'Attention, ces soeurs de la Prudence? Il en est qui y voient Sigalion ou Harpocrate, malgré l'opposition et le démenti de ces nombreuses figures qui de tous côtés représentent ce Dieu du silence, ordonnant de se taire par le doigt posé devant la bouche? D'autres croient y voir je ne sais quelle espèce d'oreillon d'athlète; je les admire ceux-là de se nourrir, pour me servir de l'expression comique, d'un froment aussi grossier que l'ivraie. En effet, dans notre image, il n'y a pas de trace d'oreillon, les oreilles étant largement ouvertes, libres de toute couverture et dégagées du fond ou de la plaque, à la façon des athlètes. Ceux-ci, en effet, avaient [41] les oreilles nues et découvertes en dehors des chaînettes ou des liens du capuchon. Du moins il en est ainsi dans des figures qui se trouvent chez mon frère, l'une d'un lutteur au poing, l'autre d'un lutteur engageant le combat du ceste. Toutes différentes, certainement, sont les figures des concurrents aux courses de chars ou de chevaux: celles-là ont les oreilles couvertes ou défendues contre les coups de fouet; particularité qui se voit encore aujourd'hui à Rome et ailleurs en Italie chez les domestiques quand ils montent des chevaux africains. Mais en voilà assez. Que signifie cette bouche bridée? Quelques-uns ont pensé, avec raison, qu'il s'agit là de quelque genre de supplice, auquel s'appliquent parfaitement, ce nous semble, les citations de Plaute et de Chrysostome et celle que nous ajoutons, tirée du discours de Pacatus à Théodose: Aprés avoir assisté à des arrêts de mort, savouré des yeux et des oreilles les gémissements et les supplices des malheureux; après avoir manié les armes des licteurs et les freins des condamnés, ils touchaient aux autels de leurs mains souillées par le contact patibulaire. De tout cela il résulte clairement qu'il est question de coupables ou de condamnés. Mais quel est le coupable auquel reviennent ces oreilles de bouc? Je n'en trouve guère d'autre que Marsyas dans lequel ces deux qualités se rencontrent. Ovide, en plus d'un passage, le nomme un Satyre et, chez les anciens, il est représenté sous cette forme avec des oreilles de bouc, mais non pas, comme les autres Satyres, avec des pieds d'animal. Ajoutez-y que, comme l'a dit un auteur, il mérita son châtiment et expia son intempérance de langage, non seulement pour avoir témérairement osé provoquer Apollon, mais encore, comme le rapporte l'auteur des contes Milésiens, pour avoir, avant de souffler dans sa flûte, débité de grossières extravagances sur le compte du dieu, dont il blâmait les vertus qu'il ravalait au-dessous de ses propres vices. En outre, n'est-ce pas par la bouche que cette lutte s'engagea? Car c'est elle qui souffle dans la flûte, c'est la langue seule qui sert d'archet; après des repos la bouche s'ouvre pour chanter ou pour réciter des vers par intervalles. Cet organe peut donc très à propos être considéré comme manquant de frein et comme il a commis une faute, l'artiste l'a retenu par la bride. Notre conjecture paraît confirmée par le geste de l'homme qui trahit la peur et la crainte de quelque malheur plus grave. En effet, les yeux ont le regard triste, ils portent vers quelqu'un une attention perçante et directe; les mains et les doigts pendants et le pied ramené démontrent qu'une autre figure était accolée à celle-ci, probablement celle de Phébus victorieux et menaçant, ou celle du Scythe étendant son couteau, que les anciens donnaient pour aide à Apollon, dans l'idée que le honteux office de bourreau était incompatible avec la majesté d'un Dieu. Ce qui subsiste encore du cercle entourant le cou et de la bande [42] qui se détache sur la poitrine, était-ce pour suspendre cette flûte ou ce pipeau que l'on remarque sur les statues de quelques Satyres? Cette flûte aurait alors été arrachée comme on le fait des armes et des dépouilles du vaincu, ou bien à la suite des temps, brisée par quelque accident, sera tombée avec une partie de la courroie, comme il arrive à presque tout ce qu'il y a de proéminent sur les statues, même, quoique plus rarement, sur celles d'airain. Vous le voyez, nous recueillons de tous côtés tout ce qui tend à confirmer notre conjecture; je ne dirai jamais: notre explication, car semblables choses sont presque toujours obscures et incertaines et ne peuvent être débrouillées et éclaircies par des hypothèses sans laisser quelque matière au doute ou à la contradiction. Nous voyons ici et nous visons à travers les ténèbres à la façon des Sceptiques, et nous émettons seulement une opinion sur tout cela. Si donc nous avons rêvé, nous sommes assurés du pardon.
Je termine cette lettre et mon frère qui vient de vous apporter une contribution au-dessus de ses forces, vous salue affectueusement et comme je le fais, il prie le Ciel de vous accorder de longs jours.
Anvers, le 22 juillet 1611.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Nous ne connaissons que cette seule lettre adressée par Philippe Rubens au célèbre duumvir d'Augsbourg, mais, d'après son allure, elle semble ne pas être la première échangée entre eux. Cette lettre, hélas! n'a été suivie d'aucune autre, car cinq semaines plus tard, le 28 août, Philippe Rubens fut enlevé par une mort rapide et prématurée. Si une réponse fut arrivée, nul doute que Brant ne l'eût publiée. Welser possédait une médaille ou un sceau représentant un homme nu, sans doute un esclave debout, ayant la bouche obturée par une sorte de muselière formée d'une étroite ceinture passant sur les lèvres et derrière la tête, laissant libre l'oreille qui était une oreille d'âne. Il envoya le dessin de cette pièce antique au savant jésuite André Schott, à Anvers, avec une lettre pour lui et pour Philippe Rubens à l'effet d'avoir leur sentiment sur le sujet représenté. On vient de voir l'opinion de Philippe et de Pierre-Paul. C'est par cette dernière lettre de son frère que le peintre fait, en quelque sorte, son entrée dans le monde de l'érudition classique: c'est la première fois, en effet, que nous rencontrons de lui un de ces essais d'explication comme il en fit plusieurs depuis, de monuments figurés de l'antiquité. Dans un grand ouvrage publié l'année suivante: Adagia sive Proverbia Graecorum (Antv. Plantin 1612, in-4°), André Scott insère dans une longue note à propos du Proverbe 75 (Appendix Vatic. p. 272), l'opinion des frères Rubens [43] qu'il appelle une paire d'érudits (eruditum par), mais il ne l'adopte point. Plus tard, Gisbert Cuperus (1)((1) Gisb. Cuperi Observationum libri III nummis elegantiss. illustrati. Traj. ad. Rh. 1670. Lib. I, c. 12.) et Caspar Bartholini (2)((2) Casp. Bartholinus. De Tibiis veterum. Amst. 1679. Liv. III, ch. 3.) se sont également occupés de cette pièce dont Schottus avait reproduit la tête seulement. Ils n'y virent que la représentation d'un joueur de flûte, la muselière servait à empêcher la trop forte tension des joues et des lèvres, etc. etc. D'autres conjectures auront encore été formulées, sans doute, sur ce sujet. Nous n'en dirons pas davantage. On remarquera que dans cette lettre il est parlé déjà d'objets faisant partie de la collection d'antiquités que le peintre était en train de recueillir.

CXXX DOMINICUS BAUDIUS PETRO RUBENIO S. P. D. ANTVERPIAM. (4 octobre 1611.)
[arrow up]

Laetus sum oblatam mihi fuisse occasionem ad te scribendi per hune tabellarium, qui id officium comiter elicuit, injecta clarissimi nominis tui mentione. Sed quam libens ac volens usurpo munus istud literarium, tam mihi grave atque acerbum fuit audire, quum essem Bruxellis, praematuram ad beatas sedes abitionem fratris tui, viri sine ambitione eruditissimi, et quo nullus e disciplina magni Lipsii uberiorem frugem reportavit. Non jam inculcabo meditationi tuae monita sacrarum litterarum, quibus exulceratae mentes ad sanitatem revocantur. Nam et ea tibi sunt notissima, qui cum eximiae artis instructu junxisti studia humanitatis et gloriam eruditionis; tum autem si non ratio, certe dies jam magna ex parte vim aegritudinis ac moeroris imminutum ivit. Communis iste sane dolor fuit, et velut publicus luctus justitio lustrandus ab iis omnibus, qui doctrinam, virtutem ac probitatem venerantur. ††.††. ut Homerico alloquio te compellem. Reliquum est, ut absentis desiderium grata recordatione prosequamur, quod pro virili parte faciam, et qua [44] voce, qua stylo testatum relinquam apud posteros, et eos qui nunc vivunt homines, quam fuerit intime carus animo meo germanus tuus, ††. Nomen tuum heic illustri fama celebratur, et. Credimus, an qui amant, ipsi sibi somnia fingunt? Nescio qui faustus rumor nobis ad aures accidit, tibi esse in animo huc excurrere. Gratus omnibus candidis ingeniorum aestimatoribus et exoptatus advenies, mihi inprimis, in cujus animo defixisti aculeum reverentiae atque admirationis. Nec sine quodam sacro horrore sum contemplatus artis tuae monumenta cum naturae veritate certantia. Macte Apelles nostri aevi. Utinam virtuti ac meritis tuis contingeret Alexander! Quanquam non tam male ac maligne agitur cum praesenti saeculo, quin exstent plurimi et intelligentes, et remuneratores praestantissimorum tuorum operum ac laborum. Nos etiam, ut captus est mediocrium, in hoc vitae mortalis praesidio non inhonorificam stationem tueri conabimur, et jam exornare Spartam, quae nobis judicio Illustrissimorum Ordinum assignata est. Praecipue operam dabimus ut primarios saeculi viros, inter quos tu insignem locum obtines, amicitiae mecum initae non pudeat aut poeniteat. Hujusce voti ac propositi syngrapham esse cupio hanc epistolam, teque pro immortali munere ac beneficio rogo atque obtestor, ut nos amore complecti non dedigneris. Datum Amsterdami in aedibus cognati mei, qui te a facie ignotum, a fama notissimum summa observantia colit. Joanni Wouwerio viro eximiae humanitatis, et cui ego multis me nominibus devinctum esse fateor, plurimam a me salutem nunciari cupio. Socero item tuo, nec non amoenissimi ingenii et inculpatae libertatis viro Francisco Sweertio: tum si qui erunt, quos nostri meminisse non pigebit. Octavianum Venium sine piaculo praeterire non possum, commilitonem olim studiorum, et nunc plurimis de causis unice mihi carum.
Iterum vale, et nostram in scribendo hallucinationem aequi consulito
. Scripsi IV Octobris M. DC. XI.
Dominici Baudii. J. C. ex Hist. prof. Epistolarum Centuriae III. Quarum tertia nunc in lucem emissa. Lugduni Batavorum, 1620. Cent. III. Epist. 52, p. 644. (Dans d'autres éditions Cent. III. Epist. 86.) Traduite en partie par Michiels. Rubens et l'École d'Anvers. Paris, 1877, p. 249.

[45]
TRADUCTION.DOMINIQUE BAUDIUS A PIERRE RUBENS A ANVERS.
[arrow up]

Je me réjouis de ce qu'une occasion se soit présentée pour moi de vous écrire par ce messager qui, dès que j'eus prononcé votre nom illustre, s'est gracieusement engagé à remplir ce devoir. Mais autant j'éprouve du bonheur à m'emparer de cette fonction littéraire, autant j'ai été frappé et affligé en apprenant, à mon passage à Bruxelles, la nouvelle du départ prématuré de votre frère pour le séjour des bienheureux. C'était un homme du plus profond savoir, sans ambition, et parmi les disciples du grand Juste Lipse, aucun n'avait plus abondamment profité des leçons du maître. Je ne vais pas offrir à vos méditations les leçons des Saintes Écritures par lesquelles on ramène à la saine raison les esprits ulcérés. Vous les connaissez d'ailleurs, très bien, vous qui avez su joindre au génie élevé de l'art la passion des belles-lettres et une glorieuse érudition; si ce n'est donc pas la raison, c'est le temps, sans doute, qui aura grandement diminué déjà la violence de l'accablement et de la tristesse. La douleur a vraiment été générale et semblable à un deuil public elle a dû solennellement être manifestée par tous ceux qui vénèrent le savoir, la vertu, l'honnêteté. Mais laissons là ce qui s'est passé tout en nous en affligeant,Car la morne plainte ne sert de rien pour vous parler par la bouche d'Homère. Il nous reste à joindre aux regrets de sa perte notre souvenir reconnaissant; pour ma part, je le ferai par la parole et par la plume; j'attesterai ainsi auprès des vivants et à la postérité combien fut cher à mon coeur votre frère, lui dont la gloire jamais ne disparaîtra. La renommée publie tous les jours votre gloire; Nous le croyons, ou bien, ceux qui aiment se forgent-ils des chimères? Je ne sais quelle heureuse rumeur est venue jusqu'à nous, annonçant votre projet de faire une excursion par ici. Vous serez le bienvenu pour tous les admirateurs sincères du talent. Vous comblerez leurs voeux et les miens tout d'abord, car vous avez fait pénétrer dans mon esprit comme un aiguillon de respect et d'admiration et je n'ai pu contempler sans éprouver une sorte de sainte extase ces chefs-d'oeuvre de votre pinceau dans lesquels vous luttez de vérité avec la nature. Courage, à vous, l'Apelles de notre siècle! Un Alexandre puisse-t-il reconnaître votre génie et vos mérites! Quoique notre siècle ne soit pas si mauvais et si méprisable qu'il n'existe un grand nombre d'hommes qui savent comprendre et rémunérer vos oeuvres excellentes. Et moi [46] aussi, je m'efforcerai, selon la portée des esprits modestes, de maintenir, dans ce bas monde, une position qui ne soit pas sans honneur, et d'être un ornement pour ce Sparte où j'ai été placé par la décision des États-Généraux. Je veillerai surtout à ce que les hommes les plus éminents du siècle, entre lesquels vous obtenez une place d'élite, n'aient pas à rougir ou à se repentir d'avoir contracté une amitié avec moi. Je désire que cette lettre vous atteste mon voeu et ma résolution; je vous demande et je vous supplie de m'accorder, comme don et bienfait suprêmes, la faveur de votre affection. Écrit à Amsterdam dans la maison d'un parent, qui ne vous connaît pas de vue, mais qui a pour vous un culte fondé sur votre grande réputation. Veuillez, je vous prie, présenter mes meilleures salutations à M. Jean Wouwerius, un éminent lettré auquel je me flatte d'être lié à plusieurs titres; présentez-les aussi à votre beau-père et à M. François Sweertius, un homme qui joint l'esprit le plus agréable à une irréprochable franchise; présentez-les enfin à tous ceux, s'il en est, qui veulent bien se souvenir de moi. Mais je ne puis sans crime omettre Otto Vénius: il fut autrefois mon condisciple aux études, et pour plusieurs motifs, il m'est aujourd'hui particulièrement cher.
Adieu, de nouveau, et veuillez prendre en bonne part le décousu de ma lettre.
Le 4 octobre 1611.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

L'auteur de cette lettre est un nouveau venu dans le cercle des relations de Rubens, et n'y sera qu'un hôte passager. Dominique De Bauldier ou Baudier, né à Lille en 1561, de parents protestants, fit ses premières études à Aix-la-Chapelle; il alla les achever à Leyde en 1576, puis à Genève sous Théodore de Bèze pour la théologie. Étant retourné à Leyde, il y devint docteur en droit en 1585. Peu après, il passe en Angleterre avec les envoyés des Pays-Bas; il revient à La Haye en 1587, où il se fait avocat; part pour Paris, où il se fait recevoir avocat au Parlement, en 1591, accompagne en Angleterre Christophe de Harlay, ambassadeur du roi de Navarre Henri (IV) auprès d'Elisabeth. En 1602, il est nommé à la chaire d'Éloquence à Leyde. En 1607, il y est professeur d'histoire et de droit; en 1611, il est nommé Historiographe des États de Hollande; une mort prématurée l'enlève en quelques jours, le 22 août 1613. Nous ignorons sur quel fondement s'appuie l'assertion du Baron de St-Genois dans son article Baudius de la Biographie nationale d'après laquelle [47] Rubens aurait peint le portrait de Baudius qui porte comme souscription les deux vers: Vane pictor etc. Des deux portraits de cet auteur que nous connaissons par les gravures figurant dans ses oeuvres et qui, à vrai dire, ne sont que des variantes d'une seule effigie, aucun ne peut être attribué avec quelque vraisemblance à Rubens. Baudius était encore un de ces virtuoses du latin en vers ou en prose, comme il en pullulait en ce temps-là et qui était affligé aussi de la manie d'adresser des épîtres ou des poèmes à tous ceux qui portaient un nom ou occupaient un rang élevé. Vaniteux à l'excès, en même temps solliciteur et besogneux, il distribuait les louanges aux uns du haut de sa prétentieuse supériorité, aux autres dans l'espoir d'en retirer quelque avantage. Rubens ne pouvait donc pas échapper aux poursuites de ce quémandeur d'amitié. Mais la démarche de Baudius nous apporte une preuve éclatante de la haute position que le peintre s'était acquise dans le monde des arts depuis son arrivée au pays. Pour la première fois, nous lui voyons décerner ici le titre d'Apelles nostri aevi qui deviendra en quelque sorte l'épithète consacrée pour ses admirateurs. Il avait produit déjà quelques chefs-d'oeuvre: entr'autres l'Érection de la Croix, pour l'église Ste-Walburge, présentement à Notre-Dame; il entamait pour celle-ci la célèbre Descente de Croix. Philippe Rubens était mort le 28 août: on pourrait s'étonner de ce que Baudius ait attendu cinq semaines pour envoyer ses condoléances à Pierre-Paul, mais c'est apparemment en revenant d'une excursion en France qu'il apprit assez tard à Bruxelles le décès de Philippe. Il n'a pas, cette fois, en passant par Anvers pour rentrer à Leyde, rendu visite au peintre; ce n'est donc pas dans l'atelier de celui-ci qu'il a vu les oeuvres qui l'ont enthousiasmé; il ressort du reste, de l'allure de la lettre qu'il n'a connu antérieurement aucun des deux frères. La mort de Philippe a été pour lui une occasion d'entrer en rapport avec Pierre-Paul: il y réussit. Malheureusement, nous ne connaissons point la réponse qu'il reçut. Celle-ci dut être affectueuse. Rubens, de son côté, devait ressentir de la satisfaction d'une démarche faite par un homme qui, malgré ses défauts, était après tout, doué d'une belle intelligence et jouissait d'un renom mérité de poète aisé, élégant, original. Baudius parle dans sa lettre de son intention d'exprimer par la plume ses regrets de la perte de Philippe, ce qui doit s'entendre, sans doute, dans ce sens qu'il écrira en l'honneur du défunt une élégie ou, comme il en avait l'habitude, un Iambus funeralis. Nous ne savons s'il a exécuté ce projet. Dans son Iamborum funeralium liber, il n'y en a pas au nom de Philippe. Dans le petit recueil de pièces, en prose et en vers, écrites à la mémoire de celui-ci, recueil annexé par Jean Brant à la suite de S. Asterii Homiliae (T. I. p. 14), [48] il en est une signée des initiales D. B. qui est entièrement dans le goût des Iambes funèbres de Baudius: elle est intitulée Alloquium ad eximium virum Petrum Paullum Rubenium super obitu fratris ejus Philippi Rubenii. On y retrouve sa prosodie, quelques-unes de ses petites affectations: lepos, honos, etc. Cependant elle ne peut être de lui: elle émane de quelqu'un qui a connu personnellement Philippe et elle se termine par une invocation à Dieu, fils de la Mère-Vierge, qui n'a pu être écrite que par un catholique. Au lieu d'une élégie qui nous aurait probablement fourni un assemblage de lieux communs, il a fait mieux un peu plus tard: une pièce en l'honneur de Pierre-Paul et de quelques-unes de ses oeuvres. Celle-là nous apprend quelque chose. Nous ne savons ce qu'il y a eu de vrai dans cette rumeur qui courait, selon Baudius, d'une excursion de Rubens aux Pays-Bas. En ce moment, où le peintre arrangeait la grande et magnifique demeure dans laquelle il passa le reste de sa vie, où il était déjà surchargé de commandes, ce projet d'excursion semble assez improbable. Nous avons fait connaître antérieurement Jean Woverius, l'ami des Rubens, dont le nom vient dans la lettre. François Sweertius était un gros négociant d'Anvers qui cultivait en même temps les lettres avec passion et publiait de nombreux ouvrages dont un seul, les Athenae belgicae, est plus connu que ne le sont les autres. Paquot a donné sa notice (T. IV, p. 282). Otto Vénius, on le sait, a été un des maîtres de Rubens. La mention de son nom dans la lettre de Baudius est un des rares témoignages de la continuation des bons rapports entre les deux peintres après le retour de l'ancien élève à Anvers.

CXXXI P. P. RUBENS AU CARDINAL SERRA. (2 mars 1612.)
[arrow up]

Illustrissimo Signore
Havendo inteso per l'amorevolisma sua del 4 di Febbraro, come V. S. Illma era per rimettere quei poci denari della Chiesa Nova, m'è parso bene levarli questo fastidio colla occasione d'un amico mio chiamato Jacomo de Haze portator di questa presente polizza, al quale ho dato commissione di comprarme no so che bagatelle in Roma. Perciò [49] supplico V. S. Illma sia servita di farli pagare con commodità sua li suddetti denari senza che gli sappia niente della Chiesa Nova, nè abbia da trattar con quelli Padri.
Mi perdoni del fastidio e mi conservi V. S. Illma nella sua bona gracia, alla quale io humilmente baccio le mani.
D'Anversa alli 2 di Marzo 1612.
Di V. S. IllmaDevotissimo Servitore

Pietro Pauolo Rubens.
Au dos: All' illmo Signor mio colendissimo il Cardinale Serra in Roma.
Original aux Archives de l'Église Sta Maria in Vallicella, à Rome. — Publié dans le Journal des Beaux-Arts, 1867, n° 12. — Bulletin Rubens, I, p. 109. Article de M. Pinchart. — Rosenberg, p. 38.

TRADUCTION.P. P. RUBENS AU CARDINAL SERRA.
[arrow up]

Très illustre Seigneur,
Ayant appris par votre très gracieuse lettre du 4 février que Votre Seigneurie Illustrissime avait à me remettre cette petite somme due par la Chiesa Nuova, il m'a paru bon de vous épargner cette peine, par cette occasion d'un mien ami, nommé Jacques de Haze, porteur du présent billet, auquel j'ai donné la commission de m'acheter divers menus objets à Rome. En conséquence, je supplie Votre Seigneurie Illustrissime de vouloir bien, à votre convenance, lui faire payer la somme susdite, sans qu'il sache rien de la Chiesa Nuova, ni qu'il ait à traiter avec ces Pères. Que Votre Seigneurie Illustrissime me pardonne l'ennui que je lui cause et qu'Elle me conserve dans ses bonnes grâces. Je vous baise humblement les mains. D'Anvers, le 2 mars 1612.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Nous avons vu qu'au moment de quitter Rome pour revenir auprès de sa mère, à Anvers, Rubens venait de terminer les trois tableaux qu'il devait exécuter pour la Chiesa Nuova (Voir OEuvre de Rubens, Nos 205, 442, 443). La lettre au Cardinal Serra nous fournit, quatre années après, un dernier souvenir de ce travail, lequel, comme on sait, ne fut pas sans avoir provoqué divers incidents. [50] Le paiement de cette oeuvre assez considérable n'eut pas lieu immédiatement et d'un seul coup. L'artiste doit avoir eu des difficultés à ce sujet, bien qu'il y ait eu un prix convenu, 800 écus, et que les Pères eussent trouvé l'oeuvre excellente. Cela ressort d'une convention passée entre la Congrégation de l'Oratoire et Rubens, trois jours avant son départ. Il venait, sans doute, de recevoir la lettre pressante de son rappel. Dans cette circonstance, il a dû faire une démarche sérieuse pour obtenir un règlement de compte. En effet, les archives de la Congrégation contiennent cette quittance que nous traduisons: «Le 25 octobre 1608, à Rome. Je, Pierre-Paul Rubens, ai reçu des Pères de la Congrégation de l'Oratoire de Rome deux cents écus, à dix jules par écu, en acompte du prix qui m'est dû pour trois tableaux que j'ai peints pour le choeur de leur église; c'est à dire l'un pour le grand autel et les deux autres pour les côtés du choeur. Lesquels trois tableaux doivent m'être payés, l'un, c'est à dire celui du milieu, selon l'estimation qui en sera faite par deux hommes probes dont chaque partie en nommera un et aussitôt que l'estimation sera opérée, on en déduira cinquante écus dont je fais l'abandon, et trois cents écus qui m'ont été payés par Monseigneur Serra. Pour les deux autres tableaux, ils me seront payés, selon notre accord, deux cents écus chacun, en trois années, à cent écus par an, et cent écus immédiatement (1).((1) On constate entre les deux textes publiés des différences assez notables. N'ayant pu voir les documents nous-même, comme nous avons fait ailleurs, nous avons préféré le texte donné par M. Pinchart, d'après une copie certifiée qui lui avait été communiquée par M. Gachard (Bulletin Rubens, I, p. III).) En foi de quoi j'ai écrit et souscrit de ma main la présente quittance. Moi P. P. Rubens. Je, Jean Marie Ferraresi, fus présent à ce qui est dessus. Je, Jean Passini, fus présent à ce qui est dessus. Le 18 septembre 1610 ont été payés à l'illustrissime seigneur Cardinal Serra, cent écus pour compte de Monsieur Rubens.» Grâces à ce premier paiement, Rubens avait du viatique pour son voyage de retour. Les termes de la quittance sont peu claires et d'une arithmétique douteuse. Le tableau du maître-autel fut évalué à 330 écus, le 29 décembre 1609. La somme totale due à Rubens s'élevait donc à 730 écus; il en abandonnait 50 et en avait reçu 300, avant le 25 octobre 1608; à cette date il en reçut encore 200 dont il donne quittance et 100 autres qu'il doit toucher immédiatement. On ne lui reste donc plus redevable que 80 écus. Cependant il en reçut encore 100, le 18 septembre 1610, ce qui prouve que la convention concernant le paiement immédiat de cette dernière somme ne fut pas observée, le 25 octobre 1608. Le solde de 80 écus fut touché par le peintre Jacques de [51] Hase, directement des Pères de l'Oratoire, le 31 Mars 1612, ainsi qu'il conste du reçu qui en existe écrit sur la lettre de Rubens et dont voici la traduction: «Je, Jacques de Haze, ci-dessus nommé, ai reçu des Pères de la Chiesa Nuova, par les mains du Père Jules Sesaro, 80 écus pour reste et paiement entier de ce que devait avoir M. P. P. Rubens pour les trois tableaux qu'il a exécutés pour la dite église.
En foi de quoi, je fais la présente quittance.
A Rome, 31 mars 1612.
Jacques de Haze
, manu propria.»
Outre ces documents nous avons, relativement à cette affaire, deux articles tirés des registres de la Congrégation de l'Oratoire par M. Bertolotti, qui ne doivent pas être omis ici. L'un, à la date du 25 octobre 1608, dit que «l'église doit donner 200 ducats payés à P. P. Rubens, peintre flamand, à compte de ce qui lui est dû pour les peintures du choeur.» L'autre, à la date du 1 avril 1612, porte: «A M. P. P. Rubens, et à son ordre par la lettre écrite à l'illustrissime Cardinal Serra, datée d'Anvers, 2 mars, payé 80 écus en monnaie à M. Haze, pour reste et entier paiement des peintures de notre église (1).»((1) A. Bertolotti. Artisti Belgi et Ollandesi nei Secoli XVI e XVII. Firenze 1880, p. 186.) Il semble résulter de ces pièces, pour autant qu'on les comprenne, que le Cardinal Serra a payé une grande partie du prix de l'oeuvre, c'est à dire 300 écus, et que l'Église en a fourni 430. Rubens n'aurait reçu que, au total, 730 écus au lieu de 800 qui était le prix convenu primitivement.

CXXXII DOMINICUS BAUDIUS PETRO RUBENIO S. P. D. ANTVERPIAM. (11 avril 1612.)
[arrow up]

Ne ad inania excusationum diverticula confugiam, ingenue confitebor assignandam esse oblivioni ac negligentiae culpam tam diuturni silentii. Nam ex eo tempore, quo a vobis discessi, ita me totum sibi vindicavit procandi occupatio, ut omnium aliorum vitae et amicitiae officiorum fuerim oblitus. Nunc in optimae spei vado consistunt mea vota; et propediem fore spero, ut epithalamium mihi conscribant duo primaria Belgicae juventutis ornamenta Grotius et Heinsius, quos amore paterno [52] complector, quod et apud posteros testatum iri confido duraturis in perpetuum monumentis. Si nos dignaveris honestare aliquo tuae artis specimine, gratias immortales eo nomine tibi sum debiturus, et vicissim a me exsolvetur Quicquid in arte mea possum promittere curae. Utinam te caperet impetus hue excurrendi! Invenies non ineptos industriae tuae aestimatores, inter quos sunt ea duo lumina quae ante commemoravi. Nec desunt etiam qui penicilli gloria celebrantur. Michael a Mierevelt jampridem a fama notus est, et judicio recte sentientium magnam laudem non sine lucro consequitur exprimendis ad vivum vultibus hominum. Multique alii in his provinciis florent. Sed ut simpliciter dicam quod sentio, non accedunt ad decus tuorum operum, si oculos eruditos habemus, qui talia suis pretiis arbitrari possint. Non sum factus ad assentandum, nec ea labes cadere debet in generosum pectus, sed loquor uti sentio, non possum sine horrore contemplari monumenta tuarum manuum, quae vivent quamdiu ars aemulatrix naturae et humanitatis genius, in terris celebrabuntur. Sed ut coepi dicere, totus jam sum in procando, et fere ad mille Scazontes effudi in meos amores, quibus ad vivum expressi varios affectus eorum, qui hac amabili insania tenentur. Fortasse lucem videbunt non sine suffragatione literatorum, nisi me communis philautia decipit. Tu qui omnia nostra favore prono complecti soles, non aegre feres jactatiunculam, vitium agnatum erectioribus ingeniis, praesertim generi Poëtarum, quos ideo arbitror esse sub tutela Phoebi, qui Medicinae praeest, quod illis non sit sana mens, et quod curatoris egere videantur. Accedit nunc eodem amor, ut si admoveatur oleum camino, ne quid desit ad efficiendum poëtam omnibus insaniae numeris absolutum. Negat enim princeps ingenii et doctrinae Plato quemquam absque sacro furore Musarum unquam pepulisse fores Poëticas. Sed furor hic optandus est omnibus quibus cor sapit, et acetum acre est in pectore, ut cum ingeniosissimo vate gloriari possint, Est deus in nobis, agitante calescimus illo.Impetus hic sacrae semiua mentis habet. Sed jam satis est ineptiarum, et tempus videtur finiendi nugacem epistolam, cum solenni formula, ut valeas, nos ames, et strenue rem famamque augeas. Socero totique familiae salutem meo nomine plurimam dicas. Datum Lugduni Batavorum XI Aprilis M D C XII. [53] In effigiem celeberrimi pictoris Petri Rubenii et uxoris eius ab ipso expressam, cum naturae veritate certantem. Principis os pictoris habes cum conjuge fida,Cui par dulce jugum vix vetus ordo tulit.AEmulus ille manu naturam exaequat et arte.Haec ipsam formae vincit honore Cyprin.Caetera concordes, lis est haec una duorum,Officio atque fide quis potiora ferat.
Dominici Baudii Epist. Cent. III. L. B. 1620. (Cent. III. Epist. XLVII. p. 632). Dans d'autres éditions: Cent. III. Epist. LXXXI.
Dans Dominici Baudii Amores, publié par Pierre Scriverius, Leyde 1638, cette lettre se rencontre à la page 29 (ou plutôt 33) et porte la date du 11 avril 1611; dans l'édition des lettres, elle se trouve parmi celles de l'année 1611 quoique là elle soit datée de 1612. C'est probablement parce qu'elle s'est égarée dans les épitres de l'année précédente que l'éditeur des Amores l'a classée parmi celles de 1611. Le texte de la lettre prouve clairement qu'elle date de l'année 1612. Baudius y parle de son prochain mariage qui eut lieu vers la fin de cette année, peu de mois par conséquent avant sa mort. Les Amores sont un recueil de pièces en vers et en prose où l'amour et le mariage jouent le grand rôle. Elles sont composées par différents littérateurs et n'ont, pour le plus grand nombre, que peu ou point de rapport à Baudius. On ne voit pas trop ce que la présente lettre et celle du 21 février 1613, toutes deux adressées à Rubens, viennent faire dans ce recueil érotique.

TRADUCTION. DOMINIQUE BAUDIUS A PIERRE RUBENS, A ANVERS, SALUT.
[arrow up]

Pour ne pas me réfugier dans les inutiles détours des excuses, je vous avouerai ingénument qu'un aussi long silence est de ma part une faute imputable à l'oubli et à la négligence. Car depuis le temps que je vous ai quitté, je me suis occupé de faire la cour et cela m'a tenu si entièrement que je n'ai plus songé à aucun des autres devoirs de la vie et de l'amitié. Maintenant, j'ai la meilleure espérance de voir s'accomplir mes voeux et je me flatte, qu'au premier jour Grotius et Heinsius, qui sont l'honneur de la jeunesse des Pays-Bas et que j'aime d'un amour paternel, m'écriront des épithalames lesquels, j'en ai la confiance, seront des monuments qui en rendront un témoignage éternel auprès de la postérité. Si vous daigniez m'honorer de quelque production de [54] votre pinceau, je vous en devrais une reconnaissance éternelle et, à mon tour, je m'acquitterais envers vous Par tout ce que mon art peut promettre de mieux. Si vous étiez pris du bon mouvement de venir ici! Vous y trouveriez d'excellents appréciateurs de votre talent, entre lesquels je compte ces deux étoiles que je viens de nommer. Et même nous ne manquons pas de peintres dignes de réputation: celle de Michel Mierevelt est faite depuis longtemps; de l'avis des bons connaisseurs, ses portraits d'après nature méritent les grands éloges qu'on leur décerne et les profits qu'ils rapportent. Plusieurs autres peintres fleurissent dans nos provinces. Mais pour le dire franchement comme je le sens, ils n'atteignent pas à la splendeur de vos oeuvres si mes yeux sont assez fins pour apprécier ces choses à leur valeur. Je ne suis pas fait pour la flatterie, c'est une souillure qui ne doit pas entacher un noble coeur, mais je dis ce que je pense: il m'est impossible de contempler les chefs-d'oeuvre qui sortent de vos mains sans être saisi d'admiration; ces chefs-d'oeuvre vivront aussi longtemps que l'on glorifiera sur terre l'art rival de la nature et le génie du beau. Mais comme je vous le disais tout à l'heure, je suis tout à mes amours pour lesquels j'ai épanché déjà près de mille vers dans lesquels j'ai exprimé au vif les émotions diverses de ceux qui sont pris de l'amoureuse folie. Si je ne suis pas trompé par ce vulgaire aveuglement qu'on a pour soi-même, ce n'est point sans obtenir les suffrages des lettrés que ces vers verront peut-être le jour. Vous qui avez coutume de faire le meilleur accueil à tout ce qui vient de moi, vous ne serez pas offensé de ma petite jactance, un défaut qui s'accroche aux esprits les plus élevés, surtout s'ils sont de la race des poètes. Aussi je crois que ceux-ci sont placés sous le patronage de Phébus qui préside à l'art de guérir, parce qu'ils ont l'esprit malade et semblent avoir besoin d'un médecin. Puis si l'amour vient s'y mêler, ce sera comme de l'huile jetée sur le feu, afin que rien n'y manque pour créer un poète tout à fait atteint de folie. Platon, le prince de la raison et de la doctrine, ne dit-il pas que jamais personne n'a pu heurter aux portes du temple des Muses à moins d'être pris d'un saint délire? Mais il est à souhaiter que ce délire s'empare de tous ceux qui ont la sensibilité du coeur et la vivacité de l'esprit, afin qu'ils puissent dire résolument avec un très spirituel poète: Un dieu est en nous, il s'agite et nous nous enflammons.Son impulsion fait éclore les germes du génie. Mais en voilà assez de fadaises, il est temps, ce me semble, de clôturer cette lettre folle, par la formule solennelle: Portez-vous bien, aimez-nous, augmentez vaillamment votre fortune et votre renommée. Saluez de ma part votre beau-père et toute votre famille. Leyde, 11 avril 1612. [55] Sur le tableau représentant le très célèbre peintre Pierre Rubens et sa femme peinte par lui-même en luttant de vérité avec la nature. Voici l'éminent peintre et sa compagne sûre,Heureux couple! jamais son pareil ne s'est vu:Lui, par son art, s'est fait rival de la nature,Elle, par sa beauté, sur Cypris a vaincu.Parfaits tous deux, un point seul est en procédure:Qui l'emporte des deux en tendresse, en vertu.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Dans sa lettre précédente du 2 octobre 1611, Baudius ne sollicitait de Rubens qu'une petite place dans son amitié, ici on le voit demander davantage: une oeuvre de sa main en guise de cadeau de noces. En échange, il lui donnera... un poème. Et déjà, à la fin de la lettre, il offre un spécimen de son talent. Rubens a-t-il réalisé le désir du poète? Nous ne le croyons pas; mais, à coup sûr, il en fit la promesse, comme on le verra par une autre lettre; et c'est, sans doute, pour apostiller sa requête que Baudius écrivit en l'honneur du peintre une assez longue pièce que nous trouvons sans date, dans le recueil de ses poésies. Le tableau visé par la pièce de vers imprimée à la suite de la lettre représente Rubens et Isabelle Brant actuellement à la Pinacothèque de Munich (OEuvre de Rubens, N° 1050).

CXXXIII DOMINIQUE BAUDIUS A RUBENS.Ad Clarissimum et Ornatissimum Virum D. Petrum Rubenium Principem pictorum hujus aevi.
[arrow up]

Artis Magistrae dum stupenda contuorExempla quae sic exprimit tuus labos,Ut ipsa se Natura vinci gestiatAb hoste tali: pectus expleri nequit, [56] Oculisque praesens ipse vix credo meis,Nec est semel lustrasse talia haec satis,Juvat morari, plusque simplici vice,Plus triplicique (numerus haud capit modum)Contemplor horrens non sine instinctu sacroMonumenta nullis sat loquenda vocibus.Illic Ephebum raptat uncis unguibusJovis satelles et minister fulminis.Puer pavens anhelat exanguis metu,Trepidare visus; at canes latratibusAuras fatigant, et suum spectant herumUlulante quaestu; nescit haec Pius pater.Heic rostro adunco vultur immanis foditJecur Promethei, nec datur quies malis,Sic usque et usque rabidus aies imminetFaecunda poenis appetens praecordia.Non est eo contentus infandae dapisPastu, sed ungue laniat insuper feroHinc ora palpitantis, hinc femur viri.Ipse involaret in necem spectantiumNi vincla tardent; quod potest unum tamenFlammata torquens huc et illuc lumina,Terret timentes; pectore ebullit cruor,Et parte ab omni qua pedes signant notam,Trucesque flammas vibrat acies luminumRapidae volucris; hanc moveri, hanc tu putesQuassare pennas; horror adstantes habet.Parte alia Adonis et Cupidinum Parens.Sed plura non attexo, sistamus pedem.Non est mihi vox digna tantarum decusAEquare laudum, res voluminis foretReferre versu persequique singula.Non ista Zeuxis, non Appelleus laborAEquavit unquam, quos ad astra laudibusEffert vetustas; nemini concesseris,Tecumque certes absque rivalis metu. [57] Heic non movendus haeret ille Terminus,Quem tendere ultra vix queat mortalitas.Illos celebrat fama, te coram vident,Consentiensque publicae vocis favorLate per Orbem dissipat nomen tuum.Plerunque mendax Graecia, et prisci PatresIn majus evexere virtutes virûm:Nos quae tuemur aestimare possumusLivore dempto qui nocet praesentibus.Haud semper errat vulgus, est ubi eligit,Censuque claros censet heroas suo.Nemo universos, universi neminemDecepse sensu deprehendentur pari.Nec Sola te pictura laudibus vehitAntiquitatis gloria nihil minor.Sed comitatis laude cedis nemini,Sed promptus et paratus adspiras bonis:Virtus reperta rara nostris moribusIn arte vestra; nam frequenter id genus(Quod cum bonorum nullius dicam probro,Namque et Poetas metior modo pari)More hoc laborat, sive morbo verius,Nec eleganti, nec faceto, nec bono,Sed innocenti, quo Tigellium refertFuisse tactum Flaccus arbiter Lyrae.At te subactum pectus artibus bonis,Doctrinaque haud vulgaris, et genii lepos,Politiesque segregat vulgo rudi.Si quid meus promittere audebit labosQuod vincat annos, et venustatem ferat,Tu me canente dona Musarum legesForsan probanda postumis nepotibus:Tuumque nomen Gloria et fama auspicePerennitatis arduam sedem colet.
Dominici Baudii Poematum nova editio, Lugduni Batavorum, Ex Officina Godefridi Basson. MD CXVI, p. 577.

[58]
TRADUCTION.DOMINIQUE BAUDIUS A RUBENS.Au très illustre et distingué Pierre Rubens, prince des peintres de ce siècle.
[arrow up]

Quand je contemple les produits d'un art magistral créés par ton pinceau de façon si parfaite que la nature même se réjouit d'être vaincue par un tel rival, mon esprit ne peut se rassasier de pareil spectacle et j'en crois à peine mes propres yeux; il ne me suffit pas de les examiner une fois, je me sens captivé et m'arrête pour les revoir une seconde et une troisième fois et puis encore indéfiniment. J'admire avec des transports d'enthousiasme des oeuvres au-dessus de tout éloge. Dans l'une, le compagnon de Jupiter et le porteur de la foudre enlève dans ses serres crochues un éphèbe. L'enfant, pâle d'effroi, respire à peine et tremble visiblement. Ses chiens font retentir les airs de leurs aboiements plaintifs en voyant leur jeune maître monter dans les airs, à l'insu de son vénérable père. Dans une autre, un vautour féroce de son bec crochu fouille la poitrine de Prométhée, et n'accorde aucune trève à son supplice: l'oiseau cruel dévore sans cesse le foie toujours renaissant. Il ne se contente pas de ce repas affreux, mais de ses ongles il déchire encore le visage et la cuisse du supplicié. Celui-ci se lancerait sur les spectateurs, au risque de les tuer, si ses liens ne le retenaient. Tout ce qu'il peut c'est de leur inspirer l'effroi par ses regards enflammés. Le sang jaillit de sa poitrine et teint toute place où il pose les pieds. Les yeux perçants de l'aigle dardent des flammes sauvages. Les spectateurs croient le voir s'agiter et battre l'air de ses ailes, l'horreur les saisit. Sur un troisième tableau, on voit Adonis et la Mère des Amours. Mais je n'en mentionnerai pas davantage et je m'arrêterai. Il me manque une voix capable de s'élever à la hauteur de tant de mérites, il faudrait un volume pour mentionner chaque oeuvre en particulier. Jamais Zeuxis, jamais Apelles, portés aux nues par les anciens, n'égalèrent ces oeuvres. Personne ne l'emporte sur toi et tu n'auras d'autre rival que toi-même. Ici s'arrête la borne de l'art que les mortels s'efforceront en vain de reculer. Ceux-là la Renommée les célèbre, toi nous te voyons devant nos yeux et la faveur unanime proclame ta gloire à la face de l'Univers. Mainte fois la Grèce mensongère et les hommes de l'antiquité ont grossi le mérite des leurs; nous pouvons juger de ce que nous voyons en faisant taire l'Envie pernicieuse [59] aux contemporains. La multitude ne se trompe pas toujours, il est des cas où elle fait son choix et accorde son suffrage aux grands hommes. Personne ne soupçonnera que tous d'un commun accord se trompent, tous n'admettront jamais que personne ne s'est trompé. La peinture seule ne te vaut pas toutes ces louanges, ta gloire comme connaisseur de l'antiquité n'est pas moins grande. Tu ne le cèdes à personne par ton affabilité, tu es toujours prompt et prêt à tendre au bien. Ta vertu est chose rare parmi ceux de ton art. Car, sans vouloir médire des bons et jugeant de la même manière les poètes, la race des peintres est atteinte de ce travers, ou plutôt de cette maladie, ni élégante, ni aimable, ni bonne, mais innocente dont Tigellius était affligé, comme le déclare Horace, l'arbitre de la poésie. Mais toi, dont l'affection est vouée aux beaux-arts et à la science, ton esprit charmant et cultivé te sépare de la multitude grossière. Si mon travail pouvait produire une oeuvre vainqueur des années et douée de quelque grâce, mes vers, confirmés peut-être par la postérité te feront recueillir les dons des Muses et protégé par la Gloire et par la Renommée, ton nom conquerra l'immortalité.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

En écrivant cette pièce de vers Baudius tient la promesse faite dans la lettre précédente. Son épître porte visiblement le cachet d'une flagornerie intéressée; mais elle prouve, même en tenant compte des exagérations voulues du versificateur, à quel haut degré la renommée de Rubens s'était élevée en peu de temps. Les trois tableaux que Baudius mentionne sont le Prométhée enchaîné sur le mont Caucase (OEuvre de Rubens, n° 671, tome III, p. 152 et tome V, p. 340), actuellement au Musée d'Oldenbourg; un Ganymède enlevé par l'aigle de Jupiter et une Vénus et Adonis. Nous ne saurions déterminer exactement quelles représentations de ces deux derniers sujets sont visées. Le Ganymède que nous connaissons par une gravure de Henriquez et par une répétition au Musée de Dijon (OEuvre de Rubens, 612) ne correspond qu'imparfaitement à la description de Baudius et sa mention de Vénus et Adonis est trop vague pour pouvoir nous permettre de l'appliquer à un des nombreux tableaux connus qui portent ce titre (OEuvre de Rubens, 690 à 695). Il est assez probable que le poète vit en Hollande les peintures dont il parle; malheureusement, il ne nous dit pas chez quel propriétaire ni dans quelle circonstance.

[60]
CXXXIVLE PENSIONNAIRE DE WEERDT A DON RODRIGO CALDERON, COMTE D'OLIVA. (2 septembre 1612.)
[arrow up]

Ilustrissimo Señor.
Los del Magistrado de esta ciudad han recebido mucha honra con la presencia de Vuestra Señoria Ilustrissima, que Dios guarda por muchos años, y le de muy buen viaje y llegada a España, suplicando la, en todas occasiones que se offrecieren, tenga esta ciudad por encomendada, laqual al presente està muy descayda, con esperança que con favor de la Sacra Catolica Maiestad de España, por la mano de Vuestra Señoria Ilustrissima, podrà ser ayudada, estimando mucho la buena volontad que ha muestrado de ser aficionado d'accudir a ello; los del Magistrado por en parte reconoscer la obligacion que tienen, han determinado de presentar a Vuestra Señoria Ilustrissima la pintura de «Los Reyes» que està en la casa della villa, el mayor presente y mas raro que tienen, suplicando la de los hazer el favor de recevirla en memoria d'esta ciudad, non considerando el valor mas la buena volontad con que la presentan.

RESPUESTA DEL SEÑOR CONDE DE OLIVA.
[arrow up]

Mucha obligacion tengo a esta ciudad, mi patria, y lugar de mi nascimiento, que ha tanto honrado, de que tiendrè memoria por hazer la relacion al Rey, mi Señor; holgaria de poder tener occasion por hazer algun favor a ella y a todos del Magistrado, los engratiando del presente de la pintura que me dan, laqual estimo mucho, y la pondrè en mi mayorasgo, assegurando los que harè todo lo que puedo por ellos y por la ciudad, para favorescerla en todo lo que se offreciere.´
Ces deux documents sont extraits du manuscrit intitulé: Harangues et bienvenues des Pensionaires de la Ville d'Anvers faictes aux Ducs, Comtes, etc. de 1562 à 1618. Ms. conservé aux Archives d'Anvers. — Publiés dans le Bulletin des Archives d'Anvers, VI. 352. — Genard. P. P. Rubens. Aanteekeningen, etc. Antwerpen 1877, p. 396.

[61]
TRADUCTION.LE PENSIONNAIRE JOSSE DE WEERDT A DON RODRIGO CALDERON, COMTE DE OLIVA.
[arrow up]

Très illustre Seigneur.
Les Membres du Magistrat de cette ville ont reçu grand honneur de la présence de Votre Seigneurie Illustrissime à laquelle Dieu veuille accorder de longues années, ainsi qu'un heureux voyage et arrivée en Espagne. Ils La supplient de vouloir bien en toutes les occasions qui se présenteraient, prêter son assistance à cette ville à présent fort déchue; ils espèrent qu'avec la grâce de Sa Majesté Catholique et par l'appui de Votre Seigneurie Illustrissime, elle recevra du secours. Tenant en haute estime la bonne volonté qu'Elle a montrée de se dévouer à cette protection, et dans le but de reconnaître en partie l'obligation qu'ils ont contractée, les membres du Magistrat ont résolu de présenter à Votre Seigneurie Illustrissime le tableau «des trois Rois» qui se trouve à l'Hôtel-de-Ville: c'est le présent le plus considérable et le plus rare qu'ils ont à offrir; ils La supplient de leur faire la faveur de l'accepter en souvenir de cette ville, et de considérer, non la valeur de l'oeuvre, mais la bonne volonté de ceux qui la présentent.

RÉPONSE DU SEIGNEUR COMTE D'OLIVA.
[arrow up]

J'ai une grande obligation envers cette ville, ma patrie et le lieu de ma naissance, envers cette ville qui m'a reçu avec tant d'honneur. J'en garderai mémoire afin d'en faire la relation au Roi, mon maître; je serais heureux d'avoir l'occasion d'obtenir quelque faveur pour elle et pour les membres du Magistrat. Je remercie ceux-ci du présent qu'ils me font d'un tableau que j'apprécie beaucoup et que je vais placer au siège de mon majorat. Et je donne au Magistrat l'assurance qu'en toute occasion je ferai pour lui et pour la ville, tout ce qu'il me sera possible de faire à leur avantage.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Rédigée par Josse de Weerdt, pensionnaire de la Ville, qui avait en cette qualité la charge de formuler les harangues, lettres de bienvenue et d'adieu adressées aux grands personnages, la première des pièces que nous venons de donner, se rapporte à un petit événement local dans lequel un tableau de Rubens intervient avec éclat. [62] Depuis la fermeture de l'Escaut, la décadence du commerce s'accentuait de plus en plus: la ville cherchait à l'arrêter par tous les moyens, surtout par l'obtention de faveurs fiscales, douanières ou autres. Une occasion vint à se présenter de solliciter avec succès une de ces faveurs. Un haut et puissant seigneur, envoyé extraordinaire du roi d'Espagne Philippe III aux Pays-Bas, Don Rodrigo Calderon, comte d'Oliva, se rendit de Bruxelles à Anvers, le 28 août 1612. Ce personnage dont la destinée fut si tragique, était né à Anvers, de don Francisco Calderon, capitaine dans le régiment du fameux colonel Mondragon, et de Maria de Aranda (1).((1) Des auteurs disent qu'il était un aventurier, fils de Francesco Calderon et d'une fille flamande ou allemande, Maro Sandelin, que son père épousa depuis. Ils sont dans l'erreur. C'est son bis-aïeul maternel, Don Louis de Aranda, qui avait épousé une Maria Sandelin. Une fille de ceux-ci, Maria, épousa Rodrigo Calderon, qui fut le père de Francesco. Celui-ci épousa sa cousine germaine, nommée aussi Maria de Aranda.) Rentré en Espagne avec son père, nommé capitaine des hallebardiers espagnols et allemands de la garde du roi, don Rodrigo devint un des secrétaires et le favori du duc de Lerme qui l'attacha comme secrétaire à la chambre du roi, le nomma comte d'Oliva, «alguazil mayor» de Valladolid et le combla d'honneurs et de biens. De Lerme, on le sait, dominait le faible et indolent Philippe III; à son tour, Calderon dominait de Lerme (2).((2) La Fuente. Historia de España. XV.) Il était au comble de la puissance quand, en 1612, le roi le chargea d'une mission diplomatique auprès des Archiducs. Ceux-ci le reçurent avec les plus grands honneurs. Lorsqu'il vint à Anvers, sans doute pour revoir la ville qui fut son berceau, le Magistrat lui fit adresser une «bienvenue» avec l'espoir que Sa Seigneurie, «voyant le présent estat de la ville, pour considérations et respects particuliers et selon la naturelle inclination qu'un chascun porte à sa patrie, aura icelle, ses affaires et tous inhabitans pour recommandez.» A quoi l'ambassadeur répondit que, né dans cette ville, il saisira toutes les occasions de la favoriser. Pendant son séjour, il fit de grandes libéralités à des églises (3)((3) A la seule église de St Georges il donna 1500 florins.), à des couvents, aux pauvres et il promit au Magistrat d'employer tout le crédit dont il jouissait auprès de Sa Majesté, afin d'obtenir en faveur de la ville le droit d'étape pour les épices et autres marchandises venant d'Espagne. Désirant témoigner sa reconnaissance pour cette heureuse promesse, le Magistrat, par délibération du 31 août et du 1er septembre, résolut d'offrir à l'ambassadeur le grand tableau des Trois Rois ou de l'Adoration des Mages, par Rubens, tableau qui ornait la Salle des États, à l'Hôtel-de-Ville. Ce tableau avait été commandé à l'artiste au commencement de l'année [63] 1610, sur la proposition de Rockox: c'était le premier qu'il avait exécuté pour la ville et c'était un chef-d'oeuvre. Le magistrat pouvait dire à bon droit dans sa lettre au Comte que «c'est le plus grand et le plus rare des présents qu'il pouvait offrir.» D'après la réponse du comte, on voit que le cadeau fut reçu avec empressement. On peut s'étonner de ce que le Pensionnaire, dans son allocution, ne prononce point le nom du peintre. Cette mention nous paraît superflue. Il est infiniment probable que le tableau avait été vu, admiré, convoité même par le comte, pendant sa visite à l'Hôtel-de-Ville, où peut-être il avait été accompagné de Rubens lui-même, car l'ambassadeur et l'artiste devaient s'être rencontrés à Ventosilla, lorsque Rubens était l'hôte du Duc de Lerme. Pour que l'administration communale ait consenti à se dessaisir d'une oeuvre qui venait d'être exécutée pour la décoration de l'Hôtel-de-Ville, il faut qu'il y ait eu une raison déterminante toute particulière. Ce qui le fait conjecturer encore, c'est que dans la délibération qui eut lieu au sujet de l'offre, deux corps de métier votèrent contre la proposition; mais la majorité passa outre. La personnalité de l'artiste nous semble avoir été, dans cette circonstance, d'un poids décisif. Le favori du duc de Lerme devait désirer une oeuvre de l'auteur du portrait équestre de son maître. L'ambassadeur emporta le tableau en Espagne. Pendant son absence, de vigoureuses intrigues avaient été ourdies contre lui: on essaya de miner son autorité, on n'y réussit point. Le roi, toujours fasciné, lui conféra au retour le titre de Marquis de Siete Iglesias, et augmenta ainsi sa puissance et son prestige. Mais peu d'années après, l'opposition qui s'acharnait contre le duc de Lerme et Calderon parvint à triompher. En 1618, tous deux tombèrent en disgrâce. Calderon fut accusé de divers crimes imaginaires et mis en prison. A l'avènement de Philippe IV, en 1621, Olivarès, le futur grand ministre, qui commençait à s'élever, exerça cruellement sa vengeance contre le malheureux Comte d'Oliva; il le fit juger, soumettre à la torture et exécuter. Calderon mourut avec le plus grand courage, le 21 octobre 1621. On vendit ses biens, le roi fit acquérir le tableau de Rubens. Celui-ci se trouve aujourd'hui au Musée de Madrid. Lors de son second voyage en Espagne, Rubens le retoucha et l'élargit (Voir OEuvre de Rubens N° 157).

[64]
CXXXV DOMINICUS BAUDIUS PETRO RUBENIO S. P. D ANTVERPIAM. (21 février 1613.)
[arrow up]

Rogatus sum a communi amico, et unico artis tuae admiratore, Bartholomaeo Ferrerio, ut filium suum, qui feliciter pro captu aetatis ad penicilli gloriam adspirat, humanitati tuae commendarem. Nolo promiscuis commissionibus obsolefieri gratiam quam apud te mihi esse pateris; itaque hactenus morem gessi desiderio patris, et antiqui sodalis, ut me internuncio, scires ipsum beneficio immortali devinctum iri, si cum Francisco Snyders egeris, ut adolescentulum non tantum †† adsciscere dignetur, ut assiduam magistro operam navare possit. Non parcet parens ulli sumptui, et infinitum se debere utrique confitebitur. Quum haec scribebam, eram occupatissimus, alias occuratiores erimus. Elogia Ciceroniana soceri tui, viri ad genium humanitatis facti, magna cum voluptate et utilitate legi, praesertim epistolam quae tota Tullianae dictionis indolem spirat. Opinor jam te ex fama audiisse, me choro maritorum iterum esse adscriptum. Contigit uxor prorsus ex animi mei sententia, imo (sed penes te pereat hoc horribile arcanum) supra votum. Feriis Augustalibus, si potestas data erit, ad vos cum Junone excurram, ut serio te admoneam promissi, quod ego in praecipua census mei parte deputo. Nam bona nomina non appellando fiunt mala.
Bene vale, et festinationi ignosce.
Datum Lugduni Batavorum IX Kal. Martias M DC XIII.
Dominici Baudii Epistol. Centuriae tres. Lugd. Bat. 1620. (Cent. III. ep. 69 p. 682.) Dans d'autres éditions: Cent. IV. Epist. 3. Dans les Dominici Baudii Amores, p. 106.

TRADUCTION.DOMINIQUE BAUDIUS A PIERRE RUBENS A ANVERS.
[arrow up]

Un de nos amis communs, admirateur insigne de votre talent, Barthélemi Ferrier, me demande de recommander à votre bienveillance son fils qui aspire avec l'heureuse ardeur de son âge à se faire un nom dans la peinture. Je ne veux point par de banales commissions déprécier l'influence que vous me permettez d'avoir auprès de vous; donc je me rends aux désirs d'un père, un [65] ancien camarade, mais seulement pour que vous sachiez par mon intermédiaire qu'il vous serait éternellement obligé si vous lui rendiez le service d'agir auprès de François Snyders, afin qu'il veuille bien accepter le jeune homme, non seulement pour élève, mais encore pour commensal, pour qu'il puisse être à l'oeuvre avec assiduité auprès de son maître. Le père n'épargnera aucune dépense et il sera infiniment reconnaissant envers vous deux. J'étais très occupé en écrivant ces lignes, une autre fois j'y mettrai plus de soin. J'ai lu avec grand plaisir et grande utilité les Elogia Ciceroniana de votre beau-père; c'est un homme doué du goût des bonnes lettres; j'aime surtout l'épître dédicatoire laquelle tout entière respire le parfum du style cicéronien. La renommée doit déjà vous avoir appris, je pense, que je suis entré de nouveau dans la corporation des maris. J'ai trouvé une femme réalisant absolument mes voeux et même les dépassant; mais que cette horrible confidence meure auprès de vous! Aux vacances d'Août, si on me le permet, je vous arrive avec ma Junon, afin de vous rappeler une promesse qui me procurera la meilleure part de mon avoir. Car si l'on ne remue pas les bons débiteurs, ils deviennent mauvais.
Portez-vous bien et pardonnez-moi ma précipitation.
Leyde, 21 février 1613.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Nous n'avons pu découvrir s'il a été donné suite à la demande d'admission du jeune Ferrier, chez François Snyders: ce nom ne figure pas dans les Liggeren ou Registres de la Corporation de St Luc d'Anvers et nous ne connaissons point de peintre hollandais de ce nom. Dans la notice de Jean Brant que nous avons donnée plus haut, il a été parlé des Elogia Ciceroniana Romanorum, publiés par le beau-père de Rubens, l'année précédente. L'épitre dédicatoire, admirée par Baudius, est adressée à Pierre Pecquius, en date du 1r avril 1612. La deuxième union conjugale de Baudius et le bonheur dont il se vante ne furent pas de longue durée: sept mois après, le 22 août 1613, au moment même où, d'après cette lettre, il se proposait de venir à Anvers, l'infortuné poète mourait à Leyde. Sa santé, minée par les excès et des désagréments qu'il éprouva de la part des curateurs de l'Université, hâtèrent sa fin. La promesse dont il est question dans la lettre et dont il se propose de venir demander le paiement, est, sans aucun doute, relative à une oeuvre de Rubens que celui-ci se serait engagé à donner en cadeau après la lettre de Baudius du 11 avril 1612 et la pièce de vers en l'honneur du peintre. La promesse est tombée caduque par la mort de Baudius. Il s'agissait probablement d'un [66] portrait du professeur et de sa nouvelle femme. Le voyage d'Anvers aurait mis le peintre à même d'exécuter cette oeuvre. Le cadeau si vivement attendu aurait été, dit Baudius, «la meilleure part de son avoir». Cette phrase que l'on pourrait prendre pour une fleur de rhétorique, ne l'était pas dans l'intention de celui qui l'écrivait. Aussi besoigneux que vaniteux, il avait la manie de se plaindre sans cesse de sa pauvreté, qui n'était que la suite de ses désordres, essayant ainsi d'insinuer que l'on ne reconnaissait pas suffisamment sa supériorité littéraire. Ses éloges poétiques adressées à de hauts personnages étaient souvent dictés par l'espoir d'obtenir des rémunérations sonnantes: s'il eut obtenu de Rubens quelque toile en cadeau, il est plus que probable qu'elle aurait bientôt servi à désintéresser quelque créancier et l'on comprend un peu que le peintre, connaissant le personnage, ne se soit pas empressé de le satisfaire en ce point.

CXXXVI JEAN MORETUS A JEAN HASREY. (10 mars 1614.)
[arrow up]

Aen Sr Jan Hasrey te Madrid.
Het Brevier in f° sal alleen met coperen figuren wesen, die daer toe nieuw van Peter Rubbenio hebbe doen inventeren ende teekenen, ende sullen desghelycks in het korte ghesneden wesen
In Antwerpen, den 10en Martii 1614.
Archives du Musée Plantin-Moretus, à Anvers, Registre XIII, p. 217.

TRADUCTION.JEAN MORETUS A JEAN HASREY.
[arrow up]

Au Sieur Jean Hasrey a Madrid.
Le Bréviaire in-folio sera uniquement orné de figures sur cuivre, que j'ai fait expressément composer et dessiner par Pierre Rubens et qui sous peu seront gravées
A Anvers, le 10 mars 1614.

[67]
COMMENTAIRE.
[arrow up]

En 1614, les frères Balthasar et Jean Moretus firent paraître une édition in-folio du Breviarium Romanum ex decreto Sacrosancti Concilii Tridentini restitutum (1).((1) Max Rooses. OEuvre de Rubens Nos 1250-1262.) Outre le frontispice, Rubens dessina pour cette édition dix planches que Corneille Galle grava sur cuivre. Rubens avait été chargé de ce travail en 1612 et reçut, entre 1613 et 1616, 132 florins pour ces dessins et pour ceux du Missel. Les planches de ce dernier livre étaient les mêmes que celles du Bréviaire, excepté l'une d'elles, le David, qui ne parut que dans ce dernier ouvrage. Rubens dessina spécialement pour le Missel une vignette la Cène, un encadrement l'Arbre de Jessé et une planche le Calvaire. En tout, il avait donc dessiné 14 planches. Les 11 planches du Bréviaire lui furent payées à raison de 12 florins la pièce. Jean Hasrey, ou Hertsrey, à qui la présente lettre est adressée, était un libraire flamand établi à Madrid. Il était en relations fort suivies avec Jean Moretus, de 1613 à 1615, et débita de grandes quantités de livres liturgiques fournies par l'imprimerie plantinienne. Le 22 octobre 1615, Jean Moretus écrit à son successeur, Corneille Martens, une lettre dans laquelle il exprime ses regrets de la mort de Jean Hasrey qu'il venait d'apprendre.

CXXXVII JEAN VAN DEN WOUWER A MORETUS. (17 mars 1614.)
[arrow up]

Doctissime et Amicissime Domine.
Iterum fores tuas pulso, iterum molestus sum. Vitam B. Simonis Valentini, ut nuper indicavi, aliquot exemplaribus tantum, et meo omnino sumptu a te excudi velim. Si importunus sum, ignosce, amicus sum, sane ex animo. Quem adfectum serio scribo, nisi ††mihi eripiet. Nunc dedicatoriam ad te mitto, ut examines diligenter, et libere admodum judicium tuum perscribas. Imago, quam nuper te comitante, Gallaeo tradideram, in manibus elegantissimi Rubenii nostri nunc est; inde spero ornatiori cultu et artificiosa magis positura exibit, ut cum [68] spectabili quoque arte in aes incidatur.
Salve, et me quod facis, semper ama.Ex animo tuus

Jo: Woverius.
Sans date.
Adresse: Ornatissimo Doctissimoque DnoD. Balthasari Moreto Antverpiae.
Archives du Musée Plantin-Moretus. Lettres reçues T-Z, p. 479.

TRADUCTION.JEAN VAN DEN WOUWER A BALTHASAR MORETUS.
[arrow up]

Cher Ami,
Je viens de nouveau frapper à votre porte et vous importuner. Je voudrais que vous imprimiez, comme je vous ai dit naguère, à mes frais exclusivement et en petit nombre d'exemplaires seulement, la Vie du bienheureux Simon de Valence. Si ma demande vient mal à propos, pardonnez-le moi comme à un bon ami dont l'affection, je vous le dis sérieusement, ne s'éteindra qu'avec la vie. Pour le moment, je vous envoie la dédicace pour que vous l'examiniez attentivement et m'en fassiez connaître librement votre opinion. Le portrait que dernièrement j'ai remis en votre présence à Corneille Galle se trouve maintenant entre les mains de notre ami Rubens, l'artiste exquis, dont il sortira, j'en suis sûr, plus élégamment orné et dans une pose plus artistique pour être gravé sur cuivre avec un art insigne.
Je vous salue et vous prie de m'aimer toujours comme vous faites.Cordialement

Jean Woverius.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Cette lettre se rapporte à la publication de l'opuscule: Vita B. Simonis Valentini Sacerdotis á Joanne Woverio Antverp. descripta. Antverpiae, ex Officina Plantiniana. Apud Viduam et filios Jo. Moreti. M. DC. XIV. In-8°. Le livre renferme un portrait du Saint entouré d'un encadrement de style rubénien. Dans un cartouche, sous le portrait, on lit: Viva imago B. Simonis Sacerdotis
|| [ID00085]
[ID00086] [69] Valentini vixit sanctissime Ann. XXXIII esse mortalis desiit VII. Kal. Maia M. D. CXII. Nul doute que cette planche ne fût gravée par Galle d'après le dessin de Rubens. Le volume fut tiré à 500 exemplaires. La gravure est mentionnée par Voorhelm Schneevoogt p. 110, n° 143. Woverius avait la déplorable habitude de ne pas dater ses lettres. Nous ne savons donc pas au juste quand celle-ci fut rédigée. Son livre fut approuvé le 17 mars 1614; c'est à cette date que nous avons classé son billet à Moretus, certain qu'il fut écrit à peu de distance de ce jour.

CXXXVIII RUBENS A L'ARCHIDUC ALBERT. (19 mars 1614.)
[arrow up]

Ben si deve ricordar secondo l'estrema bontà della sua memoria el arciducca d'haver veduto duoi anni fà un dissegno colorito fatto di mia mano per servicio della tavola colle porte del altar maggior del duomo di Gandt, ad instanza del Riverendmo Masio vescovo di quella città che sia in gloria, il quale haveva destinato di fare questa opera con ogni magnificenza possibile, come senza altro sarebbe riuscita la più grande i bella che mai si facesse in questi paesi, se la morte non l'havesse prevenuto per la quale ben che il capitolo havesse il tutto approvato, ogni cosa restò sospesa, et io havendomi affaticato molto nel fare el apparato di tutta l'opera tanto per l'ornamento di marmo quanto per la pittura, restai senza ricompensa alcuna, pascendomi di speranza che monsigr vescovo al presente dovesse insieme colla dignita succeder anco in questa impresa, ma m'ingannai molto, poi chegli si è lasciato di perverso consiglio persuader senza pur veder una volta li mei dissegni di (1)((1) En marge: Non ha però fatto ancora alcun patto o concesso con li scultori sin adesso, ne fatto alcuna provisione de marmi.) far laltar maggiore d'una maniera scioccissima senza pittura di sorte alcuna, ma solo con una statua di S. Bavone et un recinto de marmo con alcune colonne et un ripositorio di dietro l'altare per il Santissimo Sacramento, che non ostante la Pittura anco secondo il mio dissegno, ci doveva essere, insieme con la base sopra l'altare per riponere le reliquiè. I quello ch'importa questo monsigr vescovo ha destinato di [70] spendervi la medesima somma de dinari che havrebbe fatto il suo antecessore, di maniera che mi dispiacce in estremo che una cosi bella impresa sen irà à monte, non già per l'interesso mio particolare, che poco importa, mà per la perdita del ornamento publico di quella città, se non e che S. A. Serema, per laffettion grandissima che ha dimostrato sempre di portar a l'arte della Pittura et a me in particolare, come anco per accrescere la bellezza di quella chiesa principale dalle cui intrate si farà questa spesa, dico che S. A. voglia risolversi di far saper al vescovo di Gandt di haver visto questo dissegno mio, et che li pareva buono et che S. S. Rma farià bene di tenersi à quello ò almeno vederlo una volta prima di pigliar altra rissolutione. Io certo resterei obligatissimo quanto dir si possa à l'amorevolezza di S. Altezza Serma se volesse favorirmi di una letterina a monsigr vescovo di Gandt di un tal tenore come si e detto, assicurandola chio non sono mosso di quel utile che mi risultarebbe di quell' opra (1)((1) En marge: Poi chè sono al presente più cargato d'opere grandisime che non fossi giamai, delle quali penso di portarne alcune à Brusselles per mostrar a S. A. quando saranno finite poi chè si fanno in tela.) ma solo per che posso dir in conscienza di cristiano, quel dissegno di Gandt esser la più bella cosa che facessi giamai in vita. I perciò m'induce il zelo di condurlo ad effetto, ad usar con S. Altezza forse termini troppo importuni.
Che prego il Sigr Idio conservi con buona salute.
D'Anversa, alle 19 de Marzo 1614.
Di S. A. SmaDevotissimo Servitore

Pietro Paulo Rubens.
(En note de la main d'un secrétaire:)Escrire une lettre au Révérme de Gand de la part de S. A., qu'il veuille faire venir le tableau d'aultel par ce suppliant peint à la réquisition et par charge de fut Révérme évesque Maes, afin de le faire parachever, et la prendre si avant qu'il puisse luy estre désireux ou à son église.
Original aux Archives du Royaume à Bruxelles. Correspondance historique A° 1614, f° 20, dans les Archives de l'Audience N° 628. — Publiée par Al. Pinchart dans Archives des Arts, Sciences et Lettres, Gand 1863. Tome II, p. 168. — Rosenberg. Rubensbriefe, p. 39. — Traduction dans Michiels. Rubens et l'École d'Anvers, 1877. p. 278.

[71]
TRADUCTION.RUBENS A L'ARCHIDUC ALBERT.
[arrow up]

Grâce à sa mémoire extrêmement heureuse, l'archiduc doit parfaitement se rappeler d'avoir vu, il y a deux ans, un dessin colorié fait de ma main, servant d'esquisse du tableau avec volets destiné au maître-autel de la cathédrale de Gand, dessin que j'avais fait à la prière du révérendissime évèque de cette ville, Mgr Maes, que Dieu reçoive en sa gloire. Ce prélat avait résolu de faire exécuter cette oeuvre avec toute la magnificence possible, et certainement, s'il n'avait été prévenu par la mort, l'oeuvre aurait été la plus grande et la plus belle qui jamais eût été produite en ce pays. Et cependant, quoique le chapitre eût approuvé le tout, toutes choses restèrent en suspens. Je me suis donné beaucoup de peine pour dresser le projet de tout le travail, tant pour la construction en marbre que pour la peinture et je reste sans aucun dédommagement, me nourrissant de l'espoir que Monseigneur l'évêque actuel en acceptant la succession de la dignité aurait accepté aussi celle de cette entreprise. Mais je me suis grandement trompé: écoutant de mauvais conseils et se refusant à regarder mes dessins même une seule fois, il s'est laissé persuader d'élever un maître-autel des plus déraisonnables, sans tableau d'aucune sorte, avec la seule statue de St Bavon dans une niche de marbre avec quelques colonnes et, derrière l'autel pour le très Saint Sacrement, un reposoir lequel, d'après mon dessin, devait, malgré l'existence d'un tableau, se trouver sur l'autel avec son soubassement pour y loger les reliques (1).((1) En marge: Cependant il n'a fait jusqu'à présent encore aucune convention ou arrangement avec des sculpteurs, ni aucun achat de marbres.) Et ce qui est important à dire c'est que Monseigneur l'Évêque a résolu de dépenser pour cet objet la même somme que voulait y consacrer son prédécesseur: de sorte qu'à voir une entreprise aussi belle s'en aller à rien, je suis pris d'un regret extrême, non pas à cause de mon intérêt particulier lequel importe peu, mais à cause de la perte que la ville va faire de ce grand ornement, à moins que S. A. Sérénissime, mue par la très grande affection qu'Elle a toujours montré de porter à l'art de la peinture et à moi en particulier, et désireuse aussi d'augmenter la splendeur de cette cathédrale dont les revenus doivent servir à payer la dépense, à moins que S. A., dis-je, ne veuille se résoudre à faire savoir à l'évêque de Gand que S. A. a vu mon dessin, qu'il l'a trouvé bon, et que Sa Seigneurie Révérendissime ferait bien de s'en tenir à ce dessin ou, du moins, d'y jeter un seul coup d'oeil avant de prendre une [72] autre résolution. Pour moi, je ne puis assez dire combien je serais obligé pour la bienveillance envers S. A. S. si elle daignait me favoriser d'une petite lettre conçue dans le sens qui vient d'être dit et adressée à Monseigneur de Gand. Je donne à S. A. l'assurance que je n'ai nullement en vue le profit qui résulterait pour moi de cet ouvrage (1)((1) En marge: Car pour le moment je suis chargé d'oeuvres très importantes plus que je ne l'ai jamais été. Je pense d'en apporter quelques-unes à Bruxelles, quand elles seront terminées, pour les faire voir à S. A. car se sont des tableaux sur toile.), mais je puis le dire avec ma conscience de chrétien, ce dessin de Gand est la plus belle chose que j'aie conçue de ma vie.
Aussi dans le vif désir que j'ai de le conduire à sa réalisation, j'ai été porté peut-être à user de termes empreints de trop d'importunité à l'égard de S. A. que je prie le Seigneur Dieu de conserver en bonne santé.
D'Anvers, le 19 mars 1614.
De S. A. SérénissimeLe très dévoué Serviteur

Pierre-Paul Rubens.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

L'omission des formules d'étiquette et la rédaction générale de cette pièce nous la font considérer, non comme une lettre adressée directement à l'Archiduc Albert, mais comme un mémoire destiné à être mis sous les yeux du prince par quelque haut fonctionnaire. Selon le texte de la pièce, l'archiduc Albert avait vu en 1612 un dessin colorié fait de la main du peintre et devant servir d'esquisse au tableau de St Bavon qui se trouve actuellement à la cathédrale de Gand (OEuvre de Rubens, N° 396). Par dessin colorié, il faudra bien entendre «panneau peint» et en effet, telle est l'esquisse où le sujet est traité en triptyque et qui nous a été conservée et se trouve à la National Gallery de Londres (OEuvre de Rubens, N° 396bis). L'évêque Charles Maes, qui avait fait la commande du retable à Rubens, naquit à Bruxelles en 1559. Il fut nommé doyen de la cathédrale d'Anvers le 10 mai 1590, puis grand aumônier des archiducs Albert et Isabelle. Le 24 juin 1607, il fut sacré évêque d'Ypres; le 5 novembre 1610, il prit possession du siège épiscopal de Gand. Il mourut le 21 mai 1612. C'est donc entre ces deux dernières dates que Rubens fit l'esquisse dont parle sa lettre. Au défunt évêque de Gand succéda François-Henri Yan der Burch, né à Gand le 26 juillet 1567; successivement chanoine de la cathédrale d'Arras et archidiacre de [73] l'archevêché de Malines, il se démit de cette dernière charge et fut pendant trois ans simple chanoine de Sainte-Waudru à Mons. Au bout de ce temps, l'archiduc lui fit accepter le siège épiscopal de Gand. Sa nomination fut confirmée par le pape Paul V, le premier octobre 1612. En 1616, il fut appelé à l'archevêché de Cambrai, à la tête duquel il resta jusqu'à sa mort arrivée le 23 mai 1644. Ce fut lui qui, préférant voir figurer au maître-autel de la cathédrale de Gand la statue du patron Saint Bavon, ne donna pas suite au projet de son prédécesseur, ce qui froissa Rubens au point de lui faire écrire la présente supplique. L'archiduc intervint en faveur de son peintre; nous ne connaissons pas la lettre qu'il adressa à l'évêque, mais sur l'original de la missive de Rubens, nous lisons l'annotation reproduite déjà plus haut: «Escrire une lettre au Révérendissime de Gand de la part de Son Altèze, qu'il veuille faire venir le tableau d'autel par ce suppliant peint à la réquisition et par charge de fut [feu] Révérendissime évesque Maes, afin de le faire parachever et la prendre si avant qu'il puisse luy estre désireux ou à son église.» Cette note, qui laisse à désirer quant à la clarté, parle d'un «tableau peint, » mais il ressort de la lettre de Rubens qu'en 1614 il n'en avait fait que l'esquisse. L'intervention de l'archiduc n'eut pas plus de succès que les réclamations que, sans aucun doute, Rubens n'aura pas épargnées à l'évêque. En 1615, celui-ci fit construire, par Robert de Noie d'Anvers, l'autel en marbre au milieu duquel s'élevait la statue de St Bavon. Au moment où l'évêque Van der Burch quitta Gand pour aller occuper le siège de Cambrai, l'autel n'était pas terminé et son successeur l'évêque Jacques Boonen, introduisit de notables modifications dans le plan primitif de Robert de Nole. Au lieu d'un Saint Bavon, les sculpteurs anversois Robert et Jean de Nole entreprirent de fournir un Christ ressuscitant en marbre blanc, de six pieds de haut, une Vierge, de quatre pieds et demi, un Saint Bavon, un Saint Amand d'albâtre blanc et deux anges. Le Christ devait orner le retable, le Saint Bavon et le Saint Amand devaient se trouver sur les deux côtés de l'autel, la Vierge et les deux anges devaient couronner l'oeuvre. Ce travail n'était pas terminé que l'évêque Boonen quitta Gand pour aller occuper le siège archiépiscopal de Malines. Antoine Triest lui succéda en 1622. Il ordonna une nouvelle modification de l'autel. Le tableau de Saint Bavon, peint par Rubens, occupa le milieu de l'autel et la statue du même Saint fut placé au sommet. Ainsi Rubens reçut enfin la satisfaction longtemps attendue. Cependant, au lieu du triptyque primitivement projeté, il ne peignit qu'un simple retable. Celui-ci ne conserva point la place que le peintre lui avait assignée. De 1702 à 1719, le sculpteur anversois Pierre Verbruggen construisit [74] un nouveau maître-autel pour l'église de Saint-Bavon où l'oeuvre de Rubens ne trouvait plus de place. L'infortuné tableau fut accroché dans une chapelle du pourtour du choeur; enlevé par les commissaires de la république française, déposé en 1815 au Musée de Gand, il fut rendu à l'église en 1825 et promené depuis lors d'une chapelle à l'autre, toutes également mal disposées pour le faire valoir. Gâtée par les restaurateurs, déshonorée par la place où on l'a reléguée, cette oeuvre dont Rubens eut une si haute idée avant de l'avoir terminée subit, comme on voit, toute espèce de vicissitudes et d'avanies. Remarquons encore qu'il ressort de la présente lettre que Rubens avait dressé le plan de l'autel où devait figurer son tableau de Saint Bavon. On peut déduire de ce fait isolé qu'en mainte autre circonstance il fournissait des dessins ou donnait des indications pour la construction des autels destinés à recevoir ses retables.

CXXXIX JUSTUS RYCQUIUS V. CL. PETRO-PAULLO RUBENIO ANTVERPIAM. (28 août 1614.)
[arrow up]

Jamdudum ad te scripturio V. C. sed per negotia et occupationes tarde (quod cogitaveram) persolvo. Urgebat quidem me recenter, juvenis hujus, cognati mei, Stadii (quem tibi commendatum esse cupiebam) voluntas, praeclara certe erga praeclaros viros: te praesertim summum effectissimae artis magistrum, summa. Illum si cognosceret, imo si cum religione aliqua, tanquam ad Numen introiret nonnunquam, satis se beatum putabat. Obstabat tamen ingenitus illi pudor, et verecunda contatio, quam perrumpere fortasse non suae frontis fuisset. Praesidium itaque et confidentiam a meis litteris petivit, quas ideo Stadio meo non negavi, ut quia posse me aliquid apud Rubenium opinaretur, vel falsa quadam persuasione fidentior ad te veniret. Quanquam apud istam Humanitatem nemo est quin aliquid possit, nisi qui malus aut inhumanus sit: aut quem Gratiae omnes et Virtutes prorsus e contubernio suo ejecerint. Talis nec iste est placidis moribus, proba fide, †† summa, prorsus ut credam, sub magnis magistris, magnum aliquando et †† futurum. Quod petebam itaque jam non peto, tua Benignitas ultro dabit: [75] non ut in penitius Amicitiae conclave juvenem hunc admittas (quo neque vota ipsius aspirare audeant) sed ut primo saltim velo nomen ejus accenseas. Rubenium vidisse, salutasse, parce fruitum esse, in felicitate ille ponet maxima, et ego consanguineo nomine, tabulis jam nunc meis acceptum consigno.
V. C. Socerum tuum amicè salutatum cupio.
Gandavi, V Kal. Septemb. CIƆ. IƆC. XIV.
Justi Rycquii Epistolarum centuria nova. Epistola 94, p. 261. Louvain, Jean-Christophe Flavius, 1615.

TRADUCTION.JUSTUS RYCQUIUS A PIERRE-PAUL RUBENS.
[arrow up]

Depuis longtemps j'avais envie de vous écrire, mais les affaires et les occupations m'ont empêché de donner suite à mon projet. Tout récemment, je fus sollicité de le faire par le jeune Stadius, mon parent, que je voulais vous recommander et qui désire vivement connaître les hommes distingués et désire par-dessus tout apprendre à vous connaître, vous le plus grand des maîtres dans l'art le plus délicat. Vous connaître, pénétrer dans votre maison comme dans le temple de quelque divinité serait pour lui un grand bonheur. Mais il est retenu par une timidité naturelle, par une hésitation modeste, que peut-être il n'aurait pas été en état de surmonter. Il demanda donc à mes lettres un appui et la confiance nécessaire, que je n'ai pas voulu refuser à mon cher Stadius. Il se figure que j'ai quelque pouvoir sur Rubens et quand même cette idée serait fausse, elle lui donnera plus d'assurance en se présentant chez vous. On ne saurait rien refuser à sa politesse, à moins d'être méchant ou impoli, ou bien d'être banni à tout jamais de leur société par les Grâces et les Vertus. Tel n'est pas mon jeune parent; il est de moeurs douces, de grande probité, d'un amour extrême pour l'étude; je m'imagine même que, sous de grands maîtres, il deviendra lui-même grand et érudit. Ce que je demandais et ce que votre bienveillance m'accordera volontairement sans que je le demande, ce n'est pas que vous accueilliez le jeune homme dans votre intimité, faveur à laquelle lui-même d'ailleurs n'oserait aspirer, mais que du moins vous lui accordiez l'accès à votre antichambre. Voir Rubens, le saluer, jouir de son entretien, voilà ce qu'il regardera comme un suprême bonheur et moi-même je consigne déjà sur mes tablettes cette faveur accordée à mon parent comme reçue par moi-même.
Veuillez saluer amicalement votre beau-père.
Gand, le 28 août 1614.

[76]
COMMENTAIRE.
[arrow up]

Lettre intéressante parce qu'elle atteste une fois de plus combien rapidement la réputation de Rubens avait grandi, non seulement dans son entourage immédiat, mais dans le pays entier. Ce jeune Stadius qui ne l'aborde que comme un génie surnaturel, peint bien la profonde admiration que ses premières oeuvres produites en Flandre avaient inspirée pour leur auteur. Justus Rycquius ou Josse de Rycke était un latiniste, cultivant la poésie et l'archéologie comme la plupart de ses confrères. Il naquit à Gand, le 16 mai 1587; sa mère était la fille de Jean Stadius, mathématicien célèbre. Il étudia à Gand et à Douai et fit, en 1606, le voyage d'Italie; il s'arrêta pendant plusieurs années à Rome où il fut bibliothécaire du comte Louis Sarego. Il en partit en 1611, mais s'arrêta pendant l'hiver de 1611-1612 à Milan, où il fut attaché à la bibliothèque du cardinal Borromée. Le 21 mai 1612, il est de retour à Gand. Bientôt après, il se rend à Furnes où il séjourna aussi en 1613. En 1614, il retourne à Gand qu'il quitte bientôt pour s'établir à Louvain. Il y embrassa l'état ecclésiastique et fut pourvu d'un canonicat à Gand. En 1624, il retourna à Rome et fut nommé par le pape Urbain VIII professeur d'éloquence à Bologne. Il mourut dans cette dernière ville, le 8 décembre 1627. Il est à peu près certain qu'il a connu Pierre-Paul Rubens en Italie et que leurs relations nouées à Rome, se sont continuées après la rentrée de Rycquius en Flandre, quoique nous n'en possédions que la seule preuve fournie par la présente lettre. Le jeune Stadius doit être un cousin germain de Rycquius, fils d'un frère de sa mère, qui n'a pas laissé de trace dans l'histoire.

CXL JEAN BREUGHEL DE VELOURS A ERCOLE BIANCHI. (24 décembre 1614.)
[arrow up]

Il Rubens rende a V S li suoi bacçiamani duplicati, et augura à V S un felicissimo novel anno, con esterminio delle sue liti con ogni buon successo; et si maraviglia non poco della divina memoria di V S, che si ricorda così puntualmente d'ogni minutezza circa quel remedio per la vertigine. Il quale adoprerà con buona impressione venendo di tal mano
d'Anversa alli 24 di Xcembre 1614.
[77] Original à l'Ambrosiana de Milan. Publié par Giovanni Crivelli dans Giovanni Brueghel pittor fiammingo o sue lettere e quadretti esistenti presso l'Ambrosiana. Milano 1868, p. 219.

TRADUCTION.JEAN BREUGHEL DE VELOURS A ERCOLE BIANCHI.
[arrow up]

Rubens vous rend doublement votre salut et vous souhaite une heureuse nouvelle année, ainsi qu'une bonne issue de vos procès. Il s'étonne grandement de votre mémoire surhumaine qui vous permet de vous rappeler aussi ponctuellement ce remède contre le vertige. Il l'emploiera avec pleine confiance venant de si bonne main
Anvers, le 24 décembre 1614.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Jean Breughel de Velours, en revenant de Rome pour retourner en son pays, passa par Milan au mois d'aoùt 1595; il y fut accueilli avec beaucoup de bienveillance par l'archevêque, le cardinal Frédéric de Borromée, qui l'admit comme son peintre domestique et qui, le 30 mai 1596, au retour du peintre dans sa patrie, lui remit des lettres de recommandation pour l'évêque d'Anvers. Le 12 septembre 1596, il était rentré à Anvers. Quatre semaines plus tard, il envoya au cardinal une petite oeuvre de sa main en signe de reconnaissance. En 1597, il paraît lui avoir encore fait parvenir deux de ses tableautins; mais de cette année jusqu'en 1605, on ne trouve pas de traces de relations entre l'artiste et son protecteur milanais. En 1605, il lui envoya un petit tableau et depuis lors jusqu'à sa mort, arrivée en 1625, leurs relations ne furent plus interrompues. Breughel exécuta de nombreuses peintures pour le cardinal et pour Ercole Bianchi, amateur d'art à Milan et intermédiaire dévoué entre l'artiste anversois et l'archevêque. Durant les mêmes 21 années, Breughel fut en correspondance suivie avec ses deux protecteurs. La Bibliothèque Ambroisienne conserve une partie des tableaux exécutées pour Frédéric de Borromée et les lettres que Jean Breughel écrivit au Cardinal et à Bianchi. Ces documents fort intéressants ont été publiés par Giovanni Crivelli et forment une épisode assez singulière dans la vie de Pierre-Paul Rubens. En effet, ce dernier, à partir du 7 octobre 1610 jusqu'en 1622, servit ordinairement de secrétaire à Breughel, qui n'écrivait qu'un italien de fantaisie. Le contenu de ces lettres en général ne présente guère d'intérêt pour la vie de Rubens; nous nous contenterons d'en extraire ce qui se rapporte directement [78] à son histoire et d'indiquer ici les dates auxquelles elles furent écrites. Ces dates sont les suivantes: en 1610, le 7 octobre; en 1612, le 22 novembre; en 1613, le 25 janvier, le 19 et un autre jour du mois d'avril, le 9 août; en 1614, le 31 octobre et le 24 décembre; en 1615, le 13 février; en 1616, le 13 mars, le 13 mai, le 17 août, le 9 décembre; en 1617, le 3 février; en 1618, le 15 juin, le 12 octobre, le 6 novembre; en 1619, le 15 mars, le 10 mai, le 31 mai, le 6 décembre; en 1620, le 7 février, le 4 juin, le 26 novembre; en 1622, le 7 mai, le 8 juillet, le 23 septembre. La première de ces lettres écrites par Rubens dans laquelle il est question de lui-même, est celle du 24 décembre 1614 adressée à Ercole Bianchi que l'on vient de lire.

CXLI BALTHASAR MORETUS PHILIPPO DE PERALTA SOC. JESU. TOLETUM. (9 avril 1615.)
[arrow up]

De pretiis Officii Toletani, Breviariorum in-4° 2 tomis, Diurnalium in-24°, aliisque, jam binis meis litteris abunde et candide perscripsi: quae frustra nunc repetam. Si conditiones placuerint, libenter prae aliis (qui noster est erga R. V. et universam Societatem vestram cultus) serviemus. Tantum de tot librorum compactura excusari rogamus, cujus minor Antverpiae est commoditas. Quod ad minores characteres, quos Officio Toletano cudendo suggesseram, fateor parum attritos videri in Officio B. Mariae: at refundi possent, ut eum quem in Sacris Bibliis anno M. DC. III in-folio excusis nitorem repraesentent. Si vero R. V. amicus alibi operas conduxerit, quae viliori pretio ipsi operentur, minime invidemus: imo libentes, qui undiquaque cudendis libris satis superque obruimur, ad alios typographos remittimus; eos maxime, qui pretii magis vilitatem quam operis praestantiam attendunt. Atque ea in re elegantiorem aliquem pictorem imitamur (qualem Antverpiae Rubenium habemus) qui imperitum artis aestimatorem, ad rudem, et proinde minoris pretii artificem, a se ablegat: neque enim ipsi desunt elegantissimae suae picturae, etsi alias carioris, emptores
Antverpiae in Officina Plantiniana, IX Aprilis M. DC. XV.
[79] Archives du Plantin-Moretus à Anvers. — La minute de la main de Balth. Moretus, dans le registre des lettres latines de 1607 à 1615, p. 249.

TRADUCTION.BALTHASAR MORETUS A PHILIPPE DE PERALTA DE LA SOCIÉTÉ DE JÉSUS, A TOLÈDE.
[arrow up]

Dans deux de mes lettres, je vous ai déjà largement et exactement renseigné sur le prix de l'Office de Tolède, des Bréviaires in-4° en deux volumes, des Diurnaux in-24° et de plusieurs autres livres. Inutile de répéter ce que je vous disais alors. Si ces conditions vous plaisent, nous vous servirons avant tous les autres, à cause du grand respect que nous ressentons envers vous et envers toute votre Société. Mais nous vous prions de nous décharger de la reliure d'un si grand nombre de livres, Anvers n'offrant pas beaucoup de ressources pour faire ce travail. Quant aux petits caractères que je vous conseillai d'employer pour imprimer l'Office de Tolède, j'avoue qu'ils paraissent quelque peu usés dans l'Office de la Vierge; mais ils pourraient être refondus, de manière à reprendre l'éclat qu'ils ont dans la Bible in-folio de 1603. Mais si l'ami de votre Révérence se trouve ailleurs à la tête d'un atelier qui fournit le travail à moindre prix, nous ne lui en voudrons pas, puisque de tous côtés on nous accable tellement de livres à imprimer, que nous sommes obligés de les renvoyer à d'autres typographes, ce que nous faisons tout d'abord pour ceux qui regardent plutôt au bon marché qu'à la perfection du travail. Nous imitons en ceci un peintre distingué, comme nous en avons un à Anvers dans la personne de Rubens. Il renvoie les amateurs d'art peu compétents à un artiste moins habile et conséquemment moins cher; lui-même ne manque pas d'acheteurs pour ses peintures excellentes, mais plus coûteuses
Anvers, de l'imprimerie plantinienne, le 9 avril 1615.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Le père Philippe de Peralta était l'intermédiaire ordinaire entre la Société de Jésus en Espagne et l'imprimerie plantinienne. Les comptes que l'Officine anversoise lui fait sont à l'adresse tantôt de Tolède tantôt de Madrid. Les fournitures se composent de grandes quantités de livres liturgiques destinés aux pères de la Compagnie et probablement encore à d'autres ecclésiastiques ou à des laïcs. Les détails typographiques que renferme la partie de la lettre [80] citée et la fin que nous supprimons sont sans importance pour nous. Le seul passage à noter est celui ou Balthasar Moretus cite Rubens comme l'exemple d'un artiste surchargé de besogne. La lettre date de 1615, elle confirme que dès lors le grand artiste était fort recherché et ne pouvait pas suffire aux commandes. Elle est importante parce qu'elle émane d'un de ses amis intimes. A propos de la première lettre de cet ouvrage, nous avons fait connaître en peu de mots le vie de Balthasar Moretus. Il avait été le condisciple de Pierre-Paul à l'école latine, et leurs relations, interrompues par l'absence de ce dernier, reprirent immédiatement après son retour. Le père de Balthasar étant mort en 1610, Rubens fut chargé de peindre l'épitaphe qui se trouve encore à la Cathédrale d'Anvers; dans la suite, il exécuta pour son ami de nombreux tableaux que nous trouvons énumérés dans les livres de comptes et dans les inventaires du Musée Plantin-Moretus et dont une partie appartiennent encore à cette maison. Entre le 17 mars 1613 et le 2 mai 1616, il peignit dix portraits: Christophe Plantin, Jean Moretus, Juste Lipse, Platon, Sénèque, Léon X, Laurent de Médicis, Pic de la Mirandole, Alphonse, roi d'Arragon, et Matthias Corvinus, roi de Hongrie. Entre 1630 et 1636, il peignit encore sept portraits: Pierre Pantinus, Arias Montanus, Abraham Ortelius, Jacques Moretus, Jeanne Rivière, Martine Plantin et Adrienne Gras. Ces dix-sept portraits, commandés par Balthasar Moretus, servirent à l'ornement de son salon, où ils formèrent une frise au-dessus de la boiserie. Tous se trouvent encore dans le musée Plantin-Moretus à l'exception de ceux de Platon et de Sénèque. Deux autres qui ne sont pas mentionnés dans les comptes de la maison se trouvent encore dans le même musée, ce sont ceux du pape Nicolas V et de Cosme de Médicis, faisant évidemment partie de la même série. Vers 1630, Rubens peignit pour compte de Balthasar Moretus le Martyre de St Just, destiné à l'autel de l'église des Annonciades, actuellement au Musée de Bordeaux. Les autres tableaux mentionnés dans le compte de Rubens avec Balthasar Moretus sont: la Madone avec l'Enfant, St Joseph, St Gaspar, St Melchior et St Balthasar, une Tête du Christ et une Tête de la Vierge, une marque d'imprimerie pour Jean Van Meurs. Dans l'inventaire dressé le 31 décembre 1658 par le neveu de Balthasar, qui lui succéda dans la direction et portait le même nom, nous trouvons encore mentionné: l'Adoration des Rois, pièce de cheminée, la Chasse aux Lions, Joseph et Marie, le Christ, Marie et treize Apôtres; ces 18 derniers tableaux étaient des copies d'après Rubens. Bien plus nombreux furent les dessins faits par le peintre pour son ami. Il était encore en Italie quand il envoya six dessins destinés à être gravés comme illustrations du livre de son frère Philippe, Electorum libri II, qui parut [81] en 1608. Philippe en exprima sa reconnaissance dans la phrase que nous avons citée dans le premier volume de cet ouvrage p. 241: «Discupio enim aliquod hic exstare amoris et grati in ipsum animi monimentum, qui tum artifici manu, tum acri certoque judicio non parum in Electis me juvit (1).((1) Philippus Rubenius. Electorum libri II, p. 122.) » Successivement, il dessina pour les publications de Balthasar Moretus le frontispice et six vignettes pour Francisci Aguilonii Opticorum libri sex, 1613; le frontispice et dix planches pour le Bréviaire de 1614, les trois planches pour le Missel que nous avons mentionnées plus haut (p. 67); le portrait de son frère Philippe pour S. Asterii Homiliae, 1615; le portrait de Juste Lipse, une tête de Sénèque et Sénèque mourant pour les OEuvres de Sénèque de 1615; le frontispice de Jacobus Bosius, Crux triumphans et Gloriosa, le frontispice de Leonardus Lessius, de Justitia et Jure, tous deux de 1617; le frontispice de Augustinus Torniellus, Annales Sacri et de Thomas a Jesu, de Contemplatione divina, tous deux de 1620; deux frontispices pour Franciscus Haraeus, Annales ducum seu principum Brabantiae et le frontispice de Augustini Mascardi Sylvarum libri IV, 1622; le frontispice de Franciscus Longus, Summa Conciliorum omnium, 1623; celui de Hermannus Hugo, Obsidio Bredana, 1626; le portrait de Leonardus Lessius pour ses Opuscula, 1626; celui de Joannes van Havre pour son Arx Virtutis, 1627; le frontispice de Balthasar Corderius, Catena Sexaginta quinque Graecorum Patrum in S. Lucam, 1628; les armes de l'empereur Ferdinand III pour Catena Patrum Graecorum in S. Johannem du même auteur, 1630; le frontispice de Ludovici Blosii Opera et de Mathiae Casimiri Sarbievii Lyricorum libri IV, tous deux de 1632; le frontispice des OEuvres de Hubert Goltzius qui fut dessiné en 1632, mais ne parut que douze ans plus tard; le portrait du pape Urbain III, les frontispices de Urbani VIII poemata, Opera S. Dionysii Areopagitae, Bernardi Bauhusii et Balduini Cabbillavi epigrammata, Jacobi Bidermanni Heroum Epistolae, Epigrammata, Herodias, la Peinture de Son Altesse, Silvester a Petra-sancta de Symbolis heroicis, auxquels il faut encore ajouter une vignette réprésentant les armoiries du Cardinal François de Dietrichstain sur le titre du second volume des Opera S. Dionysii Areopagitae, le tout datant de 1634; le frontispice de Benedictus Haeftenus, Regia Via Crucis, 1635; celui des OEuvres de Juste Lipse et deux marques plantiniennes pour le même ouvrage, 1637; en 1638, le frontispice du Legatus de Frederic Marselaer, qui ne parut qu'en 1666. A partir de 1638, Rubens ne dessine plus lui-même les frontispices des publications de Balth. Moretus. Son élève Érasme Quellin le remplace, mais se laisse guider par les conseils de son maître. Rubens achetait ses livres chez le grand imprimeur et lui vendit, en [82] novembre 1630, les exemplaires et les cuivres gravés des oeuvres de Hubert Goltzius, rééditées par Jacques de Bie, dont il s'était rendu acquéreur sept ans auparavant. Bien souvent le nom de Rubens est mentionné dans les lettres de Balthasar Moretus et toujours comme celui d'un ami de la maison. Leur amitié dura plus d'un demi-siècle; elle était fondée sur les qualités qu'ils avaient en commun et sur le vif intérêt que tous deux portaient aux oeuvres de l'esprit et aux événements politiques de leur temps (1).((1) Max Rooses. P. P. Rubens en Balthasar Moretus. Antwerpen, Wed. de Backer, 1884. (Extrait du Bulletin Rubens, tomes I et II).)

CXLII GULIELMO CAMDENO FRANC. SWEERTIUS S. D. (1 juin 1616.)
[arrow up]

Si quid recte curatum velis, mihi mandes velim. Habes in hac charta complicata variantes lectiones a P. Heriberto Roswey transcriptas; item epistolium ad me P. Andreae Schotti. Spero erunt quaedam, quae tuo servient palato. Quid noster Colius? Vivitne adhuc? Jam seculum est, quod nihil ab eo viderim literarum. Est apud nos Rubenius celeberrimus pictor, toto orbe notus, et bene doctus; audivit apud vos extare libellum, cui titulus Icon Animorum, quem videre desiderat: certe beabis me et illum uno exemplari.
Vale et plurimum salve, ab eo qui te amat medullitus.
In Gallia omnia pacata. Antverpiae. M DC XVI. Kal. Junii.
Imprimé dans V. Cl. Gulielmi Camdeni et illustrium virorum Epistolae. Londini, Impensis Richardi Chiswelli, 1691, p. 165.

TRADUCTION.FRANÇOIS SWEERTS A GUILLAUME CAMDEN.
[arrow up]

Si vous voulez que l'on prenne soin d'une de vos commissions, veuillez m'en charger. Vous trouverez dans ce pli les variantes transcrites par le père Heribert Rosweyde, ainsi qu'un billet du père André Schot adressé à moi. [83] J'espère que ce seront là des choses qui vous feront plaisir. Comment se porte notre ami Cools? Vit-il encore? Il y a un siècle que je n'ai plus reçu de lettre de lui. Nous avons ici un peintre très célèbre du nom de Rubens, connu dans le monde entier et réellement érudit. Il a appris que l'on trouve chez vous un petit livre intitulé Jcon Animorum, qu'il désirerait voir. Vous me feriez plaisir autant qu'à lui en m'en procurant un exemplaire.
Portez-vous bien et agréez les salutations de quelqu'un qui vous aime de tout coeur.
En France rien ne trouble plus la paix. Anvers, le 1 juin 1616.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

François Sweerts, l'auteur du billet précédent, dont nous avons déjà rencontré le nom, était grand connaisseur d'antiquités; il écrivit sur l'histoire de la Belgique, recueillit des inscriptions funéraires dans le pays et à l'étranger et publia sur tous ces sujets divers ouvrages. Il naquit à Anvers en 1567, il y mourut en 1629. De l'épître que l'on vient de lire, il ressort qu'il était lié avec Rubens par l'amitié et par le goût commun des études sur les monuments de l'art antique. Il était en relation épistolaire avec l'historien anglais Guillaume Camden à qui il envoya, à diverses reprises, des livres qui venaient de paraître sur le continent et pour lequel il achetait des tableaux. Camden recherchait en ce moment les variantes et les commentaires sur l'Itinerarium Antonini se rapportant à l'Angleterre. Cet ouvrage avait été publié par André Schot (1)((1) Itinerarium Antonini Aug. et burdigalense; quorum hoc nunc primum est editum illud ad mss. codd. et impressos comparatum, emendatum et H. Suritae comment. explicatum (edente Andrea Schott). Coloniae-Agripp. 1600, in-8°.); Heribertus Rosweyde en possédait un manuscrit qu'il avait collationné avec deux autres (2).((2) G. Camdeni Epistolae. Epist. CXIX.) Ce sont les variantes, fruits de ces collations, que François Sweerts envoie à Camden et le billet d'André Schot se rapporte sans aucun doute au même livre. André Schot et Heribert Rosweyde étaient deux savants jésuites habitant Anvers à cette époque. Schot, naquit dans cette ville en 1552, étudia à Louvain et à Paris, fut nommé professeur de littérature grecque à l'Université de Salamanque et entra dans l'ordre des Jésuites en 1586. Il fut nommé professeur d'éloquence à Rome dans le Collège de son ordre et retourna plus tard à Anvers où, jusqu'à sa mort, qui arriva en 1629, il enseigna le grec. Il commenta et publia maint auteur classique grec et latin, et traita, dans d'autres ouvrages, de la religion, de la morale et de l'archéologie. Heribertus Rosweyde est le célèbre hagiographe, fondateur de l'oeuvre des [84] Bollandistes. Il naquit à Utrecht en 1569, entra dans l'ordre des Jésuites, enseigna les lettres sacrées à Douai et à Anvers, et mourut dans cette dernière ville en 1629. Jacques Colius (Cools) était fils de Jacques Cools, anversois, établi à Londres qui, en secondes noces, avait épousé Elisabeth, la soeur d'Abraham Ortelius, le grand géographe. Le père avait embrassé le protestantisme et le fils appartenait à la même religion, ce qui ne l'empêcha pas d'entretenir les meilleures relations avec des catholiques fort distingués d'Anvers. Il naquit le 31 décembre 1563, lorsque fort probablement ses parents habitaient encore Anvers. En 1574, ils sont établis à Londres et leur fils y habite avec eux. Parvenu à l'âge d'homme, il fut fabricant de soieries, état que probablement son père exerça également. Il cultiva en même temps les lettres et l'archéologie et publia plusieurs ouvrages en latin et en flamand. Le 14 juillet 1594, il épousa Marie Theeus; le 16 décembre 1606, en secondes noces, Louise, fille de Mathieu de Lobel, le célèbre médecin de la reine d'Angleterre. Il fut enterré le 14 mai 1628. Ses relations de parenté avec Ortelius et son mérite personnel, qui le rendirent le digne neveu de son oncle, lui firent décerner le nom de Colius Ortelianus. Ce fut lui qui recueillit et légua à l'église réformée hollandaise à Londres la correspondance du grand géographe, correspondance qui, dans ces dernières années, fut publiée par J. H. Hessels. L'Icon Animorum que Rubens désire consulter est le livre de John Barclay qui venait de paraître l'année précédente à Londres (1).((1) Jo. Barclaii Icon Animorum. Londini apud Jo. Billium, 1615, in-8°.) Il en parut une traduction française à Paris chez Jean Petit-Pas, en 1625, sous le titre Le Tableau des Esprits de M. Jean Barclay. Par lequel on cognoist les humeurs des Nations, leurs advantages et défaux, les inclinations des hommes, tant à cause de leurs propres naturels que des conditions de leurs charges. C'est une étude des qualités et des défauts caractéristiques dans les diverses nations, les divers tempéraments et les différentes conditions. Nous en transcrivons quelques lignes pour faire connaître le genre de l'ouvrage qui avait excité la curiosité de Rubens et qui réellement présentait de l'intérêt pour l'artiste. L'auteur peint le caractère des Français (page 62). «Nuls d'entre les humains n'ont une disposition mieux faicte en une gentillesse virile, et une contenance asseurée de visage résolu: des mouvemens et des gestes qui rendent tout le corps agréable et ceste grâce sert d'ornement à la vertu des grands personnages, et de fard et comme de rempart naturel aux esprits foibles, pour cacher ou desguiser leur bassesse. Ainsi agréablement composez, quelques vestemens qu'ils choisissent dans le nombre infiny de leurs [85] changemens, comme dans un magazin inespuisable, et en quelque sorte d'artifice, qu'ils portent le corps pour saluer, rien ne semble plus propre que cette façon-là. Les nations voisines surprises d'un erreur ridicule pensent approcher de cette façon, par l'imitation diverses des habits, pour ce qu'elles ne sçavent pas que tout est bien séant à quelques-uns à cause de leur grâce et belle disposition, mais que l'imitation de ceste gentilesse se rend ridicule et moquable en eux, ausquels la nature a dénié ceste grâce et addresse de se diversifier. Car les vertus et les vices, et tous les autres mouvemens qui sont cachez, dans les replis et les cabinets de l'âme, peuvent estre déguisez sans beaucoup de peine, d'autant que nos affections sont refermées dans des cachettes si profondes, qu'il est presqu'impossible de descouvrir si elles sont vrayes ou passagères. Ainsi l'on feindra facillement l'humilité, la hayne, et la piété: mais l'on ne peut, contre le gré de nature, transférer à soy l'image de ce qui prend sa perfection, non tant de l'ordonnance de l'Esprit, que de l'usage et obéissance extérieure du corps: comme est la disposition du corps, agréable par une grâce propre et bien séante, la facilité de gausser gayement, et sur tout une éloquence laquelle ne sort du fond de l'estomach, ains qui naist sur le bord des lèvres. Or ces choses estant en leur perfection entre les François, l'on perdra sa peine à les vouloir imiter, si le naturel n'y porte de son gré.»

CXLIII TOBY MATTHEW A SIR DUDLEY CARLETON. (9 octobre 1616.)
[arrow up]

May it please your Lp.
I was lately at Antwerpe to take leave of my Lady of Pembrooke, who departed thence towardes England on the third of this moneth. Mr Gage and I dealt wth Rubens, for the peece of huntinge accordinge to your Lps Commission; savinge that betweene my receavinge of your Lps former letter, wch was at Lovaine, and my goinge to Antwerp, I had not the chaine of diamondes in my hand, for I had left it here in Brussells, so as Reubens sawe it not. But that importeth not much, for the very lowest price, to wch wth much adoe Mr. Gage could drawe him, was fowerscore poundes sterlinge; wch he said not expressely he would take, [86] but I thincke he will. Wee tell him of a chaine, and described it the best we could; but those thinges worke not upon him, and he will not meddle with it but so farre forth as by the estimation of gouldsmithes and jewellers, it shall rise to his price. What it shall wante, he will expecte to be punctually made up in money; and I must tell your Lp I meete wth noebodie of any condition, who will geve much above fifty poundes for the chaine. There have not yet beene stirringe any other chaines of diamondes, for wch I might exchaunge yours; so as it may please your Lp to commaunde what I shall doe, whether I shall sell the chaine as highe as I can und make good the reste to Reubens for his picture; or whether I shall expecte yet a little longer, to see if I can finde for my Ladie, a chaine of diamondes wch she will like better; or els (without medlinge either with the picture or the exchaunge) whether I shall embrace the firste good commodity of sendinge the chaine to her handes
Your Lps humble and most affectionate servaunte,

Tobie Matthew.
Brusselles, this 9th of October 1616.
Original au Public Record Office à Londres. Foreign State Papers. Holland III. Publié dans le IXe volume Catalogue raisonné of the Works of the most eminent Dutch, Flemish and French Painters, de John Smith, p. 234-5. — Item, par Noel Sainsbury. Original unpublished papers illustrative of the life of Sir Peter Paul Rubens, as an artist and a diplomatist, preserved in H. M. State paper office. London, Bradbury & Evans, n° III, p. 14.

TRADUCTION.TOBY MATTHEW A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Mylord,
Je fus dernièrement à Anvers pour prendre congé de Lady Pembroke qui est partie de là pour l'Angleterre, le 3 de ce mois. Mr Gage et moi nous avons traité avec Rubens pour le tableau de la chasse, suivant la commission reçue de Votre Seigneurie; hormis que, dans l'intervalle entre la réception de votre première lettre à Louvain et mon excursion à Anvers, je n'avais pas la chaîne de diamants sous la main, car elle était restée ici à Bruxelles; de sorte que [87] Rubens ne l'a pas vue. Mais cela était sans importance, car le prix le plus bas auquel M. Gage parvint à l'amener, avec beaucoup de peine, ce fut quatrevingts livres sterling; il ne dit pas expressément qu'il l'eût accepté à ce prix; je crois cependant qu'il le ferait. Nous lui parlâmes de la chaîne en la décrivant de notre mieux; mais ces choses n'opèrent pas sur lui, il ne veut s'en occuper que pour autant que l'objet atteindrait cette valeur d'après l'estimation des orfèvres et des joailliers. Ce qu'elle vaudra moins, il s'attend à ce que vous le suppléiez en espèces, et je dois avouer à Votre Seigneurie que je n'ai trouvé personne, de quelque condition que ce soit, qui veut donner pour la chaîne beaucoup au-delà de cinquante livres. Je n'ai pas encore rencontré quelqu'autre chaîne de diamants contre laquelle je voudrais échanger la vôtre; qu'il plaise à Votre Seigneurie de m'ordonner ce que je dois faire avant que je ne vende la chaîne au prix le plus élevé qu'il me sera possible, pour en employer le produit à payer le tableau de Rubens, ou si je dois attendre quelque temps et chercher pour Milady une chaîne de diamants qui lui plaise davantage, ou bien (cessant de m'occuper des affaires du tableau et de l'échange) si je dois saisir la première occasion favorable de lui renvoyer la chaîne
Votre très humble et très affectionné serviteur

Toby Matthew.
Bruxelles, le 9 octobre 1616.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

La partie de la correspondance qui s'ouvre avec cette lettre est extrêmement importante: elle nous fait connaître les relations de Rubens avec Sir Dudley Carleton, le grand seigneur anglais, amateur des beaux-arts, elle a jeté un jour nouveau sur la vie et le caractère de Rubens: elle nous apporte la preuve aussi de la hauteur de renommée et de considération à laquelle il était parvenu en un petit nombre d'années. Plus tard, elle entrera dans une sphère plus élevée. La plus grande partie de ces documents, conservés aujourd'hui au Public Record Office, à Londres, ont été publiés pour la première fois par M. W. Noel Sainsbury, attaché à cet immense Dépôt d'Archives, dans son ouvrage intitulé: Original unpublished Papers illustrative of the live of Sir Peter Paul Rubens as an artist and a diplomatist, etc. London, 1859, I vol. in-8°, XXIV et 391 pages (1).((1) Noel Sainsbury n'a publié les textes originaux que des lettres écrites par Rubens. Celles qui émanent d'autres personnages ne sont reproduites par lui dans la langue originale que pour autant qu'elles soient en anglais. Nous avons remplacé ces traductions par le texte original, nous avons collationné sur les originaux les textes imprimés et les avons complétés en plusieurs endroits. Max Rooses.) [88] Le savant auteur de cette belle et consciencieuse publication, à bien voulu nous autoriser non seulement à en reproduire et traduire les documents qui devaient entrer dans notre recueil de la Correspondance de Rubens, mais encore, avec une bienveillance que nous ne saurions assez reconnaître, il nous a donné quelques pièces inédites, découvertes par lui depuis l'apparition de son ouvrage. Nous ajoutons aussi que pour nos commentaires nous avons puisé largement dans les notes sur les hommes et les choses dont M. Sainsbury a enrichi son beau livre. Lui seul était en position de recueillir la plupart des détails sur les personnages anglais qui se meuvent dans ces épisodes de la vie de Rubens. (Ici s'arrêtent les commentaires fournis par M. Charles Ruelens sur les lettres qu'il avait recueillies. Il traduisit pour la suite de l'ouvrage jusqu'à la date du 28 mai 1619, les lettres publiées par Noel Sainsbury. Il traduisit également la correspondance de Rubens avec Peiresc, Valavez et Dupuy, pour autant que ce travail n'avait pas été fait par Emile Gachet dans ses Lettres inédites de P. -P. Rubens.) Toby Matthew, fils de Toby, évêque de Durham et plus tard archevêque d'York, naquit en 1578. Il entra au collège en 1589 où il causa de grands désagréments à ses parents; il quitta l'Angleterre en 1604 avec l'autorisation de voyager durant trois années. Il rentra en 1607 et bientôt après il fut incarcéré pour avoir refusé de jurer fidélité à Jacques I et comme suspect d'avoir embrassé le catholicisme. En février 1608, il reçut l'ordre de quitter le royaume. Il obtint la permission de rentrer en 1617, mais fut banni une seconde fois, le 11 mars 1618, comme persistant toujours à refuser le serment au roi. Il rentra dans la suite, suivit le prince Charles en Espagne, fut créé chevalier par le roi, en 1623, et fut attaché plus tard à la cour de Charles I. Il accompagna en Irlande le Comte de Strafford, mais quand la rebellion éclata il se rendit à Gand chez les Jésuites, où il mourut le 13 octobre 1655. Dans sa vie fortement agitée et accidentée d'aventures galantes, il trouva le loisir de s'adonner à la poésie et à la peinture; il fut un catholique fervent et usa probablement de son influence pour favoriser cette religion. Sir Dudley Carleton le protégea beaucoup et l'employa dans ses négociations avec les artistes. Sir Dudley Carleton naquit à Baldwin Brightwell dans l'Oxfordshire, le 10 mars 1573. Il fut élevé à Westminster School et au Christ Church College d'Oxford. Au mois d'avril 1598, il se rendit à Ostende à la suite de Sir Edward [89] Norris, gouverneur de cette ville. Il obtint le diplôme de Maître-ès-Arts à Oxford, le 12 juillet 1600, et immédiatement après il commença à voyager. Il se trouvait à La Haye en décembre 1600 et à Paris en juillet 1601. En 1602, il était secrétaire de Sir Thomas Parry, ambassadeur en France, et fut nommé secrétaire du Comte de Northumberland vers le mois d'août 1603. Au premier parlement de Jacques I, il représentait un bourg de Cornouailles; il était à Paris, en novembre 1605, quand la conspiration des Poudres fut découverte, mais il rentra et fut arrêté sous le soupçon d'être mêlé à ce complot, à cause de sa relation avec le Comte de Northumberland; il resta exclu pendant cinq ans de toute fonction publique. Dans la seconde moitié de l'année 1607, il épousa Anne, fille de George Gérard; sa femme mourut le 18 avril 1627. Il fut créé chevalier au mois d'août 1610, et remplaça Sir H. Wolton comme ambassadeur à Venise; il fut rappellé le 6 septembre 1615 et arriva à Londres le 11 décembre suivant. Il succéda à Sir Ralph Winwood comme ambassadeur à La Haye (ses instructions sont datées du 6 janvier 1616), où il résida jusqu'en octobre 1625. Le mois suivant, il fut nommé Vice-Chambellan et immédiatement après il fut envoyé en mission spéciale en France avec le Comte de Hollande; le 24 novembre, un mandat de 1535 livres sterling fut signé pour couvrir les frais d'un voyage de Paris à Londres et retour, à faire par Sir Dudley Carleton et par le roi de France avec sa suite. En mars 1626, il fut élu membre du parlement pour le bourg de Hastings et, le 21 mai de la même année, il fut créé baron Imbercourt, en Surrey, pour contrebalancer l'influence des ennemis du duc de Buckingham dans la Chambre des Lords. Il fut de nouveau envoyé en France comme ambassadeur extraordinaire en juillet 1626 et à La Haye le 27 mai 1627. Sa dernière lettre est datée de Briel le 27 mai 1628. Charles I le créa Vicomte de Dorchester, le 25 juillet 1628, et secrétaire d'État, le 14 décembre suivant. En juin 1630, il épousa en secondes noces Anne, fille de Sir Henry Glemham, veuve de Paul vicomte Banning. Sa seconde femme lui survécut. Il mourut le 15 février 1632 et fut enterré le 19 à Westminster Abbey. Il était un grand amateur des beaux-arts et acquit, pendant son séjour sur le continent, un grand nombre de tableaux et de statues, non seulement pour lui-même, mais encore pour ses amis qui faisaient grand cas de lui comme bon connaisseur. Pendant les deux séjours qu'il fit à La Haye en qualité d'ambassadeur (1616-1625 et 1627-1628), il fut en relation avec Rubens, qui lui dédia, en 1620, la superbe gravure de Luc Vorsterman d'après La Descente de Croix d'Anvers. Après avoir collectionné avec ardeur des marbres antiques en Italie, Carleton s'éprit dans les Pays-Bas d'un grand amour pour les tableaux et montra une vive prédilection pour les oeuvres de Rubens. Il débuta dans ses relations [90] avec le peintre par l'échange d'un collier de sa femme contre un tableau du maître anversois; plus tard il troquera ses marbres contre des tableaux de Rubens et des tapis. Il employait, comme agents dans ces transactions, des Anglais, moitié artistes, moitie brocanteurs, qui évoluaient autour de lui comme autour d'un chef dans les opérations sur le marché artistique. C'est par eux qu'il fut mis en relation avec Rubens, c'est par eux que celui-ci apprit à connaître l'existence de la grande collection de marbres antiques de Carleton, objet des négociations ultérieures. Par un heureux hasard, dont l'histoire de la Correspondance de Rubens en compte si peu, la correspondance diplomatique de Sir Dudley Carleton fut conservée: elle appartient aux Archives du royaume de la Grande Bretagne. Dans cette correspondance se sont retrouvées les lettres échangées entre le peintre et le diplomate, avec les pièces accessoires provenant des agents de ce dernier. Par un bonheur non moins rare, d'innombrables papiers d'état, provenant de Balthasar Gerbier, l'agent diplomatique anglais fort lié avec Rubens, ont été recueillis par le même dépôt et dans les registres qui les renferment, nous retrouvons de précieux renseignements concernant la vie politique et artistique de notre héros. Lady Mary Pembroke était une des trois filles de Gilbert Talbot, comte de Shrewsbury. Elle épousa, en 1604, William Herbert, comte de Pembroke et de Montgomery, lord Chambellan, l'homme le plus aimé et le plus estimé de ce temps. Son mari mourut en 1630, elle lui survécut de longues années. George Gage, prêtre de nationalité anglaise, fut employé par Sir Dudley Carleton dans l'acquisition de tableaux. Le roi Jacques I se servit de lui dans plusieurs missions spéciales. En 1621, il intervint dans la négociation de l'alliance de son pays avec l'Espagne; en 1623, il fut envoyé par le roi en Italie. Les lettres qui l'accréditaient auprès du pape Grégoire XV pour obtenir la dispense nécessaire au mariage du prince Charles avec l'Infante d'Espagne datent du 30 septembre 1622. Van Dyck, qui l'avait connu en Italie, lui dédia la gravure de Vorsterman d'après son tableau le Christ mort pleuré par la Vierge et les Anges. Le tableau, dont George Gage était chargé de poursuivre l'échange contre un collier en diamants, était une Chasse aux Lions dont il sera encore question plus loin et sur laquelle, à cette occasion, nous reviendrons. Lady Carleton, mentionnée dans cette lettre, partagea le goût de son mari pour les objets d'art. Bien souvent elle l'aida à faire des achats ou des échanges, ou joua le principal rôle dans ces sortes de transactions.

[91]
CXLIV TOBY MATTHEW A SIR DUDLEY CARLETON. (21 novembre 1616.)
[arrow up]

May it please your Lp.
Concerninge the chaine, there is noe possibility to accorde the difference betwene your Lp and Reubens; especially considering that whereof I have written to my Lady about the litle wch wilbe geven for the chaine here; but howesoever, Mr Gage, who is going to Antwerp within these fower or five dayes, will take it with him, together wth the instructions of your last letter, and see what can be done for you
Your Lps most humble and affectionate servant,

Tobie Matthew.
Lovaine this 21th of November stilo novo 1616.
Original au Public Record Office à Londres. — Foreign State Papers, Flanders 45. Publié par Sainsbury, N° IV, p. 15.

TRADUCTION.TOBY MATTHEW A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Mylord,
En ce qui concerne la chaîne, il est impossible d'accommoder le désaccord existant entre Votre Seigneurie et Rubens, surtout en considérant ce que j'ai écrit à Milady au sujet de la faible somme que l'on veut en donner ici; mais quoiqu'il en soit, M. Gage, qui se rend à Anvers dans quatre ou cinq jours, prendra la chaîne avec lui, suivant les instructions de votre dernière lettre et verra ce qu'il y a à faire pour vous
Votre très humble et très affectionné serviteur

Toby Matthew.
Louvain, 11 novembre 1616.

[92]
CXLV JEAN BREUGHEL A ERCOLE BIANCHI. (9 décembre 1616.)
[arrow up]

Mio secretario Rubens e partita per Brussello, per finire i ritratti di sua altezza ser. ma

TRADUCTION.JEAN BREUGHEL A ERCOLE BIANCHI.
[arrow up]

Mon secrétaire Rubens est parti pour Bruxelles pour finir les portraits de leurs Altesses Sérénissimes
Bibliothèque Ambroisienne à Milan. — Publié par E. Crivelli, op. cit. p. 241.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Dans le courant de l'année 1616, Rubens fit offrir plus d'une fois ses hommages à Ercole Bianchi par Jean Breughel, ou plus exactement il inséra dans les lettres qu'il écrivait pour son ami anversois des salutations pour Bianchi. Nous trouvons pareille mention dans les lettres du 13 mars, du 16 avril, du 13 mai et du 17 août de cette année. Nous retrouvons les mêmes témoignages de bons rapports entre Rubens et Bianchi dans les lettres du 15 juin et du 6 novembre 1618, du 6 décembre 1619, du 7 février et du 4 juin 1620. La présente note relative à une excursion que fit Rubens à Bruxelles pour peindre les portraits des archiducs est insérée par Jean Breughel en postcriptum d'une lettre écrite pour lui par Rubens. Nous manquons de données suffisantes pour conjecturer avec quelque vraisemblance de quels portraits il s'agit ici. L'auteur de la Vita nous apprend que les Archiducs se firent peindre par Rubens en 1609, immédiatement après son retour d'Italie. Les portraits gravés par Jean Muller sont datés de 1615 et peuvent passer, en quelque sorte, pour les effigies officielles des Archiducs (OEuvre de Rubens, n° 875 et 967). La phrase de Jean Breughel prouve qu'en 1616 Rubens fut de nouveau appelé à peindre les portraits de Leurs Altesses.

[93]
CXLVI TOBY MATTHEW A SIR DUDLEY CARLETON. (30 décembre 1616.)
[arrow up]

May it please your Lp.
The reason of my writinge no sooner to your Lp about Mr. Gage's Treaty with Rubens was this. He came by Brussells, where he staid long, but with dayly purpose of cominge hether, wch made him forbeare to write, especially considering that Rubens did absolutely refuse his offer. To that absolute refusall peradventure Rubens was the more hastned, by reason that at the same time the Duke of Ariscott was in Antwerp, and in highe termes to buye the huntinge peece. Howe it hath succeeded I knowe not, but I rather thincke it is sold; for as the painter esteemes it to be richly worth a hundred poundes in itself, so yet he wilbe glad of fowerscore, in regard of the errour wch nowe he acknowledgeth himself to have committed in makinge the picture so very bigge, that none but great Princes have houses fitt to hange it up in. But howsoever, his resolute answere was, that whether the Duke of Ariscott bought it or no, he would not sell it a penye under fowerscore pound, whereof your chaine was nowe lastly valewed in Antwerp but at fiftye. Rubens for the gusto wch he takes in that peece of hunting, is makinge another picture of it, but much lesse. For whereas the great picture is eighteene foote long and betweene eleven and twelve foote highe, this other is but ten foote long, and seaven foote highe. This later picture if you like to have for your chaine, you may; and he undertakes to make it of as much perfection as the other, if not more; and if you like the matche, Mr. Gage will see that he shall performe it. He hath already seene so much of it as is done, and likes it exceedingly, and saith he had rather geve threescore pound for this, then fowerscore for the other. For besides that he assureth himself that this wilbe better finished, he saieth that the other picture is so bigge as that it cannot be hunge up in the house of less then a Prince. It may please your Lp to make what resolution you like beste, and you see upon what reason I forbeare to sende your chaine till I have an answer hereunto
Your Lps most affectionate, and most humble servaunt

Tobie Matthew.
Lovaine this 30th of december 1616.
[94] Original au Public Record Office à Londres. — Foreign State Papers, Holland 113. Publié dans le IXe volume du Catalogue raisonné of Painters, de John Smith, p. 235-6. — Item par Noel Sainsbury, N° V, p. 15.

TRADUCTION.TOBY MATTHEW A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Mylord,
Voici la raison pour laquelle je n'ai pas écrit plus tôt à Votre Seigneurie au sujet de la transaction de M. Gage avec Rubens. M. Gage est passé par Bruxelles où il s'est arrêté longtemps, mais en se proposant tous les jours de venir ici, ce qui l'a empêché d'écrire, surtout par la considération que Rubens avait absolument refusé son offre. Le hasard a voulu que Rubens a été extrêmement pressé de faire le refus formel, par la raison que le duc d'Arschot se trouvait au même moment à Anvers et en grands pourparlers pour acheter le tableau de la chasse. J'ignore quelle en a été la suite, mais je penche à croire que l'oeuvre est vendue. Quoique le peintre l'ait estimée valoir par elle-même largement cent livres, il serait néanmoins satisfait de la vendre pour quatre-vingts, à cause de l'erreur qu'il s'aperçoit aujourd'hui d'avoir commise, en exécutant sa peinture, d'une dimension telle que personne, hormis de grands princes, ne possède de maison assez spacieuse pour la recevoir. De toute manière, cependant, telle a été sa réponse décisive, que le duc d'Arschot l'achète ou ne l'achète pas, il ne veut point céder le tableau un denier au-dessous de quatre-vingt livres, et votre chaîne a été estimée récemment à Anvers cinquante livres seulement. Rubens a pris goût pour cette Chasse et il en exécute une répétition, mais sur une échelle moindre; car tandis que la grande composition mesure dix-huit pieds en longueur sur onze ou douze en hauteur, l'autre n'en a que dix en longueur sur sept en hauteur. S'il vous plaisait d'avoir cette dernière pour votre chaîne, vous le pouvez; Rubens s'engage à la rendre aussi parfaite que l'autre, sinon meilleure: si l'échange vous sourit, M. Gage verra à le conclure. Il a déjà vu l'oeuvre au point où elle est arrivée et elle lui plaît excessivement et dit qu'il donnerait plutôt soixante livres pour celle-ci que quatre-vingts pour l'autre; il s'est assuré d'ailleurs par lui-même qu'elle sera plus terminée; l'autre, dit-il encore, est tellement vaste qu'elle ne peut trouver place que dans un palais princier. Qu'il plaise à V. S. de me dire la résolution qu'elle prendra et de considérer lemotif pour lequel je m'abstiens de lui renvoyer la chaîne avant d'avoir reçu une réponse
Votre très affectionné et très humble serviteur,

Toby Matthew.
De Louvain, le 30 décembre 1616.

[95]
COMMENTAIRE.
[arrow up]

Le duc d'Arschot qui, traitait avec Rubens de l'achat d'une Chasse peinte par le grand artiste, était Philippe-Charles, prince comte d'Arenberg, né le 18 octobre 1587, qui, depuis 1616, portait le titre de duc d'Arschot, en vertu de l'autorisation de sa mère Anne de Croy, qui hérita ce duché de Charles de Croy. Il était fils de Charles, comte d'Arenberg, et servit à partir de 1606 dans les armées des archiducs. En 1609, lors de la conclusion de la trêve, il prit service dans les troupes que les archiducs envoyèrent au secours du duc de Neubourg en lutte avec l'électeur de Brandebourg pour la succession de Clèves et de Juliers. En 1616, l'archiduc Albert le nomma mestre de Camp d'un régiment d'infanterie wallonne; en 1618, il lui remit au nom du roi le Collier de la Toison d'or; en 1619, il le nomma conseiller d'État; en 1620, il le plaça à la tête d'un régiment d'infanterie haute allemande et, en 1621, il l'envoya en mission extraordinaire à Madrid à l'occasion de l'avènement de Philippe IV. Ce roi le nomma gouverneur du comté de Namur et lui accorda beaucoup d'autres titres et faveurs. Après le départ d'Ambroise Spinola, en 1627, la guerre contre les Provinces-Unies des Pays-Bas prit une tournure de plus en plus défavorable. Lorsque Bois-le-Duc fut pris, en 1629, par le prince d'Orange, Frédéric-Henri, un grand mécontentement se manifesta dans les provinces belges et des membres du clergé et de la noblesse se concertèrent en vue de traiter directement avec les Provinces-Unies. Le duc d'Arschot et l'archevêque de Malines, se faisant les interprètes des mécontents, c'est-à-dire de la nation entiére, prièrent l'infante Isabelle de s'adresser au roi pour le supplier de laisser dorénavant les Belges se défendre et s'administrer eux-mêmes. Le roi fit les promesses les plus satisfaisantes, mais n'en tint aucune. Le prince d'Orange poursuivit ses conquêtes et les habitants de nos contrées réclamèrent la convocation des États-Généraux. L'infante Isabelle accueillit leur demande, les États furent convoqués en 1632, le duc d'Arschot y exerça une grande influence et fut l'un de ceux que les États chargèrent d'aller négocier la paix ou une trêve avec les Provinces-Unies. Ce fut dans le cours de ces négociations que se produisit l'incident entre le duc d'Arschot et Rubens, qui donna lieu à la lettre violemment injurieuse qu'adressa le grand seigneur au peintre, lettre que nous donnerons à sa date. La mission des députés des États n'aboutirent point. A un moment donné, les plénipotentiaires des Provinces-Unies exigèrent que les commissaires belges produisissent l'acte par lequel le roi d'Espagne confirmait leurs pleins pouvoirs. Après avoir longtemps attendu ce document, l'infante envoya le duc d'Arschot pour le solliciter du roi. Il arriva à Madrid en décembre 1633. Le roi l'accueillit fort gracieusement, mais Balthasar Gerbier [96] et l'abbé Scaglia venaient de dévoiler la conspiration formée par la noblesse belge à laquelle le duc d'Arschot avait été mêlé. Dès ce moment, le roi le leurra de fallacieuses promesses et l'occupa de questions oiseuses en attendant que de Bruxelles lui parvinssent les renseignements sur le rôle que le duc d'Arschot avait joué dans les menées des mécontents. Ces renseignements furent défavorables; l'envoyé de l'infante fut retenu prisonnier à Madrid d'abord sévèrement, puis sous un régime plus adouci et mourut sans avoir recouvré sa liberté, le 24 septembre 1640. Nous aurons à revenir plus en détail sur tous les incidents que nous mentionnons ici. La Chasse dont il s'agit est un tableau de Rubens représentant une «Chasse européenne aux Loups et aux Renards». Lorsque, le 12 mai 1618, Rubens proposa à Sir Dudley Carleton, en échange de marbres antiques, entre autres tableaux une Chasse aux Lions avec des personnages maures ou turcs, il lui écrivit qu'elle pourrait servir de pendant à la Chasse avec des personnages européens de sa main, que le seigneur anglais possédait déjà. Le premier septembre de la même année, Sir Dudley Carleton adresse au marchand de S. M. le roi de Danemarck une liste des tableaux se trouvant dans sa collection; sous le n° 6, nous y trouvons mentionnée «Une Chasse européenne aux Loups et aux Renards. Entièrement par Rubens mesurant 9 pieds de large sur 7 pieds de haut.» Vu la concordance des dimensions, ce doit être le tableau qui se trouve dans la collection de lord Methuen à Corsham Court (OEuvre de Rubens, n° 1157). Lord Ashburton possède un exemplaire plus grand du même sujet; il mesure en hauteur 247 centimètres, en largeur 375 (OEuvre de Rubens, n° 1156). Ce ne peut pas être la grande peinture dont parle Toby Matthew dans la présente lettre; en effet, il dit de cette immense pièce qu'elle mesure 18 pieds en largeur et 11 ou 12 en hauteur, soit 5. 50 mètres sur 3. 36 à 3. 66 mètres. Le 24 avril 1617, Matthew écrit à Sir Dudley Carleton que le grand tableau de Chasse est vendu à 100 livres sterling; le 6 février précédent, il avait écrit qu'il croyait le grand tableau vendu au duc d'Arschot pour 100 livres, en ajoutant que l'archiduc Albert l'aurait acheté s'il avait eu une salle assez grande pour le placer. L'exemplaire de la Chasse aux Loups et aux Renards appartenant à lord Ashburton et celui de Lord Methuen, représentent la même composition en dimensions différentes. Il serait téméraire d'affirmer que dans le troisième exemplaire, acheté par le duc d'Arschot et disparu sans avoir laissé de trace, Rubens n'ait pas amplifié sa composition pour remplir une toile beaucoup plus grande.

[97]
CXLVII TOBY MATTHEW A SIR DUDLEY CARLETON. (6 février 1617.)
[arrow up]

Maie it please your Lordship:
Mr. Gage hath written to Rubens to know what he will undertake concerninge the paintinge of those Birds, wherin yu shalbe advertised; but we are alredie out of doubt but that in other respects your huntinge peece will be at least as good as the other, wch I thinke the Duke of Arscot buyeth for an hundred pounds, and wch the Arch-Duke had bought long ere this, if anie roome of his howse at Brussells would have held it, excepting alwaies his great hall, wch is yours, or mine, as much as his. But I verilie thinke the Painter will not take anie thing lesse then your Chaine, especiallie if he cause the Birds to be painted by that other Maister; and I rather doubt whether he will oblige himself to that. Your Lp shall know what he saieth as soone as I know it, and I will governe myself for yu, as if it were mine owne case.As for the picture of the bataille wch yu desire, yu mistooke Mr. Gage if yu thinke he spake of tenne pound as the price of it; for he and I caused a coppie of eleven feet in length, and eight in depth as I remember to be taken for Generall Cecill, wch cost twentie pounds, though it were drawn not by Franck, who was the first Master, but by another. Soc as herin yr Lp must resolve eyther to spend more, or to content your self wth a coppie in small volume
I continue a most humble and affectionte Servant

Tobie Matthew.
Louvaine 6 of feb. 1617.
Original au Public Record Office à Londres. Foreign State Papers. Holland 116. Publié dans le Catalogue raisonné etc., de J. Smith. IX, p. 237. — Item par Noel Sainsbury. Op. cit., N° VI, p. 17.

TRADUCTION.TOBY MATTHEW A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Mylord,
Mr Gage a écrit à Rubens pour connaître ce qu'il compte faire à l'égard du tableau d'oiseaux, et vous en serez informé. [98] En tous cas, il est déjà hors de doute pour nous que votre Chasse sera aussi achevée que celle dont le duc d'Arschot s'est, je crois, rendu acquéreur pour cent livres et que l'archiduc aurait achetée longtemps auparavant, s'il y eut eu à son palais de Bruxelles une pièce assez grande pour la contenir, autre que le grand vestibule, ouvert à tout venant. Cependant, je crois vraiment que le peintre n'acceptera pas moins que votre chaîne, surtout s'il fait peindre vos oiseaux par cet autre maître; je doute même qu'il veuille s'y engager. Dès que j'aurai sa réponse, Votre Seigneurie en sera informée; je m'emploierai dans cette affaire comme si c'était pour moi-même.En ce qui concerne ce tableau de bataille que vous désirez, vous vous êtes mépris sur le dire de M. Gage, si vous avez cru qu'il a parlé de dix livres comme prix de ce tableau. Pour M. Gage, comme pour moi, il s'agit d'une copie de onze pieds de long sur six de large qui, je me le rappelle, était faite pour le général Cecill et coûtait vingt livres, bien qu'elle fût peinte non point par Franck, l'auteur de l'original, mais par un autre. De même en ceci, Votre Seigneurie doit se résoudre à une plus grande dépense ou se contenter d'une copie de moindre dimension
Je suis toujours votre humble et affectionné serviteur

Toby Matthew.
De Louvain, le 6 février 1617.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

En dehors des deux exemplaires de la Chasse aux Loups et aux Renards que nous avons appris à connaître, cette lettre traite de deux autres tableaux destinés à Sir Dudley Carleton. Le premier est un tableau d'oiseaux; il n'est pas dit que Rubens l'exécuterait, mais seulement qu'éventuellement il s'occuperait de ce tableau, dont l'exécution pourrait être confiée à un autre peintre. Nous ne rencontrons plus rien de précis à l'égard de cette peinture, mais dans la lettre de Toby Matthew du 24 avril suivant, nous lisons que Snyders peint un tableau pour le diplomate anglais et dans celle du premier novembre, G. Gage écrit qu'il évalue la pièce de Snyders à 100 couronnes. Il nous paraît donc plus que probable que le grand peintre d'animaux, excellant surtout à peindre des oiseaux morts, comme le constate Toby Matthew dans la lettre suivante, fut chargé de peindre, pour Sir Dudley Carleton, le tableau d'oiseaux dont il est question ici. Le second tableau est une bataille copiée d'après un tableau, non de Franck, comme il est dit ici, mais de Sébastien Vrancx, comme nous l'apprenons par la lettre de G. Gage du 23 août 1617. Cet artiste était surtout connu [99] comme peintre de batailles. Parmi ses oeuvres conservées, il ne s'en trouve pas de dimensions aussi considérables que celles du tableau dont il est question dans la présente lettre. Les peintures connues de Sébastien Vrancx sont des pièces de chevalet, exécutées avec un soin minutieux. La chaîne que Sir Dudley Carleton voulait troquer contre des tableaux sera encore mentionnée dans les lettres suivantes.

CXLVIII TOBY MATTHEW A SIR DUDLEY CARLETON. (25 février 1617.)
[arrow up]

Maie it please Yr Lop.
I have seene, at last, the answeare of Rubens to Mr. Gage, wch is precisely thus. He will not make the lesser huntinge peece for lesse then Yr Lps chaine. Concerninge the causinge of anie part thereof to be made by Snyder, that other famous Painter, Yr Lp and I have been in an errour, for I thought as yu doe, that his hand had been in that Peece, but sincerley and certainly it is not soe. For in this Peece the beasts are all alive, and in act eyther of escape or resistance, in the expressing whereof Snyder doth infinitlie come short of Rubens, and Rubens saith that he should take it in ill part, if I should compare Snyders wth him in that point. The talent of Snyders, is to represent beasts but especiallie Birds altogether dead, and wholly wthout anie action; and that wch yr Lp, Mr. Gage, and I sawe of his hand, wch we liked soe well was a gruppo of dead Birds, in a picture of Diana, and certaine other naked Nimphes; as Rubens protesteth, and Mr. Gage avoweth, and now myself doe well remember it. This was the ground of yr Lps errour and mine. I wrote to yr Lp some fortnight since, but then I was not able to speake soe clearly Ex mente authoris; soe as I shall doe nothing upon yr Lps answeare to my last, but will expect yrs to this, because to this it maie be absolute. If yr Lp like not the condition, I will presentlie put the chaine into Mr. Tromball's hands, well seene and sealled up, accordinge to former directions, to be convayed; if yr Lp be pleased to exchange yr Chaine for the Picture, I will take [100] ail the paines I can, and Mr. Gage will gladlie use all the judgement he hath, to make the Maister doe it excellentlie. But indeed there will be no neede of it, for I see he is disposed to doe his best; and me thinkes he rather chuseth not to doe it, then to doe it soe as not to get honr by it.
Yr Lps ever most humble and affectionate servant

Tobie Matthew.
Louvaine 25 of feb. 1617.
Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Holland 116. Publié dans le Catalogue raisonné de J. Smith. IX, p. 237. — Item par Noel Sainsbury. Op. cit., VII, p. 17.

TRADUCTION.TOBY MATTHEW A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Mylord,
J'ai eu, enfin, la réponse de Rubens à M. Gage; la voici exactement. Il ne veut pas exécuter la plus petite des deux chasses pour moins que votre chaine. En ce qui concerne le fait qu'une certaine portion serait l'oeuvre de Snyders, cet autre fameux peintre, nous avons été induits en erreur, Votre Seigneurie et moi, en croyant que sa main y a contribué: sincèrement et certainement il n'en est pas ainsi. Dans cette composition, tous les animaux sont vivants, en action de fuite ou de résistance: or, en ce genre d'expression, Snyders est infiniment inférieur à Rubens et celui-ci nous dit qu'il prendrait en mauvaise part qu'on voulût mettre Snyders en comparaison avec lui sous ce rapport. Le talent de Snyders consiste à représenter des bêtes et spécialement des oiseaux morts et dans une complète inaction: Ce que nous avons vu de sa main, Votre Seigneurie, M. Gage et moi, et ce qui nous avait tant plu, était un groupe d'oiseaux morts dans un tableau représentant Diane et quelques autres Nymphes nues. Rubens l'a soutenu, M. Gage l'avoue et moi-même je me le rappelle fort bien maintenant. C'est là-dessus qu'était fondée l'erreur de V. S. et la mienne. J'ai écrit environ quinze jours après à V. S. mais je n'étais pas alors en mesure d'en parler aussi clairement ex mente authoris. Je ne ferai donc rien d'après votre réponse à ma dernière lettre, j'attendrai à la présente lettre une nouvelle réponse d'après laquelle je pourrai agir d'une manière positive. Si Votre Seigneurie n'agrée pas la condition proposée, je [101] remettrai immédiatement la chaîne entre les mains de M. Trumbull, bien vue et bien renfermée, selon vos ordres précédents, prête à être transportée. S'il plaît à V. S. de l'échanger avec le tableau, je me donnerai toutes les peines possibles et M. Gage usera volontiers de toutes ses qualités de connaisseur pour amener le maître à exécuter une oeuvre excellente. Toutefois, il n'y aura vraiment pas besoin d'intervenir, car je vois que le peintre est disposé à faire de son mieux et je crois qu'il préfèrerait de ne rien faire que de faire quelque chose dont il ne tirerait pas de l'honneur
De V. S. le très humble et très affectionné serviteur

Toby Matthew.
De Louvain, le 25 février 1617.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Une partie intéressante de cette lettre est celle qui se rapporte au peintre anversois François Snyders, un des collaborateurs de Rubens. Le grand maître caractérise parfaitement les qualités du célèbre animalier. Il l'appelle un peintre d'animaux, spécialement d'oiseaux morts, incapable d'exécuter avec succès les animaux vivants et agissants, auxquels Rubens assignait un rôle dans ses compositions dramatiques. C'est faute d'avoir connu ce caractère du talent de. Snyders que, bien souvent, à tort, on l'a fait collaborer à l'une ou l'autre oeuvre de Rubens, ou qu'on lui attribue des tableaux sans acteurs humains qui ne sont point exécutés par lui, mais par un autre collaborateur du maître, le peintre plus fougueux et plus rude Paul De Vos. La Diane avec quelques Nymphes nues, dont il est question dans la lettre, désigne un des tableaux représentant Diane au retour de la Chasse, dont le Musée de Dresde possède deux exemplaires, l'un montrant les personnages en pied (OEuvre de Rubens, n° 595), l'autre où ils ne sont vus que jusqu'aux genoux (OEuvre de Rubens, n° 597); un troisième exemplaire de cette composition, ayant les figures en pied, appartient au Musée de Darmstadt (OEuvre de Rubens, n° 596). Dans tous les trois, Diane porte une brassée d'oiseaux morts, admirablement exécutés par Snyders. Ce dernier exécuta également les fruits, le gibier et les chiens qui figurent dans ces tableaux. M. Trumbull dont il est question dans cette lettre et que nous retrouverons souvent encore est William Trumbull qui fut envoyé en 1605 à Bruxelles, comme agent du roi Jacques I auprès des archiducs, et y resta jusqu'au 17 octobre 1625, lorsqu'il retourna en Angleterre où il occupa l'office de Commissaire militaire général jusqu'à sa mort qui arriva avant le 26 mars 1636.

[102]
CXLIX TOBY MATTHEW A SIR DUDLEY CARLETON. (2 mars 1617.)
[arrow up]

Maie it please yr Lp.
I am called by some necessarie occasion to Paris, or elce I would not goe in these times of soe great danger. If this purpose had not come suddenlie upon me I had offred sooner to serve yr Lp in that place. It will certainlie be after Easter before I returne, and if in the meane tyme yu need anie factour there I desire that I maie be the man. Anie letters that come in the meane tyme hither concerning yr Pictures, of Chaine, I have appointed to be delivered [to] Mr Gage, that he maie doe upon the reading of them, as I would, if I were present. Soe in great hast I humblie kisse my good Ladies hand, and yours.
Your Lps most affectionate servant

Tobie Matthew.
Brussels 2 of march 1617.
Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Holland 116. Publié par Noel Sainsbury. Op. cit., VIII, p. 18.

TRADUCTION.TOBY MATTHEW A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Mylord,
Je suis appelé à Paris par une circonstance impérieuse, sinon je ne me hasarderais pas d'y aller à un moment si grandement dangereux. Si cet appel ne fut pas arrivé soudainement, je vous aurais offert plus tôt mes services en cette ville. Mon retour aura lieu certainement après Pâques. En attendant, si vous aviez besoin là d'un agent, je serais heureux d'être l'homme. Quant aux lettres qui m'arriveraient ici concernant vos tableaux ou votre chaîne, j'ai ordonné de les remettre à M. Gage, qui peut agir après les avoir lues, ainsi qu'il voudra, comme si j'étais présent. En grande hâte, je baise humblement la main de Milady et la vôtre.
Votre affectionné serviteur

Toby Matthew.
Bruxelles, 2 mars 1617.

[103]
CL WILLIAM TRUMBULL A SIR DUDLEY CARLETON. (14 mars 1617.)
[arrow up]

Bruxelles this 4/14 of Marche 1617.
Right honorable my very good Lord.
I have delivered yr l. lres to Mr. Gage, beeing nowe in this Towne: and he pretendeth that in the ende of this weeke, he will make a journey to Antwerp; of purpose to speake wth Rubens about yor l. pictures.
Yor good L. moste ready to be commanded

W. Trumbull.
Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Flanders 46. Publié par Noel Sainsbury. Op. cit., IX, p. 19.

TRADUCTION.WILLIAM TRUMBULL A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Bruxelles, le 14 Mars 1617.
Très honorable Mylord.
J'ai remis les lettres de Votre Seigneurie à M. Gage qui se trouve en cette ville: il a l'intention, à la fin de cette semaine, de faire une excursion à Anvers, à l'effet d'avoir une entrevue avec M. Rubens au sujet de vos peintures.
Votre serviteur prêt à recevoir vos ordres

W. Trumbull.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

La présente lettre est datée en double: du 4/14 mars 1617. Le calendrier anglais de l'époque était encore en retard de dix jours sur celui de la plupart des états du Continent. Les agents anglais, dont nous publions les lettres, se conforment tantôt à l'un tantôt à l'autre des systèmes; d'autres fois encore, ils datent leurs lettres, comme la présente, selon l'ancien et le nouveau. Nous [104] reproduirons partout la date mise par l'auteur de la lettre, sauf à la redresser au besoin selon le calendrier grégorien. Sainsbury a remplacé souvent la mention originale par celle qui lui paraissait plus conforme au système moderne, ce qui lui a fait commettre quelques erreurs. La Russie, comme on sait, est le seul des états chrétiens de l'Europe qui conserve encore le calendrier julien; l'Angleterre y renonça seulement en 1752.

CLI GEORGE GAGE A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

May it please your Lordp.
I have receaved your letter to Mr Matthew and to myself, bothe of them by one affect in as much as concernes the service I am to doe yow. I missed very narrowly Sigr Rubens 3 dayes since at Lovain, but I purpose to goe shortly to Antwerp, where I will not faile to complye in all diligence with yr L. order, taking it to bee aliquid boni propter vicinum bonum to bee imploied in yr service whom my frende and I so much honour. I doe not see how (with all the craft I have) I shall bee able to make any other bargain with Rubens then for the chaine his picture. The rest of the money will procure two pictures of Brugel and Sniers, but they are like to bee very little. That which occures to mee is to deale by Rubens as for myself, who by continual exchainge of workes and truckings can get them to doe something, as for him, better cheape then any man els. If any thing occurre better I will follow it. There is no harme in proposing. They have in Antwerp a yong man who hath lived long in Italy, who I think is the rarest man living in Lantscape. I am sorry I forgot to show yr L. him at yr being there. If yr L. shall give mee order, I thinck a matter of 20 crownes would not bee worse bestowed that way if you care for Landscapes then of any of the rest.
The others shall goe in hands as soon as may beeYr L. most humble servant

G. Gage.
Brussels 14 of March 1617.
[105] Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Flanders 46. Publié par Noel Sainsbury. Op. cit., X, p. 19. — John Smith. Catalogue raisonné, IX, p. 238.

TRADUCTION.GEORGE GAGE A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Mylord,
J'ai reçu vos lettres adressées à M. Matthew et à moi-même, écrites toutes deux dans la même intention et se rapportant à la mission dont je me suis chargé à votre service. Il y a trois jours, j'ai manqué M. Rubens de très peu à Louvain; mais je me propose d'aller bientôt à Anvers, où je ne manquerai pas de m'employer en toute diligence selon l'ordre de V. S., en regardant comme aliquid boni propter vicinum bonum, d'être attaché à votre service, que mon ami et moi nous avons tout en vénération. Je ne vois point comment, avec toute l'habilité que je puis avoir, j'arriverai à faire avec Rubens d'autre marché que de donner la chaîne pour sa peinture. Avec le reste des fonds, on pourrait se procurer deux tableaux de Breughel et de Snyders; cependant, il semble qu'ils sont vraiment petits. Ce que je rencontre doit être négocié par Rubens comme si c'était pour moi; par de continuels échanges d'oeuvres et par des trocs, il arrive à ce qu'on lui exécute, comme pour lui-même, des objets à meilleur marché que pour n'importe qui. Si l'on me présente quelque chose de meilleur, j'en poursuivrai l'acquisition. On ne court aucun risque à faire des propositions. Il y a à Anvers un jeune homme qui a vécu longtemps en Italie et qui est, à mon avis, entre les peintres vivants le plus fort dans le paysage. Je suis au regret d'avoir oublié de le faire connaître à Votre Seigneurie pendant que vous étiez là. Si vous m'en donnez l'ordre, je crois qu'une somme de vingt couronnes ne serait pas mal employée par là, si vous aviez envie de paysages ou de quelque autre chose. Les autres tableaux seront commencés aussitôt que possible
De V. S. le très humble serviteur

George Gage.
Bruxelles le 14 Mars 1617.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

La présente lettre nous apprend que Rubens s'est trouvé à Louvain le 11 mars 1617. On peut présumer qu'il y vint pour traiter de l'exécution de quelque tableau. Nous savons qu'il peignit deux retables pour les églises de [106] cette ville. Une Adoration des Rois que lui fut commandée pour l'église du couvent des Dames blanches par Anna Van Zeverdonck, en 1633 (OEuvre de Rubens, n° 176) et un Saint Ivon exécuté pour l'église du couvent des Jésuites. (OEuvre de Rubens, n° 460). Cette dernière peinture, enlevée lors de la suppression de l'ordre des Jésuites au siècle dernier, a disparu sans laisser de trace. Smith (Catalogue, IX, p. 73) qui décrit le tableau sans dire où il l'a vu, constate la sobriété du coloris, ce qui peut être pris comme un indice que l'oeuvre fut exécutée vers 1617. Il ne nous paraît pas trop téméraire d'émettre l'hypothèse que la présence de Rubens à Louvain, signalée par Gage, est en rapport avec l'exécution du Saint Ivon. Les deux peintres dont Gage veut acquérir des tableaux sont Jean Breughel de Velours et François Snyders. Le doute n'est pas possible sur l'identité de ces deux artistes, mais dans la lettre il est fait mention d'un troisième peintre qu'il est plus difficile d'authentiquer. «Il y a à Anvers un jeune homme qui a vécu longtemps en Italie et qui est, à mon avis, entre les peintres vivants, le plus fort dans le paysage.» Lequel de nos paysagistes pourrait bien se trouver désigné par ces mots? Le choix paraît se borner entre Luc Van Uden et Jean Wildens, les collaborateurs bien connus de Rubens. Le premier naquit en 1595, il ne fut admis comme maître dans la Corporation de St Luc qu'en 1627; mais, dès l'année 1620, sa présence à Anvers est constatée. En 1617, il avait 22 ans et pouvait donc à juste titre être appelé «... un jeune homme». Il n'est pas du tout impossible que dans sa jeunesse il quitta le pays, se rendit en Italie, revint vers 1617 à Anvers et entra dans l'atelier de Rubens, ce qui lui aurait procuré le privilège de ne pas se faire inscrire au registre de la Corporation des peintres. Jean Wildens naquit en 1584, ce qui rend difficile de le faire désigner en 1617, alors qu'il avait 31 ans, comme un jeune homme. Il partit pour l'Italie en 1613 d'où il revint en 1617 ou en 1618. Il est d'autant plus difficile de le regarder comme le peintre paysagiste désigné par G. Gage, que son talent est notoirement inférieur, non seulement à celui de Van Uden, mais encore à celui de son contemporain anversois Adrien Van Stalbemt, né en 1580. Pas plus que van Uden, Wildens ne figure dans la liste des membres de la Corporation de St Luc, dressée par Jean Moretus en 1616-1617 (1).((1) Max Rooses. Boek der St Lucasgilde, gehouden door Jan Moretus I. Antwerpsche Bibliophilen I.) Nous sommes donc porté à croire que, malgré l'absence de preuves positives, le peintre paysagiste ici désigné est Luc Van Uden qui est d'ailleurs le seul anversois de cette époque méritant les éloges du correspondant de Sir Dudley Carleton.

[107]
CLII TOBY MATTHEW A SIR DUDLEY CARLETON.(24 avril 1617.)
[arrow up]

May it please yr Lordship.
At my returne from Paris I finde a letter of yr Lps concerninge yr Pictures, wherin the paines that Mr. Gage hath alredy taken dischardgeth mine. He went to Antwerpe to see them all in hand, and I dare say by his report who hath seene the beginninge of them that they will be to yr Lps contentment. If any thinge more occurre concerninge this matter I will adde it by way of proscript if the Phisicke wch he is takinge will not give himselfe leave to write at this tyme.
Your Lps ever at comaundement

Tobie Matthew.
Lovaine 24 of april 1617
Post. Noe more occurreth concerninge yr Lps pictures but that yr Lp cannot have them all these two or three moneths, and that Bruegel hath two peeces in hand almost finished, whereof the bigger is to be of fourteene pounds sterlinge at the last word, it beinge of a baskett full of flowres; the lesser is a pott of flowers, and a garland of flowres lyinge by it, and the lowest price of that is twelve pound. Mr. Gage conceiveth the lesse much more exquisitely to be done then the other, and desireth to know yr minde. Franck and Snyer have both begunne pictures for yr Lp: Rubens is well forward, and it will be a rare peece. The great peece of huntinge is sould and carried away for an hundred pound sterlinge.
Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Holland 117. Postcriptum publié dans le Catalogue raisonné, etc. de J. Smith, IX, p. 239. — L'extrait entier dans Noel Sainsbury. Op. cit., IX, p. 20.

TRADUCTION.TOBY MATTHEW A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Mylord,
A mon retour de Paris, je trouve une lettre de V. S. relative à vos peintures, lettre par laquelle je vois que la diligence, déjà faite par M. Gage, allège [108] ma tâche. Il est allé à Anvers pour voir toutes les peintures en mains et j'ose dire par son compte-rendu du travail commencé que toutes seront exécutées à la satisfaction de V. S. S'il m'apprend quelque chose de plus sur ce sujet, je l'ajouterai par un postscriptum, dans le cas où la médecine qu'il doit prendre ne lui laisse pas la liberté d'écrire lui-même à ce moment
Votre serviteur soumis à vos ordres

Toby Matthew.
Louvain, le 24 avril 1617.
Postcriptum. Il ne s'est rien représenté de neuf concernant vos peintures, sinon que V. S. ne pourra les avoir toutes dans les deux ou trois mois prochains et que Breughel a en mains deux pièces à peu près terminées dont la plus grande, représentant une corbeille pleine de fleurs, doit coûter, au dernier mot, quatorze livres sterling; la plus petite, une corbeille de fleurs et une guirlande posée à côté, est estimée au plus bas prix, à douze livres. M. Gage estime que cette deuxième pièce est plus délicatement achevée que l'autre et il désire connaître votre intention. Franck et Snyders ont tous deux commencé leurs commandes pour V. S., Rubens est très avancé dans la sienne et ce sera une pièce excellente. La grande Chasse est vendue et enlevée pour une centaine de livres sterling.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Il est à noter que le Franck, dont il est question dans les dernières lignes de cette lettre, est Sébastien Vrancx. La grande Chasse dont il s'agit dans la dernière phrase, est celle dont Toby Matthew parle dans la lettre du 30 décembre 1616 et dont le duc d'Arschot songeait à faire l'acquisition.

[109]
CLIII TOBY MATTHEW A SIR DUDLEY CARLETON.(26 juin 1617.)
[arrow up]

May it please your Lordship.
I have received your Lps of the 20th of June, and concerninge my returne into England I meane to putt in effect, by Gods grace, the goodnes wch his Matie hath beene pleased to extend towards me at the instance of my freinds, as soone as I shall have recovered a litle healthe wch I am going to seeke at the SpawYour Pictures shalbe done before I goe, and if they should not Mr. Gage hath soe diligent an affection towards your service as that nothinge will be lost by my absence. I have in my hand fortie florens of your Lps, and your Lp maie at your comoditie make over as payable to Mr. Gage or me the hundred and twentie crownes whereof you wrote for your three lesser pictures. That wch I have of yours in my hand maie defraie the chardge of makinge them up in cases, and the rest I will leave in Mr. Wake 's hand to be disposed of at your Lps pleasure upon anie such imployment as maie arise herafter.
Your Lps ever humble and affectionate servant

Tobie Matthew.
Lovaine 26 June 1617
Original.: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Holland 117. Publié par Noel Sainsbury. Op. cit., XII, p. 21.

TRADUCTION.TOBY MATTHEW A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Mylord,
J'ai reçu la lettre de V. S. du 20 juin. En ce qui concerne mon retour en Angleterre, je compte l'effectuer par la grâce de Dieu, et la bonté que S. M. a daigné me montrer aux instances de mes amis, dès que j'aurai recouvré un peu de santé: ce que je vais chercher à SpaVos peintures seront finies avant mon départ; si elles ne l'étaient pas, M. Gage est si soigneux et tant porté à votre service que rien ne sera négligé pendant mon absence. J'ai en main de V. S. quarante florins et vous pouvez, [110] à votre convenance, émettre payables soit à M. Gage soit à moi, les cent vingt couronnes dont vous m'avez écrit pour vos trois peintures de moindre dimension. Ce que j'ai de vous en main défraiera leur mise en caisses, et je remettrai le reste à M. Wake qui en disposera selon votre bon plaisir pour quelque autre emploi que vous désigneriez
De V. S. le très humble et affectionné serviteur

Toby Matthew.
Louvain, le 26 juin 1617.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Les trois petites peintures sont celles de Breughel, Snyders et Vrancx. Lionel Wake était un négociant anglais, établi à Anvers, dont Rubens se servit maintefois pour expédier des tableaux en Angleterre. Il était probablement de religion catholique, vu qu'il refuse de jurer fidélité à Jacques I; il était fort riche et prêta de grosses sommes à l'archiduc Albert.

CLIV BALTH. MORETUS LEONARDO LESSIO, LOVANII.(15 juillet 1617.)
[arrow up]

In Operis frontispicio, prout antehac, Editio tertia, auctior et castigatior praescribebatur; ita nunc Editio quarta haec appellanda, auctior et castigatior, non addita voce ceteris. Porro frontispicii imaginem, quia vetus jam attrita esset, ex Rubeni nostri ingenio novam depingi curavi, quae postremam hanc editionem aliquatenus exornet.
Vale Rde in Christo Pater, et a fratre meo salve, nostri in precibus memor.
Antverpiae, in officina Plantiniana XV Julii 1617.
Minute aux Archives du Musée Plantin-Moretus. Lettres latines, Registre 1615-1620, p. 126.

TRADUCTION.BALTH. MORETUS A LEONARD LESSIUS, A LOUVAIN.
[arrow up]

Sur le frontispice de l'ouvrage où on lisait antérieurement Edito tertia auctior et castigatior, on inscrira maintenant Editio quarta auctior et castigatior sans ajouter le mot ceteris. En outre, pour remplacer [111] la planche gravée du frontispice qui était vieille et usée, j'ai confié au talent de notre ami Rubens le dessin d'une nouvelle planche qui ornera cette dernière édition.
Je vous salue, mon révérend père; mon frère se joint à moi et nous vous prions de vous souvenir de nous dans vos prières.
Anvers, de l'Officine plantinienne, le 15 juillet 1617.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Léonard Lessius (Leys) naquit le 8 octobre 1554, à Brecht dans la province d'Anvers, entra en 1572 dans la Compagnie de Jésus, professa successivement la philosophie à Douai et la théologie à Louvain. Il écrivit de nombreux ouvrages de controverse religieuse et de théologie, imprimés la plupart par Balth. Moretus. Il mourut en 1623. Le volume, dont il s'agit ici et pour lequel Rubens exécuta un frontispice, est la quatrième édition du livre De Justitia et Jure ceterisque Virtutibus Cardinalibus libri quatuor, parue en 1617 à l'officine plantinienne (OEuvre de Rubens, n° 1279). Le 12 octobre 1617, Léonard Lessius écrivit à Balth. Moretus: «Le nouveau frontispice me plaît; en effet, il est plein d'élégance et d'esprit (1).((1) Frontispicium novum placet, utpote plenum elegantiae et ingenii.) » Rubens dessina encore le portrait de Lessius pour les Opuscula de cet auteur parus en 1626 (OEuvre de Rubens, n° 1280).

CLV TOBY MATTHEW A SIR DUDLEY CARLETON.(18 juillet 1617.)
[arrow up]

May it please your Lordship.
As for the second (sending away your Pictures before I went) Mr. Gage will be as carefull in seinge them well put into your hands as he hath beene in makinge your severall painters to outstrippe themselves in what they have done for yw; and I dare say yw are to have somwhat from them wch is trice worth your money. He stayeth here, and will upon all occasions be most affectionately redie to serve your LpMr. Gage will sett all accompts streight betweene us, and I continue.
Your Lps intirely affectionate freind and servant

Tobie Matthew.
Brussels 18 of July 1617.
[112] Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Holland 118. Publié par Noel Sainsbury. Op. cit., XIII, p. 22.

TRADUCTION.TOBY MATTHEW A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Mylord,
Quant au second envoi de vos peintures avant mon départ M. Gage sera aussi soigneux à les faire bien arriver entre vos mains, qu'il l'a été à pousser vos différents peintres à se surpasser eux-mêmes dans ce qu'ils fesaient pour vous; et j'ose dire que vous aurez reçu d'eux des objets d'une valeur triple de ce que vous les payez. Il s'arrête ici et sera, en toute occasion, très affectionné à vous servirM. Gage règlera tous les comptes directement avec vous.
Je suis, Milord,De V. S. le tout affectionné ami et serviteur

Toby Matthew.
Bruxelles, le 8 Juillet 1617.

CLVI BERNARD BAUHUSIUS A BALTHASAR MORETUS.(1 août 1617.)
[arrow up]

Ornatissime Domine Morete.Pax Jesu.
De recudendis meis, bene statuis, sic enim necesse est nam et hic vulgo petuntur, quotidieque ut audio desiderantur. Ego interim limam in manu sumo, video an alicubi ea usurus sim; certe erit nonnullum mutandum, tollendum, addendum quippiam. Ante nundinas etsi excudere non possit, excusa tamen erunt uti spero ante nundinarum finem, ut merito et vere, in Catalogo francofurtensi recusa Epigrammata lectori profiteri possit.In fronte libri, mi Morete, plures sunt, qui iconem aliquam desiderent. (Ita enim passim jam fieri videmus. Ita Heinsii prodeunt, [113] ita nuper P. Surii carmina Atrebati prodierunt. Ita quoque vos ipsi fecistis in meditationibus R. P. provincialis nostri aliisque libris.) Mire enim lectorem recreat, emtorem allicit, librum ornat, neque pretium multum auget. Et libelli nostri pretium tantum patiamur crescere, est enim satis exiguum. D. Rubenus divino illo ingenio suo inveniet scio aliquid appositurum et lauro meae conveniens, et ordini in quo sum, et pietati.
Salutem illi a me officiosissimam. Salve, mi dulcissime Morete, ab amico medullitus tuo.Et in Christo Jesu servoDominationis Vestrae

Bern° Bauhusio.
Lovanio 1 Aug. (1617).
Original aux Archives du Musée Plantin-Moretus. Lettres reçues, Registre LXXVI, p. 485.

TRADUCTION.BERNARD BAUHUSIUS A BALTH. MORETUS.
[arrow up]

Cher Monsieur Moretus.Paix en Jésus.
Vous avez pris une bonne résolution quant à la réimpression de mon livre, car c'est là ce que le public demande et ce que tous les jours on désire d'après ce que j'entends. Dans l'intervalle, je prendrai la lime en main et verrai si je n'ai pas à en user par-ci par-là. Certes il y aura, dans certains endroits, à changer, à rayer ou à ajouter quelque chose. Si, avant l'ouverture de la foire, l'ouvrage ne peut pas être imprimé, il sera au moins terminé, j'espère, avant la fin pour que, à bon droit et selon la vérité, le catalogue de Francfort de cette année puisse annoncer au lecteur la réimpression de mes épigrammes.Il y en a beaucoup, mon cher Moretus, qui voudraient trouver une gravure en tête du volume et nous voyons que cela se fait de temps en temps. Ainsi se publient les poésies de Heinsius et l'ont été tout récemment, à Arras, celles du père Surius. Vous en avez fait de même pour les méditations de notre R. P. provincial et pour d'autres livres. Pareil ornement amuse le lecteur, attire l'acheteur, embellit le livre et n'augmente guère le prix. D'ailleurs, selon nous, il n'y aurait pas d'inconvénient à voir s'élever quelque peu le prix du nôtre qui est assez bas. Je sais que Rubens, avec son talent divin, trouverait [114] quelque chose pour mettre là qui conviendrait et à ma poésie et à l'ordre dont je fais partie et à la religion.
Veuillez lui présenter mon très humble salut. Et vous aussi, mon très cher Moretus, je vous salue comme le plus dévoué de vos amis et votre serviteur en Jésus-Christ.

Bernard Bauhusius.
Louvain le 1r août (1617).

CLVII BERNARD BAUHUSIUS A BALTHASAR MORETUS.(12 octobre 1617.)
[arrow up]

Vir Ornatissime Amicissime Morete.
Coram etiam de frontispicio agemus; explicabo clare quid velim fieri (nam Reverendo Patri Vice-provinciali placet pulcram aliquam libro frontem praeponi). Excogitavi Parnassum sacrum, Musas, Mnemosynem, Apollinem, omnia sacra
Raptim Lovanio 12 8bris(1617).
Bernardus Bauhusius.
Original aux Archives du Musée Plantin-Moretus. Lettres reçues, Registre LXXVI, p. 497.

TRADUCTION.BERNARD BAUHUSIUS A BALTHASAR MORETUS.
[arrow up]

Cher Monsieur Moretus.
Parlons d'abord du frontispice; je vous expliquerai clairement ce que je désire (car le R. P. Vice-provincial veut qu'une belle gravure soit placée en tête du livre). J'ai pensé au Parnasse sacré avec les Muses, Mnémosyne, Apollon et tout l'appareil sacré
En hâte à Louvain 12 8bre(1617).
Bernard Bauhusius.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Bernard van Bauhuysen ou Bauhusius naquit à Anvers en 1575 et y mourut le 25 novembre 1619. Il entra, à l'âge de seize ans, dans la Compagnie [115] (1 août-12 octobre 1617.) de Jésus, fut professeur à Bruges, prêcha longtemps et avec distinction à Louvain et dans d'autres villes, publia un recueil d'épigrammes latines et un recueil de cantiques en flamand. Les lettres que nous publions ici se rapportent à la seconde édition des épigrammes. La première édition date de 1616. Avant qu'elle n'eût paru, Bauhusius avait demandé à Moretus de l'orner d'un frontispice, car à la date du 22 octobre 1615, l'imprimeur lui répond: «Les beaux caractères et le nom de Jésus qui ornent le titre rendent toute illustration superflue; mes graveurs ont d'ailleurs les mains bien pleines à tailler les planches des Bréviaires et- des Missels.» La première édition des épigrammes de Bauhusius parut donc sans frontispice; le titre porte un nom de Jésus gravé sur bois, vignette tellement insignifiante que l'on ne saurait regarder que comme une plaisanterie l'affirmation de Moretus qu'elle rendait superflue toute autre illustration. La seconde édition de 1620 n'a pas non plus de frontispice, mais le nom de Jésus qui paraît sur le titre est gravé sur cuivre. Ce n'est que dans la troisième édition, parue en 1634, quinze ans après la mort de l'auteur, que nous trouvons le frontispice gravé d'après le dessin de Rubens (1).((1) Bernardi Bauhusii et Balduiui Cabillavi e Soc. Jesu Epigrammata. — Caroli Malapertii ex eadem Soc. Poemata. Antverpiae, ex Officina Plantiniana, Balthasaris Moreti, M. DC. XXXIV. In-24. (Voir OEuvre de Rubens, N° 1241.)) L'artiste a évidemment tenu compte du voeu exprimé dans la lettre de Bauhusius du 12 octobre 1617. Il a choisi comme motif de sa composition très simple les bustes accolés de Minerve et d'une Muse. Sur le dessin qui se conserve au Musée Plantin-Moretus, Rubens écrivit de sa main: «Habes hic Musam sive Poesim cum Minerva seu Virtute forma Hermatenis conjunctam nam Musam pro Mercurio apposui quod pluribus exemplis licet, nescio an tibi meum commentum placebit ego certe mihi hoc invento valde placeo ne dicam gratulor. Nota quod Musa habeat pennam in capite, qua differt ab Apolline.» (Vous avez ici une Muse, ou la poésie, et Minerve, ou la Sagesse, réunies en forme d'Hermathène. J'ai remplacé Mercure par une Muse, ce que de nombreux exemples autorisent à faire. J'ignore si mon projet vous plaira; quant à moi, je me réjouis, pour ne pas dire que je me félicite de cette invention. Notez que la Muse ait une plume sur la tête, attribut qui la distingue d'Apollon.) Ces lignes étaient évidemment adressées à son ami Balthasar Moretus. Comme la plupart des lettres que les Archives du Musée Plantin-Moretus possèdent de Bauhusius, les deux que nous publions ici ne portent pas l'indication de l'année où elles furent écrites. La mention de la publication récente du livre du P. Surius nous permet de conclure avec certitude, qu'elles [116] datent de 1617. En effet, le seul ouvrage que le père Surius fit paraître à Arras, est un recueil de poésies en deux volumes (Moratae poesos, volumen 1 et volumen 2) qui fut imprimé chez Guillaume Rivière, en 1617.

CLVIII GEORGE GAGE A SIR DUDLEY CARLETON.(23 août 1617.)
[arrow up]

May it please your Lordp.
To deale plainly and ingeniously with yr Lordship, I must confesse that by my negligence it hath happened, that you have not receaved your Pictures almost a month since. For before my going to Dunkerck (whither I did accompany my frend Mr. Matthew) your pictures were finished, payed for, and encassed up in Mr. Wake 's house. The error was, that at my departure out of Brussels, having many things to troble a weake braine, I forgot to get by Mr. Trumbal a billet of free passage for those peeces, which only hath bin the cause of their stay. I hope their goodnesse will make some part of amends for this fault. I will not commend them, only I will tell yr Lordsp: concerning that of Sniers, yt I have bin wooed to let some have it for more money then it cost, and I doe assure yow that it hath bin esteemed by some very judicious workemen and gentelmen at a 100 crownes. Your Ls money hath bin thus reparted according to the best bargaines that I could make: Rubens had the cheyne never valued above £ 44 sterling, Bruegell had £ 14, Sniers £ 12, and Sebastian Franc £ 10. Some little charges will bee found in the packening and accommodating of those thinges, which I lay out of £ 4 sterling which is in my handes of y. Lordships money, the rest hereof I will deliver to Mr Wake to bee disposed of according yr Lps order.
Yr L. most humble servant

G. Gage.
Brussels this 23 of August 1617.
Understands he has received divers antique heads and statues out of Italy, wishes to know if they were bot of Daniel Nice, shd much like to see them, especially if any Statues as large as life.
[117] Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Holland 118. Publié dans le Catalogue raisonné de J. Smith, IX, p. 240. — Item par Noel Sainsbury. Op. cit., XV, p. 22.

TRADUCTION.GEORGE GAGE A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Mylord,
Pour en user en toute sincérité avec Votre Seigneurie, je dois lui confesser qu'il est arrivé par ma négligence, que vous n'avez point reçu vos peintures depuis un mois au moins, car avant mon excursion à Dunkerque, où j'ai accompagné mon ami M. Matthew, vos peintures étaient achevées, payées et emballées en caisses dans la maison de M. Wake. La faute commise provient de ce qu'à mon départ de Bruxelles, ayant ma faible cervelle agitée par diverses affaires, j'ai oublié de me procurer par M. Trumbull une lettre de libre passage pour ces pièces; c'est là la seule cause du retard. J'espère que votre indulgence m'accordera un peu de pardon pour cette faute.Je ne veux pas vanter les peintures, cependant je dois le dire à V. S.: en ce qui concerne le tableau de Snyders, j'ai dû supplier pour empêcher quelques personnes de l'enlever pour un prix supérieur à ce qu'il coûte et je puis vous assurer que des artistes et des connaisseurs compétents l'ont estimé cent couronnes. Les fonds de Votre Seigneurie ont donc été employés suivant les meilleures conventions que j'ai pu faire, de cette façon: Rubens a la chaîne qui n'a pas été évaluée ici au-delà de 44 livres sterlings; Breughel a eu 14 livres, Snyders 12 et Sébastien Vrancx 10 livres. Il y aura à payer pour l'emballage et l'arrangement de ces tableaux quelques petites dépenses que j'évalue à 4 livres sterling, je suis à même de payer cette somme au moyen de l'argent que vous m'avez fourni. Ce qui me restera je le remettrai à Mr Wake qui en disposera comme vous le lui ordonnerez.
Votre très humble serviteur

G. Gage.
Bruxelles, 23 août 1617.
Il (G. Gage) a appris qu'il (Sir Dudley Carleton) a reçu d'Italie diverses têtes et statues antiques, il désire savoir si elles ont été achetées de Daniel Nys et aurait grand plaisir à les voir, surtout s'il y a dans le nombre des statues de grandeur naturelle.

[118]
COMMENTAIRE.
[arrow up]

En échange de la Chasse aux Lions de Rubens, Sir Dudley Carleton donna la chaîne évaluée à 44 livres sterling, soit 1100 francs en monnaie en comptant le livre à 25 francs. Comme l'argent avait à cette époque une valeur environ trois fois plus grande que de nos jours, la somme équivaudrait à 3300 francs. A ce taux, Jean Breughel reçut 1050 francs, Snyders 900 francs, Sébastien Vrancx 750 francs. Les cent couronnes offertes du tableau de Snyders vaudraient, en comptant la couronne à deux florins, environ 1200 francs. Daniel Nys était un marchand d'oeuvres d'art, établi à Vénise, qui fit d'importantes affaires avec les grands amateurs anglais et avec le roi Charles I pour lequel il acquit, en 1628, la célèbre collection des ducs de Mantoue.

CLIX LIONEL WAKE A SIR DUDLEY CARLETON.(26 août 1617.)
[arrow up]

Sr.
This inclosed from Mr. Gage will assure you of the performance of such things as you weare pleased to comande me to perfforme by yr lres of the 8 of July: Mr. Gage hath left wth me 2 casses wth certayne picturs, the wch I will send you by the first shipp that shall depart from hence towards the Hage, the wch I doubt will not be yett in 8 or 10 dayes, for that there is none yet lading, Mr. Trumbull hath sent me a pass from the finances that they shall pass free on this syde of all Gabells: and I will direct them to you, wch I think is sufficient to free them at Lillo
At yr honnors commandement

Lyonell Wake.
Antwerp, the 26 of August 1617.
Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Holland 118. Publié par Noel Sainsbury. Op. cit., XIV, p. 22.

[119]
TRADUCTION.LIONEL WAKE A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Sir.
La lettre, ci-incluse, de Mr. Gage vous assurera l'accomplissement de tout ce qu'il vous a plu de me commander par votre lettre du 8 juillet: M. Gage a laissé par devers moi deux caisses contenant certaines peintures que je vous expédierai par le premier bateau qui partira d'ici pour La Haye, mais je doute que ce soit avant huit ou dix jours, car il n'y en a aucun ici en charge. M. Trumbull m'a envoyé une lettre de passe de la part de la Trésorerie, afin qu'elles puissent être voiturées de ce côté de la frontière, franches de toute gabelle: je vous les adresserai directement; je crois que cela suffira pour les affranchir à Lillo (1)((1) Lillo, fort sur l'Escaut à trois lieues au Nord d'Anvers, était à cette époque aux mains des Hollandais et pouvait être considéré comme la frontière de leur pays pour les bateaux qui importaient des marchandises sur lesquelles la douane avait des droits à prélever.)
Aux ordres de Votre Honneur

Lionel Wake.
Anvers, le 26 août 1617.

CLX GEORGE GAGE A SIR DUDLEY CARLETON.(1 novembre 1617.)
[arrow up]

Mylorde:
I hope yr Lp will beare with ill inck and paper, since I am forced to answeare your last out of an Inne in a vagare, that I am fetching for some few monthes into Spaign. I am exceeding glad your L. pictures came to your handes so well conditioned, which I thought long till I heard, and I thinck it not amisse to put yr L. in minde of one thing concerning them, which is that yow keepe them not to long roled up (as often it happineth) before yow hang them up, for it would much prejudice the colors. The hunting peece of Rubens in my opinion is excellent, and perhaps preferable to the first, because when a Master [120] doth a thing the second time, lightly it is for the better. I imagin in your praise of the others, yr L. excepteth this cum semper sit excipiendus Plato. The peece of Sniers (as I thinck I told you) was judged heere by skilful men worth 100 △ [crowns]. And howsoever yow esteeme there your Jaques de Ghein, yet wee preferre by much Brugel, because his thinges have neatnesse and force, and a morbidezza, which the other hath not, but is cutting and sharpe (to use painters phrases) and his things are to much ordered. I delivered to Sigr Rubens what yr L. wrightes to mee concerning yr heades and statuaes. Hee and I were both sorry that I had resolved on this jorney, els wee would both have visited yr Lordship. That which can bee donne is, that at my returne (which I shall bee by the grace of God in the spring) wee will goe together to wait upon yow, and I doubt not but there will bee contentment given and received on both sides. But, if by any occasion yr Ld should bee removed from that place before the sommer Sigr Rubens entreateth yr L. to cause him to bee certified in a worde therof, and hee will not faile himself alone to wait on you.
Thus beseeching yr L. to command mee with all freedome whersoever I shall bee in any thing that shall occurre for yr service, with my humble service to my good Lady, I restYr Lordship's most humble Servant

G. Gage.
Peronne 1 of November 1617.
Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Holland 119. Publié en partie dans le Catalogue raisonné de J. Smith, IX, p. 240 et en entier par Noel Sainsbury. Op. cit., XVI, p. 24.

TRADUCTION.GEORGES GAGE A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Milord.
J'espère que V. S. accueillera sans impatience cette mauvaise encre et ce mauvais papier, vu que je suis obligé de répondre à votre dernière lettre d'une auberge, pendant une excursion que je vais faire en Espagne et qui durera quelques mois. Je suis extrêmement heureux de savoir que vos peintures [121] vous sont arrivées en si bonne condition; le temps qui s'est passé avant que je l'apprenne m'a paru long. Je pense qu'il ne sera pas mal à propos de vous remettre en mémoire une recommandation qui les concerne; celle de ne pas les conserver trop longtemps enroulées, comme il arrive souvent de le faire, avant de les suspendre, car ce serait très préjudiciable aux couleurs. A mon avis, la Chasse de Rubens est excellente, peut-être préférable à la première; en effet, quand un maître exécute une oeuvre pour la deuxième fois, il la fera aisément meilleure. En louant les autres tableaux, je m'imagine que V. S. excepte toujours celui-ci, cum semper sit excipiendus Plato.La pièce de Snyders, je crois vous l'avoir dit, a été évaluée ici par des hommes de goût, avoir une valeur de 100 couronnes. Et quoique vous estimiez beaucoup là-bas votre Jacques De Gheyn, nous lui préférons beaucoup Breughel dont les oeuvres ont de la netteté, de la force et de la morbidezza. De Gheyn n'a pas ces qualités, il est dur et anguleux, comme disent les peintres, et il met trop d'arrangement dans ses compositions. J'ai communiqué à M. Rubens ce que vous m'avez écrit au sujet de vos bustes et de vos statues. Lui et moi nous avons été affligés de ce que j'aie dû me résoudre à ce voyage, sinon nous aurions tous deux rendu visite à Votre Seigneurie. Ce qui peut être fait, c'est qu'à mon retour, qui aura lieu au printemps, si Dieu le permet, nous allions tous deux vous présenter nos respects, et je ne doute pas que des deux côtés on n'en éprouve de la satisfaction. Cependant, si par quelque circonstance V. S. dut se déplacer avant l'été, M. Rubens vous supplie de vouloir bien l'en informer par un mot, car il ne manquera pas de venir tout seul vous faire sa visite.
Suppliant V. S. de me commander librement, et n'importe où je sois, de faire ce qui peut être requis pour son service ou pour celui de Milady, je suisde V. S. le très humble serviteur

G. Gage.
Péronne, 1 novembre 1617.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

La première chasse dont il est question ici n'est pas, comme M. Noel Sainsbury le suppose, la Chasse aux Lions que possède le roi de Bavière, mais l'exemplaire de trop grandes dimensions dont il a été question dans les lettres précédentes. On est assez étonné de voir citer le nom de Jacques De Gheyn comme celui d'un rival de Jean Breughel de Velours dans la peinture minutieuse, cet artiste hollandaise étant surtout connu comme graveur. Plusieurs peintres [122] ont porté ce nom. Van Mander en a connu deux, le père et le fils. Le premier, Jacques De Gheyn, fils de Jean, naquit sur la Zuiderzee pendant un trajet que fit sa mère de Harlingen à Amsterdam; ses parents étaient natifs d'Utrecht; il s'appliqua surtout à la peinture sur verre; mais, à la fin de sa vie, il peignit également à l'huile. Il vint habiter Anvers, où il se fit inscrire dans la Corporation de St Luc comme peintre sur verre, en 1558; il passa le reste de sa vie dans la même ville et y mourut en 1582, âgé de 50 ans environ. Son fils Jacques, fils de Jacques, naquit à Anvers, en 1565; de même que son père, il débuta comme peintre-verrier, il s'appliqua ensuite à la gravure et ce fut dans cet art surtout qu'il acquit sa réputation. Il quitta sa ville natale pour aller étudier à Harlem, chez Henri Goltzius, et continua à résider en Hollande. Plus tard, il s'adonna à la peinture et se fit, comme l'atteste la lettre de Gage, une grande réputation dans cet art. Il peignait des fleurs et des figures et vivait encore en 1617. Il eut un fils, nommé également Jacques, qui naquit, dit-on, à Amsterdam en 1594, et fut graveur comme son père. Un quatrième Jacques De Gheyn vivait encore à Amsterdam en 1693. Nous parlerons plus loin des marbres antiques mentionnés par un seul mot dans cette lettre et dans l'avant-dernière. Le projet de Rubens d'aller voir Sir Dudley Carleton, à La Haye, naquit du désir du peintre de s'entretenir avec l'homme d'État de l'échange d'oeuvres d'art qui, plus tard, s'effectuera entre eux. Rubens nous apprend dans sa lettre du 17 mars 1618, pourquoi ce projet de voyage fut abandonné.

CLXI BALTH. MORETUS JOANNI BLEUWART J. C.(16 novembre 1617.)
[arrow up]

Amicissime Domine,
Epitaphiam inscriptionem libens legi, acutam et auctore suo dignam; itemque qui te decet erga fratrem affectum laetus cognovi, cui testando aeternum monumentum ponere decrevisti. Lapidi incidi, e Clarmi Puteani mente, haud dissuadeam: sacra tamen imago cui subjuncta sit inscriptio pietatis plus praeferat: sed et parergo lapideo, cui haec ipsa insculpatur, exornari illa possit, ut alibi Antverpiae Rubenio ipso auctore factum. Nos vero pro imagine, quam optimo parenti posuimus [123] sexcentos florenos persolvimus: pro imagine inquam sola: nam tabulae ligneae pretium alius accepit, qui parerga adornavit, et haud vilem operae suae mercedem exegit. Vale, Amicissime Domine, et a fratre meo salus, qui a difficillimo morbo velut revixit,
Deo gratia esto, qui eum porro firmet et nos incolumes servet.
Antverpiae, in Officina Plantiniana XVI Novembris 1617.
Minute aux Archives du Musée Plantin-Moretus à Anvers. Lettres latines écrites de 1615 à 1620, p. 154.

TRADUCTION.BALTH. MORETUS A JEAN BLEUWART.
[arrow up]

Cher Ami,
J'ai lu avec plaisir l'inscription funéraire, elle est spirituelle et digne de son auteur; de même, je me suis réjoui de l'affection pour votre frère qui vous honore et en témoignage de laquelle vous avez résolu d'élever un monument durable. Je ne vous détournerai pas d'y faire graver l'inscription rédigée par Puteanus, mais un tableau religieux sous lequel cette inscription serait placée témoignerait de plus de piété. On pourrait encore l'orner d'un monument en pierre sur lequel l'inscription serait sculptée, comme cela s'est déjà fait à Anvers par Rubens lui-même. Nous avons payé six cents florins pour le tableau que nous avons placé sur le tombeau de notre père regretté. Je parle de la peinture seule, car le panneau a été payé à un autre, qui a orné le monument et qui s'est fait largement payer. Adieu, mon cher ami; mon frère vous salue. Il vient de ressusciter, pour ainsi dire, d'une maladie fort grave.
Que Dieu soit loué, qu'il lui rende les forces et nous conserve la santé
. Anvers, de l'Officine plantinienne, le 16 novembre 1617.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

La correspondance échangée entre Balthasar Moretus et Jean Bleuwart est fort volumineuse; elle commence en 1609 et se prolonge jusqu'en 1640, avec un intervalle, il est vrai, de 1618 à 1640. Malgré ses lettres et celles de son correspondant, nous sommes peu renseignés sur le personnage. En 1608, Balthasar Moretus inscrit en tête de son compte-courant «Jean Bleuwart étudiant habitant chez la veuve de Juste Lipse.» Jusqu'au mois d'août 1616, [124] il habite dans la même maison; en octobre de la même année, il se transporte à Malines. Nous ne savons quelles étaient ses occupations ordinaires dans les deux villes; à Louvain, il soignait les intérêts et faisait la correspondance de la veuve de Juste Lipse. Nous connaissons de lui une pièce de vers insérée dans la seconde édition de la Fama Postuma de Juste Lipse, publiée en 1613 par Balth. Moretus. L'inscription est: Piis Manibus Amplissimi Clarissimique Domini Justi Lipsii Sermis Principibus a consiliis, & Historiographi Regii Domini quondam mei colmi; la signature est: Cultus et moeroris testimonium M. P. Joannes Bleuwart Athensis. Nous apprenons par là que l'auteur était natif d'Ath en Hainaut, et qu'il avait été au service de Juste Lipse, probablement, ajoutons nous, comme secrétaire. Le tableau peint par Rubens, dont Balth. Moretus parle, est le triptyque de la Résurrection du Christ dans la cathédrale d'Anvers, que Rubens exécuta pour Balthasar Moretus et que celui-ci fit placer sur le tombeau de son père et de sa mère (OEuvre de Rubens, nos 334-339).

CLXII PETRUS PAULUS RUBENIUS FRANCISCO SWERTIO.(Février-mars 1618.)
[arrow up]

Clarise et Amicise D. Swerti.
Isidem C. V. Camdeni, ut verum fatear, non plane perspexi, neque et imagine tam rudi (ignoscat artifex) eruere potui probabilem conjecturam; nam de juvenca, nisi haec niteretur fide D. Camdeni, ego quidvis aliud suspicarer, cum figura, proportio, gestus et situs mirum in modum repugnent hujus animalis naturae proprietatibus. Apis sane qui semper fere in marmoribus antiquis, quotquot ego observavi, aut Isidis aut ipsius AEgypti latus claudit justa bovis fere adulti effingitur statura, lattis illi denique sua peculiari nota lunae plus quam semiplenae conspicuum, cornua item habet et cetera bovi congrua, Vaccam autem quae puella unquam catelli vice in deliciis habuit et gremio suo toleravit? Vittae etiam et teniae Isidi valde familiares imo individuae comités hic prorsus nullae; sed illam sine sistro pictam aut fictam, ni fallor, vidit nemo; nempe quod proprium ejus sit insigne. >Sed ne nihil dicam, cum nihil tamen certi in re tam obscura affirmare [125] ausim, si vitula istud animal est ego suspicarer de quodam voto pro frugibus juxta illud vulgi: «cum vitula facies pro frugibus» suscepto; hoc suadet patera frugifera et vas potorium in altera manu ab urnis fluviorum quantitate et forma omnino dispar (1)((1) En marge: Urnae siquidem grandes et depressiore alveo.); bibebant autem in sacris ut Saufeia (2)((2) Boire comme Saufeia est une réminiscence de Juvénal, Satire IX, v. 117:Pro populo faciens quantum Laufella bibebat.Selon les commentateurs Laufeia, Saufeia ou Laufella était une ivrognesse connue à Rome.); corona etiam sacrifiais propria sive florida sive herbacea vel aurea vel alius materiei ut multis exemplis doceri potest. Hoc habe pro re nihil. Sed pro negociis meis abunde, quae alio me avocant, amicise Domine. Caeterum questionem Isiacam peritioribus integram et illibatam rellinquimus.
Vale et me aetatim ama.Ex asse tuus

Petrus Paullus Rubenius.
Original au British Museum: Epistolae V. V. Cl. ad Gul. Camden. Bibl. Cotton. Publié dans: V. Cl. Gulielmi Camdeni, et illustrium virorum ad G. Camdenum epistolae. Londini, 1691. p. 369. — Item, par Noel Sainsbury. Op. cit., XVIII, p. 25 et 247. — Rosenberg. Rubensbriefe, p. 53.

TRADUCTION.PIERRE-PAUL RUBENS A FRANÇOIS SWERT.
[arrow up]

Cher Monsieur Swert,
Je vous l'avoue franchement, je n'ai pas clairement compris l'Isis de l'honorable M. Camden; d'après un dessin aussi mauvais, j'en demande pardon à l'artiste, je n'ai pu tirer aucune conjecture probable. Au lieu de la génisse, à moins qu'elle n'existe que dans la croyance de M. Camden, je suis disposé à voir toute autre chose, car, la figure, la proportion, le geste et la pose diffèrent étonnamment de tout ce qui constitue cet animal. Apis, qui, dans les marbres antiques, pour autant que j'aie pu les observer, se tient à côté d'Isis ou même d'Egyptus, est représenté avec la stature réelle d'un boeuf presque adulte; sur son propre côté, on aperçoit l'emblème particulier de la lune pleine au delà de moitié, il a des cornes et les autres caractères d'un boeuf. Quelle jeune fille a jamais fait ses délices d'une vache au lieu d'un petit chien et l'aurait tenue sur ses genoux? Des bandelettes et des guirlandes [126] qui sont les attributs ordinaires presque inséparables d'Isis, on n'aperçoit point de traces; personne, si je ne trompe, ne l'a jamais vue peinte ou sculptée, sans le sistre, car c'est bien son insigne propre. Mais pour dire quelque chose, bien que je n'ose rien affirmer dans une matière aussi obscure, si cet animal est une génisse, je soupçonne qu'il s'agit de quelque voeu fait pour une bonne récolte, selon ce dicton «Sacrifiez une génisse pour la réussite des fruits de la terre.» Cette conjecture est appuyée par la patère pleine de fruits et le vase à boire que cette Isis tient de l'autre main et qui diffère tout à fait par la dimension et la forme des urnes des fleuves (1)((1) En marge: Ces urnes étaient grandes et avaient le ventre déprimé.), car dans les sacrifices on buvait comme Saufeia. Voilà ce qu'indiquait encore la couronne qui était de fleurs, de verdure, d'or, ou d'autre matière, ce que l'on peut affirmer d'après de nombreux exemples. Voilà ce que je puis vous donner, ce n'est rien pour la chose elle-même, c'est beaucoup pour moi, mon cher Monsieur, car mes occupations appellent mon attention sur d'autres sujets. Du reste, je laisse cette question d'Isis entière et intacte à de plus savants que moi.
Au revoir, aimez toujoursle tout vôtre

Pierre-Paul Rubens.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Comme François Sweerts (voir 1 juin 1616) le dit dans la lettre suivante, celle que l'on vient de lire contient l'explication que Rubens a essayé de donner d'une statue dont Camden avait envoyé le dessin à François Sweerts. Le savant anglais y avait vu une Isis, le peintre y voit la représentation d'une personne qui accomplit un voeu fait pour obtenir une bonne récolte. Il avoue d'ailleurs que la solution du problème est difficile et qu'il donne la sienne pour ce qu'elle vaut. Qu'elle soit fondée ou non, cette explication prouve l'érudition de Rubens. La citation du dicton latin, l'allusion à un personnage nommé dans une Satire de Juvénal, témoigne d'une grande familiarité avec la littérature latine, de même que tout le texte de la lettre nous donne une haute idée des connaissances archéologiques de l'artiste. La lettre ne porte point de date. Comme François Sweerts l'expédie à Camden, le 10 mars 1618, on peut admettre qu'elle a été écrite au commencement du même mois ou au mois de février précédent. Guillaume Camden, l'archéologue et historien anglais très connu, naquit à Londres en 1551. En 1575, il fut nommé second maître et, en 1593, premier [127] maître de l'école à Westminster; en 1597, il fut nommé roi d'armes de Clarence; il mourut le 9 novembre 1623 et fut enterré à l'abbaye de Westminster. Outre de nombreux écrits d'archéologie et de philologie, il composa Britanniae descriptio dont de nombreuses éditions virent le jour pendant sa vie et les Annales du règne d'Elisabeth, dont la première partie seule fut publiée de son vivant, en 1615, et dont son ami Dupuy fit paraître une édition complète en 1625. Cet ouvrage fut également réédité plusieurs fois en français et en anglais. Camden était lié avec plusieurs savants et spécialement avec les plus éminents lettrés de la France et des Pays-Bas. Les lettres qu'il reçut d'eux furent publiées à Londres, en 1691, in-4°. Le dicton cité par Rubens «Cum vitula faciès pro frugibus» rappelle le vers de Virgile: Cum faciam vitula pro frugibus, ipse venito. (Eclog. III. v. 77.) Ce vers se trouve ordinairement cité par les anciens commentateurs de Juvénal à propos des vers 115-117 de la IXe Satire de ce poète: Sed prodere malunt Arcanum, quam subrepti potare Falerni Pro populo faciens quantum Laufella bibebat. Le commentaire habituel est ainsi conçu: «Vetus schol: Pro populo faciens quantum Saufeia bibebat. Sacrificans Virgo Vestae. Virgilius: Cum faciam vitulum pro frugibus, ipse venito, Joannes Britannicus: Laufella (une variante du nom de Saufeia) bibebat. Laufellam sui temporis mulierem vinolentam notat.» Coïncidence curieuse: les anciens éditeurs de Juvénal ont lu le nom de cette ivrognesse les uns Saufeia les autres Laufeia ou Laufella; dans l'autographe de la lettre de Rubens à Camden, il est également difficile de distinguer la première et la quatrième lettre du nom et de décider si c'est Laufeia, Saufeia ou Lauseia, qu'il faut lire. L'éditeur de la Correspondance de Camden a lu Lauseia et nous aurions fait comme lui, si le texte de Juvénal n'exigeait pas une leçon différente; Noel Sainsbury a imprimé Lanfera.

[128]
CLXIII D. GUIL. CAMDENO FRANC. SWEERTIUS.(10 mars 1618.)
[arrow up]

Amicissime Camdene.
Literas tuas cum munere accepi, et gratias immortales ago: tuis jam non respondeo, negotia Mercurialia non permittunt. Mitto Europam redivivam, auctore amico nostro Scrieckio, folio 59 invenies nomen Camdeni: item Encomium Historicum Henrici IV Galliae Regis, et carmen in ejus statuam, quod ab auctore accepi. Videbis judicium quoque super Isidis statua Petri Pauli Rubenii, Antiquarii, et seculi nostri Apellis.
Vale. Plura non scribo, alias longius.
Antverpiae, A° 1618 X Martii.
Adresse: Clariss° doctissimo viro Dno Guilielmo CamdenoLondinum. Amica manu.
Original au British Museum. Cott. Ms. Jul. Caes., V f° 240-241. — Publié dans V. C. Gul. Camdeni et ill. virorum ad G. Camdenum Epistolae. Londini, 1691, p. 224. — Traduction en anglais par Noel Sainsbury. Op. cit., XVII, p. 25.

TRADUCTION.FRANÇOIS SWERTS A GUILLAUME CAMDEN.
[arrow up]

Très cher ami Camden.
J'ai reçu vos lettres avec le cadeau que vous m'offrez et je vous en remercie infiniment. Si je n'ai pas répondu plus tôt, c'est que mes affaires ne le permettaient point. Je vous envoie un exemplaire d'Europa rediviva, dont notre ami Scrieckius est l'auteur; à la page 59, vous trouverez cité votre nom. Je vous envoie également l'Encomium Historicum Henrici IV Galliae Regis et une pièce de vers célébrant sa statue, que j'ai reçue de l'auteur. Vous trouverez ci-jointe, sur la statue d'Isis, l'opinion de Pierre-Paul Rubens, un archéologue et l'Apelle de notre siècle.
Je ne vous en dis pas davantage pour le moment, un autre jour ma lettre sera plus longue.
Anvers, le 10 mars 1618.

[129]
COMMENTAIRE.
[arrow up]

Adrien van der Schrieck ou Scrieckius naquit à Bruges, le premier janvier 1565, étudia à Paris la philosophie et la jurisprudence, fit partie du Conseil d'État sous Albert et Isabelle, et mourut à Ypres, le 26 décembre 1621. Il écrivit un singulier ouvrage Van t' beghin der eerster volcken van Europen in-sonderheyt vanden oorspronck ende saecken der Neder-landren. Ypres, François Bellet, 1614, en latin Originum rerumque Celticarum et Belgicarum libri XXIII. (Antv. Guil. a Tongris, 1616), dans lequel il cherche à démontrer que la langue flamande ou néerlandaise est la plus ancienne de la terre et fut parlée par Adam et Ève au paradis terrestre. Il publia encore De vera et falsa origine monimentum sive Europa rediviva (Antverp. Guil. a Tongris, 1617), l'ouvrage que son ami François Sweerts envoie à Camden. Dans cet ouvrage, une mention élogieuse est faite de Camden et l'auteur avait mis à la disposition de Fr. Sweerts un exemplaire destiné à l'historien anglais. Le Carmen in ejus statuam est une pièce de vers par Caspar Gevartius intitulée In Statuam equestrem Henrico IV Gall. et Navarrae Regi in novo Sequanae ponte erectam, Carmen heroicum, aliaeque Sylvae. Parisiis, 1617. Dans cet ouvrage se rencontre un Elogium historicum Henrici IV Franciae et Navarrae Regis du même auteur. La statue d'Isis était un marbre antique que l'on venait de découvrir en Angleterre; les uns la croyaient être une statue de la déesse égyptienne et d'autres la prenaient pour un personnage différent. André Schott y voit la statue d'un prêtre païen (G. Camdeni et ad G. Camdenum Epistolae. Epist. CLXXIX: Andreas Schottus G. Camdeno).

[130]
CLXIV P. P. RUBENS A DUDLEY CARLETON.(17 mars 1618.)
[arrow up]

Excellentismo Signore.
Havendo inteso da diversi delle rarità di cose antiche che V. E. hà raccolte insieme, mi venne voglia de venir à vederle in compagnia del Sigre Giorgio Gage suo patriotto, ma colla partita di quello alla volta di Spagna, i per l'importunita delli mei negocij questo pensiero sen è andato à monte pur essendosi lasciata V. E. intendere allora con esso Sr Gage chella si risolverebbe à far qualq. cambio meco di quelli marmi in pitture di mia mano, io come vago delle antiquita mi desporrei façilmente ad accettar ogni raggionevol partito, mentre che V. E. continuasse in quel amore, ma non posso imaginarmi mezzo più espediente per venir in qualque trattato che per via del portator di questa al quale V. E. volendo mostrar le cose sue i permetter di pigliarle in nota per potermene dar raguaglio io parimente mandarei la lista di quelle opere ch'io mi ritrovo in casa (1).((1) En marge: O se farebbono a posta quelle pitture che sarebbono piu a gusto di V. E.) Et in somma si comminçiarebbe a formar qualq. negociatone che stesse bene ad ambo le parti. Questo Galanthuomo si çiama Françoys Pieterssen de Grebbel nativo et habitante di Harlem persona onorata et da bené della cui sinçerità potiamo fidarsi sicuramente.
I con questo mi raccommando di vero core nella bona gratià di V. E. et le prego del cielo ogni félicita e contentezza.
Di Anversa alli 17 di Marzo 1618
Di V. Eccellenza humilissi° servitore

Pietro Pauolo Rubens.
L'adresse porte: Al Eccellentiss° Sigr et patron mio colendissmoIl Sigr Dudley Carleton Ambasciatore del Sermo Re della Gran Bretaigna nella Haija.
(Au dos, de la main de Carleton:)Paulo Rubens the 17 of March 1618.
Original: Londres, Public Record office. Foreign State Papers, Holland 124. Publié dans Hookham Carpenter. Pictorial Notices, p. 138. — Item. Dans la traduction par L. Hymans, p. 166. — Item. Rosenberg. Rubensbriefe, p. 41. — Traduction anglaise Sainsbury, op. cit. p. 27.

[131]
TRADUCTION.P. P. RUBENS A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Excellentissime Seigneur,
Ayant entendu parler par diverses personnes de la précieuse collection d'objets antiques recueillie par Votre Excellence, j'avais formé le projet de venir la voir en compagnie de M. Georges Gage, votre compatriote, mais, par suite du départ de celui-ci pour l'Espagne et à cause d'affaires urgentes, j'ai dû abandonner l'idée. Cependant, V. E. ayant alors laissé entendre par M. Gage qu'Elle se résoudrait à faire avec moi quelque échange de ses marbres contre des peintures de ma main, je serais volontiers disposé, comme amateur d'antiquités, à accepter tout arrangement raisonnable, si V. E. est encore dans cette intention. Mais pour aboutir à un accord, je ne puis imaginer de moyen plus convenable que de me servir du porteur de cette lettre, en priant V. E. de lui montrer vos objets et de lui permettre de prendre des notes pour qu'il puisse m'en faire le rapport; de mon côté, j'enverrais la liste des oeuvres qui se trouvent chez moi, ou bien, j'exécuterais expressément des peintures qui seront de votre goût. En tous cas, nous ferons de telle sorte que les deux parties soient contentes. Ce monsieur s'appelle François Pieterssen de Grebbel, il est natif et habitant de Harlem: c'est une personne honorable, un homme de bien sur la sincérité duquel nous pouvons nous reposer en toute sécurité.
Sur quoi, je me recommande de tout coeur aux bonnes grâces de V. E. et je prie le ciel de Lui accorder toute félicité et tout contentement.
D'Anvers, le 17 mars 1618.
De V. E. le très humble serviteur

P. P. Rubens.
Adresse: A Son Excellence, mon protecteur très honoré, Sir Dudley Carleton Ambassadeur de Sa Majesté le roi de la Grande Bretagne à La Haye.
Au dos de la main de Carleton: De Paul Rubens, le 17 mars 1618.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Voici la première d'une série de douze lettres traitant d'un échange de marbres antiques, appartenant à Sir Dudley Carleton, contre des tableaux peints par Rubens. La négociation, entamée le 17 mars 1618, se termine dès le premier juin de la même année. Rubens avait le goût des antiquités et forma [132] une collection importante de marbres et de camées qu'il vendit, en 1625, au duc de Buckingham. Sir Dudley Carleton de son côté possédait des marbres recueillis spécialement en Italie et il était grand amateur de tableaux. L'artiste et le grand seigneur étaient donc faits pour s'entendre. Les détails que Rubens fut forcé, dans le cours de cette négociation, de donner sur ses propres tableaux, offrent un très grand intérêt pour l'histoire de son oeuvre. Nous y recueillons des renseignements sur plusieurs de ses tableaux, sur le prix qu'il en demandait et sur la part que prenaient ses élèves à leur exécution. Rappelons que, par sa lettre du 1r novembre 1617, Georges Gage fit savoir à Sir Dudley Carleton qu'il avait communiqué à Rubens ce que le diplomate anglais lui avait écrit au sujet de ses bustes et statues. Rubens exprima, à cette époque, le désir d'aller voir en Hollande la collection en question, en compagnie de Gage, mais ne put, à cause du départ de ce dernier, réaliser son projet. C'est donc Sir Dudley Carleton qui fit les premières ouvertures des négociations qui donnèrent lieu à la correspondance débutant par cette lettre. Le François Pieterssen De Grebbel, ou plus exactement De Grebber, l'homme de confiance de Rubens, était un peintre de Harlem (Frans Pietersz De Grebber) qui fut élève de Jacques Savery et peignit des tableaux d'histoire, dont il s'en trouve trois à l'hôtel-de-ville de Harlem datés de 1610 et de 1619. En 1646, il éxécuta pour le prince Frédéric-Henri deux tableaux représentant des enfants. On trouve le nom de François Pietersz de Grebber dans les registres de Saint Luc de Harlem dès l'année 1601, ce qui fait reculer la date de sa naissance au moins jusque vers 1585; Bryan Stanley la place en 1579. En 1606, il peignit l'armoire dans laquelle on exposa l'argenterie destinée à une loterie en faveur de l'hospice des vieillards à Harlem; en 1610, il signa un tableau conservé au Musée de la même ville et, en 1619, deux autres. De Grebber devait être une espèce de marchand de tableaux ou de brocanteur et il est probable que Rubens doit l'avoir connu en cette qualité. Les nombreux démêlés qu'il eut avec les doyens de Saint Luc nous apprennent à le connaître comme un trafiquant de toutes sortes de choses. En 1627, il était doyen de la Corporation de Saint Luc et donna — probablement en échange d'autres objets — les reliques de Saint Luc, que l'on conservait dans la Confrérie, à un dominicain de Bruges. Ce fut à grand peine que l'on parvint à en récupérer une parcelle que le dominicain avait gardée. En 1636, ce fut chez lui que se trouvaient les tableaux destinés à une loterie; l'année suivante il fut mis à l'amende pour avoir organisé cette loterie. En 1628, il était membre d'une société qui faisait le commerce avec l'île de Schoonen en Danemark. Il mourut en 1649; sa fille Marie et son fils Pierre furent également peintres. [133] Rubens, qui en parle avec tant d'estime et de détails, devait bien le connaître. Comment les deux artistes entrèrent-ils en relation? Une notice insérée par M. Henri Hymans dans le Bulletin de l'Académie royale de Belgique (62e année, p. 402) nous apprend que Rubens visita Harlem avant l'année 1616 et le prouve, en citant un passage d'un commentaire en prose dont Balthasar Gerbier fit suivre un sien poème en l'honneur du graveur Henri Goltzius (1).((1) Eer ende Claght-Dicht ter eeren van den Lofweerdighen Constrijcken en gheleerden Henricus Goltius, overleden, tot Haerlem den 29 december 1617. 'S Gravenhaghe, Aert Meuris. 1620.) Ce dernier mourut non pas le 29 décembre 1617, mais le premier janvier de la même année. Il était depuis longtemps malade et dans la dernière année de sa vie il n'aurait pas été en état de prendre part au festin d'amis dont Gerbier fait mention. Ce fait doit donc s'être passé avant 1616. «Rubens avec Breughel, van Baelen et quelques autres compagnons, ainsi raconte Gerbier, se trouvant en Hollande, furent, à leur départ de Harlem, surpris dans un village de la route par Goltzius et un groupe d'artistes de la même ville, déguisés en paysans, et cela dans le but de faire honneur aux nobles génies et de boire un dernier verre, cordialement et joyeusement, à leur amitié et fidélité réciproques (2).((2) Rubens, Breughel, Van Baelen ende sommige meer in Hollant zijnde, werden, rijsende van Haerlem, van Goltzius en andere gheesten derselver Stadt in een Dorp (hun boertighs onbekent toeghemaeckt hebbende), gearesteert om de Edele Gheesten eer aen te doen ende om voor het letste uyt eenen ombeveynsden boertighen Roomer malcanderen de Vriendschap en de foy toe te drincken.) » Rubens visita donc Harlem quelques années avant la date de la présente lettre; il apprit, sans aucun doute, à y connaître François De Grebber et celui-ci fut très probablement un des artistes hollandais qui firent à Rubens et à ses compagnons la joyeuse surprise dont Gerbier nous a gardé le souvenir. Il est digne de remarque que ceux-là même qui n'ont pas connu les relations personnelles de Rubens avec François De Grebber ont été frappés par une certaine affinité entre le style pictural de Pierre De Grebber, fils de François, et Rubens. Vosmaer fait expressément ressortir l'influence que, selon lui, le peintre anversois a exercé sur le peintre de Harlem et sur plusieurs autres artistes de la même ville. Kramm et d'autres, parlant d'une eau-forte faite par Pierre De Grebber et représentant le portrait de Cornelius Arnoldi, affirment que cette eau-forte fut faite d'après un tableau de Rubens. Il est vrai que cette affirmation ne repose sur aucun fondement sérieux. L'eau-forte en question représente un prêtre du nom de Cornelius Arnoldi, mort le 3 octobre 1613, dont le corps fut retrouvé inaltéré le 6 mai 1630. C'est d'après ce corps mort, merveilleusement conservé, que Pierre De Grebber exécuta sa gravure comme le constate l'inscription qui entoure l'effigie du défunt: R. D. Cornelius Arnoldi [134] presb. obiit An. 1613 3 Octob. Corpus ejus Hydropicum post XVI annos et mens. VI in Sepulcro integrum ac firmum, membris ductilibus, colore fusco, repertum An. 1630 VI maji P. D. Greb. F. ex monum. L'estampe ne porte aucune mention permettant de conclure que le portrait fut peint par Rubens. Il est d'ailleurs de la plus haute invraisemblance que ce dernier aurait peint l'effigie d'un mort et aurait fait graver son travail à Harlem.

CLXVD. GULIELMO CAMDENO FRANCISCUS SWEERTIUS S. D.(14 avril 1618.)
[arrow up]

Jam mensis est, ni fallor, quod miserim Europam redivivam, item Encomium Historicum Henrici IV Galliae Regis, cum carmine Gevartii nostri in ejus statuam, item Petri Pauli Rubenii judicium super statua inventa: nunc habes R. P. Schotti epistolam et Chronicon Cisterciensis Ordinis. An videris, nescio; interim boni consules, et Sweertium amare perge et salutem amicam D. Jacobo Colio; quem fortassis hac aestate Antverpia videbit; utinam Camdenum!
Vale.Ex nostro Musaeolo, citius quam coquantur asparagi:
M DC XVIII XIV Aprilis.
Publié dans G. Camdeni et illustrium virorum ad G. Camdenum epistolae. Londini, Rich. Chiswell, 1691. Epist. CLXXXIII, p. 230.

TRADUCTION.FRANÇOIS SWEERTS A GUILLAUME CAMDEN.
[arrow up]

Il y a, si je ne me trompe, un mois que je vous ai envoyé l'Europa rediviva, l'Encomium Historicum Henrici IV et une pièce de vers de mon ami Gevartius sur la statue équestre de ce roi de France, en même temps que l'avis de Rubens sur la statue d'Isis. Je vous envoie aujourd'hui une lettre de R. P. Schot et sa Chronique de l'Ordre de Citeaux. Je ne sais si vous connaissez cet ouvrage. Quoiqu'il en soit, j'espère qu'il vous sera le bienvenu. Continuezmoi votre amitié et saluez de ma part Jacques Colius que nous verrons cet été à Anvers. O! si nous pouvions y voir aussi Camden!
Portez-vous bien.De notre cabinet de travail, plus rapidement qu'on ne ferait cuire les asperges.
Le 14 avril 1618.

[135]
COMMENTAIRE.
[arrow up]

La lettre d'André Schot, dont Sweertius annonce l'envoi, fut écrite le 25 mars 1618, elle est imprimée dans Camdeni Epistolae (Ep. CLXXIX). Il y traite, entre autres, de la statue d'Isis, de ses travaux littéraires et d'un manuscrit découvert par lui, traitant De mundi contemptu seu de paupertatis bono et publié plus tard par lui sous le pseudonyme de Philotheus Anglus. De la statue d'Isis il dit avoir vu que, par les lettres adressées à Sweertius, Camden désirait connaître l'opinion de Schottus et de Rosweydus sur la statue récemment découverte en Angleterre, que le savant anglais croyait être celle d'Isis. Il la regardait comme celle d'un prêtre paien à cause de la génisse qu'il avait sur les genoux, de la corbeille de fruits de la terre, des vases d'encens et de la coupe de libation; mais il ignore, dit-il, au service de quel dieu ou déesse le prêtre est attaché. L'animal est destiné au sacrifice d'où le mot de Virgile: «Lorsque je sacrifierai une génisse pour les fruits de la terre.» Le Chronicon Cisterciense que Sweertius envoie à Camden, est l'ouvrage d'Aubert Miraeus (Colon. Bern. Gualterus, 1613, 8°).

CLXVI RUBENS A SIR DUDLEY CARLETON.(28 avril 1618.)
[arrow up]

Eccellentissimo Sigre.
Per aviso del mio Commissario ho inteso come V. E. è ben inclinata à far qualq. partito meco circa le sue antichità et mi ha fatto sperar bene di questo negoçio il veder chella vada con realtà havendoli detto il prezzo giusto che li costano, di che voglio fidarmi totalmente nella sua parolla cavalleresca. I voglio ancora credere chella habbia fatto tal compra con ogni giudicio et accortezza, benchè li personaggi grandi sogliono tal volta nel comprar ò vender haver qualq. desavantaggio perche molti vogliono ancora computar il titolo del compratore nel prezzo della robba, della qual maniera di fare io sono alienissimo. I s'assicuri pur V. E. chio li metterò i prezzi delle mie pitture a punto come se si trattasse da venderle in denari contanti et di questo la supplico sia servita di fidarsi nella parolla di un huomo da bene. [136] Io mi ritrovo al presente fior di robba in casa, particolate alcuni quadri che ho tenuti per gusto mio ansi ricompratone alcuni più di quello li aveva venduti ad altri, ma il tutto sarà al servitio di V. E., perchè mi piacçiono li negotij brevi dando i recevendo ciascuno il suo in un tratto et a dir il vero io sono tanto cargato i prevenuto di opere publice i private che per alcuni anni non posso disponere della mia persona, niente di manco caso che çasciamo d'accordo come spero, io non mancarò de finir quanto prima tutte quelle pitture che non ancora sariano di tutto punto finite, pur nominate nella lista qui annessa (1)((1) En marge: La maggior parte è finita.), i quelle che sono finite mandarei subito a V. E. In somma se V. E. si risolvera di fidarsi tanto di mè quanto io mi fido di lei la cossa e fatta perchio mi contento di dare a V. E. delle pitture di mia mano qui da basso nominate sino al valore di sei mille fiorini à prezzo corrente in denari contanti, per tutte quelle antichita che V. E. si ritrova in casa delle quali io non ho visto ancora la lista ne manco so il numero ma del tutto mi fido nella sua parolla i quelli quadri che sono finiti consignarò subito a V. E. et perli altri che restaranno in mia mano per finire constituerò bona sicurta a V. E. et li finirò quanto prima. I fra tanto mi rimetto a quello che V. E. concludera col Sigr Françoys Pietterssen mio commissario et aspettarò la sua resolutione con raccommandarmi di vero core nella bona gratia di V. E. et con riverenza li baccio le mani.
Di Anvers alli 28 d'Aprile 1618.
Di Vost Eccellenza Servitor affetso

Pietro Pauolo Rubens.
Adresse: Al Eccelenmo Sigr mio Colendmo Il Sigr Dudlei Carleton Ambas. del Sermo Re della Gran Bretagna appresso li Ordini Confederati alla Haya.

Lista delli quadri che si ritrovono in casa mia.
[arrow up]

[ID00155] [ID00156]
fiorini 500 Un Prometheo legato sopra il monte Caucaso con una aquila che li becca il fegato. Originale de mia mano è l'acquila fatta dal Snyders. 6 piedi 9 piedi
fiorini 600 Daniel fra molti Leoni cavati dal naturale. Originale tutto de mia mano. 8 12
[137] fiorini 600(28 avril 1618.) Leopardi cavati dal naturale con satiri e nimfe. Originale de mia mano, ecçetto un bellissimo paese fatto per mano di un valenthuomo in quel mestiere. 9 11
fiorini 500 Una Leda col Cigno et un Cupidone. Originale di mia mano. 7 10
fiorini 500 Crucifisso grande al pari del naturale stimato forse la meglio cosa chio facessi giamai. 12 6
fiorini 1200 Un Giuditio estremo. Cominciato di un mio discepolo appresso uno chio feci in molto maggior forma per il Sermo Principe de Neuburg che me lo pago tre mille cinquecento fiorini contanti ma questo non essendo finito si ritoccarebbe tutto de mia mano et a quel modo passaria per originale. 13 9
fiorini 500 San Pietro toleva del pesce il statere da pagar il censo, con altri pescatori attorno cavati del naturale. Originale de mia mano. 7 8
fiorini 600 Una cacçia cominciata da un mio discepolo d'huomini a cavallo e lioni appresso uno chio feci per il Sermo di baviera ma tutta ritocca de mia mano. 8 11
ciascuno fiorini 50 Dodeci Apostoli con un Cristo fatti di mei discepoli dalli originali che ha il Ducca di Lerma de mia mano dovendosi ritoccare de mia mano in tutto e per tutto. 4 3
fiorini 600 Un quadro di un Achille vestito di donna fatto del meglior mio discepolo, i tutto ritocco de mia mano, quadro vaghissimo e pieno de molte fanciulle bellissime. 9 10
fiorini 300 Un S. Sebastiano ignudo de mia mano 7 4
fiorini 300 Una Susanna fatta de un mio discepolo pero ritocca de mia mano tutta. 7 5
(De la main de Carleton:)Fro Mr Rubens the 28 of Ap. 1618 rd the 6th of May 1618 and the 8th.
[138] Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers, Holland 124. Publié par Hookham Carpenter, p. 140 et p. 168 dans l'édition française. — Traduction dans Sainsbury, p. 28. — Rosenberg. Rubensbriefe, p. 42.

TRADUCTION.RUBENS A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Excellence.
J'ai appris, par un avis de mon agent, que V. E. serait disposée à traiter avec moi par rapport à ses objets d'art antique: j'ai conçu l'espoir de réussir dans cette affaire en voyant que V. E. y procède avec loyauté, en lui communiquant les prix réels des achats, en quoi je me fie entièrement à votre parole de gentilhomme. J'aime à croire, en outre, que V. E. a opéré ses acquisitions avec le plus grand discernement et la plus grande adresse, bien que, dans les ventes comme dans les achats, les hauts personnages soient assez ordinairement traités à leur désavantage. Très souvent, en effet, le titre de l'acheteur est compté dans le prix de l'objet; mais je suis l'ennemi de cette façon d'agir. V. E. peut être assurée que je mettrai les prix de mes peintures absolument comme s'il s'agissait de les vendre argent comptant; sur ce point, je prie V. E. de vouloir bien avoir confiance dans la parole d'un homme de bien. Je me trouve avoir en ce moment chez moi quelques oeuvres d'élite, particulièrement certains tableaux que j'ai tenus pour mon agrément; j'en ai d'autres que j'ai rachetés en les payant plus cher que je les avais vendus, mais tout est à la disposition de V. E., car j'aime les négociations rapides, dans lesquelles chacun donne ou reçoit sa part tout d'un trait. Pour dire la vérité, je suis tellement chargé et retenu de commandes en fait de travaux pour le public ou pour des particuliers, que je ne pourrai pendant quelques années disposer de ma personne. Néanmoins si nous tombons d'accord, comme je l'espère, je ne manquerai pas de terminer, le plus tôt possible, tous les tableaux qui ne seraient pas entièrement finis, quoiqu'ils figurent sur la liste ci-jointe; et ceux qui sont terminés (et la plupart sont dans ce cas) je pourrais les envoyer de suite à V. E. En somme, si V. E. veut se résoudre à se fier à moi autant que je me fie à Elle, l'affaire est faite. Je me contente de donner à V. E. des oeuvres de ma main, ci-dessous nommées, pour une valeur de 6000 florins, taxées au prix courant et argent comptant en échange de toutes ces antiquités que V. E. possède chez Elle; je n'en ai pas encore vu la liste [139] et je n'en sais pas même le nombre; mais en tout cela, j'ai foi en sa parole; j'expédierai immédiatement à V. E. les tableaux achevés, et pour ceux qu'il me reste à finir, je fournirai bonne assurance et je les terminerai au plus tôt. Entretemps, je m'en rapporte à ce qui sera conclu par V. E. avec Mr François Pieterssen, mon agent, j'attendrai sa décision en me recommandant de tout coeur à ses bonnes grâces et je lui baise les mains avec respect.
D'Anvers, le 28 avril 1618.
De V. E. le serviteur affectionné

P. P. Rubens.
Adresse: A Son Excellence Sir Dudley Carleton, ambassadeur de S. M. le Roi de la Grande Bretagne auprès des États Confédérés à La Haye.

Liste des tableaux qui se trouvent chez moi.
[arrow up]

500 florins Prométhée enchaîné sur le mont Caucase avec un aigle qui lui déchire le foie. Original de ma main; l'aigle exécuté par Snyders. pieds 6 pieds 8
600 florins Daniel au milieu de nombreux lions peints d'après nature, Original entièrement de ma main. 8 12
600 florins Léopards peints d'après nature, avec des Satyres et des Nymphes. Original de ma main, à l'exception d'un très beau paysage qui est l'oeuvre d'un homme habile en ce genre. 9 11
500 florins Une Léda avec le Cygne et un Cupidon. Original de ma main. 7 10
500 florins Un Christ en croix, grandeur naturelle. On le regarde comme étant peut-être la meilleure chose que j'aie jamais faite. 12 6
1200 florins Un Jugement dernier. Commencé par un de mes élèves d'après une composition beaucoup plus grande, exécutée pour le prince de Neubourg qui me l'a payée 3500 florins comptant. Le tableau ci-dessus n'est pas terminé; je le retoucherai entièrement de ma main; de cette façon, il passera pour un original. 13 9
500 florins St Pierre enlevant au poisson le statère pour payer le tribut; autour de lui d'autres pêcheurs peints d'après nature. Original de ma main. 7 8
[140] 600 florins Une Chasse, commencée par l'un de mes élèves, cavaliers et lions, d'après un tableau fait pour le Sérénissime Duc de Bavière. Tout à fait retouchée de ma main. 8 11
500 florins pièce Les douze Apôtres et le Christ, par mes élèves, d'après les originaux de ma main que possède le Duc de Lerme; ils seront tous entièrement retouches par moi. 4 3
600 florins Un tableau représentant Achille habillé en femme, exécuté par le meilleur de mes élèves, entièrement retouché de ma main; très agréable composition, remplie de très belles jeunes filles. 9 10
300 florins Un Saint Sébastien nu; de ma main. 7 4
300 florins Une Suzanne, par un de mes élèves, mais toute retouchée de ma main. 7 5
(De la main de Carleton:) De Mr Rubens, le 28 avril 1618, reçu le 6 mai 1618, répondu le 8.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Ceci est une des lettres les plus intéressantes que nous possédions de Rubens; il ne lui arrive malheureusement pas souvent, dans la correspondance qui nous est conservée, de parler de ses tableaux et nulle part il n'en mentionne un aussi grand nombre et ne nous fournit des détails aussi précis et aussi abondants sur eux. La lettre en elle-même se passe de commentaires; nous donnons quelques renseignements sur les tableaux offerts en échange des marbres de Sir Dudley Carleton. 500 florins. Prométhée enchaîné sur le mont Caucase avec un aigle qui lui déchire le foie. Original de ma main; l'aigle exécuté par Snyders. 6 pieds de haut sur 8 de large. Le tableau se trouve actuellement au Musée d'Oldenbourg et appartient au duc d'Oldenbourg qui l'acheta, en 1804; il avait été vendu, en 1802, à Hanovre. Il a souffert dans un incendie et a été maladroitement restauré. La figure de Prométhée est peinte par un élève, mais retouchée en grande partie par le maître. Le tableau date de 1610 à 1612. Baudius le décrit dans les vers que nous avons cités à la page 56, mais ne dit pas où il l'a vu. Il est très probable que c'est l'un des tableaux dont Rubens dit qu'il l'a racheté à un prix supérieur à celui qu'on lui en avait payé. Le pied anversois mesurait 283 milimètres, les 6 pieds de hauteur donneraient donc 1. 698 m., [141] les 8 pieds de largeur 2. 264 m.; le tableau d'Oldenbourg mesure 1. 98 m. en hauteur et 2. 42 m. en largeur. Les mesures données par Rubens sont évidemment approximatives et ne correspondent donc pas exactement aux mesures réelles. (Voir sur ce tableau OEuvre de Rubens, n° 671, Tome III, p. 152 et Tome V, p. 340.) Le tableau fut agréé par Sir Dudley Carleton qui le mentionne en tète de la liste d'un certain nombre de ses tableaux, liste qu'il transmet, le 11 septembre 1618, «au marchand du roi de Danemark.» 600 florins. Daniel au milieu de nombreux lions peints d'après nature. Original entièrement de ma main. Haut 8 pieds, large 12 pieds. Le tableau fut acquis par Sir Dudley Carleton, nous le trouvons mentionné dans la liste transmise au marchand du roi de Danemark. Il fut offert par Sir Dudley Carleton (Lord Dorchester) au roi Charles I, dans la galerie duquel il est cité par le catalogue de cette collection. Plus tard, il a appartenu à Lord Hamilton dans la vente duquel il fut adjugé, en 1882, à Mr Becket Denison, au prix de 4900 guinées. A la mort de ce dernier propriétaire, arrivée peu de temps après, Lord Hamilton le racheta au prix de 2000 guinées. Selon les renseignements fournis par Rubens, les dimensions du tableau était de 2. 264 m. en hauteur et de 3. 396 m. en largeur. En réalité il mesure 2. 29 m. en hauteur et 3. 30 m. en largeur. (Voir OEuvre de Rubens, n° 130, I, p. 163 et V, p. 314.) 600 florins. Léopards peints d'après nature avec des Satyres et des Nymphes. Original de ma main, à l'exception d'un très beau paysage qui est l'oeuvre d'un homme habile en ce genre. Haut 9 pieds, large 11. Ce tableau fut acquis par Sir Dudley Carleton et se trouve mentionné dans la liste transmise au marchand du roi de Danemark. Nous ignorons ce qu'il est devenu. La derniére trace que nous en trouvons est dans la galerie d'Orléans, dont il faisait partie, lorsqu'il fut gravé, au siècle dernier, par C. N. Varin. Il est attribué par le graveur à Martin De Vos. (Voir OEuvre de Rubens, nos 654 et 661, I, p. 134, 139 et V. 340.) 500 florins. Une Léda avec le Cygne et un Amour. Original de ma main. Haut 7 pieds, large 10 pieds. Le tableau fut accepté par Sir Dudley Carleton et se trouve sur la liste déjà mentionnée. Nous ignorons complètement ce qu'il devint depuis lors. 500 florins. Un Christ en croix, grandeur naturelle. On le regarde comme étant peut-être la meilleure chose que j'aie jamais faite. Haut 12 pieds, large 6 pieds. Le tableau ne fut pas acquis par Sir Dudley Carleton et nous ne savons ce qu'il est devenu. De tous les Christ en croix que nous connaissons, aucun ne correspond par la mesure à celui-ci qui était plutôt de dimension colossale que de grandeur naturelle. 1200 florins. Un Jugement dernier. Commencé par un de mes élèves d'après une composition beaucoup plus grande, exécutée pour le prince de Neubourg qui me [142] l'a payée 3500 florins comptant. Le tableau ci-dessus n'est pas terminé; je le retoucherai entièrement de ma main; de cette façon, il passera pour un original. Haut 13 pieds, large 9 pieds. Il s'agit ici d'une répétition du tableau le Grand Jugement dernier peint pour le comte-palatin Wolfgang-Guillaume de Neubourg, qui se trouve actuellement à la Pinacothèque de Munich (OEuvre de Rubens, n° 89). Nous ignorons ce que cette répétition est devenue. Sir Dudley Carleton n'en voulut point et il est probable que, cinq ans plus tard, Abraham Golnitzius la vit encore dans l'atelier du maître. Toujours est-il qu'il décrivit comme se trouvant là un exemplaire de cette composition. (Voir OEuvre de Rubens, n° 90.) 500 florins. St Pierre enlevant au poisson le statère pour payer le tribut; autour de lui d'autres pêcheurs peints d'après nature. Original de ma main. Haut 7 pieds, large 8 pieds. Le tableau fut agréé par Sir Dudley Carleton qui le mentionne dans la liste des tableaux qui lui appartiennent. Le Musée de Dublin possède une oeuvre attribuée à un élève de Rubens et retouchée par le maître qui est vraisemblablement une répétition de l'original dont la trace s'est perdue. (Voir OEuvre de Rubens, n° 262.) 600 florins. Une Chasse, commencée par l'un de mes élèves, cavaliers et lions, d'après un tableau fait pour le Sérénissime Duc de Baviére. Tout à fait retouchée de ma main. Haut 8 pieds, large 11 pieds. Ce tableau est une répétition de celui qui se trouve à la Pinacothèque de Munich (OEuvre de Rubens, n° 1150). Sir Dudley Carleton hésita à l'accepter. Dans sa lettre du 12 mai 1618, Rubens insiste pour le faire agréer en disant qu'il rendra cette chasse aussi belle que celle que Sir Dudley Carleton possédait déjà et qui était une chasse européenne: La Chasse aux Loups et aux Renards (OEuvre de Rubens, n° 1156). Carleton l'accepta à condition qu'elle formât le pendant de celle qu'il possédait. Il la mentionne dans sa liste comme entièrement de la main de Rubens. Nous ne savons au juste ce que le tableau est devenu. Le cardinal de Richelieu et puis le duc de Richelieu paraissent l'avoir possédée; on trouve encore citée dans d'autres collections une répétition de l'original appartenant au duc de Bavière, mais nous ne pouvons affirmer qu'elle soit identique à celle dont il est question ici. (Voir OEuvre de Rubens, nos 1150 et 1151.) 50 florins pièce. Les douze Apôtres et le Christ, par mes élèves, d'après les originaux de ma main que possède le duc de Lerme; ils seront tous entièrement retouchés par moi. Hauts 4 pieds, larges 3 pieds. Les douze apôtres que Rubens exécuta pour le duc de Lerme, se trouvent au Musée de Madrid (OEuvre de Rubens, nos 56-67), le Christ manque. Les Douze Apôtres et le Christ, dont il est fait mention ici et que Sir Dudley Carleton ne prit point, sont probablement ceux qui se trouvent actuellement à la Galerie du palais Rospigliosi à Rome. (Voir OEuvre de Rubens, nos 68-80.) [143] 600 florins. Un tableau représentant Achille habillé en femme, exécuté par le meilleur de mes élèves, entièrement retouché de ma main; très agréable composition remplie de très belles jeunes filles. Haut 9 pieds, large 10 pieds. Malgré cette chaude recommandation, le tableau ne fut pas agréé par Carleton. C'est évidemment celui que possède actuellement le Musée de Madrid et que Rubens emporta avec lui en Espagne, en 1628, et vendit alors au roi (OEuvre de Rubens, n° 567). Par le meilleur de ses élèves qui exécuta le tableau, Rubens désigna, sans aucun doute, Antoine Van Dyck qui alors était âgé de 19 ans. 300 florins. Un Saint Sébastien nu, de ma main. Haut 7 pieds, large 4 pieds. Carleton agréa ce tableau, il fait partie actuellement du Musée de Berlin et fut peint pendant les derniers temps du séjour de Rubens en Italie ou peu de temps après son retour. (Voir OEuvre de Rubens, n° 492.) 300 florins. Une Suzanne, par un de mes élèves, mais toute retouchée de ma main. Haut 7 pieds, large 5 pieds. Le tableau fut acquis par Carleton, c'est fort probablement la Suzanne avec les Vieillards qui fut gravé par Vorsterman et dont nous ne savons ce qu'il est devenu. (Voir OEuvre de Rubens, n° 132). Nous croyons inutile d'insister sur l'importance de cette lettre pour l'histoire de l'oeuvre de Rubens. Faisons ressortir toutefois quelques points. Des douze tableaux énumérés, en comptant le Christ et les douze Apôtres pour un seul ouvrage, cinq ont été conservés et nous sont connus. Ce sont le Prométhée, le Daniël au milieu des Lions, les douze Apôtres, l'Achille habillé en femme, le Saint Sébastien; sept autres ont disparu ou, du moins, ne nous sont pas connus: les Satyres et Nymphes avec des Léopards, la Léda, le Christ en croix, le Jugement dernier, le Denier du tribut, la Chasse aux Lions, la Suzanne, d'où l'on peut conclure qu'une quantité de tableaux de Rubens, plus grande qu'on ne serait tenté de le croire, nous est inconnue. En prenant pour base d'évaluation les inconnus de notre liste, nous pourrions dire que cette quantité se monte à environ la moitié de l'oeuvre complet du maître; mais, évidemment, cette proportion est exagérée. Il est hors de doute que c'est surtout dans les oeuvres acquises par des particuliers que les pertes ont été considérables; celles qui lurent faites pour des églises ou pour des souverains, ont été mieux conservées. Nous remarquons que parmi les douze ouvrages, Rubens en désigne cinq comme étant entièrement de sa main: le Daniel, la Léda, le Christ en croix, le Saint Pierre, le Saint Sébastien. Ce qui donne, proportionnellement parlant, à peu près, la moitié de ses tableaux comme entièrement peints par lui. En considérant que Rubens lui-même constate qu'il envoie à Sir Dudley Carleton ce qu'il a de mieux dans son atelier, et qu'il devait être enclin à grossir plutôt qu'à diminuer la part qu'il avait prise aux tableaux offerts en échange, on peut [144] affirmer que, de son propre aveu, la grande moitié de ses ouvrages furent faits en collaboration avec d'autres peintres. Dans l'un des sept tableaux qu'il ne peignit pas seul, Snyders exécuta un aigle; dans un autre, le paysage fut peint par un artiste habile en ce genre, trois oeuvres étaient des reproductions de tableaux du maître retouchées par lui, deux autres étaient exécutées par ses élèves et retouchées par lui. Voilà donc exactement tracée la part que prenaient ses collaborateurs à ses tableaux: des spécialistes comme Snyders et Paul De Vos y peignaient des animaux; d'autres, comme van Uden et Wildens, y faisaient les paysages; des élèves reproduisaient des oeuvres terminées et Rubens retouchait ces copies; ou bien, ils commençaient un tableau, sans doute d'après une esquisse ou un dessin du maître, le poussaient aussi loin qu'ils en étaient capables et le passaient ensuite au maître qui le terminait. Les tableaux variaient de prix d'après la part qu'il avait prise à leur exécution et aussi d'après la qualité du collaborateur qui l'avait assisté. Rubens ne se contentait pas de l'aide du premier venu et il fait valoir, en offrant ses tableaux, que ses collaborateurs étaient des artistes de haute marque; quand c'est van Dyck qui l'assiste, il ne manque pas de le faire ressortir et ne fait pas de différence entre ce travail dans lequel il se fit aider et celui qu'il exécuta entièrement de sa main. Il compte l'Achille à 600 florins, la Léda et le Denier de Tribut à 500, dont les dimensions diffèrent peu; le Daniel, entièrement de sa main, ne coûte pas plus que les Satyres et les Nymphes avec des Léopards, dont le paysage est l'oeuvre d'un aide, quoique, ici encore, les dimensions des deux tableaux soient à peu près les mêmes. Le prix d'un grand tableau ordinaire de Rubens était de 500 ou de 600 florins, ce qui revient à 3000 ou 3600 francs de notre monnaie. On avouera que ce n'est guère et le bas prix de ces chefs-d'oeuvre s'explique en partie par l'extrême facilité de production du maître, en partie par la division du travail organisée dans son atelier. Cet atelier formait, dans la meilleure acception du mot, une fabrique de tableaux; Rubens les fournissait à qui en désirait à tous les prix, depuis les portraits cédés à Balthasar Moretus à 14 florins 8 sous, jusqu'au tableau de 3500 florins fourni au comte-palatin de Neubourg, en passant par tous les taux intermédiaires. Des douze tableaux offerts à Sir Dudley Carleton, celui-ci en prit huit. Il rejeta trois oeuvres religieuses et le beau tableau d'Achille parmi les filles de Lycomède. Dans les lettres qui vont suivre, il nous fera connaître lui-même, pour quelques-uns de ces tableaux, quels motifs ont guidé son choix.

[145]
CXLVIISIR DUDLEY CARLETON A RUBENS.(7 mai 1618.)
[arrow up]

Mto Illre Sigre mio affmo.
Io ricevei hier l'altro la gratiosma di V. S. de' 28 Aprile in conformita della sua precedente de' 17 Marzo intorno alli mie marmi et facendo subito riflessione nella presenza del portatore d'essa sopra la lista annessa de suoi quadri io ne feci elettione d'alcuni ma havendo dapoi considerato piu maturamente trovo ch'il crucifisso è troppo grande per queste fabriche basse et quelle ancora d'Inghilterra, et in luogo di quello accettaro (se cosi le piace) il S. Sebastian. Non disputo il pretio d'essi stimandolo ragionevole poi che non sono copie ni opere de discepoli ma tutti di man sua come queste mie antiquita tutte mostrano la man del maestro. Mi sarebbe carissimo che V. S. pigliasse l'incommodo di trasferirsi in queste bande (dove la casa mia è sua) prima che passar più avanti (1)((1) Après «piu avanti» les mots suivants sont barrés: «Nel trattato per maggior sua sadisfattione, et la mia ancora, desiderando io molto di vederla in casa mia ma non permettendo questo i suoi negotii ella s'assicurj ch'in questa compra hò havuto un partito assai avantagioso et quasi la meta meglior mercato che il nostro Giorgio Gage col suo amico Tobia Matteo havendo le viste in Venetia, hanno giudicato ragionevole: In una parolla havendo V. S. questo studio di marmi faccia conto d'haver la cosa la piu cara.») nel trattato per non comprar come si suol dire gatto in sacco ma non permettendo questo i suoi negoti et tutta via procedendo con la permuta faccia conto V. S. d'haver di questo studio di marmi la cosa la più cara et la più pretiosa in hoc genere che no ha nissun Principe ni particolare quai si voglia chi sia de di qua li monti. Ma alle persone lequali sono sempre in moto come porta la mia conditione, cosa di tanto peso non è commoda; et poi (per confessar il tutto) homo sum humani nihil a me alienum puto; si muta tal volta la voglia et e passata la mia da poco in quà da sculptori a pittori: ma principalmente al Sig. Rubens. Or per adgiustar nostro conto et abbreviar il negotio, non bastando il numero de quadri di man sua, li quali tutti (cioè il Prometheo, Daniel, li Leopardi, la Leda, il Crucifisso, St. Pietro et San Sebastian) non avanzano il pretio di... 3500 fiorini, ho proposto [146] un partito al suo... Agente Francesco Pieterssen (1)((1) Les mots «di partir» jusqu'à «che sia» sont écrits comme correction sur la page suivante.) [di partir cioè mezzo quadri et mezzo tapizzerie della fattura di Bruxelles lasciando star (per il predetto rispetto) il Crucifisso. Gradiscendo a V. S. il detto partito sara opera di pochi giorni, et cosi è necessario che sia] per sodisfattione integra d'ambedue le parti desiderando V. S. espeditione et dovendo io verso 'l fine di questo mese corrente far un giro in Inghilterra (2).((2) Après «far un giro in Inghilterra» les mots suivants sont barrés: «Gradiscendo a V. S. il partito da me proposta, per non perder tempo potra mandar questa qui allegata a quello che fa i negotj del Agente de S. Mata mio Sigre a Bruxelles per haver licenza tanto per la roba che ha d'entrare in Anversa a questo proposito et non servendo la dta lettera ad altro fine non occorre mandarla altrimente se non al suo piacer.»Ces mots sont remplacés par «Mando a V. S.» jusqu'à «se non al suo piacer» du texte imprimé par Hookham Carpenter.Dans la marge se trouvent encore les mots suivants également barrés: «Mando a V. S. la lettera de Bruxelles aperta col sigillo volante per poter occorrendone il bisogno accommodarsi al contenuto d'essa. L'altra qui alligata e per poter esse informato della tapizzerie della fattura di Bruxelles lequali si trovano in Anversa, il tutto serve p. anticipar il tempo.») Mando a V. S. qui alligata una lettera indrizzata a quello chi fa negoti del' agente del Re mio Sigre a Bruxelles et la mando aperta col sigillo volante accioche occorrendone il bisogno ella potrà accomodarsi al contenuto d'essa. Scrivo anco a un certo mercante Inglese habitante in Anversa per esser informato delle tapizzerie le quali si trovano fatte secondo la mia misura et gusto; facendo queste diligenze per anticipar il tempo: et non servendo queste lettere ad altro fine non occorre consegnarle altrimenti se non al suo piacer. Da di qua farò in modo (occorendone il besogno)... passaggio sarà tanto a l'un quanto a l'altro, et per evitar l'incommodo di piu instanze, è bene che tutto si faccia in un tratto.
Nel resto rimettendomi al Sr Francesco, bascio a V. S. con ogni affetto le mani.
De l'Aga adi 7 Maggio 1618.
di V. S.Affmo p. Servirla

Dudley Carleton.
(Au dos:)To Rubens ye 8th of May 1618.
Minute originale, fortement corrigée, à Londres, Public Record Office. Foreign State Papers, Holland 125. — Publié par Hookham Carpenter, p. 146 et dans l'édition française, p. 174. — Traduction dans Sainsbury, p. 31.

[147]
TRADUCTION.SIR DUDLEY CARLETON A RUBENS.
[arrow up]

Monsieur,
J'ai reçu avant-hier votre très gracieuse lettre du 28 avril relative à mes marbres antiques, conformément à votre lettre précédente du 17 mars. En réfléchissant immédiatement, en présence du porteur, sur la liste de vos tableaux qui y était annexée, je fis le choix de quelques-uns d'entre eux; mais les ayant plus mûrement considérés, je trouvai que le Crucifiement est trop grand pour les maisons basses de ce pays et aussi pour celles de l'Angleterre; en son lieu, j'accepterai, s'il vous plaît ainsi, le St Sébastien. Je ne discuterai pas sur leurs prix; j'estime qu'ils sont raisonnables puisqu'il ne s'agit point des copies ou d'oeuvres de vos élèves, mais qu'ils sont entièrement de votre main, de même que mes antiques sont également de main de maître. Vous me feriez un plaisir extrême en vous donnant la peine de venir jusqu'ici, où ma maison sera la vôtre, avant que de pousser plus loin l'affaire que nous traitons; afin de ne pas acheter le chat dans le sac, comme on dit. Si vos occupations ne vous permettent pas de le faire et que, malgré cela, vous voulez procéder à l'échange, soyez-en bien convaincu, vous aurez dans cette collection de marbres, la chose la plus rare et la plus précieuse dans ce genre, qui existe de ce côté des monts chez n'importe quel prince ou quel particulier. Mais pour des personnes qui sont toujours en mouvement, comme l'exige ma condition, une chose aussi pesante n'est guère commode, et puis pour vous faire un aveu complet, homo sum humani nihil a me alienum puto, notre inclination change quelquefois et la mienne se porte depuis peu des sculpteurs aux peintres et principalement à Monsieur Rubens. Maintenant, pour arrêter nos comptes et abréger la négociation, attendu que le nombre des tableaux de votre main n'est pas suffisant, — car, tous ensemble, le Prométhée, Daniel, les Léopards, la Léda, le Crucifiement, St Pierre et St Sébastien, ils ne dépassent pas le chiffre de 3500 florins, — j'ai fait à votre agent François Pietersen une proposition, celle d'opérer le paiement moitié par des tableaux et moitié par des tapisseries de la fabrique de Bruxelles et en laissant en dehors le Crucifiement pour la raison que j'ai dite. Si vous agréez ce projet, Monsieur, ce sera l'affaire de quelques jours et il est nécessaire qu'il en soit ainsi pour la satisfaction complète des deux parties; pour vous, Monsieur, qui désirez une prompte expédition et pour moi, qui suis obligé de faire un tour en Angleterre vers la fin de ce mois. Je vous envoie, ci-incluse, une lettre à l'adresse de celui qui remplit les [148] fonctions de l'agent du roi, mon maître, à Bruxelles; je vous l'envoie ouverte, le cachet détaché, afin que dans l'occurrence vous puissiez vous conformer à ce qu'elle contient. J'écris encore à un certain négociant anglais qui réside à Anvers, afin d'être informé par lui des tapisseries qui se trouveraient toutes faites et répondraient à mes dimensions et à mon goût. Je fais toutes ces diligences pour gagner du temps: ces lettres n'ayant pas d'autre but, ne doivent donc être remises qu'à votre bon plaisir. D'ici je ferai en sorte, s'il était nécessaire, que le péage soit le même pour l'un comme pour l'autre; et pour éviter l'ennui de plus longs pourparlers, il serait bon de terminer le tout d'un seul trait.
Pour le reste, je m'en remets à Mr François et je vous baise les mains très affectueusement.
De La Haye, le 7 mai 1618.
Votre dévoué serviteur

Dudley Carleton.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Il y a beaucoup de ratures dans la minute. L'un des passages rayés est intéressant. Sir Dudley Carleton y dit: «Avant d'aller plus loin dans notre échange et pour notre satisfaction mutuelle, je désirerais beaucoup vous voir dans ma maison, mais si vos occupations ne le permettent point, vous pouvez être sûr que dans cette acquisition vous ferez un marché fort avantageux et que vous ne paierez guère que la moitié du prix auquel George Gage et mon ami Toby Matthew l'ont raisonnablement estimé quand ils ont vu les marbres à Venise. En un mot, vous aurez dans cette collection de marbres la chose la plus rare.» Sir Dudley Carleton, après avoir été en Italie un collectionneur passionné de marbres antiques, a changé de goût dans les Pays-Bas et s'est épris de peintures. Avec un discernement qui fait honneur à son goût, c'est Rubens qui est devenu son maître favori. Il évalue ses marbres à une somme de 6000 florins; les six tableaux qu'il prend dès la première inspection: Promethée, Daniel, les Léopards, Léda, St Pierre et St Sébastien, valaient ensemble 3000 florins; pour l'autre moitié du prix des marbres, Carleton demande des tapisseries. Nous verrons plus loin que Rubens lui fera prendre encore deux autres tableaux: la Chasse aux Lions et la Susanne, evalués, le premier, à 600 florins et, le second, à 300 et qu'il ajoutera un petit tableau de 100 florins afin de compléter en peintures la valeur de 4000 florins; il fournira pour 2000 florins de tapisseries. Celui qui remplit les fonctions de l'agent du roi d'Angleterre à Bruxelles est William Trumbull. Le marchand anglais établi à Anvers est Lionel Wake.

[149]
CLXVIII RUBENS A SIR DUDLEY CARLETON.(12 mai 1618.)
[arrow up]

Excellentmo Signore.
La sua gratissima delli 8 del corrente mi capitò hier sera per laquale intesi V. E. essere in parte mutata di pensiero non volendo pitture sinon per una metà del prezzo [di suoi] marmi, e per laltra meta Tapizzarie [o] denari contanti perch'io non trovarô quelle se non mediantibus illis, è ciô pare che derivi da mancamento di pitture sopra la mia lista havendo lei cappato soli li originali de chè io sono contentissimo, pur non pensi V. E. che le altre siano copie semplici ma si ben ritocce de mia mano che difficilmente si distinguerebbono dalli originali ciô non ostante sono tassate di prezzo assai minore, pur io non voglio V. E. à questo indurre con belle parolle perché persistendo lei nella sua prima opinione io potrei ancora fornir sin a que[sta] sum[ma] de meri originali, ma per trattar [apertamen]te io mimagino chella non hab[bia gusto in] tal quantita di pitture. La causa [chio] trattarei piu voluntieri in pitture e chiara, perchè ancora che non ecçedono il giusto suo prezzo nella tassa con tuttociô à me costano nulla, si come ogniuno è più liberale dei frutti che nascono nel giardin proprio che di quelli che si comprano in piazza et io ho speso questo anno qualq. migliaia di fiorini nella mia fabrica ne vorrei ecçedere per un capriccio li termini di buon economo. In effetto io non son Principe sed qui manducat laborem manuum suaram, voglio inferire se V. E. volesse delle pitture per la valuta di tutta la somma siano originali siano copie ben ritocci (che luçono piu per il lor prezzo) io la trattarei liberalmente et mi rimetterei sempre del prezzo al arbitrio di ogni persona intelligente. Se perô ella è risoluta di voler qualq. Tapizzarie io mi contento di darli delle Tapizzarie a sua sodisfattione per la somma di due mille fiorini e per quattro mille fiorini de pitture cioè per tre mille fiorini quelli originali da lei cappati à sapere il Prometheo, Daniel, li leopardi, la Leda, il S. Pietro i S. Sebastiano et per li restanti mille fiorini lei potrà cappare delle altre pitture comprese nella nostra lista, ò vero io mi obligaro di darli tali originali de mia mano per quella somma ch'ella giudicarà a sua sodisfattione e si ella mi vorra credere pigliarà quella caccia ch'è sopra la lista laquale io [150] farò di quella bontà come quella che V. E. hebbe di mia mano che si accompagnarebbe ottimamente insieme, essendo questa de t[igri] e cacciatori Europei, i quella de leoni [e cavallieri] alla moresca e turcesca molto bizarra. [Conto] questa pezza a seicento fiorini restarebbono altri quattrocento fiorini per supplimento de quali sarebbe a proposito la Susanna similmente finita de mia mano a sua sodisfattione con qualq. altra galanteria de mia mano appresso per complimento delli cento fiorini per compijr [apuntamente] li quattro mille fiorini. Io spero ch'ella si contentera di questo partito cosi raggionevole, consideratis considerandis, ch'io ho acçettato la prima sua offerta con animo grande et che questa novita viene da V. E. i non da me ne certo io potrei allargarmi d'avantaggio per molte raggioni. I sopra questo la sarà servita di avisarmi quanto prima della sua risolutione. Et in caso ch'ella sia per accettar quella mia offerta potra a suo beneplacito inanzi la sua partita per Ingleterra consegnare li suoi marmi al Sigr Francesco Pieterssen et io faro il medesimo di quelle pitture che sono pronte et il resto fra pochi giorni. I nelle tapizzarie potro esser di gran aiuto a quel suo mercante amico per la gran prattica ch'io ho con quei tapezzieri di Brusselles per le molte commissioni che mi vengono di Italia et d'altre parti di simil lavoro, et ancora ho fatto alcuni cartoni molto superbi a requisitione d'alcuni Gentilhuommi Gennoesi li quali adesso si mettono in opera et a dir il vero volendo robba esquisita bisognano farla fare a posta, di che volunteri havero cura ch'ella sia ben servita, pur di cio mi rimetto alla sua opinione. I per fine baccio a V. Eccellza con tutto il core alla quale in omnem eventum nostri negocii sarò sempre devotissimo servitore. Il sigr Francesco Pieterssen sin adesso non mi ha mandato la lista delli suoi marmi et io desiderei ben ancora caso che concludiamo quella scedola colli nomi chella mi scrive d'haver trovata.
D'Anversa, alli 12 di Maggio 1618.
Pietro Pauolo Rubens.
Lo supplico se la cosa e fatta de voler continuare nel procurar indi libero passaggio e s'ella si trova ancora le casse di legno nelle quali si condussero questi marmi d'Italia essendo [questi] a lei desutili a me sarebbono di gran commodita volendo [adoprarle] in questo viaggio.
Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers, Holland 125. Publié par Hookham Carpenter, p. 148 et dans l'édition française, p. 178. — Rosenberg. Rubensbriefe, p. 45. — Traduction dans Sainsbury, p. 33.

[151]
TRADUCTION.RUBENS A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Excellence.
Votre très aimable lettre du 8 courant m'est arrivée hier soir; elle m'apprend que V. E. a partiellement changé d'idée en ne voulant avoir des tableaux que pour une moitié des prix de ses marbres et que pour l'autre moitié Elle veut avoir des tapisseries ou des écus comptant, car, sans le moyen des écus, je ne trouverais point ces tapisseries. Ce changement paraît provenir de ce que ma liste manquait de tableaux, car V. E. n'a choisi que celles de ces oeuvres originales, dont je suis le plus satisfait. Cependant V. E. ne doit point se figurer que les autres sont de simples copies, tandis qu'ils sont si bien retouchés de ma main qu'on les distinguerait difficilement des originaux; et malgré cela elles sont taxées à un prix très inférieur. Toutefois je ne veux point, par de belles paroles, chercher à influencer V. E., parce que si Elle persistait dans son idée première, je pourrais lui fournir encore de purs originaux jusqu'à concurrence de la somme entière; mais, pour parler ouvertement, je m'imagine que vous ne désirez pas vous encombrer d'une telle quantité de tableaux. La cause pour laquelle j'aimerais mieux traiter, au moyen de mes peintures, est évidente; bien qu'elles n'excèdent pas leur juste prix dans ma taxe, en vérité, elles ne me coûtent rien, et V. E. sait que l'on est plus libéral des fruits cueillis dans son propre jardin que de ceux que l'on doit acheter au marché; en outre, j'ai dépensé, cette année, quelques milliers de florins dans mes bâtiments et je ne voudrais point, pour une fantaisie, dépasser les bornes d'une sage économie. Au fait, je ne suis pas un prince, mais quelqu'un qui vit dit travail de ses mains; il en résulte que si V. E. acceptait pour le total de la somme, des tableaux soit originaux, soit copies bien retouchées et brillant plus encore par leur prix je La traiterais libéralement et m'en remettrais toujours pour établir leur valeur à une estimation faite par toute personne intelligente. Si toutefois V. E. est résolue de vouloir quelques tapisseries, je consens à Lui en fournir, à sa satisfaction, pour une somme de deux mille florins, et puis pour quatre mille florins de tableaux, se composant pour trois mille florins des originaux choisis par Elle, à savoir: Prométhée, Daniel, les Léopards, la Léda, St Pierre et St Sébastien, et pour les autres mille florins V. E. pourra faire un choix parmi les autres oeuvres de notre liste, ou bien, je m'obligerai à lui livrer pour cette somme, tels originaux de main qu'elle jugera lui convenir. Si V. E. veut m'en croire, Elle prendra la Chasse mentionnée sur ma liste; je la rendrai aussi parfaite que [152] la Chasse de ma main qu'Elle possède déjà et dont elle formera un excellent pendant. Celle-ci, en effet, représente des tigres et des chasseurs d'Europe, celle que j'offre à V. E. se compose de lions et de cavaliers à la moresque et à la turque, formant une composition très curieuse. Je puis la laisser à six cents florins. Il resterait donc encore quatre cents florins; pour supplément de la somme, la Suzanne viendrait à propos après avoir été terminée de ma main à votre satisfaction; enfin, pour les derniers cent florins, j'y ajouterais quelqu'autre chose gracieuse de ma main. De cette façon, je remplirais le total de quatre mille florins. J'espère que V. E. agréera cet arrangement qui me paraît très raisonnable, en considérant que j'ai accepté de grand coeur sa proposition première, que le changement est venu de son côté, non du mien, et que, pour beaucoup de motifs, je ne pourrais m'engager à faire davantage. Je prie V. E. de vouloir bien me faire connaître sur tout cela sa résolution, aussitôt que possible; et dans le cas où Elle accepterait ma proposition, Elle pourra à son bon plaisir et avant son départ pour l'Angleterre, remettre ses marbres à M. François Pietersen; de mon côté j'agirai de même pour les tableaux qui sont prêts et j'enverrai les autres dans peu de jours. En ce qui concerne les tapisseries, je pourrais beaucoup venir en aide à votre ami le négociant, à cause des grands rapports que j'ai avec les fabricants de Bruxelles, par suite des nombreuses commissions qui me viennent d'Italie et d'ailleurs pour des travaux de l'espèce; j'ai moi-même exécuté quelques cartons très riches à la demande de certains Seigneurs Génois, cartons qui sont mis à la façon en ce moment. A dire vrai, si l'on veut avoir des choses excellentes, il faut les faire exécuter expressément, et je veillerai avec plaisir à ce que V. E. soit bien servie; toutefois, en cela, je m'en remets à son sentiment.En finissant, je baise de tout coeur les mains de V. E. et quoiqu'il arrive de notre affaire, je n'en resterai pas moins toujours son très dévoué serviteur. Jusqu'à présent, M. François Pietersen ne m'a pas envoyé la liste de vos antiques; en cas d'arrangement, je serais très heureux d'avoir aussi la note des noms que, d'après votre lettre, vous avez découverts.
D'Anvers, le 12 mai 1618.
P. P. Rubens.
Si l'affaire est conclue, Je supplie V. E. de vouloir bien continuer ses démarches pour obtenir ici la franchise d'entrée, et de me concéder si Elle les a encore en sa possession, les caisses de bois dans lesquelles les marbres sont venus d'Italie. Désormais, elles Lui seront inutiles et elles me conviendront grandement pour les employer au transport des marbres.

[153]
COMMENTAIRE.
[arrow up]

Rubens constate qu'en 1618 il avait dépensé quelques milliers de florins à sa maison. Il parle ici de la superbe demeure qu'il se fit construire au Wapper. Le 4 janvier 1611, il avait acheté du docteur André Backaert et de sa femme Madeleine Thys, au prix de 7600 florins, une maison avec une grande porte, cour, galerie, cuisine, plusieurs chambres et dépendances, ainsi qu'une blanchisserie sise à côté, au sud, également avec le terrain et les dépendances, le tout situé au Wapper, entre l'habitation de Henri Hoons, au nord, et certaines maisonnettes, au sud; la susdite blanchisserie touchant, du côté de l'est, au mur du Serment des Arquebusiers. Rubens conserva la maison avec la grande porte et fit construire, sur le terrain de la blanchisserie, un superbe bâtiment dont le rez-de-chaussée lui servit d'atelier, et qu'il se plut à orner lui-même de peintures sur la façade latérale. Il fit travailler à son habitation nouvelle de 1611 jusqu'au moment où, en 1615, il vint l'occuper; on y travailla encore de 1615 à 1618, comme nous l'apprennent les maigres documents que nous possédons sur ce sujet. En 1615, un mur fut élevé entre le jardin des Arquebusiers et le sien; en 1617, il fit sculpter les rampes de son escalier par Jean van Mildert; en 1618 enfin, il écrit à Carleton qu'il vient de dépenser, la même année, une grosse somme à cette construction. La maison de Rubens, telle qu'elle fut et telle qu'elle resta jusque dans la seconde moitié du siècle dernier, mais non pas, malheureusement, telle qu'elle a été conservée jusqu'à présent, nous est connue par deux gravures que Harrewijn en exécuta d'après les dessins de J. Yan Croes, en 1684 et en 1692. L'ancien bâtiment que Rubens avait conservé, formait une maison à porte cochère ayant cinq fenêtres au rez-de-chaussée et six à l'unique étage. Un modeste pignon s'élevait dans la partie du toit surplombant la porte; un second, de même forme, au milieu du bâtiment; un troisième, beaucoup plus considérable, se dressait à l'extrémité septentrionale de la façade; une girouette couronnait ce dernier pignon élégant, datant évidemment du XVIe siècle. La nouvelle construction élevée par Rubens et attenant à l'ancienne, présentait à face de la rue, au rez-de-chaussée, cinq énormes fenêtres cintrées, mesurant au moins cinq mètres de hauteur. Une rangée de cinq croisées basses, sous le toit, surmontaient les premières. Quand, par la porte principale, existant à l'extrémité droite de l'ancien bâtiment et contre la nouvelle maison, on pénétrait dans la cour, on voyait, devant soi, l'arcade centrale d'un portique; à gauche, la maison ancienne de modeste apparence; à droite, le somptueux édifice élevé par Rubens sur les terrains de la blanchisserie compris dans son acquisition. On traversait [154] un porche sous lequel, à droite, s'ouvrait une double arcade conduisant à un escalier monumental dont on voyait, à travers trois autres arcades en plein cintre s'ouvrant sur la cour, la rampe richement ornée. Parvenu dans la cour, on avait derrière soi la façade postérieure du porche. Dans cette façade, à la hauteur du premier étage, régnait un mur couvert de peintures décoratives. La partie inférieure représentait une galerie ouverte dans laquelle se trouvait le peintre avec sa femme, son lévrier et deux perroquets; la partie supérieure, représentait Andromède délivrée par Persée, sujet que Rubens a peint plus d'une fois et une scène mythologique que nous ne retrouvons pas dans les tableaux de Rubens et dont nous ne saurions déterminer avec exactitude le sujet. Dans la façade latérale, entre les fenêtres de l'étage supérieur du nouveau bâtiment, des cariatides étaient peintes ou sculptées. Cette façade latérale semblait divisée en un rez-de-chaussée et deux étages. Le rez-de-chaussée était simulé et ne formait qu'un tout avec le premier étage fictif. Au milieu de la façade s'ouvrait une large porte surmontée d'une rosace; de chaque côté de la rosace, deux fenêtres. Dans la partie inférieure et au-dessus de la porte, des bustes antiques dans des niches. Entre les fenêtres de l'étage simulé, des bustes sur piédestaux. Au-dessus des fenêtres et de la rosace, des peintures en forme de bas-reliefs. Les sujets de ces dernières compositions, pour autant que les reproductions microscopiques de la gravure nous permettent de les reconnaître étaient: Sur la façade latérale: la Marche de Silène, le Jugement de Pâris, un sujet inconnu, un tableau où l'on voit couronner une femme, un autre représentant un sacrifice antique. Sur la façade de derrière étaient représentés: un sacrifice païen rappelant la Chûte du Paganisme du peintre, un Héros couronné par la Victoire et Pluton enlevant Proserpine. Aucune de ces compositions, excépté Persée et Andromède, ne concorde avec les mêmes sujets traités par Rubens dans ses tableaux. La façade postérieure du côté du jardin avait deux fenêtres et une porte vitrée, mesurant toutes trois, comme les fenêtres de la façade antérieure, la hauteur du rez-de-chaussée et de l'étage simulés. Entre les petites fenêtres, sous le toit, étaient placées ou peintes deux statues. Entre la cour et le jardin, un portique; au fond du jardin un pavillon. Le portique et le pavillon existent encore. Le portique a trois arcades, les deux latérales sont en plein cintre; la baie centrale est à pans coupés. Au-dessus des ouvertures latérales, un buste de satyre et un de satyresse. Au-dessus de la balustrade, les statues de Minerve et de Mercure et deux vases couronnaient jadis le portique. Entre les baies des arcades latérales et [155] les deux bustes qui les surmontent, on lit, sur des tablettes, des inscriptions empruntées à la dixième satire de Juvénal. A gauche: Permittes ipsis expendere numinibus, quid Conveniat nobis, rebusque sit utile nostris. Carior est illis homo quam sibi. A droite: Orandum est ut sit mens sana in corpore sano. Fortem posce animum et mortis terrore carentem, Nesciat irasri, cupiat nihil. Dans le coin de la cour, à droite, était construite une grotte, dans la cavité de laquelle un berger, accompagné d'un cerf, jouait de la cornemuse; du sol, un puissant jet d'eau s'élançait. Le jardin était divisé en parterres symétriques, ornés de vases; la partie située au sud et séparée du reste par une haie, semble avoir servi de potager. A l'intérieur du pavillon, au fond du jardin, se trouvait une statue d'Hercule; à droite et à gauche, entre quatres colonnettes, on voit encore les statues de Bacchus et de Cérès; dans une lucarne élevée formant niche, une statue de l'Abondance. Tout cela constituait un ensemble spacieux et élégant, la demeure d'un grand de la terre, béni des dons de la fortune autant que du génie artistique. L'intérieur n'était pas moins somptueux, spécialement dans les nouveaux bâtiments où Rubens avait son atelier et son musée. Quelle était la distribution intérieure de ce sanctuaire? Grosse question, difficile à résoudre, maintenant que d'importantes reconstructions ont eu lieu dans la demeure du peintre et que nul document ne rend témoignage de l'arrangement primitif. Les actes de vente sont sobres de détails Celui par lequel la maison fut cédée, en 1701, à Jean Adrien de Witte, la décrit comme suit: «Une grande maison, avec un grand jardin, un grand salon et plusieurs autres chambres au rez-de-chaussée et à l'étage, greniers, caves, grande et petite cour, avec les écuries dans le même jardin, ainsi que les statues et les vases de marbre et de pierre de taille, les meubles et garnitures du grand et des petits salons, les miroirs, les cuirs dorés et les tableaux, de même que tous les ornements et décors de la chapelle, la remise ou buanderie, avec le terrain et les dépendances de haut en bas, à côté de la grande maison au sud, ayant issue par une porte cochère et possédant une seconde sortie particulière dans la rue Houblonnière.» Les descriptions qui se rencontrent dans les autres actes de vente sont moins explicites encore. Un document de grand intérêt dans la question est une note appartenant [156] aux manuscrits de Mois, que possède la Bibliothèque royale de Bruxelles, et donnant une description de la maison telle qu'elle était avant sa transformation vers 1763. Cette description faite de mémoire est accompagnée d'un croquis du plan terrier. Elle indique au rez-de-chaussée de l'aile droite, la cage de l'escalier et, y faisant suite contre la rue, une antichambre, puis un seul salon comprenant la vaste aire du bâtiment en retour, bordant la cour à droite. A l'étage, Mols place une galerie servant d'antichambre du côté de la rue, un salon en rotonde au milieu du bâtiment et une chambre à coucher avec alcôve, prenant toute la largeur du côté du jardin. L'auteur de la note dit d'abord que Rubens avait son atelier dans la galerie servant d'antichambre, à l'étage, près de l'escalier; mais, plus loin, il se reprend et émet l'hypothèse que cet atelier pourrait bien s'être trouvé dans l'une des deux petites maisons, au sud, dans la rue du Wapper, à côté de l'entrée et de la remise. Les voyageurs qui ont décrit leur visite à la maison de Rubens ne sont pas plus explicites. Golnitzius parle avec emphase des tableaux qu'il a vus chez Rubens, mais ne dit mot des locaux. Le Danois Otto Sperling, qui, en 1621, passa par Anvers, décrit d'une manière fort intéressante sa visite au grand artiste. Il dit: «Nous rendîmes visite au très célèbre et éminent peintre Rubens que nous trouvâmes à l'oeuvre et, tout en poursuivant son travail, se faisait lire Tacite et dictait une lettre. Nous nous taisions par crainte de le déranger; mais lui, nous adressant la parole, sans interrompre son travail et tout en faisant poursuivre la lecture et en continuant de dicter sa lettre, répondait à nos questions, comme pour nous donner la preuve de ses puissantes facultés. Il chargea ensuite un serviteur de nous conduire par son magnifique palais et de nous faire voir ses antiquités et les statues grecques et romaines qu'il possédait en nombre considérable. Nous vîmes encore une vaste pièce sans fenêtres, mais qui prenait le jour par une large ouverture pratiquée au milieu du plafond. Là se trouvaient réunis un bon nombre de jeunes peintres occupés chacun d'une oeuvre différente dont M. Rubens leur avait fourni un dessin au crayon, rehaussé de couleurs par endroits. Ces tableaux, les jeunes gens devaient les exécuter complètement en peinture, jusqu'à ce que finalement M. Rubens y mît la dernière main par des coups de pinceau et des couleurs (1).((1) H. Hymans. Une visite chez Rubens, racontée par un contemporain. Bulletin de l'Académie royale de Belgique, 1887, 56e année, 3e série, t. XIII, p. 150. Traduit du Repertorium für Kunstwissenschaft, T. X. p. III.) » Tel est le témoignage le plus explicite qu'un visiteur de la maison nous ait laissé. [157] Rubens avait donc son propre atelier; ses élèves travaillaient dans une pièce sans fenêtres, prenant jour par le haut. En outre, comme on le voit par les gravures de Harrewijn, il y avait dans la maison deux pièces à voûte hémisphérique, l'une de forme circulaire, très élevée, servant de chapelle du temps du chanoine de Hillewerve; l'autre carrée, mais ayant un plafond en forme de calotte et servant de chambre à coucher. Où se trouvaient toutes ces pièces? Et d'abord où était le musée de Rubens? A notre avis, c'est le bâtiment circulaire qui plus tard servit de chapelle et qui se trouvait derrière le bâtiment de gauche, attenant à celui-ci et faisant saillie sur le jardin. De Piles dit: «Entre sa cour et son jardin, il a fait bâtir une salle de forme ronde, comme le temple du Panthéon qui est à Rome, et dont le jour n'entre que par le haut et par une seule ouverture qui est le centre du dôme. Cette salle étoit pleine de bustes, de statues antiques, de tableaux précieux qu'il avoit apportés d'Italie et d'autres choses fort rares et fort curieuses (1).»((1) OEuvres diverses de M. de Piles, 1767, T. IV, p. 367.) Mois place cette chapelle en dehors du portique, derrière la maison ancienne, et attenant à celle-ci. Il écrit: «La chapelle bâtie en octogone montant du fond, avec son antichambre qui étoit dans le retour. Celle au-dessus de celle-ci avoit une tribune où on pouvoit entendre la messe; cette chapelle avoit eu autrefois un nombre considérables de reliques, dans des châsses placées de bas en haut dans des niches pratiquées dans les angles.» Ces niches nous semblent correspondre à celles que l'on voit dans la gravure de Harrewijn et où Rubens plaçait ses statues antiques et ses curiosités. Notons que Mois dessine et décrit la pièce comme octogone, tandis que dans la gravure de Harrewijn et selon l'expression de de Piles, elle est circulaire. Dans les comptes de la Mortuaire de Rubens, elle porte le nom de «tour»: Uytten thoren, ten voors. huyse van den afflyvigen daer de antiquityten van den heer afflyvigen stonden (2).((2) Bulletin des Archives de la ville d'Anvers, II, 81.) A tort, M. Victor van Grimbergen fait de la chapelle et du musée deux pièces différentes; il dit que la première, qui était haute de deux étages, fut changée en salon et que l'autre fut démolie peu d'années avant 1840 (3).((3) Van Grimbergen. Leven van Rubens, Anvers, 1840, p. 387.) La chapelle n'ayant que le diamètre du bâtiment du XVIe siècle, ne pouvait être très spacieuse. C'est une des raisons pour lesquelles nous n'y pouvons voir l'atelier des élèves, sans fenêtres, prenant le jour par une ouverture pratiquée dans le plafond; une autre raison encore, c'est qu'il n'est point [158] probable que Rubens permît à la jeunesse turbulente qui l'avait pris pour maître, de travailler au milieu de ses trésors artistiques. Le salon en rotonde, figuré comme chambre à coucher sur la gravure de Harrewijn, se trouvait fort probablement à l'étage unique de l'aile droite; c'était une pièce assez basse, éclairée par des fenêtres sur l'un des côtés et par des oculi dans le plafond. L'atelier de Rubens ne se trouvait pas à l'étage, comme on l'a dit, mais au rez-de-chaussée. Il comprenait l'immense salle, éclairée du côté de la cour, au nord, par les fenêtres à mi-hauteur de la façade, et du côté du jardin, à l'est, par trois énormes fenêtres, dont celle du milieu s'ouvrait de plein pied. On voit sur la gravure que le linteau central de cette dernière portefenêtre est coupée par le milieu et que, probablement, il est mobile. Cet arrangement devait permettre de transporter aisément hors de l'atelier les tableaux de la plus grande dimension. Une seconde porte de l'atelier s'ouvrait sur la cour. L'atelier mesurait quatorze mètres de longueur, sur dix et demi de largeur et neuf à dix de hauteur. Quant à la vaste pièce où travaillaient les élèves, ce devait être une construction sans apparat, qui disparut après la mort du maître et ne laissa point de traces dans les estampes ni dans le croquis de Mols. Il est probable que cet atelier donnait sur le jardin et que les élèves y avaient accès par la petite porte de sortie de la rue Houblonnière. Que devint la maison de Rubens dans le cours des temps? Elle fut acquise de Philippe Rubens par Jacomo van Eycke le 16 septembre 1660; vendue par Cornélie Hillewerve, veuve de Jacomo van Eycke, à son frère Henri Hillewerve, le 18 janvier 1680, et donnée par Henri Hillewerve à Jeanne et Thérèse van Eycke, le 7 mars 1691. Thomas de Letter l'acquit de Michel Steenecruys, le 8 décembre 1696, et l'échangea, le 7 avril 1701, contre des biens appartenant à Jean-Adrien de Witte et à dame Isabelle Mailluart. Le 3 août 1763, Charles-Nicolas-Joseph de Bosschaert, aïeul du propriétaire actuel, en devint acquéreur. Jusqu'alors elle n'avait pas souffert d'altérations notables; mais, à cette époque, elle subit la transformation importante qui lui donna sa forme actuelle. La construction du XVIe siècle fut entièrement rebâtie; la chapelle qui y était adossée fut conservée, ainsi que son antichambre, au témoignage de Mols. Les fenêtres des façades antérieure et latérales furent changées et, dans l'atelier de Rubens, on posa un plancher coupant la vaste pièce en un rez-de-chaussée et un étage. La façade postérieure fut reculée dans le jardin de deux mètres environ et le toit fut prolongé d'autant. L'unique étage primitif devint second étage. Le grand escalier avec sa rampe et sa cage richement ornées, [159] de même que les décors des façades latérales et postérieures, furent enlevés. En fait d'oeuvres d'art, on ne conserva que le portique, qui toutefois perdit les deux statues qui le couronnaient, et le pavillon au fond du jardin, qui resta intact. Peu d'années après cette transformation, Mols annote que l'aile droite et la façade du côté de la rue ont été entièrement rebâties à neuf. Nous croyons qu'il commet un lapsus et qu'il faut lire «l'aile gauche et la façade du côté de la rue.» En effet, l'ancien bâtiment du XVIe siècle fut reconstruit avec des façades conformes à celle du bâtiment principal modifié. Mais ce dernier, qui forme l'aile droite, n'a pas été démoli à ras de sol. Les toits ont été conservés; ils furent prolongés du côté du jardin. La girouette et les torches qui ornaient le faîte sont restées en place; la charpente est celle du XVIIe siècle et au grenier, au-dessus de l'atelier de Rubens, on retrouve encore une roue fort ancienne et un cabestan qui servaient probablement à dresser et à hisser les lourds panneaux sur lesquels le maître peignit ses vastes créations. La maçonnerie des murs extérieurs de ce bâtiment a été conservée en partie, à l'exception de la façade postérieure; dans la façade latérale, des fenêtres ont été percées au rez-de-chaussée; les fenêtres du premier étage ont subi une transformation, celles du second étage actuel nous semblent avoir été respectées. Depuis le temps où Mols rédigeait sa note et traçait son croquis, la chapelle a disparu et a fait place à des appartements sans aucun caractère. Vers 1840, la maison de Rubens fut scindée en deux habitations par un mur qui traverse la cour. Une seconde porte cochère fut pratiquée dans la façade antérieure. On ne peut assez déplorer la dévastation de ce palais qui aurait dû être un sanctuaire pour tout Anversois. Le prix des tableaux choisis à première vue par Carleton montait à 3000 florins. Rubens lui propose de prendre en outre la Chasse aux Lions de 600 florins et la Susanne de 300 florins; en paiement des 100 florins manquant pour parfaire la somme de 4000 florins, il offre un sujet gracieux (qualq'altra galanteria). Carleton prit la Chasse aux Lions et la Susanne; nous verrons plus loin que, pour les cent florins manquant, Rubens fournit un petit tableau représentant Agar chassée par Abraham. La Chasse que Carleton possédait déjà et à laquelle la Chasse aux Lions aurait pu faire pendant, au jugement de Rubens, est la «Chasse européenne aux Loups et Renards, entièrement de la main de Rubens haute de 7 pieds et large de 9 pieds», qui se trouve mentionnée dans la liste envoyée par [160] Carleton au marchand du roi de Danemark. Cette chasse appartient actuellement à Lord Methuen (OEuvre de Rubens, n° 1157). Il en a été question plus haut dans le commentaire de la lettre de Toby Matthew, datée du 30 décembre 1616, p. 93. Nous verrons plus loin ce qu'étaient les cartons de tapisseries faits par Rubens pour certains négociants génois. Les mots de cette lettre mis entre crochets sont suppléés par nous; le texte original étant mutilé. Voici le billet que Lionel Wake écrivit à Carleton, une semaine après que Rubens dans sa lettre lui avait parlé des tapisseries.

CLXIX LIONEL WAKE A SIR DUDLEY CARLETON.(19 mai 1618.)
[arrow up]

I have this day receaved yrs dated the 8 of this moneth and according to yrs honors directions I have goon through all the shoppes of this towne where I do finde diverse sutes of Brussels hangings of 4 1/2 ellen deepe and onely one sut of 4 ellen the prices beeing different from 11 unto 12, 13 and 14 florins the ell and there is for the most pt 8 peeces in every sute wch do contagne about 200 ellen and there is some chamber that have but 5 pc wch f. so much less: the storyes wch I have seen are the following: 1 Sut Alexander Magnus,1 Sut Josua,1 Sut David and Goliath,1 Sut Scipio and Hanibal,1 Sut Destruction of Troy.In this commodity I have no judgement at all..
Antwerp the 19 of May 1618.
Yrs honors Commandementto serve you

Lyonel Wake
Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Holland 125.

[161]
TRADUCTION.LIONEL WAKE A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

J'ai reçu aujourd'hui votre lettre du 8 de ce mois et, conformément à vos ordres, j'ai parcouru tous les magasins de la ville où j'ai trouvé diverses suites de tapis de Bruxelles de 4 1/2 aunes de hauteur et une seule de 4 aunes. Les prix diffèrent de 11 à 12, 13 et 14 florins l'aune et il y a ordinairement au plus 8 pièces dans chaque suite, ce qui fait environ 200 aunes. Il y a quelques chambres qui ont seulement 5 pièces ce qui fait d'autant moins pour le prix. Les sujets que j'ai rencontrés sont les suivants: 1 suite Alexandre le Grand,1 suite Josué,1 suite David et Goliath,1 suite Scipion et Annibal,1 suite Destruction de Troie.Mais, dans tout cela, je suis absolument incompétent.
Anvers, le 19 mai 1618.
Votre très obéissant serviteur

Lionel Wake.

CLXX RUBENS A SIR DUDLEY CARLETON.(20 mai 1618.)
[arrow up]

Excellentmo Sigre.
Ho riçevuto avviso appunto hoggi dal mio amico Pietersen come finalmente V. E. si era accordata seco conforme alla mia ultima offerta Quod utrique nostrum felix faustumque sit (1).((1) Cette citation de Rubens est empruntée à une formule liturgique rapportée par Cicéron: Quod bonum faustum, felix, fortunatumque esset. (De Divin. I, 45, 102.)) Io ho già fra tanto si trattava dato l'ultima mano alla maggior parte delle pitture cappate da lei e ridotte à quella perfettione che mi è stata possibile, di maniera che spero V. E. sia per haverne intiera sodisfattione, finiti sono di tutto punto il Prometheo, la Leda, li Leopardi, il S. Sebastiano et il San [162] Pietro (1)((1) En marge: Solo al S. Pietro manca ancora un poco.) et il Danielle, li quali io sono pronto a consegnare à quella persona che lei con ordine espresso mi ordinarà per riçeverli, e ben vero che non sono ancora ben secchi ansi hanno di bisogno (2)((2) En marge: Con questo bel (tempo) si mette... nel sole... ra.) di star cosi nelli loro telari ancora alcuni giorni inansi che si potranno inrollare senza pericolo ne mancarò col aiuto divino Lunedi prossimo di metter la mano alla cacçia e la Susanna con quella cosetta di cento fiorini con animo di guardar piu al onore che al utile, sapendo quanto importi il conservarsi la bona gratia di un personaggio della qualita sua. Toccante le Tapizzarie [solo] posso dir poco, perche havendo dato la [lista] hoggi al Sigr Lionello creden [do io oprar] seco lui non mi volse ne anco parlare perche V. E. li dava un ordine assoluto [di non] haver che fare di conferire con altri di che io sono contentissimo per minor briga, essendo io dun umor poco intromettivo. I percio supplico V. E. sia servita di ordinarmi a che io debba pagar li due mille fiorini contanti, che non mancarò di fare à vista del suo aviso. Non ho potuto però lasciar d'avisar V. E. che per adesso nel fontico de Tapizzaria d'Anversa çè poco di bono et al parer mio la cosa manco male che çè e una stanza colla storia de Camillo [d'un al] tezza di quattro braccia i mezzo, otto [pezzi] che fanno (3)((3) En marge: Ducento et venticinq. braccia importano due mille quattro cento e quaranta due fiorini se non minganno.) 222 braccia di prezzo di dieci fiorini il braccio come apunto [ha il] simile anzi listessa storia cavata del istesso cartone e della istessa finezza, il sigr Cabbauw alla Haija, ove V. E. potrà [vedere] e risolvere secondo le parerà convenere che a me come ho detto importa nulla ansi mi rallegrarò molto chel Sig. Lionello facçia buon servitio a V. E.
Nella cui bona gracia mi raccommando di core et con humil reverenza le bacerò le mani restando sempre di V. E.Devotissimo Servitore

Pietro Pauolo Rubens.
Li quadri promessi a V. E. saranno colla gratia divina di tutto punto finiti fra otto giorni senza alcun fallo. D'Anversa, alli 20 di Maggio 1618.
Adresse: Al eccellentissmo Sigr e Patron mio Colendissmo il Sig. Dudlei Carlethon Ambasciator di sua Maiestà della Gran Bretaigna. Alla Haija.
[163] Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Holland 125. Publié par Hookham Carpenter, p. 152 et dans l'édition française, p. 184. — Traduction dans Noel Sainsbury. Op. cit., p. 35. — Rosenberg. Rubensbriefe, p. 47.

TRADUCTION.RUBENS A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Excellence.
Je viens de recevoir aujourd'hui de mon ami Pietersen la nouvelle que V. E. s'est enfin arrangée avec lui conformément à ma dernière proposition. Quod utrique nostrum felix faustumque sit. Pendant ces négociations, j'ai mis déjà la dernière main à la plupart des peintures que vous avez choisies et je les ai rendues aussi parfaites qu'il m'a été possible de le faire; de sorte que V. E., je l'espère, en sera entièrement satisfaite. J'ai terminé tout-à-fait le Prométhée, la Léda, les Léopards, le St Sébastien, le St Pierre et le Daniel (1)((1) En marge: Au S. Pierre seul, il manque encore quelque chose.), je suis prêt à les livrer à la personne qui aura de V. E. l'ordre exprès de les recevoir. Il est vrai qu'ils ne sont pas encore parfaitement secs et qu'ils auraient besoin de rester pendant quelques jours encore sur leurs châssis avant de pouvoir être roulés sans danger (2).((2) Par ce beau temps, on les exposera au soleil.) Lundi prochain, je ne manquerai pas, avec l'aide de Dieu, de mettre la main à la Chasse et à la Susanne, ainsi qu'à la petite pièce de cent florins; je le ferai avec l'intention de viser plus à l'honneur qu'au profit, sachant combien il m'importe de conserver les bonnes grâces d'un personnage du rang de V. E. Quant aux tapisseries, je n'en puis dire grand' chose, attendu qu'ayant transmis aujourd'hui la liste à M. Lionel, dans la pensée de traiter avec lui, il ne voulut pas m'en parler parce que V. E. lui avait donné l'ordre absolu de n'avoir que faire de consulter d'autres personnes. J'en suis extrêmement enchanté; je m'épargnerai de la peine et je n'ai guère l'humeur entremetteuse. Aussi, je supplie V. E. de vouloir bien me dire à qui je dois payer les 2000 florins comptant: ce qui aura lieu à vue de votre ordre. Je n'ai pu m'empêcher cependant de faire savoir à V. E. que, pour le moment, il n'y a dans le comptoir des Tapisseries, à Anvers, que fort peu de bonnes choses: ce qui me paraît de moins mauvais est une tenture d'appartement représentant l'histoire de Camille, haute de quatre aunes et demie, en huit pièces, qui font 222 aunes, à 11 florins l'aune (3).((3) Deux cent et vingt-cinq aunes font, si je ne me trompe, 2442 florins.) Une semblable tenture, c'est-à-dire la même [164] histoire, a été exécutée d'après les mêmes cartons et avec le même fini pour M. Cabbauw, à La Haye, où V. E. peut la voir et se décider, selon qu'il lui conviendra; car le choix qu'elle fera, comme je l'ai dit, m'est tout-à-fait indifférent et je serais très heureux de voir M. Lionel lui rendre bon service en cette affaire.
Je me recommande cordialement aux bonnes grâces de V. E. je lui baise les mains en toute humilité et me dirai toujoursSon très dévoué serviteur

Pierre-Paul Rubens.
Les tableaux promis seront, avec la grâce de Dieu, entièrement terminés dans huit jours sans aucune faute. D'Anvers, le 20 mai 1618.
Adresse: A Son Excellence Sir Dudley Carleton, Ambassadeur de Sa Majesté de la Grande Bretagne, à La Haye.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

De la tapisserie recommandée par Rubens, l'Histoire de Camille, il existait des exemplaires de six pièces, hautes de 4 1/2 aunes, mesurant en longueur 148 aunes; elle était fabriquée à Audenarde. Nous la trouvons mentionnée dans l'inventaire de la mortuaire de Daniel Fourment, le beau-père de Rubens (1).((1) Een caemer Audenaerdsche tapitserye 4 1/2 ellen diep, van sesse stucken de Historie van Camillus, houdende tsaemen hondert acht en viertich ellen. Alph. Wauters. Les tapisseries Bruxelloises, p. 237 et 436.)

CLXXISIR DUDLEY CARLETON A RUBENS.(22 mai 1618.)
[arrow up]

Molto Illmo Sigr mio Affmo.
Per la riposta all' ultima sua del 12 del corrente io mio sono rimesso al suo amico Pietersen trovandomi in quel tempo sotto le mani del medico. Ora vengo di ricever quella sua altera de 20 per la quale V. S. dechiarandosi di persister nel sua risolutione intorno la permuta con quelle conditioni da lei significate, sono pronto per dar ogni sodisfazzione della parte mia, li marmi stando in bel ordine per esser consignati al [165] Sr Pietersen sempre ch'egli si presenta per levargli et haura anco le casse d'avanzo con le quale sono venuti d'Italia et quelle che ne mancano saranno fornite. Quanto alle pitture sperando che le sei (cioè il Prometeo, la Leda, li Leopardi, il San Sebastiano, il San Pietro, et il Daniele) saranno compitamente finite al tempo da lei assegniato (ch'e il 28 del corrente) io mandaro intorno a quel giorno un huomo a posta per condurle qua in salvamento assicurandomi che l'altre tre saranno anco in tempo conveniente messe in perfettione et mandate qua alla Aga. Vado procurando due passaporti uno per accompagnar i marmi l'altro chi sara portato dal mio huomo per li quadri et le tapissarie le quali o saranno quella historia di Camillo che V. S. mi raccomanda o una altra camera di quatro braccia alta che sara piu per il mio uso et per l'elettione dell' uno o delle altre Io mi rimettero a quello mio servitore quando sara giunto costi senza liberar pero V. S. della sua cortese offerta d'aiutarmi col suo parere. Et quanto a alcune altre tapissarie fatte a Bruxelles sopra cartoni da lei designati saprei volontieri l'historia et la misura potendo ordinar poi del pretio et essendo deliberato col tempo di fornirmi di quella curiosità: di modo che questo nostro trattato ne serve che per comminciamento a maggior correspondenza tra di noi, offerendomi in contracambio di servir a V. S. ou qua ou in altri luogi dove son buono in tutto quello chi sara per il suo gusto. V. S. mi scrivera (si le piace) il tempo appresso poco quando saranno finiti li tre quadri per poter dar ordine alla condutta d'essi. Per la caccia intendo chi sia al paragon di quella che ho quà in casa. La Susanna hà da esser bella per inamorar anco li Vecchij et per la discretione non piglio fastidio venendo della man di persona discreta et honorata et cosi mi sono accommodato in tutto et per tutto al contenuto di queste sue due ultime lettere solo non posso sottoscrivere alla sua negativa nella prima d'esse dicendo che non e Principe perche lo stimo Principe di pittori et galant huomini &
con quel fine le baccio li mani.
De la Haga le 22 Maggio 1618.
Di V. S. affmo per Servirla

D. C.
(De la main de Carleton:)Dopo scritta ho visto la tapissaria di Camillo, la qualle à una bella lista, ma brutessme figure et per cio mando un mio servitore a posta per farmi relatione delle tapissarie che si trovano esser in quel fondago [166] per farne elettione et al suo ritorno darò poi ordine a ogni cosa. In questo mentre si incassaranno li marmi.
Au dos:)Copie de la lettre escripte à Monsr Rubens du 22 de May 1618.
Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Holland 125. Publié par Hookham Carpenter, p 156 et dans l'édition française, p. 188. — Traduction dans Noel Sainsbury. Op. cit., p. 36. — Lettre écrite par un secrétaire. Le postscriptum est de la main de Sir Dudley Carleton.

TRADUCTION.SIR DUDLEY CARLETON A RUBENS.
[arrow up]

Monsieur,
Pour la réponse à votre dernière lettre du 12 courant, je m'en suis rapporté à votre ami M. Pietersen, me trouvant alors entre les mains du médecin. Je viens de recevoir aujourd'hui une autre lettre de vous, datée du 20, lettre par laquelle vous déclarez persister dans votre résolution relative à l'échange, aux conditions stipulées par vous. De mon côté, je suis prêt à satisfaire à ces conditions: les marbres sont bien en ordre pour être consignés à M. Pietersen dès qu'il se présentera pour les enlever; en outre, il aura ce qui reste des caisses dans lesquelles ils sont venus d'Italie; s'il en manquait, on lui en fournira. Quant aux peintures, dans l'espoir que les six désignées, Prométhée, Léda, les Léopards, St Sébastien, St Pierre et Daniel seront entièrement terminées au terme que vous avez fixé, le 28 de ce mois, j'enverrai pour ce jour expressément un homme pour les conduire ici sans dommage, et je compte bien que les trois autres seront, en temps convenable, portées à leur perfection et envoyées ici à La Haye. Je vais me procurer deux passe-ports; l'un pour accompagner les marbres, l'autre, dont mon agent sera porteur, pour les tableaux et les tapisseries. Pour celles-ci, je prendrai soit l'Histoire de Camille que vous me recommandez, soit une autre tenture d'appartement, haute de quatre aunes, qui me conviendra mieux; pour le choix de l'une ou de l'autre, je m'en remets à mon agent quand il sera arrivé là; toutefois, sans vous libérer de votre offre courtoise de m'aider de vos avis. En ce qui concerne certaines tapisseries exécutées à Bruxelles d'après des cartons de votre composition, j'en apprendrais volontiers le sujet et la mesure; nous pourrions ensuite traiter du prix, car je suis résolu de me meubler, avec le temps, de curiosités de [167] ce genre, de sorte que notre accord ne servira qu'à entamer une plus grande correspondance entre nous, et, en retour, je m'offre ici ou en tout autre lieu où je puisse vous être utile à vous servir, en tout ce qui pourra vous faire plaisir. Veuillez m'écrire, s'il vous plaît, vers quelle époque les trois tableaux seront terminés afin que je puisse donner des ordres pour leur transport. Quant au tableau de la Chasse, je désire qu'il soit le pendant de celui que j'ai ici. La Suzanne doit être belle à rendre encore amoureux les vieillards; quant à la petite pièce laissée à votre discrétion, je n'ai aucune crainte, sachant qu'elle sort des mains d'une personne de jugement et d'honneur. Je me suis donc conformé, en tout et pour tout, au contenu de vos deux dernières lettres, seulement je ne puis admettre la négative formulée dans la première des deux: vous n'êtes pas un prince, dites vous, or, moi je vous tiens pour le prince des peintres et des hommes d'honneur.
Je finis en vous baisant les mains.
De La Haye, le 22 mai 1618.
Votre affectionné serviteur

D. C.
Cette lettre était écrite lorsque je vis la tapisserie de Camille. La bordure en est belle, mais les figures sont très laides; c'est pourquoi, j'envoie expressément un de mes agents qui me fera un rapport sur les tapisseries qui se trouvent dans ce magasin; il y fera un choix et, à son retour, je donnerai mes ordres pour toute chose. Pendant ce temps, on emballera les marbres.

CLXXIISIR DUDLEY CARLETON A JOHN CHAMBERLAIN.(23 mai 1618.)
[arrow up]

Sr.
I am now saying to my Antiquities Veteres migrate coloni having past a contract wth Rubens the famous painter of Antwerp for a sute of tapistrie and a certaine number of his pictures, wch is a goode bargaine for us both, onely I am blamed by the painters of this country who made ydoles of these heads and statuas, but all others commend the change. It will be the end of the next weeke before I can possibly part [168] from hence; and at that time (for aught I yet know) I shall be fitted for my jorney.
Yrs most assured

Dudley Carleton.
Haghe May 13/23 1618.
Copie de la main de Carleton: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Holland 125. Publié par Hookham Carpenter, p. 155 et dans l'édition française, p. 185. — Noel Sainsbury. Op. cit., p. 38.

TRADUCTION.SIR DUDLEY CARLETON A JOHN CHAMBERLAIN.
[arrow up]

Monsieur.
J'en suis à dire à mes antiques: Veteres migrate coloni! Par un marché fait avec Rubens, le fameux peintre d'Anvers, je les ai échangés contre une suite de tapisseries et un certain nombre de tableaux de lui. C'est une bonne affaire pour tous deux: seulement je suis blâmé ici par les peintres, qui s'étaient fait des idoles de ces têtes et de ces statues, mais, eux exceptés, tout le monde me félicite de cet échange. Il me sera de toute impossibilité de partir d'ici avant la fin de la semaine prochaine et alors (pour autant que je le sache maintenant) je serai prêt à me mettre en route.
Votre très affectionné

Dudley Carleton.
La Haye, 13/23 mai 1618.

[169]
CLXXIII LIONEL WAKE A SIR DUDLEY CARLETON.(24 mai 1618.)
[arrow up]

Sr.
We have spoken wth Monsr Robbins who hath given the just measure of yr pictures and sayth that they shall be ready and hath promised to write unto you by yr servant, if not to-morrow by the post,
and so expecting yr farthr resolutions herein I take my leave ever resting atYr honors comandment to serve you,

Lyonell Wake.
Antwerp the 24 of May 1618.
Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Holland 125. Publié par Noel Sainsbury. Op. cit., p. 38.

TRADUCTION.LIONEL WAKE A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Monsieur,
Nous avons parlé à Monsieur Rubens qui nous a donné la mesure exacte de vos peintures; il nous a dit que celles-ci seront prêtes et qu'il vous écrira par la voie de votre serviteur ou sinon, demain, par la poste.
En attendant ainsi vos résolutions ultérieures en cette affaire, je vous présente mes respects et me dis pour toujours
Votre très dévoué serviteur

Lionel Wake.
Anvers, le 24 mai 1618.

[170]
CLXXIV RUBENS A SIR DUDLEY CARLETON.(26 mai 1618.)
[arrow up]

Eccellmo Sigre.
Ho dato tutte le misure giuste di tutte le pitture a quel huomo de V. E. che venne a pigliarle come mi disse d'ordine de V. E. per farvi fare le cornici, benche lei non mi facesse mentione di questo nella sua lettera. Io qualq. tempo in ça non ho dato alcuna penellàta si no per servitio de V. E., di maniera che tutti li quadri tanto la Caççia e la Susanna insieme con quella descretione che chiude il nostro conto quanto quella di prima lega saranno finiti col aiuto divino al giorno preçiso delle 28 del corrente conforme alla mia promessa. Io spero ch'ella restarà sodisfattisima di quelle opere mie si per la varieta de suggietti come per l'amore e desiderio che me spingono di servir V. E. esquisitamente nè dubito punto che la Caççia e la Susanna non possino comparire tra legitimi. Il terzo è dipinto in tavola di longezza di tre piedi i mezzo in circa, i due i mezzo d'altezza vero originale i suggietto nè sacro ne profano per dir cosi benche cavato della sacra scrittura cioè Sara in atto di gridare ad Agar che gravida si parte di casa in un atto donnesco assai galante con intervento anco del Patriarca Abraham di questo non ho dato la misura al suo homo per aver un poco di corniccietta attorno egli si fece in tavola perche le cose picciole vi riescono meglio che non in tela et essendo si poco volume sarà trasportabile. Ho preso secondo il mio solito un valenthuomo nel suo mestiere a finire li paesaggi solo per augmentar il gusto de V. E. ma nel resto la sia sicura chio no ho permesso ch'anima vivente vi metta la mano con animo di non solo mantener puntualissimante quanto si e promesso ma di cumular ancorà quest obligo desiderando di vivere e morire devotissimo servitore de V. Ecc. Io non posso però affirmar cosi giustamente come io desidererei il giorno certo che questi quadri tutti saranno secchi et a dire il vero mi parerebbe meglio ch'andassero tutti insieme poiche ancora li primi sono frescamente ritocci pur col aiuto del sole si pero luccia sereno, i senza vento (il quale conçitando la polvere e nimico a pitture fresce) saranno in ordine ad esser inrollati fra cinque o sei giorni di bel tempo. Io per mè vorrei poterli consigniar [171] subito come sono pronto di fare ad ogni suo bene placito ma molto me dispiaciarebbo se per troppa frescezza patissero alcun danno per camino che potrebbe causar qualq. disgusto a V. E. nel quale io participarei d'una gran portione. Toccante le tapizzarie posso dir poco poiche a dire il vero robba esquisita non çé per adesso e come scrissi di rado si ritrova senza farla lavorare a posta pur non sodisfacendo a V. E. quella storia di Camillo non mi pare che quel su' huomo habbia mala inclinatione verso quella di Scipione et Annibale che forse ancora potria piacçer piu a V. E. et a dire il vero fra tutte queste cose lelettione e arbitraria senza disputa di gran eccellenza mandarò a V. E. tutte le misure del mio Cartone della storia di Decius Mus Console Romano che si devovò per la vittoria del Popolo Romano ma bisognara scrivere a Brusselles per averle giuste havendo io consigniato ogni cosa al Maestro del lavoro.
I fra tanto mi raccommando molto nella bona gracia di V. E. et con umil affetto li baccio le mani.
D'Anversa alli 26 di Maggio 1618.
Di V. Eccella devotissimo servitore

Pietro Pauolo Rubens.
Li due millle fiorini saranno pagati puntualmente a piaccere di V. E. Io confesso di sentir desiderio grande di vedere questi marmi tanto piu che V. E. m'assecura di esser cose di preggio.
(Au dos est écrit par Sir Dudley Carleton:)Frô Rubens ye 26 of May red by John Frith 1618.
Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Holland 125. Publié par Hookham. Carpenter, p. 158 et dans l'édition française, p. 192. — Traduction dans Noel Sainsbury. Op. cit., p. 38. — Rosenberg. Rubensbriefe, p. 49.

TRADUCTION.RUBENS A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Excellence.
J'ai donné les mesures précises de toutes les peintures à votre agent qui est venu pour les prendre par votre ordre, afin de faire exécuter les cadres, bien que, dans votre lettre, il n'en soit pas fait mention. Depuis quelque [172] temps, je n'ai pas donné un seul coup de pinceau si ce n'est pour le service de V. E.; de sorte que tous les tableaux, tant la Chasse, la Suzanne et la pièce dont le choix a été laissé à ma discrétion et qui doit clore notre compte, aussi bien que ceux de notre premier accord, seront terminés avec l'aide de Dieu, au jour précis du 28 courant, conformément à ma promesse. J'espère que V. E. sera satisfaite de mes oeuvres, autant pour la variété des sujets que pour l'affection et le désir qui me poussent à vous servir de la manière la plus parfaite; aussi, je ne doute point que la Chasse et la Suzanne ne puissent se présenter parmi les travaux de ma main. Le troisième tableau est peint sur panneau: il est long d'environ trois pieds et demi et haut de deux pieds et demi: le sujet est vraiment original et bien que tiré de la Sainte Écriture il n'est, pour ainsi dire, ni sacré ni profane. Il représente Sara dans l'acte de s'emporter contre Agar, enceinte; celle-ci quitte la maison, dans une attitude de dignité féminine, à l'intervention du patriarche Abraham. Je n'ai pas donné la mesure de ce tableau à votre agent, parce qu'il est entouré d'un petit encadrement: je l'ai peint sur bois parce que les petits sujets réussissent mieux sur bois que sur toile; et comme il a peu de volume, il sera facile à transporter. J'ai employé, selon mon habitude, un homme très habile dans le métier pour terminer le paysage; je l'ai fait uniquement pour que l'oeuvre plaise davantage à V. E. Pour le reste, Elle peut être certaine que je n'ai permis à âme qui vive d'y mettre la main. Mon désir est non seulement d'exécuter en toute ponctualité ce que j'ai promis, mais encore de dépasser cette obligation, souhaitant de vivre et de mourir le serviteur très dévoué de V. E. Toutefois je ne puis pas fixer aussi exactement que je le voudrais, le jour même où tous ces tableaux seront bien secs; à dire vrai, il vaudrait mieux, ce me semble, qu'ils partissent tous ensemble, car les retouches faites aux premiers sont encore toutes récentes. Cependant, avec l'aide du soleil, s'il veut bien luire dans sa clarté et en l'absence du vent, — cet ennemi des peintures fraîches par la poussière qu'il soulève, — toutes les toiles seront en état d'être roulées, après cinq ou six jours de beau temps. Quant à moi, je voudrais pouvoir vous les expédier immédiatement, comme je suis prêt à faire tout ce qui vous serait agréable, mais je serais désolé si pour être trop frais, ils venaient à souffrir quelque dommage en route; ce qui pourrait causer à V. E. des regrets auxquels je prendrais grandement part moi-même. En ce qui touche les tapisseries, j'ai peu de chose à dire; car, vraiment, il n'y a pas de pièces remarquables en ce moment; ainsi que je vous l'écrivais, il s'en trouve rarement à moins d'en faire exécuter sur commande. Donc, si cette histoire de Camille ne satisfait point V. E., il me semble que celle de Scipion et d'Annibal, pour laquelle son agent me semblait avoir assez d'incli [173] nation, pourrait probablement plaire à V. E. A dire vrai, le choix est arbitraire entre tous ces objets, dont l'on ne met point en doute le grand mérite. J'enverrai à V. E. toutes les mesures de mes cartons pour l'histoire de Décius Mus, le consul romain, qui se dévoua pour que le peuple romain fut victorieux; mais il me faut écrire à Bruxelles pour avoir les chiffres exacts, attendu que j'ai tout remis au maître des travaux.
En attendant, je me recommande aux bonnes grâces de V. E. et, en toute humilité, je lui baise les mains.
Anvers, le 26 mai 1618.
De Votre Excellence le dévoué serviteur,

Pierre-Paul Rubens.
Les deux milles florins seront payés ponctuellement au bon plaisir de V. E. J'avoue que j'ai le plus grand désir de voir les marbres, d'autant plus que V. E. m'assure que ce sont des objets précieux.
Au dos est écrit par Sir Dudley Carleton en anglais: De Rubens, le 26 mai, reçu par John Frith, 1618.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

La petite pièce que Rubens exécuta pour parfaire la valeur des 4000 florins, à fournir en tableaux à Carleton, représentait, comme il nous l'apprend dans cette lettre, Agar renvoyée par Abraham et Sara. Le tableau est peint sur panneau et mesure 71 centimètres de haut sur 102 centimètres de large. Il fait partie actuellement de la galerie du duc de Westminster à Londres. Rubens avait fait, quelques années auparavant, un tableau représentant le même sujet de moindre dimension. Celui-ci, entièrement de sa main, se trouve actuellement au Musée de l'Hermitage à St Pétersbourg (OEuvre de Rubens, nos 105 et 106). Dans l'exemplaire du duc de Westminster, le paysage est peint par Jean Wildens. Dans sa lettre du 12 mai 1618, Rubens avait écrit à Carleton que l'on travaillait en ce moment à Bruxelles à une suite de tapisseries qui lui avaient été commandées par des négociants Génois. Dans la présente lettre, il nous fait connaître le sujet de ces tapisseries. C'est l'histoire du consul romain Décius Mus. Les superbes modèles de ces tapisseries, peints par Rubens avec la collaboration de Van Dyck, qui, à cette époque, avait 19 ans, font partie de la Galerie Liechtenstein à Vienne (OEuvre de Rubens, nos 707 à 714). Ils se composent de six pièces principales: Décius raconte son rêve à ses officiers, Décius consulte l'aruspice, Décius voué aux dieux infernaux, Décius renvoie ses licteurs, Décius blessé à mort et les Funérailles de Décius, et de deux pièces accessoires: [174] Rome triomphante et un Trophée guerrier. Les tapisseries furent fabriquées à Bruxelles en partie par Jean Raes, en partie par Jacques Geubels. Nous ignorons quels étaient les négociants Génois pour lesquels Rubens exécuta les cartons de ces tapisseries. Nous présumons que c'étaient les Pallavicini. Le 23 mars 1618, André Picheneotti tint sur les fonts baptismaux le second fils de Pierre-Paul Rubens, en remplacement de Nicolas Pallavicini, négociant génois, d'après lequel le nouveau-né fut nommé. Leurs relations étaient donc fort amicales à un moment qui coïncide avec l'exécution des tapisseries et nous croyons que ce fait donne une grande probabilité à notre hypothèse. Ces bonnes relations persistaient: en 1620, Rubens exécuta pour Nicolas Pallavicini le tableau les Miracles de St Ignace qui orne l'autel de ce saint dans l'ancienne église des Jésuites à Gênes (OEuvre de Rubens, n° 455).

CLXXV RUBENS A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Eccellentmo Sigre.
Mi maraviglio chel Sre Francesco Pieterssen non si sia sin adesso presentato alla Haija secondo chègli mi haveva scritto chi tornarebbe ivi per le 19 cioè sabbato ultite passato et dalla lettera di V. E. comprendo chè alli 23 non era ancora comparso, le scrivo donq. una lettera perla quale io l'essorto ad andarvi quanto prima et se per sorte se li fosse offerto qualq. impedimento chi mandi qualq. persona idonea per questo effetto che presentarà a V. E. una polizza scritta de mia mano. Pur sè ne lui nè altro in suo nome comparirà subito, io supplico V. E. sia servita di farmelo saper incontinente che non mancarô, di spedir un huomo mio à posta al primo suo aviso. Habbiamo avuto hoggi cosi bel sole che (poci in fuori) tutti li suoi quadri sono tanto secchi che si potreb[bero in]cassar domani. Il medesimo si pò sperare delli altri fra tre giorni secondo l'apparenza della buona stagione. .
Non ho altro per adesso si no di bacciar a V. E. con ogni riverenza le mani.
In Anversa alli 26 di Maggio 1618.
Di V. Eccellza devotissimo Servitore

Pietro Pauolo Rubens
[175] Adresse: Al Eccellmo Sigre mio ColendmoCito Il Sigre Dudley CarlethonCito Ambasciatore di sua Maiesta della Gran BretaignaCito alla Haya.Cito.
(Au dos:)Frô Mr Rubens ye 26 May red the 28.
Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Holland 125. Publié par Hookham Carpenter, p. 162 et dans l'édition française, p. 196. — Traduction dans Noel Sainsbury. Op. cit., p. 40. — Rosenberg, Rubensbriefe, p. 50.

TRADUCTION.RUBENS A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Excellence.
Je suis surpris de ce que M. François Pietersen ne se soit pas, jusqu'à présent, rendu à La Haye; d'après ce qu'il m'avait écrit, il serait retourné là pour le 19, c'est-à-dire, Samedi dernier; et j'apprends par la lettre de V. E. qu'il n'y a pas encore apparu, le 23. Je lui écris donc une lettre pour l'exhorter à s'y rendre au plus tôt, et si, par hasard, il se présentait quelque empêchement, à y envoyer une personne apte à cette besogne laquelle se présenterait à V. E. avec un billet de ma main. Toutefois, si lui ni quelqu'un venant en son nom ne se présentait immédiatement, je supplie V. E. de vouloir bien me le faire savoir de suite; je ne manquerais pas d'envoyer quelqu'un expressément, à son premier avis. Nous avons eu aujourd'hui un si beau soleil que tous vos tableaux, à peu d'exceptions près, se sont si bien séchés que je pourrai les emballer demain. J'espère que, selon la bonne apparence du temps, il en sera de même des autres dans trois jours.
N'ayant autre chose à dire pour aujourd'hui, je baise respectueusement les mains de Votre Excellence.
Anvers, le 26 mai 1618.
De V. E. le très dévoué serviteur

Pierre-Paul Rubens.
Adresse: A S. E. Sir Dudley Carleton, Ambassadeur de S. M. de la Grande Bretagne, à La Haye.
Au dos en anglais: De Mr Rubens le 26 mai, reçu le 28.

[176]
CLXXVI RUBENS A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Excellentissmo Sigre.
V. E. potra à suo bene placito consignar le sue antichità al Sre Francisco Pieterssen portator di questa overo a chi si sia che da parte di esso Pieterssen li presentera questa polizza, che saranno ben consignati quanto in mano mia propria.
I per fine baccio à V. E. con umil affetto le mani.
D'Anversa alli 26 di Maggio 1618.
Di Vostra Eccellenza devotissimo Servitore

Pietro Pauolo Rubens.
>Adresse: Al Excellmo Sigre Il Sigre Dudley Carlethon Ambasciare de la Majesta della Gran Bretaigna alla Haya.
Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers, Holland 125. Publié par Hookham Carpenter, p. 162 et dans l'édition française, p. 198. — Rosenberg. Rubensbriefe, p. 51. — Traduction dans Sainsbury. Op. cit., p. 41.

TRADUCTION.RUBENS A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Excellence.
A son bon plaisir, V. E. pourra remettre ses antiques à M. François Pietersen, porteur de la présente, ou à quiconque lui présentera ce billet de la part dudit Pietersen; ils seront ainsi remis comme s'ils l'étaient entre mes propres mains.
Je finis en baisant affectueusement les mains de V. E.
D'Anvers, le 26 mai 1618.
De V. E. le très dévoué serviteur

Pierre-Paul Rubens.
Adresse: A Son Excellence Sir Dudley Carleton, ambassadeur de Sa Majesté le roi de la Grande Bretagne, à La Haye.

[177]
CLXXVIISIR DUDLEY CARLETON A RUBENS.(29 mai 1618.)
[arrow up]

Molto Illmo Sigre mio Affmo.
In conformità della polizza di V. S. sotto la data de' 26 corrente ho consignato tutti quanti li marmi ben conditionati in mani del Sre Francesco Pieterssen il quale và adesso in persona verso di lei per levar in quà tanto li quadri quanto le tapizzarie promessemi in contracambio; et poi che V. S. per l'ultima sua sotto la medesima data scrive che frà tre giorni tutti li quadri sariano secchi et in stato di poter esser incassati, habbiamo adesso tempo d'avanzo per quel effetto; et secondo che non ci è mancato niente della parte mia intorno alla roba di quà tanto per l'accommodarla quanto per mandarla in diligenza per la sodisfattione sua mi confido ch'ella parimente pigliara un poco di cura sopra l'incassar de' quadri, et li mandarà con le tapizzarie in modo ch'io possi haver il tutto sabbato che vienne. In questo mentre li marmi saranno incamminati, volendo io procurar il passaporto per essi et darlo anco nelle mani del patron di nave chi porta la roba di ordine del Sigre Pietersen, ricevendo di luy il suo obligo in scriptis intorno alli quadri et tappizzerie, il quale col ritorno suo con le cose sopradette li sarà restituito. Questo è il meglior espediente ch'habbiamo trovato per aggiustar le cose d'ambedue le parti senza perder tempo di banda ni d'altra. .
Bascio a V. S. le mani.
D'Aga à 29 di Maggio 1618.
Di V. S. affmo p. servirla

Dudley Carleton
(Au dos:)Minute de la lre a Monsr Rubens du 29 de May 1618.
Original de la minute. Londres, Public Record Office. Foreign State Papers, Holland 125. — Publié par Hookham Carpenter, p. 164 et dans l'édition française, p. 198. — Traduction dans Sainsbury. Op. cit., p. 41.

[178]
TRADUCTION.SIR DUDLEY CARLETON A RUBENS.
[arrow up]

Monsieur.
Conformément à votre billet daté du 26 courant, j'ai remis tous les marbres, en bonne condition, entre les mains de M. François Pietersen, qui se rend en personne auprès de vous pour rapporter ici, à la fois, les tableaux et les tapisseries qui m'ont été promis en échange et, comme par votre dernière lettre, sous la même date, vous me faites savoir que, dans trois jours, tous les tableaux seront secs et en état d'être emballés, nous avons en ce moment un peu de temps de plus pour obtenir cet effet. Comme, de mon côté, rien n'a été négligé tant pour l'emballage que pour le prompt envoi des objets, afin de vous satisfaire, je m'attends avec confiance à ce que, de votre côté, vous preniez également quelque soin pour emballer les tableaux et pour me les expédier avec les tapisseries, de manière à ce que je puisse avoir le tout ici Samedi prochain. En attendant, les marbres seront mis en route; je veux me procurer pour eux un passeport que je remettrai entre les mains du capitaine du vaisseau qui porte les marbres, par ordre de M. Pietersen; celui-ci me donnera une obligation écrite concernant tableaux et tapisseries, obligation qui lui sera restituée quand il reviendra ici avec ces objets. C'est le meilleur expédient que nous ayons trouvé pour arranger les affaires des deux parties, sans faire perdre du temps ni à l'une ni à l'autre. .
Je vous baise les mains.
La Haye, le 29 mai 1618.
Votre affectionné serviteur

Dudley Carleton
Au dos, en français: Minute de la lettre à Monsieur Rubens du 29 mai 1618.

[179]
CLXXVIIISIR DUDLEY CARLETON A LIONEL WAKE.
[arrow up]

Mr Wake.
The bearer hereof Frances Pieterson of Harlem, is father to the yong man I mentioned in my letter wch I sent you yesterday by Sr Francesco Balbani he going expressly to bring hether the pictures and hangings wch I am to have of Mr Rubens, in exchange of my statuas and other antiquities of marble all wch I have this day fully delivered to this bearer himself in Mr. Rubens behalf. I pray you facilitate the businesse as much as you may, to the end I may have the things here by Saturday next; whch may well be yf I be well dealt wth, as I misdowbt no other: For any custome or rights that shall be demaunded, I had rather pay them then stay, yf the pasport be not come from Bruxells. Any difference that shall be in the price of the hangings, I will adjust wth you uppon yr lre according as by my last I wrote unto you, and for the choise I remaine of the same minde as then, desiring to have ye Stories of Scipio. Uppon the chests or cases, both of the Pictures and hangings, this marke must be set D C wth a superscription in the Duch language adressed unto me, wherby they will come untouched according to a pasport wch this bearer hath wth him.
Thus with my hartie commendacions, I amYr very assured frend
,
Dudley Carleton.
Hagh 29th May 1616.
(Au dos:)Minute of a lre to Mr Wake of the 29th of May 1618.
Original: Londres, Public Record office. Foreign State Papers, Holland 125. Publié par Hookham Carpenter, p. 164, et dans l'édition française, p. 200. — Sainsbury. Op. cit.,. p. 42.

TRADUCTION.SIR DUDLEY CARLETON A LIONEL WAKE.
[arrow up]

Le porteur de la présente, François Pietersen de Harlem, est le père du jeune homme dont je faisais mention dans la lettre que je vous ai envoyée [180] hier par M. Francesco Balbani; il part expressément pour apporter ici les peintures et les tapisseries que je dois recevoir de M. Rubens en échange de mes statues et autres marbres antiques, lesquels ont été délivrés aujourd'hui au complet par moi-même à cet agent pour les remettre à M. Rubens. Je vous prie de venir en aide à cette affaire autant que vous le pourrez, afin que je puisse avoir les objets ici Samedi prochain, ce qui peut parfaitement se faire si je suis bien informé, ce dont je ne doute pas. Si l'on vous demandait l'acquit de quelque charge ou de quelque droit, j'aimerais mieux payer que d'attendre l'arrivée du passeport de Bruxelles. S'il y avait quelque supplément de prix pour les tapisseries, je le règlerais avec vous après votre avis, suivant que je vous l'écrivais dans ma dernière lettre. Quant au choix, je reste dans la même idée: mon désir est toujours d'avoir l'Histoire de Scipion. Sur les boîtes ou caisses contenant les tableaux et les tentures, on doit apposer la marque D C et mon adresse en langue hollandaise. De cette façon, elles m'arriveront intactes en vertu du passeport dont le porteur de la présente est muni.
Recevez mes cordiales salutations et croyez moi,Votre ami dévoué

Dudley Carleton.
La Haye, le 29 mai 1618.
Au dos: Minute d'une lettre à Mr Wake du 29 mai 1618.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Le fils de François Pietersen, dont il est question ici, est Pierre De Grebber dont nous avons parlé plus haut, page 132. Francesco Balbani. Les Balbani étaient une noble famille lucquoise établie dans notre pays et dont on retrouve plusieurs descendants à Anvers, au 16me et au 17me siècle. Il y avait différentes suites de l'Histoire de Scipion dans le commerce, à cette époque. Une suite traitant ce sujet fut fabriquée par Jean Mattens, de Bruxelles, qui vivait et travaillait en 1618. Elle se composait de douze pièces. Le palais de Madrid en possède un exemplaire de laine, de soie et d'or (1).((1) A. J. Wauters. Les Tapisseries Bruxelloises, p. 305.)

[181]
CLXXIX RUBENS A SIR DUDLEY CARLETON.(1 juin 1618.)
[arrow up]

Excellmo Sigre.
Conforme al ordine di V. E. ho pagato li due mille fiorini al Sigre Lionello de quali ha dato ricevuta di sua mano i dara aviso à V. E. Et ancora li quadri tutti ben conditionati et incassati con diligenza ho consigniati al Sre Francesco Pieterssen (1)((1) En marge: Il Daniello, I Leopardi, La Cacçia, Il S. Pietro, La Susanna, Il St Sebastiano, Il Prometheo, La Leda, Sara et Agar.) de quali io credo V. E. restarâ intieremente sodisfatta come il Sigre Pieterssen sene stupi vedendoli tutti finiti con amore i posti alla fila in ordine. In somma in veçe di una stanza fornita di marmi V. E. riçeve Pitture per addobbar un palazzo intiero, oltra le Tapizzarie poi. Toccante le misure che riuscirono alquanto minori chella non aspettava io m'acquittai bene misurando le robbe colla misura corrente in quei paesi dove erano, i s'assicuri pur, che quelle poca differenza importa nulla nel prezzo facendosi il conto delle pitture diverso da quello delle Tapizzarie che si comprano à misura ma quelle conforme la bonta, suggietto i numero di figure niente di manco la sua pena chella mi da e tanto gratiosa et onorevole chio la stimo per summo favore di maniera ch'io molto voluntieri mandaro a V. E. il mio ritratto mentre chella vicendevolmente si contenti di farmi l'onore chio possa havere in casa mia una memoria della sua persona stimando esser di raggione chio faccia molto maggior stima di lei chella non deve far di mè. Ho riçevuto hoggi apunto ancora li marmi li quali pero non ho potuto vedere per la fretta della partenza del Sre Pieterssen, pur spero che corrisponderanno alla mia aspettatione. Il Sigre Lionello prese sopra di se il carico di procurar per le sue robbe libero passaggio havendoli io consignato la lettera di V. S. per Brusselles, gia molti giorni sono, io per li mei marmi non trovai bono quella strada di maniera chio l'ho ottenuto per altro mezzo con tutto çio io resto con obligo infinito verso V. E. per quanto si e fatto in favor nostro con che faro fine bacçiando a V. E. con tutto il core le mani i desiderando d'essergli sempre.
Servitor devotmo

Pietro Pauolo Rubens.
D'Anversa alli 1 di Guigno 1618.
[182] Adresse: Al Excellenmo Sige mio Colend. Il Sigr Dudley Carlethon Ambasciatore di S. Maesta della Gran Bretaigna.Nella Haya.
(Au dos, de la main de Sir Dudley Carleton:Frô Rubens ye first of June, red by Peterssen ye 3d 1618.
Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers, Holland 125. Publié par Hookham Carpenter, p. 166 et clans l'édition française, p. 202. — Traduction dans Sainsbury. Op. cit., p. 43. — Rosenberg. Rubensbriefe, p. 51.

TRADUCTION.RUBENS A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Excellence.
Conformément à vos ordres, j'ai payé les deux mille florins à Mr Lionel qui m'en a donné un reçu de sa main et en avisera V. E. J'ai remis également à M. François Pietersen tous les tableaux en bonne condition et emballés avec soin (1)((1) En marge: Le Daniel, les Tigres, la Chasse, le St Pierre, la Suzanne, le St Sebastien, le Prométhée, la Léda, Sara et Agar.); j'ai lieu de croire que vous en serez entièrement satisfait, de même que M. Pietersen est resté stupéfait en les voyant tous achevés con amore et placés en ordre les uns à la suite des autres. En somme, en échange de marbres pour remplir une chambre, vous recevez des peintures pour décorer un palais tout entier, sans compter les tapisseries. Les dimensions de celles-ci se sont trouvées tant soit peu moindres que V. E. l'aurait voulu; je m'en étais reposé sur le mesurage que j'avais fait de ces objets avec la mesure qui a cours dans ce pays d'où elles sont; toutefois que V. E. en soit bien assurée, cette petite différence n'exerce aucune action sur les prix, car la valeur des oeuvres de peinture se calcule autrement que celui des tapisseries: celles-ci s'achètent à l'aune, celles-là se paient suivant leur mérite, leur sujet, le nombre des personnages. Néanmoins, la charge que vous m'avez donnée m'est si chère et si honorable que je la regarde comme une haute faveur. Aussi, est-ce très volontiers que j'enverrai mon portrait à V. E., à condition que, de son côté, elle me fasse l'honneur de permettre que je possède dans ma maison quelque souvenir de sa personne, car il est de toute raison que je fasse plus grande estime de V. E. qu'Elle ne doit en faire de moi. [183] Je viens de recevoir les marbres aujourd'hui même; mais je n'ai pu les voir, à cause du départ précipité de M. Pietersen: toutefois j'espère qu'ils répondront à mon attente, M. Lionel a pris sur lui de se procurer pour vos objets le libre passage: depuis plusieurs jours déjà, je lui avais remis la lettre de V. E. pour Bruxelles. Pour mes marbres, je n'ai pas trouvé que ce fût une voie favorable; de sorte que j'ai obtenu la licence par un autre moyen. .
Néanmoins, je suis infiniment obligé envers V. E. pour tout ce qu'elle a fait en ma faveur, et je termine en lui baisant les mains de tout coeur, avec le désir d'être toujoursSon serviteur très dévoué

Pierre-Paul Rubens.
Anvers, le 1 juin 1618
Adresse: A Son Excellence Monseigneur très honoré Sir Dudley Carleton Ambassadeur de Sa Majesté de la Grande Bretagne à La Haye.
Au dos: De Rubens le premier juin 1618, reçu le 3 par Pietersen.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Lionel, dont il est question ici, est Lionel Wake déjà mentionné antérieurement. Rubens promet son portrait peint à Carleton: nous n'avons pas trouvé de trace qu'il le lui ait réellement fait parvenir; pas plus que nous ne savons si Carleton lui a envoyé quelque souvenir de sa personne.

CLXXX LIONEL WAKE A SIR DUDLEY CARLETON.(2 juin 1618.)
[arrow up]

Sr:
I have receaved yr severall leres of the 28 of the last moneth, and according to yr order have bought for you the Story of Scipio, wch cost 11 florins the ell, and doth quite, as you may perceave, by this inclosed note a 202 1/2 amounting unto 2227 1/2 florins, whereof I have receaved of Monsr Rubens 2000 florins, and in regard there was no order from [184] Brussels for the free passing of them, I was forced to pay for the licent and othr tolls, 101 florins and 4 stuyvers. I do expect order for the restitution of it, for I did declare it uppon the tolls in yr owne name and for yr owne use. Mr Rubens never sent yr lere to Mr Wolly, but gave it to me some 4 or 5 dayes synce, the wch I sent, and I do houerly expect the order to the officers to have the money agayne, so that you need not make it me over before you do here from me agayne: I doubt not but you will have receaved both yr pictures and hanginges befor this cometh unto yr hands: But Peterson never came to me about them, but sent Monsr Rubens his man for the hangings the wch I rd, and so hoping that you will accept of my goode will to serve you herein or any thing ells wherin you wilbe pleased to command me I take my leave ever resting at
Yr Honnors commandment to serve you

Lyonell Wake.
Antwerp, the 2 of June 1618.
Adresse: A Monsieur Monsieur Carleton chevalier ambassadeur pour Sa M de la Grand Bretagne résident A la Haye.
Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Holland 125. Publié par Noel Sainsbury. Op. cit., p. 44.

TRADUCTION.LIONEL WAKE A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Monsieur.
J'ai reçu vos diverses lettres du 28 du mois passé et, suivant vos ordres, j'ai acheté pour vous l'Histoire de Scipion, à raison de 11 florins l'aune ce qui fait en tout, comme vous le verrez par la note ci-incluse, 202 1/2 aunes se montant à 2227 1/2 florins, dont 2000 m'ont été donnés par M. Rubens. Aucun ordre n'étant venu de Bruxelles pour la franchise d'entrée des tapisseries, j'ai dû payer pour la licence et autres droits 101 florins 4 sous. J'attends un ordre de restitution de cette somme, parce que j'ai déclaré à la douane les objets en votre nom et à votre usage personnel. M. Rubens n'a pas envoyé votre lettre à M. Wolly; il l'a remise à moi, il y a quatre ou cinq jours, et je l'ai fait parvenir: j'attends à toute heure que l'ordre soit donné aux employés [185] de me rendre l'argent, de sorte que vous ne devez pas m'en envoyer avant que vous n'entendiez de mes nouvelles. Je ne doute pas que vous ayez reçu les tableaux et les tentures avant que cette lettre ne vous soit remise. Cependant Pietersen n'est jamais venu chez moi à leur sujet, mais M. Rubens m'a envoyé son agent pour les tapisseries que j'ai reçues. J'espère donc que vous agréerez ma bonne volonté de vous servir dans tout ceci comme dans toute autre chose pour laquelle il vous plaira de m'honorer de vos ordres, et je finis en me disant
De Votre Honneur, le serviteur très empressé

Lionel Wake.
Anvers, 2 juin 1618.
Adresse: A Monsieur Monsieur Carleton, chevalier, ambassadeur pour Sa Majesté de la Grande Bretagne, résidant à La Haye.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

John Wolly ou Wolley était un agent au service de William Trumbull et devint son secrétaire en 1623. Pour compléter la série des documents, se rapportant à l'échange des marbres antiques de Sir Dudley Carleton, nous faisons suivre ici l'inventaire des tableaux de ce dernier, dressé de sa propre main:

CLXXXI List of my pictures given the first of 7ber st° vet. to the K: of Denmarks marchant, brought unto me by Mr Hugins 1618.Inventario d'una certa Collettione de' quadri che si ritrova in Ollandia forniti tutti di liste indorate.(11 septembre 1618.)
[arrow up]

Seconda la mesura d'Anversa
9 piedi alto largo 8 piedi Un Prometheo legato sopra il monte Caucaso con una aquila che li becca il fegato, il Prometheo di Rubens, l'Aquila fatta dal Snyders.
8 12 [186] Daniel fra molti Leoni cavati dal naturale tutto de man di Rubens.
9 11 Leopardi cavati dal naturale con Satiri et Nimphi de man di Rubens et con un bellissmo paese fatto per mano di un valenthuomo in quel mestiere.
7 10 Una Leda col Cigno et una Cupide tutto di Rubens.
7 8 San Pietro che leva del pesce il statere da pagar il censo con altri pescatori attorno cavati del naturale tutto di Rubens.
8 11 Una Caccia d'Arabi a cavallo et Leoni tutto di Rubens.
7 9 Una Caccia d'Europei con Lupi et Volpi tutto di Rubens.
7 4 Un S. Sebastiano di Rubens.
7 5 Una Susanna di Rubens.
3 10 Raptus Proserpinae di Tintoret Vecchio.
5 7 Martii et Apollinis contentio de Musica di Tintoret Vecchio.
5 7 Historia Jovis et Semelae di Tintoret Vecchio.
Original de la main de Dudley Carleton. Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Holland 126. — Traduction Noel Sainsbury. Op. cit., p. 45.

TRADUCTION.Liste de mes tableaux remise le premier de septembre, ancien style, (11 septembre, style nouveau) au marchand du roi de Danemark qui me fut amené par M. Hugins 1618.Inventaire d'une collection de tableaux qui se trouvent en Hollande, tous garnis de cadres dorés.
[arrow up]

[187] Mesure en pieds d'Anvers
9 pieds long large 8 pieds Un Prométhée attaché sur le mont Caucase avec un aigle qui lui déchire le foie. Le Prométhée par Rubens, l'aigle par Snijders.
8 12 Daniël parmi les Lions, peint d'après nature. Entièrement de la main de Rubens.
9 11 Léopards peints d'après nature, avec des Satyres et des Nymphes, de la main de Rubens, dans un paysage très beau, peint par un maître très habile en ce genre.
7 10 Léda avec le Cygne et un Amour. Entièrement de la main de Rubens.
7 8 St Pierre enlevant au poisson la monnaie pour payer le tribut, avec d'autres pêcheurs autour de lui, fait d'après nature. Entièrement de la main de Rubens.
8 11 Une Chasse, Cavaliers arabes et Lions. Entièrement de la main de Rubens.
7 9 Une Chasse européenne avec des Loups et des Renards. Entièrement par Rubens.
7 4 Un Saint Sébastien par Rubens.
7 5 Une Susanne par Rubens.
3 10 L'Enlèvement de Proserpine, par Tintoret le Vieux.
[188] 5 7 La Dispute de Marsyas et d'Apollon concernant la Musique, par Tintoret le Vieux.
5 7 L'Histoire de Jupiter et de Sémélé, par Tintoret le Vieux.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Le Hugins qui amena le marchand du roi de Danemark à Carleton est, à n'en pas douter, le célèbre homme d'État et poète Constantin Huygens, très en faveur, à cette époque, auprès de Carleton et plus tard secrétaire du prince d'Orange.

CLXXXII LIONEL WAKE A SIR DUDLEY CARLETON.(3 novembre 1618.)
[arrow up]

Sr:
Although I have receaved from Mr Trumbull an order unto the officers of this towne for the restitution of the monys payd for the licent of things for yr honnor yet because yr owne note doth not as well speciffy the pictures as well as the hangings they do make difficulty therein, so that I doubt beefore I shall gett the mony, that yr honnr must send an other note, specifying both the hangings and 8 pictures, otherwise they will allow me but the hangings allone. When I have ended wth them I will desyre you to cause the monny to be repayd in this towne, for that I have no correspondent in those parts. The remaynder of the tapistry is just 227 1/2 flors. wth some petty charges whereof I will send the particulars
at Yr honrs commandment to serve you

Lyonell Wake.
Antwerp the 3 of 9ber 1618.
Adresse: A Monsieur Monsieur de Carleton Chevalier Consr et Ambar pour Sa Ma de la Grand Bretagne près les Estats Généraux des Provinces unies des Pays-Bas. A la Haye.
[189] Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Holland 127. Publié par Noel Sainsbury. Op. cit., p. 45.

TRADUCTION.LIONEL WAKE A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Monsieur.
Bien que j'aie reçu de M. Trumbull l'ordre adressé aux fonctionnaires de cette ville de restituer l'argent payé pour la sortie d'objets qui vous sont destinés, ils font des difficultés parce que la note écrite par vous ne spécifie pas exactement les peintures comme elle le fait pour les tapisseries. Je doute fort que je recouvre l'argent, à moins que vous ne m'envoyiez une autre note spécifiant les tapisseries et les huit tableaux, sinon ils ne laisseront passer que les tapisseries. Quand j'aurai terminé cette affaire, je vous prierai de me faire payer dans cette ville l'argent déboursé, puisque je n'ai pas de correspondant ailleurs. Ce qui reste à payer des tapisseries se monte exactement à 227 1/2 florins, sans compter certains petits débours dont je vous enverrai les détails.
Je suis de votre honneur le dévoué serviteur

Lionel Wake.
Anvers, le 3 novembre 1618.
Adresse: A Monsieur Monsieur de Carleton, Chevalier, Conseiller et Ambassadeur pour Sa Majesté de la Grande Bretagne près les États Généraux des Provinces-Unies des Pays-Bas. A La Haye.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Après avoir pris connaissance de la correspondance entre Rubens et Carleton au sujet de l'échange des tableaux et des marbres antiques, il peut être intéressant de savoir quels étaient ces marbres, d'où ils venaient et ce qu'ils sont devenus. Carleton avait acheté la plus grande partie de ses antiques en Italie. De Vénise, ils furent expédiés à Londres et de là envoyés à La Haye, où il résidait à cette époque. Ceci se passait en 1617. En 1616, dix-huit bustes d'empereurs romains lui avaient été envoyés de Bruxelles, par l'intervention de Lionel Wake. Les marbres venus d'Italie étaient renfermés en 24 caisses dont le contenu se trouve indiqué dans la liste suivante: [190] 1. Une grande figure marquée A et trois petites têtes non marquées. 2. Une tête marquée 10, une tête marquée 36, un torse marqué 61, une tête marquée 24, une petite tête marquée 107, une petite tête marquée 108. 3. Un enfant marqué Y, un enfant manquant de jambes et de bras, une tête de femme non marquée, un torse non marqué, une tête marquée 106, un demi-pied. 4. Une tête marquée 38, une tête marquée 37, une tête non marquée, un demi-torse non marqué, un piédestal. 5. Une grande figure marquée B, une tête de Satyre marquée PP, une tête marquée 104, une tête marquée 13, une tête marquée 43, un enfant chevauchant sur un dauphin marqué W, un pied. 6. La grande urne, deux très petites têtes avec une statuette de St Sébastien, 4 petites urnes et une petite tête placée sur un piédestal enveloppée de papier et placée avec les autres petites pièces dans la grande urne, la grande main qui vient de Troye, 4 petits pieds. 7. Une grande tête marquée 31, une tête marquée 29, une tête marquée 23, un piédestal, un petit visage, un homme marqué P, 6 petites plinthes ou piédestaux carrés. 8. Une figure de femme marquée I, une tête marquée 41, une tête d'enfant non marquée, une figure de femme marquée Q, 2 piédestaux ronds et un piédestal plat. 9. Une grande figure marquée G, une figure de femme marquée L, une tête marquée 6, un Cupidon marqué 59, des fragments de pierres dans du papier. 10. Une grande figure marquée F, une tête marquée 17, un piédestal rond. 11. Une grande tête marquée I, une grande tête marquée 75, une tête marquée 26 avec un piédestal, une tête marquée 25 avec un piédestal. 12. Une tête marquée 102, une tête marquée 2, une tête marquée 30, une tête marquée 5. 13. Trois figures de femmes marquées O, M, Z, une plinthe. 14. Une grande figure marquée C, une figure de femme marquée H, une tête marquée 47, un demi-corps marqué 27. 15. Un enfant assis marqué T, une grande tête marquée 18, une tête marquée 12. 16. Une grande figure marquée D, une tête marquée 7, une Léda, une tête non marquée, une plinthe et des fragments d'une pierre mince. 17. Deux grandes figures dans un bas-relief marqué 56, un bas-relief marqué 54. 18. Un bas-relief avec quatre figures marqué 55, une tête marquée X, [191] un Cupidon marqué 51, tous les fragments détachés des diverses figures sont enveloppés dans du papier et placés dans cette caisse. 19. Une grande tête marquée 9, un corps de femme marqué 62, une tête marquée 103, une tête marquée + 2. 20. Un bas-relief non marqué, un enfant marqué 58, une grande tète marquée 33, une tête marquée 45. 21. Une pierre avec inscription, une tête marquée 16, une tête marquée 8, une figure de femme marquée Z, une figure d'homme marquée S. 22. Une grande figure d'homme non marquée, une petite tête marquée 105, une petite tête marquée III, une tête marquée 112, un corps de femme non marqué, une tête marquée 101. 23. Quatre grandes têtes marquées 28, 19, 11, 39. 24. Une figure d'enfant marquée T, une figure d'enfant marquée X, un Cupidon marqué 52, un grand corps de pierre (1).((1) Voir Sainsbury. Op. cit., pp. 299-303.) A cette collection, venue d'Italie, il faudra ajouter, sans aucun doute, les 18 bustes d'empereurs envoyés de Bruxelles à Carleton, en 1616. Rubens ne garda pas longtemps cette collection précieuse. Voici ce que nous apprend son neveu dans la biographie de son oncle: «Lorsque Rubens était à Paris, pour placer les tableaux de la Galerie de Marie de Médicis et y mettre la dernière main, en 1625, il y rencontra le duc de Buckingham qui jouissait de la faveur la plus insigne auprès du roi d'Angleterre et du prince de Galles. Buckingham lui demanda de peindre son portrait et ne lui cacha pas son désir de voir s'apaiser les haines et les guerres qui s'étaient élevées entre le roi d'Espagne et celui d'Angleterre. »Rubens, de retour à Bruxelles, rapporta ce propos à l'archiduchesse Isabelle qui lui ordonna de cultiver ces bonnes dispositions du duc. Rubens n'y manqua point et le duc s'y prêta volontiers. Peu après, il envoya un de ses agents pour acheter les curiosités de Rubens, au prix de cent mille florins.» De Piles mentionne la vente de la collection de Rubens au duc de Buckingham en ces termes: «Le duc de Buckingham envoya, peu de temps après (avoir rencontré Rubens à Paris), un de ses domestiques à Anvers lui offrir cent mille florins de ses antiques et de la plûpart de ses tableaux, avec ordre de lui insinuer tout ce qui pourroit le résoudre à s'en défaire. Rubens s'apperçut aisément de la passion que le Duc avoit pour les belles choses, et se laissa vaincre au désir qu'il avoit de la satisfaire, à la charge néanmoins que pour se consoler de n'avoir plus son cabinet, où il avoit mis toutes ses affections, et qui lui avoit coûté tant de soins, il feroit mouler les figures de [192] marbre dont il se privoit, et qu'il rempliroit ainsi les mêmes places qu'occupoient les originaux. Quant aux endroits où étoient les tableaux qu'il avoit vendus, il les orna de ses ouvrages.» (1).((1) OEuvres de De Piles. Amsterdam et Leipzig, Arkstée et Merkus, 1767. IV, p. 370) J. B. Descamps, en rapportant le même fait, mentionne la somme de 60. 000 florins comme prix payé par le duc de Buckingham et nomme comme son agent Michel le Blond (2).((2) J. B. Descamps. La Vie des Peintres, Paris, C. A. Jombert. 1753. I, p. 302.) Dans sa lettre à Gerbier du 8 septembre 1627, Rubens nomme également Michel le Blond comme l'intermédiaire chargé par Buckingham de régler l'expédition des tableaux achetés par le duc (3).((3) Noel Sainsbury. Op. cit., p. 255.) Quant à la somme de la vente, elle est bien de cent mille florins. Dans l'inventaire des biens de la mortuaire d'Isabelle Brant, ce chiffre est mentionné expressément. Il y est dit: «Item il est à noter que le père de ces enfants, après la mort de leur mère, a vendu de la main à la main et le plus avantageusement qu'il lui a été possible, quelques tableaux, antiquités en marbre, agates et autres joyaux, pour la somme de cent mille florins, dont seize mille florins doivent être décomptés, à savoir six mille florins pour un tableau de la Résurrection des âmes bienheureuses, que le père s'était engagé à fournir au duc avec les autres tableaux et qui au moment du décès de la défunte n'était pas commencé, et les dix mille florins restant ont été absorbés par une libéralité promise à celui qui a apporté et fait conclure le marché avec le duc. Donc reçu net la somme de 84. 000 florins (4).»((4) Voir le texte original dans le Bulletin Rubens, IV, p. 159.) L'acquisition du duc de Buckingham comprenait non seulement des marbres, mais encore des tableaux de la main du maitre. Dans la lettre écrite par Rubens à Balthasar Gerbier, le 18 septembre 1627, nous lisons: «Les peintures de Mylord Duc sont entièrement prêtes; le mieux serait que vous chargiez Monsieur Le Blond de venir expressément jusqu'ici, s'il ne se présente pas d'autre occasion de faire ce voyage. Je les lui remettrai immédiatement et l'aiderai à obtenir libre passage d'ici, mais vous devriez écrire une lettre qui en fasse la demande.» (5).((5) Noel Sainsbury. Op. cit., p. 255-256.) Le duc de Buckingham voulut payer Rubens, en partie, sur l'argent dû par les villes du Pays-Bas à la Couronne d'Angleterre, mais Rubens fit difficulté d'accepter cet arrangement (6).((6) Id. p. 71: «The case had many yeares since bin resolved on and even when the late Duke of Buckingham had bought a greate deale of Sr Peter Rubens rarieties his designe was to gett an assignment on part of that debt wch Sr Peter Rubens made difficulty to accept.» (B. Gerbier au secrétaire Sir H. Vane, Bruxelles 25 août 1640.)) [193] Indépendamment des marbres obtenus en échange de Sir Dudley Carleton, Rubens possédait une collection plus ou moins considérable d'antiques qu'il avait rapportés d'Italie. Dans la préface du Sénèque de Juste Lipse de 1615, il est dit qu'il conservait entre autres un buste de Sénèque de cette provenance (1).((1) Alteram quam spectas effigiem (Senecae), e prototypo marmoreo idem Rubenius expressit: quod Roma allatum, in elegantissimo Museo suo asservat.) Certaines pièces de la collection de Rubens étaient fameuses parmi les connaisseurs de l'époque. Peiresc écrit à Gevartius, le 17 janvier 1620: «Je vouldrois bien pouvoir faire un voyage en ce païs là pour en avoir la veue (du cabinet de Rubens) et surtout de ces belles testes de Cicéron, de Sénèque et de Chrysippus, dont je luy desroberois possible un petit griffonnement sur du papier, s'il me le permettoit.» On ne saurait douter que Rubens ne reproduisît certains de ces marbres dans les dessins qu'il fit pour les graveurs des douze bustes de philosophes, de généraux et d'empereurs grecs et romains (OEuvre de Rubens, n° 1208 à 1219). Neuf de ces bustes portent la date de 1638; mais plusieurs planches de la série, notamment celles que Vorsterman signa, furent gravées, très probablement, vers 1620. Rubens conserva quelques marbres, mais quoiqu'on en ait dit, il ne paraît pas avoir reconstitué une collection de l'importance de celle qu'il vendit au duc de Buckingham. Seulement, il garda jusqu'à sa mort et continua à enrichir sa collection de médailles antiques et de pierres gravées. Dans l'inventaire de sa mortuaire, il est question d'un relevé fait par ordre des héritiers, comprenant tous ses tableaux, oeuvres d'art, antiquités, etc. Le 17 mars 1642, on les vendit publiquement; ils rapportèrent ensemble 52. 804 florins 12 1/2 sous (2).((2) Bulletin des Archives d'Anvers, t. II, p. 80.) Au sieur Van Opstal on vendit, pour la somme de 104 florins 13 sous, soixante trois livres d'ivoire provenant de la tour «où se trouvaient les antiquités du défunt (3).»((3) Ibid., t. II, p. 81.) Cette tour était, comme nous l'avons vu, la salle ronde éclairée par en haut, qui, avant 1627, était pleine de bustes, de statues antiques, de tableaux précieux, qu'il avait rapportés d'Italie, et d'autres choses fort rares et fort curieuses (4).((4) Voir plus haut, p. 157.) Là se trouvaient aussi ses pierres gravées ou agates et ses médailles qu'il légua à ses fils Albert et Nicolas. Dans le même inventaire, il est encore deux fois question d'antiquités, mais nulle part il n'est fait mention de statues ou de marbres antiques. Le catalogue de la vente des tableaux, faisant partie [194] de la succession de Rubens, n'énumère, en fait de marbres antiques, qu'un lot de «Aucunes belles testes antiques de marbre.» Il est donc à peu près certain que, à l'exception de ces bustes, Rubens vendit tous ses antiques au duc de Buckingham et n'en acquit plus après 1625. A la mort du duc de Buckingham, ses marbres passèrent à son fils aîné; ils furent séquestrés avec les biens du jeune duc, en 1649; une partie des tableaux seulement fut sauvée par lui et vendue à Anvers. Il rentra en possession de ses biens au rétablissement de Charles II. Nous ignorons ce que devinrent, dans les orages qu'eut à traverser leur propriétaire, les marbres dont il avait hérité et qui provenaient de Carleton.

CLXXXIII RUBENS A PIERRE VAN VEEN.(4 janvier 1619.)
[arrow up]

Molto Illusre Sigr mio Ossermo.
Parera forse strano à V. S. il ricever delle mie lettere doppo un si longo silençio perciò la supplico sia servita di considerare chio non son huomo che mi pasco del fumo de complimenti vani, i facero un simile giudicio dogni persona di valore. E fin adesso non mi è occorso altro che saluti è risaluti che sogliono portare gli amici di passagio. Ma per adesso io hò bisogno del consiglio di V. S. i vorrei instruttione come dovrei governarmi per impetrar un privilegio delle Ordini delle Unite Provincie per poter mandar in luce alcune stampe di rame che si sono intagliate in casa mia perchè non venghino copiate in quelle parti. Molti mi consigliono questo et io che sono ignaro i novo in queste cose vorrei il parer di V. S., sè questo privileggio sia necessario. Et si sarebbe de rispetto in quei paesi cosi liberi. Et che via bisognaria tener per impetrarlo et segli sarrebe una pretensione di molta difficolta. Mi favorisca di gratia di far mi parte del favor suo circa questo essendo io risoluto di governarmi apunto conforme al suo prudente giudicio.
I per fine baccio à V. S. con tutti il core le mani pregandoli del Sigr Idio un felicissmo novel anno.
Di Anversa alli 4 di Gennaro 1619,
Di V. Sigria molto IllusreServitor Affettmo

Pietro Pauolo Rubens.
[195] Adresse:Aen MijnheereMijnheere Pieter van VeenAdvocaet in 's Graeven Haghe.
Original à la Bibliothèque royale de Bruxelles. Publié et traduit par Henri Hymans dans le Bulletin de l'Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, 64e année, 3e série, tome 27, p. 181 et dans Lucas Vorsterman, p. 275.

TRADUCTION.RUBENS A PIERRE VAN VEEN.
[arrow up]

Très illustre et honoré Seigneur.
Il Vous paraîtra peut-être étrange de recevoir une lettre de moi après un si long silence, mais je Vous prie de vouloir bien considérer que je ne suis pas homme à me repaître de la fumée de vains compliments et j'estime qu'il en est de même de tout homme de valeur. Jusqu'ici, je n'ai reçu que les saluts et les resaluts qu'on adresse à des amis de passage. Mais pour l'heure, j'ai besoin de votre avis et je voudrais être renseigné sur la manière dont j'aurais à procéder pour obtenir un privilège des États des Provinces-Unies m'autorisant à mettre au jour quelques estampes sur cuivre qui ont été gravées dans ma maison, afin qu'elles ne fussent point copiées dans ces provinces. On me conseille de diverses parts d'agir de la sorte, et moi qui suis ignorant et novice en ces choses-là, je voudrais savoir si, à votre jugement, ce privilége est nécessaire, également s'il serait respecté dans ces provinces si libres. Je voudrais encore connaître la voie à suivre pour l'obtenir et si la chose serait de réalisation fort difficile. Faites-moi la faveur de me donner là-dessus votre avis. Je suis résolu à me comporter d'une manière absolument conforme à votre prudent conseil. .
Sur ce et de tout coeur, je baise les mains de V. S. et prie Dieu de lui accorder une heureuse nouvelle année.
D'Anvers, le 4 janvier 1619.
De Votre Seigneurie très illustrele serviteur affectionné

Pierre-Paul Rubens
Adresse: A Monsieur, Monsieur Pierre Van Veen, avocat à La Haye.

[196]
COMMENTAIRE.
[arrow up]

La présente lettre est la première d'une série de cinq lettres adressées à Pierre Van Veen et traitant du privilège que Rubens sollicitait des États de la Hollande pour les gravures d'après ses tableaux. Les autres lettres datent du 23 janvier 1619, du 11 mars 1620, du 30 avril 1622 et du 19 juin 1622. Les quatre premières lettres parurent dans une vente qui eut lieu le 12 décembre 1893, à Gand, et qui se composait d'objets provenant de la succession du peintre Isidore Van Imschoot. On ignore par quel hasard elles se sont égarées dans l'atelier de cet artiste inconnu, où personne ne soupçonnait leur existence avant que le catalogue de la vente ne vînt la révéler. Elles furent achetées par la Bibliothèque royale de Bruxelles au prix minime de 500 francs. La cinquième lettre appartient aux Archives de la ville d'Anvers qui l'acquit, en 1877, avec la collection de gravures anversoises de M. Édouard Terbruggen. On ne sait pas davantage comment elle était devenue la propriété de ce collectionneur. Le personnage auquel elles sont adressées est Pierre Van Veen, le frère du peintre Otto Vaenius, le dernier maître de Rubens. Il était avocat, conseiller et pensionnaire de la ville de La Haye et, dans ses moments perdus, s'occupait de peinture. Rubens a été en correspondance avec lui avant l'année 1619, comme le prouve le début de sa lettre; il lui écrit un des premiers jours de l'an, non pas pour lui adresser de vains saluts et souhaits, mais pour lui demander un avis dans une affaire importante. A l'époque où Rubens écrivait cette lettre, le plan avait mûri dans sa tête de faire graver ses oeuvres les plus importantes par des artistes choisis et formés par lui, travaillant sous sa direction et à ses frais. La conséquence nécessaire de ce projet fut pour l'artiste la nécessité de se prémunir contre les entreprises des copistes qui, non seulement auraient pu reproduire ses tableaux, mais encore les estampes gravées d'après ceux-ci. Le danger entrevu par Rubens n'était que trop réel; de son vivant et après sa mort quantité de planches, éditées par lui, furent reproduites par des mains inhabiles. Il s'adresse donc à un ami, jurisconsulte distingué, en grande faveur auprès des États de la Hollande, l'autorité souveraine en la matière, et lui demande conseil sur ce qu'il y a à faire pour obtenir le privilège qui le sauvegarderait contre les copistes. Van Veen satisfait à son désir et lui offre de faire les démarches nécessaires auprès des États, comme le prouve le début de la lettre de Rubens du 11 mars 1620. Malgré cette puissante intervention, les États repoussèrent la demande. Le 17 mai 1619, ils prirent la résolution suivante: La requête de Pierre [197] Rubens, peintre, demeurant à Anvers, sollicitant un privilège pour ses oeuvres avec défense de les imiter dans les Provinces Unies, est rejetée (1).((1) Opte requeste van Pieter Rubbens, woonende tot Antwerpen, schilder, versoeckende octroy op syne wercken met interdictie van dye nae te maecken in de Vereenichde Provincien, is des suppliants versoeck affgeslagen (Dodt van Flensburg. Archief voor Kerkelijke en Wereldsche Geschiedenissen. Utrecht 1848. VII, p. 65. — Henri Hymans. Histoire de la gravure dans l'École de Rubens, p. 119.)) Avant même que la nouvelle de cette décision lui fût parvenue, Rubens s'adressa à son éminent ami et protecteur Sir Dudley Carleton, ambassadeur anglais auprès des États de la Hollande, et obtint que lui aussi voulût bien s'entremettre dans cette affaire. Sa lettre du 28 mai prouve que cette intervention fut plus efficace que celle de Pierre Van Veen. En effet, dès le 8 juin 1619, une nouvelle requête, ayant été présentée par Pierre-Paul Rubens et recommandée par Monsieur Carleton, l'ambassadeur du roi d'Angleterre, tendant à obtenir l'autorisation de publier les estampes mentionnées dans la liste envoyée par lui, avec défense de les copier endéans un terme de dix ans dans les Pays-Bas, les États décidèrent que le réquérant leur fournira d'abord un exemplaire de chaque planche gravée pour qu'ils puissent juger en connaissance de cause (2).((2) Opt octroy dat Pieter Rubbens residerende binnen Antwerpen, versoeckt ende byden Heere Carleton Ambassadeur des Coninex van Brittanien gerecommandeert wordt, om te mogen laten uytgaen de plaeten ofte prenten, gemencionneert in de lyste by hem overgegeven, innehoudende verboth van deselve in de Vereenichde Nederlanden, binnen den tyt van thien jaeren naest commende te mogen naesnyden op seeckere peyne is verstaen dat den suppliant eerst sall aen Haer. Ho. Mo. presenteeren, van elcke plaete een affdruksel die hy van meeninge is te laten uytgaen, omdat gedaen ende gesien, daerna op des suppliants voors. versoeck ende recommandatie van den voors. Heer Ambassadeur gedisponeert te werden nae behooren. (Dodt van Flensburg. Op. cit., t. VII, p. 69. — Henri Hymans. Op. cit, p. 125.)) Le 24 février 1620, ils prennent la résolution de défendre, pour un terme de sept ans, à tout graveur ou aquafortiste habitant les Pays-Bas Unis, de copier les planches gravées ou qui seront gravées plus tard d'après les oeuvres de Rubens, sous peine de confiscation de la planche gravée et d'une amende de cent florins (3).((3) De Staaten Generaal der Vereenigde Nederlanden om goede consideratie Hare Hoog. Mog. moveerende, hebben verboden ende geinterdiceert alle een iegelyk ingezeten van de voorz. Vereenigde Nederlanden die zich met het plaetsnyden en etsen geneeren, de inventiën van Pieter Rubbens, schilder, hem ophoudende tot Antwerpen, in het koper gesneden en nog te snyden, daarvan hy de prenten aen H. H. Mog. sal hebben vertoont, binnen den tyt van seven jaren naetesnyden ofte etsen by de pene van de verbeurte van suleke naegesneden ofte geëtste prenten ende daerenboven vande somme van eenhondert caroli guldens. (Archives du royaume à La Haye. Résolutions des États-Généraux. H. Hymans. Op. cit., p. 126.)) Nous verrons plus loin que Rubens, ayant fait une semblable démarche auprès du roi de France, celui-ci lui accorda, le 3 juillet 1619, un privilège analogue pour ses états. [198] Les États-Généraux des Provinces Confédérées avaient déjà eu à s'occuper de la reproduction des oeuvres du maître. Un peintre de La Haye, Balthasar Flessiers, parfaitement inconnu aujourd'hui, avait adressé aux États la demande d'un octroi de six ans, pour l'exploitation d'une estampe représentant une jeune fille, Eva Fliegen, qui, depuis 17 ans, n'avait ni mangé ni bu «quelque aliment terrestre» et d'une autre estampe reproduisant un tableau, le Sacrifice d'Abraham, «de l'ingénieux et célèbre peintre M. Piedro Paolo Rubbens.» Dans la séance des États, du 29 octobre 1614, cette requête fut rejetée (1).((1) Opte requeste van monsieur Balthazar Flessiers, schilder alhier in den Hage, voorhebbende te laeten vuytgaen het affcontrefeytsel. by hem naer het leven gedaen van seeckere jonge dochter, tot Moers woonachtich, met name Eva Fliegen, die in den tyt van seventhien jaeren egeen aertsche spys ofte drank heeft genoten; item noch de Offerhande Abrahams van synen soon Isaac, geschildert by den vermaerden Mr Piedro Paolo Rubbens, versoeckende daertoe octroy voor sess jaren, met verboth dat nyemant de elve daerentusschen en sullen moegen naedrucken, is dit des suppliants versoeck affgeslagen. (Resolutie der Staten Generaal, 1614, October 29. Dodt van Flensburg. Archief enz., t. V., p. 360. — Kramm. De Levens en Werken der Hollandsche en Vlaamsche Kunstschilders, art. Flessiers.)) Aucun motif de rejet n'est indiqué; mais Flessiers, pas plus que Rubens, dans le même cas, ne voulut se résigner. Il adressa une nouvelle requête et, cette fois, il réussit: le 24 décembre 1614, il obtint son privilège (2).((2) Is Mr Balthasar Flessier, schilder alhier in den Hage, geaccordeert octroy omme voor den tyt van vier jaeren naestcommende alleene in de Vereen. Provinciën te moegen vuytgeven ende vercoopen het gecontrefeytsel, by hem naer het leven afgebeelt, van seecker dochter, woenachtig tot Moers, met name Eva Fliegen, die in den tyt van seventhien jaeren geenerley natuyrlycke spyse, noch dranck haeres levens onderhouden noodich, en heeft genooten. Item noch eene plaete van het Sacrificie des geloovigen ertzvaders Abraham van den konstrycken ende vermaerden schilder Mr Pieter Paul Rubbens geinventeert. (Resolutie der Staaten-Generaal, 24 december 1614. Dodt van Flensburg. Ibid. p. 361. — Kramm. Ibid.)) L'estampe d'après Rubens, dont il s'agit, est très probablement le Sacrifice d'Abraham (OEuvre de Rubens, n° 107), gravé par Abraham Stock, qui, à n'en pas douter, fut exécutée vers 1614 (3).((3) Voorhelm Schneevoogt. Ancien Testament, 25.) Voilà donc un privilège concédé sans intervention apparente de Rubens et en pays ennemi, car, malgré la trêve, les rapports entre les deux pays étaient tendus; l'on peut donc conjecturer, sans trop de hardiesse, que ce fait ait donné à réfléchir à Rubens et qu'il ait saisi ensuite la première occasion favorable d'y porter un remède énergique par la concession d'un privilège personnel.

[199]
CLXXXIV RUBENS A PIERRE VAN VEEN.(23 janvier 1619.)
[arrow up]

Molto Illusre Signr mio Ossermo.
Io resto con obligo grande à V. S. per la cortese offerta ch'ella mi fà di volermi favorire nella pretensione de privileggi. Et à dir il vero la corre pericolo desser presa alla parolla essendo io uno di quelli che guastano la cortesia col acçetar il tutto. Le stampe però non sono ancora in ordine di tutto punto et se fra tanto si potesse comminçiar à negociar sopra la relatione de suggietti in iscritto, mi parerebbe bene à proposito per guadagnar tempo con obligarmi di representar à suo tempo le stampe conformi a çio che primo sarebbe essibito. Ne mancarò di mantener tutto quello che V. S. haverà pagato, donato ò promesso al Sr Secretrio Arsens ò altri per questo rispetto. Per conto delli suggetti non potrà nascervi difficolta alcuna non toccando al stato in modo alcuno ma schietti senza ambiguità ò senso mistico, come V. S. vedra nella lista qui annessa. Ben vorrei a parlar chiaro con V. S. comprendervi alcuni che non saranno ancora in ordine fra qualque tempo per sciffar nove fatiche à raddopprar questa briga et perçio giudicarei meglior espediente de negoçiar in iscritto senza essibir essemplari inanzi tratto (se però questo modo sarà pratticabile che non vorrei esser impertinente) poiche li suggietti sono tutti vulgari senza alcun scrupulo per minimo che sia. Ben mi obligarò di mandar li essemplari à suo tempo tutti senza fallo. Et à dir il vero la maggior parte e ridotta à termino che ben presto potra venir in luce havrei ben voluto chel intagliator fosse riuscito piu esperto ad imitar ben il prototypo pur mi pare minor male di vederli fare in mia presenza per mano di un giovane ben intentionato che di gran valenthuomini secondo il lor capricçio. Aspettaro sopraçio risposta di V. S. con commodita sua. Et se per questa via non si potra ottinere la nostra intentione differerimo sin che possiamo esser pronti a far come si deve.
Fra tanto mi raccomando di vero core nella sua bona gratia pregandoli del cielo publicè et privatim ogni compytissima salute i
|| [200]
contentezza. Al signor de Gheyn ancora bacçiamo con ogni affetto le mani.
Di Anversa alli 23 di Gennaro 1619.
Di V. S. molto Illure servitor affettmo

Pietro Pauolo Rubens.
Una batailla trà Graeci et Amazoni.Loth che colla sua famiglia esçe di Sodoma.S. Francesco che riçeve i stigmati.Una natività di Christo.Una madonna col bambino Jesù, S. Giovannino i S. Joseph.Una madonna che col figlio Jesù i S. Juseppe torna d'Egitto.Alcuni rittrati d'huomini illustri in diversi modi.Una adoratione de Magi.Una nativita di Cristo.Una depositione di Cristo della Croce.Ove Cristo si alza in Croce.Martirio di S. Lorenzo.Cascata di Lucifero.Un pezzo delle Gesti d'Ignazio Loiola.Un altro di Xaverio.Una Susanna.Un S. Pietro che cava il statere fuori del pesce.Una favola di Leandro.
Adresse: Erentfeste Voorsinnighe Heer Discrete HeerMijnheere Pieter Van VeenAdvocaet ints Graven Haghe.
Original à la Bibliothèque royale de Bruxelles. Publié et traduit par Henri Hymans. Bulletin de l'Académie, loc. cit., p. 183. — Id. Lucas Vorsterman, p. 276.

TRADUCTION.RUBENS A PIERRE VAN VEEN.
[arrow up]

Très illustre et honoré Seigneur.
Je Vous suis bien obligé de l'offre courtoise que Vous me faites de me servir dans la sollicitation des privilèges. A vrai dire, Vous courez le risque [201] d'être pris au mot: je suis de ceux qui abusent de la courtoisie en acceptant tout. Les estampes, à proprement parler, ne sont pas encore entièrement à point, mais on pourrait toujours introduire l'affaire en spécifiant les sujets par écrit. Il me semblerait à propos, pour gagner du temps, de m'obliger à représenter au moment requis, les estampes conformes à ce que j'aurais annoncé. Je ne manquerai pas de tenir note de tout ce que Vous aurez payé, donné ou promis à Mr le secrétaire Arsens (1)((1) Corneille Van Aerssen, seigneur de Spijk, greffier des États Généraux (1543-1627).), ou à d'autres, à cette occasion. Pour ce qui regarde les sujets, il n'en pourra naître pour Vous aucune difficulté, car ils ne touchent d'aucune manière aux choses de l'État; ils sont fort simples et exempts de toute ambiguïté comme de sens mystique, ce que, d'ailleurs, Vous verrez par la liste ci-jointe. Je voudrais bien, je l'avoue, y comprendre quelques pièces qui ne seront prêtes que d'ici à un certain temps, pour éviter l'ennui de nouvelles démarches, et, pour ce motif, il me paraîtrait plus expédient de traiter par écrit sans montrer les exemplaires, avant la conclusion de l'affaire (si toutefois cette manière d'agir est possible, car je ne voudrais pas être impertinent) attendu que les sujets sont tous d'une portée courante, sans aucune équivoque quelque minime qu'elle soit. Je m'engagerai formellement à envoyer les épreuves en temps utile, toutes et sans faute aucune. La majeure partie est presqu'achevée et pourra bientôt voir le jour. J'ai tenu à ce que le graveur se montre scrupuleux à bien rendre le prototype, et je vois un moindre inconvénient à ce que le travail se fasse sous mes yeux par un jeune homme animé du désir de bien faire, que par de grands artistes procédant à leur fantaisie. J'attendrai à ce sujet la réponse de Votre Excellence au moment où il Lui conviendra de m'écrire. Et si de cette façon notre désir ne peut se réaliser, différons jusqu'à ce que nous soyons en mesure de faire les choses régulièrement. En attendant, je me recommande de tout coeur à vos bonnes grâces, priant le ciel de Vous donner publice et privatim santé parfaite et contentement.
Je baise encore affectueusement les mains à M. de Gheyn (2).((2) Jacques De Gheyn, le célèbre graveur, élève de Henri Goltzius.)
D'Anvers, le 23 janvier 1619.
De Votre Seigneurie illustrissime le dévoué serviteur

Pierre-Paul Rubens.
Une bataille entre Grecs et Amazones.Loth qui, avec sa famille, sort de Sodome.Saint François qui reçoit les stigmates.Une Nativité du Christ. [202] Une Madone avec l'Enfant Jésus, le petit Saint Jean et Saint Joseph.Une Madone, qui, avec son fils Jésus et Saint Joseph, retourne d'Égypte.Quelques portraits d'hommes illustres de diverses manières.Une Adoration des Mages.Une Nativité du Christ.Une Descente du Christ de la Croix.Où le Christ est élevé en Croix.Le Martyre de Saint Laurent.La Chute de Lucifer.Une Pièce des Actes d'Ignace de Loyola.Une autre de Xavier.Une Susanne.Un Saint Pierre qui extrait le statère du poisson.Une fable de Léandre.
Adresse: A l'honorable prudent et discret seigneur Monsieur Pierre Van Veen, avocat à La Haye.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Suite de la correspondance de Rubens avec Pierre Van Veen, au sujet du privilège de ses gravures dans les Provinces-Unies. Les gravures, pour lesquelles il demande le privilège, ne sont pas entièrement terminées; il en enverra des épreuves en temps utile; il y fait travailler, sous sa direction, un jeune artiste; en attendant il envoie la liste des sujets. Le jeune graveur désigné par Rubens est Luc Vorsterman, un des grands maîtres formés par Rubens pour traduire par le burin les produits de son pinceau. Luc Vorsterman naquit à Bommel, en Gueldre (Hollande), en l'année 1595. Le 18 août 1620, il obtint, à Anvers, le droit de bourgeoisie; la même année, il fut admis comme franc-maître à la Corporation de St Luc de la même ville. Il habitait Anvers depuis quelque temps déjà, comme la date de la présente lettre le prouve; le 9 avril 1619, il épousa, dans l'église paroissiale de Saint Georges, Anne Franckx, née à Anvers en 1596. Il avait fait son apprentissage en Hollande et son éminent biographe, dans l'étude richement documentée qu'il lui consacre, signale une gravure Le Repos en Égypte, d'après Baroche, signée par lui, qui parut au plus tard en 1607, lorsque l'artiste précoce n'avait que douze ans (1).((1) Henri Hymans. Lucas Vorsterman. Catalogue raisonné de son oeuvre précédé d'une notice sur la vie et les ouvrages du maître. Bruxelles. Bruylant Christophe, 1893.) Il appartient à l'école de Henri Goltzius [203] et occupe, parmi les nombreux burinistes de cette école, un premier rang. Parmi les oeuvres antérieures à son arrivée à Anvers, on compte une copie exacte de la suite de la Passion de Goltzius. Sous la direction de Rubens, son style se modifie et, comme tous les graveurs formés par le grand peintre, il devient un coloriste, faisant jouer au clair-obscur un rôle prépondérant dans ses reproductions, à la facture large et moelleuse, interprête fidèle, impregné du caractère distinctif du maître, en communion d'idées artistiques avec lui. Vorsterman doit avoir commencé à travailler avec Rubens dès l'année 1618. En 1620, neuf des estampes, produits de cette collaboration, sont publiées; ce sont Loth, sa femme et ses filles sortant de Sodome, Susanne et les Vieillards, deux Adorations des Bergers, l'Adoration des Rois, le Retour d'Égypte, la Descente de Croix, la Sainte Famille (la Vierge au berceau), Saint François d'Assise recevant les stigmates. De 1621 sont datées cinq autres pièces, l'Adoration des Rois en deux feuilles, le Denier de César, Saint Ignace de Loyola en prière devant un Crucifix, le Martyre de Saint Laurent, Saint Michel triomphant des Anges rebelles. Les autres années n'offrent plus que la Défaite des Amazones, datée de 1623, mais gravée dès l'année précédente, les frontispices des Annales de Haraeus, volume III et de la Kerckelycke Historie de Heribertus Rosweydus, figurant tous deux dans des livres de 1623. Il reste encore les bustes de Marcus Brutus et de Sénèque, datés de 1638, mais probablement exécutés à l'époque de la collaboration régulière avec le grand peintre. Vingt-cinq autres estampes non datées sont gravées par Vorsterman d'après Rubens: Job tourmenté par sa femme et par les diables, Saint Pierre trouvant dans le poisson le denier du tribut, l'Apparition des Anges aux Saintes Femmes au tombeau du Christ, la Vierge en prière devant l'Enfant endormi, la Sainte Famille (la Vierge, l'Enfant, Sainte Anne et Saint Joseph), Sainte Catherine, Sainte Marie Madeleine foulant aux pieds ses richesses, un Satyre pressant une grappe de raisins, deux bustes de Platon, le buste de Démocrite, Sénèque, Charles Quint, Maximilien d'Autriche, Cosme de Médicis, Laurent de Médicis, Léon X, Isabelle d'Este, Charles de Longueval, Sforza, six camées. Si, après 1621, la collaboration de Rubens et de Vorsterman est interrompue brusquement, il faut en chercher la cause dans un événement douloureux, la raison du graveur s'est momentanément éclipsée. Dans sa lettre à Pierre Van Veen du 22 juin 1622, Rubens atteste que c'est là le motif de l'interruption des travaux de Vorsterman. Dans son état maladif, ce dernier qui devait s'être brouillé avec Rubens, proféra des menaces contre lui et attenta même à sa vie. C'est ce qui résulte d'une requête adressée au Conseil privé de Sa Majesté par les amis de Rubens dont la teneur suit: [204] «Au chieff président du conseil privé de Sa Majesté. Certains zéleus du bien et repos publicq, résidens en la ville d'Anvers, à leur grand regret ont veu ces jours passez, que Pierre-Paulo Rubens, demeurant en icelle ville, personne douée de très-belles qualitez, oultre l'art de peindre qu'il possède avecq admiration de tout le monde, auroit le mesme temps couru grand hazard de sa vie, par les agressions d'un certain insolent, à jugement de plusieurs troublé d'esprit, ce que leur auroit occasionné d'implorer l'assistance du magistrat de ladicte ville à la conservation dudict Rubens, laquelle leur ayant esté refusée, ils prennent leur recours à Son Altèze et supplient Vostre Seigneurie qu'elle soit servie soubz le paraphe de sa main et signature de Sadicte Altèze faire despêcher lettres à ceux du magistrat de la ville d'Anvers, leur enchargeant bien expressément la protexion dudict Rubens, comme de personne de laquelle Son Altèze commande qu'on prenne particulier soing.» Donnant suite à cette requête l'Infante Isabelle adressa, sous la date du 29 avril 1622, l'ordonnance suivante: «A ceulx du magistrat d'Anvers, Isabel etc. Chers et bien amez, estant informez que Pierre-Paulo Rubens, nostre pensionnaire, auroit ces jours passé couru danger de sa personne par les agressions d'un sien malveillant, que l'on dit avoir juré sa mort, nous sommes occasionnez de vous faire ceste, afin que ne permettiez que luy soit faict aulcun tort ou préjudice, ains que donniez incontinent l'ordre qu'il convient pour son repos et assurance, et Dieu vous ait en sa saincte garde (1).»((1) Pinchart. Archives des Arts, etc., II, p. 173. — H. Hymans. Lucas Vorsterman, p. 30 et 31.) Ces attaques de Vorsterman contre Rubens paraissent s'être encore renouvelées puisque, sous la date du 26 août 1622, Peiresc écrit de Paris à Rubens que la veille le bruit avait couru là que son graveur avait failli l'assommer. Vorsterman, malade et brouillé avec Rubens, produisit les années suivantes quelques travaux secondaires et s'embarqua, en 1624, pour l'Angleterre. Il avait été appelé dans ce pays par Thomas Howard, comte d'Arundel et y travailla pour ce protecteur des arts, pour le roi, pour le duc de Buckingham et pour quelques autres seigneurs. Il revint à Anvers, en 1630, et de cette année jusqu'à 1632, il y travailla beaucoup pour Van Dyck. Il n'est pas certain qu'il ait encore reproduit une oeuvre de Rubens après 1622. On pourrait croire que le portrait du Comte de Longueval date de 1627 puisque, le 2 septembre de cette année, Rubens écrit à Dupuy qu'il espère pouvoir lui envoyer cette estampe, mais la preuve n'est pas concluante. Vorsterman avait dessiné la tête de cet homme de guerre et son dessin, que possède le British Museum, a servi de modèle à Rubens, mais Longueval mourut en 1621 et la gravure date proba [205] blement de cette année. Nous verrons en effet par une lettre du 19 août 1621, que Rubens fut chargé à cet époque de dessiner le cadre emblématique entourant le buste du défunt et de le faire graver en taille douce. Il n'y a pas lieu de douter que la gravure fut faite en 1621, avant la maladie de Vorsterman. Le passage de la lettre du 2 septembre 1627 doit se rapporter à l'envoi d'un exemplaire de l'estampe. Les années de sa collaboration avec Rubens et Van Dyck, forment l'époque brillante de la carrière artistique de Vorsterman. Dans les quarante deux dernières années de sa vie, ses travaux se font rares et à peu d'exceptions près sont secondaires. Il s'éteignit en 1675 dans la misère et reçut, dans ses dernières années le secours de la Corporation de Saint Luc. Il eut un fils, Luc Vorsterman le jeune, qui cultiva, mais avec bien moins de succès, l'art de son père. La liste des planches, que Rubens joignit à cette lettre, désigne comme devant être gravés par Vorsterman les tableaux suivants: Une Bataille entre Grecs et Amazones (la Bataille des Amazones. OEuvre de Rubens, n° 570. Hymans, Lucas Vorsterman, n° 92). Gravée par Vorsterman en six planches, datées du premier janvier 1623 et dédiées au célèbre amateur le Comte d'Arundel. Rubens peignit, au mois de juillet 1620, le portrait de la Comtesse d'Arundel et y ajouta après coup celui du comte sur le tableau que possède la Pinacothèque de Munich. Dans sa lettre du 19 juin 1622, à Pierre Van Veen, Rubens dit qu'il ne manquait plus que quelques jours de travail à la gravure, mais qu'il ne parvenait pas à l'arracher des mains de Vorsterman, quoiqu'elle fût payée depuis trois ans. La planche mentionne les privilèges du roi de France, des souverains de la Belgique et des États-Généraux de la Hollande. Loth quitte Sodome, gravé par Vorsterman (OEuvre de Rubens, n° 102. Hymans, Lucas Vorsterman, n° 1). La planche est datée de 1620 et mentionne les mêmes trois privilèges. Rubens la dédia à son beau-père Jean Brant. Saint François d'Assise recevant les Stigmates (OEuvre de Rubens, n° 414. Hymans, Lucas Vorsterman, n° 61). La planche est datée de 1620 et dédiée par Rubens aux frères Louis et Roger Clarisse, deux négociants anversois dont le père, Roger Clarisse, était natif de Lille. Il fut annobli par lettres patentes des archiducs en date du 30 avril 1614. Ces lettres disent que «le Rescribent a toujours prouvé de faire mesmement d'advancer à son possible le service de Dieu et de notre Sainte Religion en donnant toute addresse et assistence aux Pères Capucins à leur establissement audit Anvers et depuis à la fabrique de leur couvent maintenant achevé.» Il est probable que le tableau fut fait aux frais des frères Clarisse et offert par eux à l'église des Capucins à Cologne, où il s'est trouvé jusqu'à ce que cette église fût démolie; ensuite il passa au [206] musée de cette ville. L'église des Capucins d'Anvers, dont le père des Clarisse fut un grand bienfaiteur, possède une répétition du même tableau. Dans sa lettre du 19 juin 1622 à Pierre Van Veen, Rubens dit que la planche a été faite quelques années auparavant, qu'elle a été gravée un peu grossièrement et que c'était un premier essai. C'est donc probablement la première des planches gravées par Vorsterman sous la direction de Rubens. Une Nativité du Christ (l'Adoration des Bergers. OEuvre de Rubens, n° 168. Hymans, Lucas Vorsterman, n° 7). La planche est datée de 1620, dédiée à Pierre Van Veen et mentionne les trois privilèges. C'est en signe de reconnaissance des services rendus par Pierre Van Veen dans l'obtention du privilège des États Généraux que Rubens lui dédia cette gravure. Le tableau qui servit de modèle à la gravure, est une des prédelles de l'Adoration des Rois de l'église St Jean de Malines; il se trouve actuellement au Musée de Marseille. Une Madone avec l'Enfant Jésus, le petit Saint Jean et Saint Joseph (OEuvre de Rubens, n° 227. Hymans, Lucas Vorsterman, n° 44). La gravure est datée de 1620, elle est dédiée à Adrienne Perez, la femme de Nicolas Rockox, et mentionne les trois privilèges. Adrienne Perez étant morte le 22 septembre 1619, la dédicace constitue un hommage à sa mémoire. Une Madone qui, avec son fils Jésus et Saint Joseph, retourne d'Égypte (le Retour d'Égypte. OEuvre de Rubens, n° 182. Hymans, Lucas Vorsterman, n° 12). La gravure est datée de 1620, mentionne les trois privilèges et est dédiée à Jean Velasco, secrétaire du marquis Spinola. Quelques portraits d'hommes illustres de diverses manières (Douze bustes de Philosophes, de Généraux et d'Empereurs Grecs et Romains. OEuvre de Rubens, nos 1208-1219. Hymans, Lucas Vorsterman, nos 102, 103, 105, 106). Plusieurs pièces de cette série portent la date de 1638. La mention que Rubens fait de la série dans la présente lettre prouve, qu'en 1619, il songeait déjà à la faire graver et nous croyons qu'effectivement il fit reproduire, à cette époque, quelques-uns de ces bustes par Vorsterman. Il obtint le privilège pour les gravures du vivant de l'archiduc Albert, puisque les planches portent la mention des privilèges, non seulement de la France, des Provinces-Unies, mais aussi des souverains Belges. Une Adoration des Mages (OEuvre de Rubens, n° 162. Hymans, Lucas Vorsterman, n° 8). La planche est datée de 1620, mentionne les trois privilèges et est dédiée à l'archiduc Albert. Le tableau reproduit est le panneau central du triptyque l'Adoration des Rois, sur le maître-autel de l'église Saint Jean à Malines. Une Nativité du Christ (l'Adoration des Bergers. OEuvre de Rubens, n° 150. Hymans, Lucas Vorsterman, n° 6). La planche est datée de 1620, porte les trois [207] privilèges et est dédiée à Pierre Pecquius, chancelier du Brabant. La planche reproduit le tableau du Musée de Rouen, avec des modifications sensibles. Une Descente de Christ de la Croix (OEuvre de Rubens, n° 307. Hymans, Lucas Vorsterman, n° 34). La planche est datée de 1620, porte les trois privilèges et est dédiée en témoignage de gratitude et d'affection à Sir Dudley Carleton. A son grand admirateur et protecteur, Rubens dédie la reproduction de son plus fameux tableau. L'intervention dans l'affaire des privilèges ajoutait encore aux obligations de Rubens et la reconnaissance exprimée dans la dédicace se rapportait certainement à ce dernier service rendu par l'homme d'État à l'artiste. Où le Christ est élevé en Croix (l'Érection de la Croix. OEuvre de Rubens, n° 275). La mention de cette oeuvre prouve que Rubens, en 1619, se proposait de faire graver cette oeuvre capitale par Vorsterman. Il ne put donner suite à ce projet; le triptyque fut gravé par Witdoeck, en 1638. Le Martyre de Saint Laurent (OEuvre de Rubens, n° 468. Hymans, Lucas Vorsterman, n° 79). La planche est datée de 1621, porte les trois privilèges et est dédiée à Laurent Beyerlinck, chanoine de Notre-Dame et censeur de livres. La Chute de Lucifer (OEuvre de Rubens, n° 86. Hymans, Lucas Vorsterman, n° 84). L'estampe est datée de 1621, porte les trois privilèges et est dédiée à Philippe IV. Elle reproduit dans son ordonnance générale, un tableau fait pour le duc de Deux-Ponts-Neubourg Wolfgang-Guillaume et appartenant actuellement à la Pinacothèque de Munich, mais les différences entre la gravure et cette peinture sont si considérables, que Rubens doit avoir refait la composition en un dessin ou une grisaille qui servit de modèle à Vorsterman. Une pièce des actes d'Ignace de Loyola (les Miracles de Saint Ignace de Loyola. OEuvre de Rubens, n° 454). Le tableau, exécuté en 1619, ne fut pas gravé par Vorsterman, mais par Marinus. Une autre de Xavier (les Miracles de Saint François Xavier. OEuvre de Rubens, n° 432). Également fait en 1619 et gravé par Marinus. Une Susanne (Susanne et les Vieillards. OEuvre de Rubens, n° 132. Hymans, Lucas Vorsterman, n° 5). La planche est datée de 1620, porte les trois privilèges et est dédiée à Anne Roemers Visscher, la femme poète bien connue, la grande admiratrice de Rubens qui, en 1621, lui adressa des vers pour célébrer une de ses madones. Un Saint Pierre qui extrait le statère du poisson (OEuvre de Rubens, n° 262. Hymans, Lucas Vorsterman, n°, 14). Cette gravure est anonyme et non datée, elle porte les trois privilèges et a toujours été attribuée à Vorsterman. Le Fable de Léandre (Héro et Léandre. OEuvre de Rubens, n° 629). Ce tableau [208] n'a pas été gravé. Il a appartenu à Rembrandt et a été célébré par les vers de Jan Vos et de Vondel. Nous en connaissons des répétitions, mais l'original a disparu. Nous avons publié comme commentaire à la lettre du 4 janvier 1619, le privilège obtenu par Rubens des États Généraux des Provinces-Unies, le 24 janvier 1620; voici celui qu'il obtint, le 3 juillet 1619, du roi de France: «Louis par la grace de Dieu Roy de France et de Navarre, A nos amez et féaux les gens tenans nos cours de parlement de Paris, Tholouse, Rouen, Bordeaux, Dijon, Aix, Grenoble et Bretagne, Baillifs, Prévosts et Sénéschaux desds lieux, et à touts nos aultres officiers Salut. Nostre cher et bien aimé Pierre-Paul Rubens, l'un des peintres de ce siècle qui excelle le plus en son art nous a faict dire et remonstrer, que depuis longues années il s'est exercé à faire des ouvrages de peintures, si bien élabourez qu'ils sont aujourd'huy en grand prix parmy ceux qui en ont la cognoissance, Et qu'il a esté invité par ses amys de faire graver et imprimer en taille douce les desseigns des plus belles pièces qui sont sortiz de sa main, ce qu'il ne peult faire sans de grands fraiz et despens, dont il ne se pouroit iamais desdommager, s'il est permis à d'aultres graveurs et libraires que ceux qu'il pourroit choisir de graver, contrefaire et imprimer les mesmes desseigns, qu'il aura une fois mis au jour, pour à quoy obvier il nous a supplié très humblement de luy vouloir octroyer sur ce nos lettres de permission et privilège de faire graver et imprimer lesds desseigns, par tels graveurs, imprimeurs et libraires qu'il jugera les plus capables de s'en dignement acquitter, avec inhibitions et deffences, à touts aultres graveurs, imprimeurs et libraires de les contrefaire, graver, ni imprimer, sans son adveu et consentement, à peine de confiscation, et de telle amende qu'il nous plaira y establir. Sur quoy nous désirons que ledit Exposant ne soit frustré de ses travaux, diligence, frais et despens. Et voullans icelluy favorablement traicter et l'animer de faire tousjours de bien en mieux, Lui avons permis et permettons par ces présentes, de choisir et faire graver et imprimer par tels graveurs et imprimeurs que bon luy semblera, vendre et distribuer par tout nostre Royaume et terres de nostre obéissance le recueil de ces desseigns et peintures en toutes les formes et marges qu'il verra bon estre, pendant le temps et espace de dix ans consécutifs, à compter du jour et date que ledit recueil sera achevé d'imprimer, faisant pour cet effect très expresses inhibitons et deffences à touts graveurs, imprimeurs, libraires et aultres personnes de quelque qualité et condition qu'ils soient de graver et imprimer ou faire imprimer, vendre ni distribuer led. recueil, dans led. temps, sans le congé dud. exposant; sinon ceux qui auront esté imprimés de son adveu, et par tels graveurs et libraires qui auront esté par luy choisis, [209] déclarant dez à present, comme pour lors, touts les aultres exemplaires de quelque sorte ou manière qu'ils soyent ou puissent estre, acquiz et confisquez aud. Rubens, qu'il pourra faire saisir par officiers de justice en quelques lieux qu'ils soyent trouvez non obstant oppons ou apellations quelconques, et sans préjudice d'icelles, voulant en oultre que les contrevenans soyent condempnez en l'amende de mil livres dez à présent déclarée applicable, moictié à nous, et l'autre moictié audt exposant, et telle aultre arbitraire qu'il appartiendra, comme contrevenans et infracteurs de nostre vouloir et intention, et à touts les despens, dommages et intérests dudt exposant. Si vous mandons et à chascun de vous commettons endroict soy, si comme à luy appdra que de nostre présent privilège et permission, et de tout le contenu en iceluy, vous faictes et souffrez icceluy expant jouir et user plainement et paisiblement ensemble ceux qui auront de luy charge, et à ce faire souffrir et obéyr contraignez touts ceux qui pour ce seront à contraindre par toutes voies deues et raisonnables. En mettant par led. expant à la fin ou au commencement dudt recueil par un bref le contenu en nostre présent privilège, voulons qu'il soit tenu pour deuement signifié. Et à la charge que led. Rubens mettra deux exemplaires en blanc dud. recueil en nostre bibliothecque, aussy tost qu'il sera achevé d'imprimer à peine de deschéange du fruict de ce présent privilège. Car tel est nostre plaisir. Donné à nostre ville de Tours, le troise iour de Juillet l'an de grâce mil six cens dix noeuf, et de nostre régne le dixiesme (1).((1) Archives générales du Royaume à Bruxelles. Ancien conseil privé. Liasse 266. Le Comte. Patentes. Dépêches. Publié par: C. Ruelens. Bulletin Rubens, 1888, tome III, p, 193. — Henri Hymans. Lucas Vorsterman, Bruxelles, 1893, p. 224.) Par le Roy en son conseil Du Jardin.» Le 29. juillet suivant, les archiducs Albert et Isabelle lui accordèrent un privilège pour ses gravures valable, dans le duché de Brabant, pendant douze années (2).( (2) Albert ende Isabel Clara Eugenia, infante van Spagnien by der gratien Goidts, Eertshertogen van Oistenryc, hertoghen van Bourgoignen, van Lothrycke, van Brabant, van Limborch, van Luxemborgh ende van Gelre, Graven van Hausburgh, van Vlaenderen, van Arthois, van Bourgoigne, van Thirol, Palsgraven, ende van Henegouwe, van Hollant, van Zeelant, van Namen ende van Zutphen, Marcgraven des Heilights Ryckx van Roome, heere ende vrouwe van Vrieslant, van Salins, van Mechelen, van der Stadt en de landen van Utrecht, Overyssel ende Groeninghen, Onsen seer lieven ende getrouwen Cancellier ende lieden van onsen raede geordonneert in Brabant ende allen anderen onsen ende onser vasallen oft der smalre heeren, Rechteren, Justicieren, Officieren ende dienaren ons voorscreven landts van Brabant saluyt. Wy hebben ontfanghen die supplicatie van Petro-Paullo Rubens onsen schildere, inhoudende hoe dat hy van meyninge is eenighe stucken schilderyen van synder handt te laeten afbeelden ende snyden in coopere plaeten by alsulcken persoon oft persoonen als hy daertoe voor de bequaemste ende nutste sal achten ende verkiesen. Dan beduchtende als hy allen den arbeyt ende cost gedaen hadde andere hem stracx souden vervoorderen deselve stucken alsoo afgebeelt ende gesneden naer te contrefeyten ende snyden, d'welck soude strecken tot syns suppliants groote schade ende achterdeel mede van deghene die daertoe by hem zullen worden geemployeert, soo heeft ons die voors. seer ootmoedelyck gebeden om onse opene brieven van octroy in sulcken cas dienende. Waerom soo eest dat wy desen aengesien genegen wesende ter beden des voorscr. suppliants hebben den selven toegelaeten, geoirlooft, geconsenteert, ende gepermitteert, laeten toe, oirloven, consenteren ende permiteren by desen, Dat hy de voorscr. stucken schilderyen van synder handt gemaeckt sal moghen laeten afbeelden ende snyden in coopere plaeten by alsulcken persoon oft persoonen als hy daertoe voor de bequaemste ende nutste sal achten ende verkiesen, interdicerende ende verbiedende aen allen ende een yegelyck wye dat het soude mogen wesen die voorscreven stucken schilderyen alsoo afgebeelt ende gesneden in plaeten in twelf toecomende jaeren niet te moghen contrefeyten oft naersnyden noch doen oft laeten contrefeyten oft naersnyden in eenigher manieren geduerende den voorscr. tijd van twelf jaeren sonder expressen oorlove ende consent van hem suppliant op de pene ende confiscatie van deselve ende daerenboven t'incurreren in d'amende van dertig Rinsgulden by elcken van denghenen te verbeuren die de contrarie daeraf doen sal, want ons alsoo gelieft. Gegeven in onser stadt van Bruessele den negenentwintichsten dach der maendt van julio, int jaer ons heeren duysent sess hondert ende neghenthiene. Byde Eertshertogen in heuren Raede (1) Steenhuyse. (1) Archives générales du Royaume à Bruxelles. Ancien conseil privé. Liasse 266. Le Comte. Patentes. Dépêches. Publié par Ch. Ruelens. Bulletin Rubens, 1888, t. III, p. 195. — Henri Hymans. Lucas Vorsterman, 1893, p. 226. ) [210] Le 16 janvier 1620, les archiducs étendent ce privilège à tous les autres états de leur domination. Nous en donnons ici le texte: Lettres d'Octroy soubz la condition cy reprinse. Faict a Bruxelles, le XVIe de janvier 1620. A leurs Altèzes Sérénises. Remonstre très humblement Pierre-Paul Rubens peintre de vos Altèzes sérénisses comme il est d'intention de faire tailler en cuivre quelques tableaux tant ceux qu'il a desja faict de sa main que ceux qu'il pourroit faire doresen-avant, mais comme il craint que tout aussy tost qu'il y auroit employé beaucoup de peine, et faict grands despens, quelques aultres se vouldroient avancer de contrefaire et imiter lesd. tableaux ainsy coupez en cuivre à son grand préjudice, a ledit Remonstrant obtenu du conseil de vos Altèzes ordonné en Brabant lettres patentes de octroy in forma pour l'espace de douze ans, comme il a aussy obtenu le mesme octroy de la cour du Roy très crestien de France. Quoy attendu, et que ledit Remonstrant désireroit avoir le mesme octroy pour les autres pays de l'obéissance de Vos Altèzes, Supplie partant qu'icelles soient servies de lui accorder lesd. lettres patentes d'octroy, en vertu desquelles il sera permis audit Remonstrant de faire tailler en cuivre lesdits tableaux avecq deffences à tous et chascun que ce soit de les imiter ou faire imiter [211] en aucune façon ou de les induement contrefaits exposer en vente contre le sceu et gré dudit Remonstrant aux pays de l'obéissance de Vos Altèzes, et ce pour l'espace de douze ans prochainement venants, à peine de grosses amendes au proffit de Vos Altèzes sérénisses, ou aultrement in communi forma. Soubz condition toutefois avant les mettre en lumière, les faire visiter et approuver par le censeur ordinaire ou aultre à ce commis. Quoy faisant etc. Albert à tous ceux qui ces présentes verrons sçavoir faisons nous avoir receu l'humble supplication et requête de Pierre-Paul Rubens nostre peintre contenant qu'il seroit d'intention de faire tailler en cuivre quelques tableaux, tant ceux qu'il a desja faict de sa main, que ceux qu'il pourroit faire en après, mais comme il ne vouldroit ce faire sans nostre préalable congé et permission et qu'il craint que lorsqu'il y auroit employé beaucoup de peine, et faict grands despens, quelques aultres se vouldroient avancer de contrefaire et imiter lesd. tableaux ainsy coupez en cuivre à son grand préjudice. Il auroit pour à ce obvier obtenu de nostre conseil de Brabant lettres patentes d'octroy pour douze ans avec privilège comme aussi du Roy très chrestien pour tout le Royaulme et pays de France. Et comme il désireroit d'avoir semblable octroy pour les autres pays de nostre obéyssance, il nous a bien humblement supplié qu'il nous pleust luy accorder lade permission avecq privilège en forme accoustumée et luy en faire despecher de nos lettres patentes à ce nécessaires. Pour ce est-il que nous les choses susdes considérées inclinant favorablement à la supplication et requeste dudt Pierre-Paul Rubens suppliant, luy avons permis, consenti, octroyé et accordé, permettons, consentons, octroyons et accordons de grâce espéciale par ces patentes qu'il puist et pourra faire tailler en cuivre par tel que bon luy semblera les tableaux et peintures par luy jà faites et encore à faire en après et icelles vendre, et distribuer en, et par tous les pays, terres et seigneuries de nostre obéyssance, défendant bien expressément à tous ceux qui ce peut toucher et regarder de les imiter ou faire imiter en aucune façon ou iceux contrefaicts exposer en vente au desceu et contre le gré dudit Remonstrant dans le pays de nostre obéyssance et ce pour l'espace de douze ans prochainement venants, à peine de confiscation de tout ce qui aura esté contrefaict et rendu au contraire et en outre de trente florins d'amende paiables à nostre prouffit par celluy qui contreviendra à ce que dessous. Bien entendu toutesfois qu'avant pouvoir mettre lesdts tableaux et peintures en lumière, le suppliant sera tenu les faire visiter, et approuver par le censeur ordinaire ou aultre qui sera à ce commis. Ordonnons en mandement etc. (1).»((1) Archives générales du Royaume à Bruxelles. Ancien Conseil privé. Liasse 266. Le Comte. Patentes. Dépêches. Publié par Ch. Ruelens. Bulletin Rubens, 1888, t. III, p. 190. — Henri Hymans. Lucas Vorsterman, 1893, p. 225.) [212] En 1630, le roi Philippe IV accorda à Rubens un privilège pour ses gravures valable pour douze ans dans tous les pays de l'obéissance du roi d'Espagne. Ce privilège étant expiré le 15 janvier 1642, le roi accorda aux héritiers du peintre, en date du 22 mars 1644, un privilège semblable valable également pour douze années, dont voici le texte: «Philippe, etc. A tous ceulx qui ces présentes verront, salut. Receu avons l'humble supplication et requeste des vefve et héritiers de feu Pierre-Paul Rubens, contenant qu'il auroit obtenu de nous octroy pour faire tailler en cuivre les tableaux et peintures par luy piéça faites, pour le terme de douze ans; et comme iceulx sont expirez le 15me janvier 1642, ilz ont supplié très humblement qu'il nous pleust faire renouveller ledict octroy pour autres douze ans, et ce doiz l'expiration d'iceluy; pour ce est-il que nous, ce que dessus considéré, inclinons favorablement à la supplication et requeste desdicts vefve et héritiers de Pierre-Paul Rubens, supplians, leur avons permis, consenty, octroyé et accordé, permettons, consentons, octroyons et accordons, de grâce espéciale, par ces présentes, qu'ilz puissent et pourront faire tailler en cuivre, par telz que bon leur semblera, les tableaux et painctures faites par ledict Pierre-Paul Pubens, et icelles vendre et distribuer en et par tous les pays, terres et seigneuries de nostre obéyssance; défendans bien expressément à tous ceulx que ce peult toucher et regarder de les imiter ou faire imiter en aucune façon, ou, iceux contrefaictz, exposer en vente au desceu et contre le gré des remonstrants, èsdicts pays de nostre obéyssance, et ce pour l'espace de douze ans à commencer avoir cours à l'expiration de l'octroy précédent, à peine de confiscation de tout ce qu'aurat été contrefait et vendu au contraire, et en outre de XXX florins d'amende païable à nostre proffit par celuy qui contreviendra à ce que dessus, bien entendu toutesfois qu'avant pouvoir mettre lesdits tableaux et painctures en lumière lesdicts supplians seront tenuz les faire visiter et approuver par le censeur ordinaire ou aultre qui sera à ce commis, etc.» En marge: «Faict à Bruxelles le 22 de Mars 1644 (1).»((1) Archives générales du Royaume à Bruxelles. Archives du Conseil privé, liasse aux patentes dépêchées par Berty en 1643. Publié par Pinchart. Archives des Arts, des Sciences et des Lettres, 1881, t. III, p. 215. — Henri Hymans. Lucas Vorsterman, 1893, p. 228.)

[213]
CLXXXV P. P. RUBENS A P. DE VISCHERE.(27 avril 1619.)
[arrow up]

Monsieur.
J'ay receu par Monsieur Annoni la vraye mesure du tableauw que je doy faire pour Monsieur larchiducq Leopoldo et aussy la toile est toute preste pour commencer l'ouvrage que sera bien tost, si le Sr Dieu me donne vie et santé. J'employerey tout ce petit talent d'industrie que j'ay au monde pour faire chose agréable à un prince d'une telle qualité de quoy vous pourrés asseurer ce cavaglier qui se trouve de part de son Altesse à Brusseles. J'espère, que l'ouvrage sarat achevé de tout point pour l'espace de deux mois et s'il sera possible de faire plus tost, le manquement ne sera de ma part. Mais il fault considérer que est besoing que les peintures se sèchent deux ou trois foix avant qu'on les puisse réduire à perfection.
Cependant je baise bien humblement les mains à Vostre Sérénité avecques très bonne affection d'estre tousjoursMonsieurVostre tres affectioné serviteu
r
Pietro Pauolo Rubens.
Anvers ce 27 d'Avrill 1619.
(Au dos:)A Monsieur Monsieur P. De Vischere Chevalier et Conseiller de S. A. Bruxelles. Cito Cito Cito.
Original: Innsbrück. Kk. Statthalterei-Archiv. A. VIII. Copie communiquée par le Dr Schönherr, archiviste Imp. et R. d'Innsbrück.

[214]
CLXXXVI P. DE VISCHERE A L'ARCHIDUC LÉOPOLD.(4 mai 1619.)
[arrow up]

Was der Petro Paulo Rubens wegen des durch den von Falckenstain mir angedeutten gemähls geschriben, geruhen dieselbe aus nebengehndem seinem schreiben gnedigst zue vernemen. Ich soll und will an fleissiger sollicitatur nichts erwinden lassen, damit dasselbe bald und wohl verfertigt werde, und wenn es fertig Euer hochfürstlichen Durchlaucht underthenigst avisiren
(Au dos:)Dem hochwuhrdigisten durchleuchtigisten etc. Leopoldo etc.
Autographe. Innsbrück. Ambras Acten, IX, p. 353. Copie communiquée par le Dr Schönherr, archiviste Imp. et R. d'Innsbrück. — Publié en forme narrative dans Jahrbuch der Kunsthistorischen Sammlungen des Allerhöchsten Kaiserhauses, Band XVII, p. LXXIX.

TRADUCTION.P. DE VISCHERE A L'ARCHIDUC LEOPOLD.
[arrow up]

Je Vous prie de voir, par la lettre ci-jointe, ce que Pierre-Paul Rubens m'a écrit au sujet du tableau que Falckenstein m'a indiqué. Je ne négligerai aucune démarche pour le faire terminer le plus tôt et le mieux possible et dès qu'il sera prêt, j'en donnerai avis à Votre Altesse
Au dos: A son Altesse Sénérissime l'Archiduc Léopold.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

L'archiduc Léopold, auquel sont adressées les deux lettres précédentes, naquit le 5 octobre 1586 et mourut le 17 septembre 1632. Il était fils de l'archiduc Charles de Styrie et fut nommé évêque de Passau, en 1605, et en outre évêque de Strasbourg, en 1607. En 1609, il fut envoyé par l'empereur Rodolphe II comme administrateur dans les duchés de Clèves et de Juliers, mis sous séquestre. Il s'empara de la ville de Juliers, mais ne réussit pas à se maintenir dans ces pays. Après la mort de son cousin Maximilien, en [215] 1618, il obtint le duché de Tyrol. En 1622, le comté de Glatz et, en 1627, le marcgraviat de Burgau furent ajoutés à ses possessions. Il prit part à de nombreuses guerres; en 1619, il défendit Vienne contre Mathias de Thurn; en 1621, il combattit les Grisons favorables au protestantisme et, en 1622, il eut le commandement de l'armée qui fut envoyée en Alsace contre le comte de Mansfeld. En 1626, il renonça à ses évêchés pour épouser Claudia de Médicis. Pierre De Vischere était son agent à Bruxelles. Nous ignorons de quel tableau il s'agit dans ces deux lettres, probablement il était destiné par le prélat à une église de ses évêchés. Nous ne savons même pas s'il fut exécuté en 1619. Il se pourrait bien que ce fût la même oeuvre dont J. B. Bertoldo, un autre agent de l'archiduc Léopold, écrivit à son maître, sous la date du 28 août 1626, qu'il aurait soin de la faire exécuter par Rubens.

CLXXXVII RUBENS A SIR DUDLEY CARLETON.(28 mai 1619.)
[arrow up]

Excellentissmo Sigre.
Non mi sono ingannato di un punto credendo V. E. esser quella sola, che possa colla sua destrezza condur ad effetto li negocij altrite impossibili. Certo che fu opportuna la cacçia de tanti animali formidabili chella diede à quei Sigri si come ancora la pescagione delli apostoli che da vero sono riusciti per noi piscatores hominum, come V. E. argutamente mi accenna ne mi par strano poiche tutte le cose sono di maggior efficazia sotto il suo proprio clima. In effetto senza questi mezzi s'otteneva niente, benche la raggione allegata delli sigri stati chio non fossi lor suddito ne residente nelli lor stati, non è de tal consideratione chaltri Principi o Republicq. l'habbiano giamai allegata parendo loro giusto di provedere che li loro sudditi non faççiano torto o danno ad altra persona, con invasione delle altrui fatiche. Oltra chè tutti li potentati ben che dissidenti tra de loro in maggior cose sogliono esser d'accordo nel favorire i protegere le virtu, scientie et artî, almeno il doverebbono fare. La specificatione della mia pretensione ho mandato a quel amico che ne dara a V. E. puntualissima relatione. Fra tanto supplico V. E. [216] sia servita di tener la mano a limpresa sin alla sua intiera perfettione et per fine li baccio le mani con mille ringraziamenti por la stima e grande affetto ch'ella dimostra verso di me che certo desiderarei de esser de qualq. valore per poter servire V. Ea cô maggior gusto suo e mio.
Di Anversa alli 28 di Maggio 1619.
Di voa Eccellenzahumillissmo Servitore

Pietro Pauolo Rubens.
Sole accader spesso nelle congregationi de molti chessendosi resi favorevoli uno ad uno molti di quelli Sigri nulladimeno riuniti poi tutti insieme facessero tutto il contrario delle loro promesse particolari, perçio supplico V. E. sia servita di considerar bene colla solita sua prudenza se la nostra pretensione non corra pericolo d'intoppar di novo nella medesima repulsa et se potesse presagire tal cosa ancor che ambuigamente la prego di rompere subito la prattica, senza far altra instanza non già perchio sia mutato di pensiero ne chio stimassi poco dottener questa gratia, mà por altri gran rispetti non mi conviene d'esser importuno a sollicitarla. Et di novo baccio a V. E. li mani.
Adresse: Al Eccelentissmo Sige et Patron mio Colendmo il Sige Dudley Carlethon Ambasciatore del Sermo Re della gran Britannia nella Haija.
Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Holland 131. Publié par Noel Sainsbury. Op. cit., p. 248. Traduction anglaise. Ibid., p. 47. — Rosenberg. Rubensbriefe, p. 54. — M. A. Hedouin. Gazette des Beaux-Arts, VII, p. 150.

TRADUCTION.RUBENS A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Excellence.
Je ne me suis pas trompé d'un seul point en croyant que vous étiez la seule personne dont l'habileté pût conduire à bonne fin des négociations impossibles à terminer d'une autre manière. Certainement qu'elle a été opportune la chasse de tant d'animaux formidables que vous avez donnée à ces Seigneurs, ainsi que la pêche de ces apôtres qui ont vraiment réussi à être pour nous des pêcheurs d'hommes, comme Votre Exc. me le fait observer spirituellement et comme il me paraît assez plausible, parce que c'est sous [217] son propre climat que chaque chose opère le plus efficacement. En effet, sans ces moyens, on n'eut rien obtenu: la raison alléguée par Messeigneurs les États: «que je ne suis ni leur sujet ni un résident sur leur territoire, » ne doit pas être prise en grande considération, car elle n'a jamais été alléguée par d'autres princes ou gouvernements; à tous ceux-ci il a paru juste d'empêcher que leurs sujets ne fassent tort ou dommage à leur prochain en enlevant à celui-ci le fruit de son travail. Tous les souverains, bien que très divisés entr'eux quant aux choses majeures, ont cependant coutume d'être d'accord pour protéger ou favoriser les talents, les sciences et les arts; tout au moins désireraient-ils l'être. J'ai envoyé la spécification de ma requête à un ami qui en donnera à V. E. une relation très exacte. En attendant, je supplie V. E. de vouloir bien tenir la main à l'entreprise, jusqu'à ce qu'elle soit arrivée à son entière perfection. En terminant, je vous baise les mains avec mille remerciments pour l'estime et la grande affection que vous me témoignez, et je serais vraiment heureux de valoir quelque chose afin de pouvoir servir V. E. pour sa plus grande satisfaction comme pour la mienne.
D'Anvers, le 28 mai 1618.
De Votre Excellencele très humble Serviteur

Pierre-Paul Rubens.
Il arrive souvent dans les assemblées nombreuses qu'après s'être individuellement montrés favorables à une chose, un grand nombre de ces seigneurs étant réunis, fassent tous ensemble le contraire de ce qu'ils ont promis chacun en particulier. C'est pourquoi, je supplie V. E. de daigner examiner, avec sa prudence habituelle, si notre demande ne court pas le risque de se heurter de nouveau au même refus. Si l'on pouvait prévoir même vaguement qu'il en serait ainsi, je prierais V. E. de rompre immédiatement la négociation, sans faire d'autres instances, non pas que j'aie changé d'idée ou que je fasse peu de cas de la faveur demandée, mais parce que, pour de hautes considérations, il ne me convient pas d'être importun dans mes sollicitations. De nouveau, je baise les mains à V. E.
Adresse: A Son Excellence Sir Dudley Carleton, mon très honoré protecteur, ambassadeur de Sa Majesté le roi de la Grande Bretagne à La Haye.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Cette lettre se rapporte encore au privilège sollicité des États Généraux de la Hollande par Rubens pour ses gravures. Les États Généraux n'ont pas exprimé le motif qui leur fit rejeter la requête de Rubens. Le peintre nous [218] le fait connaître dans cette lettre: il n'était ni leur sujet ni domicilié sur leur territoire. Il cherche à refuter cette doctrine et fournit ainsi des documents à Carleton pour les faire changer d'avis. Celui-ci réussit comme nous l'avons vu. Rubens dit qu'il avait envoyé à Sir Dudley Carleton deux gravures faites d'après ses tableaux une Chasse d'animaux formidables et la Pêche des Apôtres. Monsieur Henri Hymans croit que les deux estampes sont gravées par Soutman et représentent, la première, la Pêche miraculeuse (Voorhelm Schneevoogt, n° 140) et la seconde la Chasse au Lion et la Lionne (Voorhelm Schneevoogt, suites 31, n° 3). C'est possible. Je crois cependant qu'il est plus probable que les gravures désignées sont la grande Pêche miraculeuse (Voorhelm Schneevoogt, n° 141) et la Chasse aux Lions (Voorhelm Schneevoogt, n° 31I), tous deux par Schelte à Bolswert. Les deux feuilles forment des pièces capitales dans l'OEuvre de Rubens et sont de dignes pendants. La grande Pêche miraculeuse de Schelte à Bolswert, a pour inscription le texte de l'Évangile: «Ait ad Simonem Jesus: Noli timere: ex hoc jam homines eris capiens.» C'est de ces mots que Carleton doit avoir tiré l'allusion aux piscatores hominum que Rubens rappelle dans sa lettre. Cette estampe parut avec les privilèges du roi de France, des princes belges et des États Généraux de la Hollande. Les princes belges désignant Albert et Isabelle, c'est donc avant la mort de l'archiduc (13 juillet 1621), qu'elle a été publiée. La Chasse aux Lions est dédiée à Alexandre de Croy, mort en 1624, elle est donc également une des plus anciennes estampes gravées par Schelte à Bolswert pour Rubens. En disant que la Pêche miraculeuse a si bien réussi à capter les hommes dans les Pays-Bas, «parce que sous son propre climat chaque chose opère le plus efficacement, » Rubens fait allusion à la similitude existante entre le métier des apôtres et celui des nombreux Hollandais vivant de la pêche. Il est un passage de la lettre dont nous croyons devoir dire un mot. C'est la fin du post-scriptum dans laquelle Rubens dit qu'il ne lui convient pas pour de hautes considérations de trop insister sur l'obtention de son privilège. Quelles sont ces hautes considérations? Il est probable que Rubens, peintre des souverains de son pays, bien vu à la Cour, ne voulut point solliciter avec trop d'insistance une sorte de faveur d'un gouvernement étranger avec lequel les rapports étaient assez tendus. Cette demande impliquait la reconnaissance de la légitimité des pouvoirs des États Généraux: la faire agréer comme tendant à faire reconnaître un simple droit était un acte sans conséquence; y appuyer comme s'il s'agissait d'obtenir une faveur marquée, c'était contracter des obligations envers le gouvernement considéré à Bruxelles comme illégitime: c'est ce que Rubens voulait éviter.

[219]
CLXXXVIII HENRY KILLIGREW A SIR DUDLEY CARLETON.(8 juin 1619.)
[arrow up]

My Lord.
I have bine with Rubens and left the measure of the picture with hime, he asures me that when he sees your pickture he will furnishe you with moderne pieces of his hand to your Lordships full contente

Hen. Killigrew
. Brussels 8 june 1619.
Original: Londres, Public Record Office. Communiqué par M. Noel Sainsbury.

TRADUCTION.HENRY KILLIGREW A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Mylord.
Je suis allé chez Rubens et lui ai laissé la mesure du tableau. Il m'assure qu'après avoir vu la peinture, il vous donnera en échange des tableaux de sa main à votre entière satisfaction

Hen. Killigrew.
Bruxelles, 8 juin 1619.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Le tableau dont il s'agit ici était une Création par le Bassan, appartenant à Lord Danvers qui désirait l'échanger contre des tableaux de la main de Rubens. Sir Dudley Carleton servit d'intermédiaire entre le seigneur anglais et l'artiste anversois et fit ainsi ce que maintefois il avait fait pour d'autres collectionneurs anglais qu'il aida dans leurs achats et recherches sur le continent.

[220]
CLXXXIXLORD DANVERS A SIR DUDLEY CARLETON.(12 juillet 1619.)
[arrow up]

My Lo.
And now lett me also no less thankfully acknoledge yr Lo: carefull remembrance of my picture, wch accordinge to Rubens ' letter is delivered Mr Lock to be sent to Antwerp. I see thear hath bine valew inough sett upon the owld peece, and in exchaynge on singular is much better then divers indifferent, the story or severall desighnes I leave to yr Lo: choyse and remayne.
Yr Lo: trew frend to serve you

H. Danvers.
Cornbury Parke, 12 July 1619.
Publié par Noel Sainsbury. Op. cit., p. 48.

TRADUCTION.LORD DANVERS A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Mylord.
Et maintenant laissez moi aussi exprimer à Votre Seigneurie une égale reconnaissance de ce qu'elle se soit occupée de mon tableau qui, conformément à la lettre de Rubens, a été remis à M. Locke pour être envoyé à Anvers. Je vois qu'on reconnaît une assez grande valeur à cette ancienne pièce. Dans l'échange, il vaut mieux prendre un seul tableau de valeur que plusieurs de peu d'importance. Je vous laisse le choix de l'histoire ou des idées à représenter et reste
Votre fidèle ami à votre service

H. Danvers.
Cornbury Parke, le 12 juillet 1619.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Lord Henri Danvers, le second fils de John Danvers, chevalier, et de Lady Elisabeth, fille et co-héritière de Nevil, lord Latimer, naquit à Dantsey, [221] dans le comté de Wilts, en 1573, et servit aux Pays-Bas sous Maurice de Nassau, fils du Taciturne, et en France, sous Henri IV, qui le nomma chevalier, Il fut Lieutenant of Horse et Serjeant-Major dans l'armée d'Irlande sous Robert, comte d'Essex, et sous Charles, baron de Mountjoy. Le roi Jacques I le créa baron Danvers de Dantsey, en juillet 1603, lord président de Munster et gouverneur de Guernsey. Le premier septembre 1615, Trumbull écrit que Lord Danvers se trouve parmi les prisonniers détenus à Bruxelles et traités avec beaucoup de sévérité. Le roi Charles I le créa comte de Danby en février 1626, conseiller privé en juillet 1628, et chevalier de la Jarretière. Il mourut en 1644. Thomas Locke était conservateur des archives du Conseil et beaucoup de minutes de ce corps sont écrites de sa main.

CXC THOMAS LOCKE A SIR DUDLEY CARLETON.(17 juillet 1619.)
[arrow up]

Right Honoble.
My humble duty remembered unto yor Lp I have receaved answere of my lettres from my Lo. Danvers, and he hath given order for the sending of that peece to Antwerp. I have seen it, there must be a great deale of care used in the packing of it, wch will not be without some charge, for there must be a frame of boords of the bignes of the peece, & some soft substance put betwixt. I knowe not whether his Lp have given order for the disbursimr of that wch it shall cost if he have not, I will lay it out & see that it shalbe carefully don, when I send it I will consigne it by a lettre unto Rubens in yr Lps name, referring him to yr Lp for the disposing of it, I thinck I shall have oportunitie to send it this next weeke. My Lo. Danvers referreth him to yr Lp, saying that you know his mind and desires therein, the peece is much fretted and peeled alreadie in diverse places
Yr Lps Servant

W. Locke.
17 July 1619.
[222] Adresse: To the right hoble Sr Dudley Carleton Kt Lo: Ambr for his Matie of great Britanie wth the States of the United Provincesat the Hagh.
Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Holland 132. Publié par Noel Sainsbury. Op. cit., p. 48.

TRADUCTION.THOMAS LOCKE A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Très honorable.
J'ai reçu de Lord Danvers une réponse à mes lettres; il a donné l'ordre d'envoyer cette pièce à Anvers. Je l'ai vue: il faudra que l'on mette beaucoup de soin à l'emballer, ce qui ne se fera point sans quelques frais; car on devra faire une construction en planches de l'épaisseur de la pièce en interposant entre elles quelque substance moelleuse. Je ne sais pas si V. S. a donné des ordres relativement au débours à faire pour ces dépenses, sinon j'avancerai la somme. Je veillerai à ce que tout soit bien exécuté et, en faisant l'envoi, je l'accompagnerai d'une lettre à Rubens au nom de Y. S. à laquelle Rubens s'en référera pour disposer de l'objet. Je crois que j'aurai l'occasion d'envoyer celui-ci la semaine prochaine. Mylord Danvers s'en réfère à Y. S., il dit que Vous connaissez son idée et ses désirs en cette affaire. La pièce a beaucoup souffert par le frottement et pèle déjà à différentes places.
Votre serviteur

Th. Locke.
17 juillet 1619
Adresse: Au très honorable Sir Dudley Carleton, chevalier, lord ambassadeur pour Sa Majesté le roi de la Grande Bretagne auprès des États des Provinces-Unies à La Haye.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

L'endroit d'où la lettre est envoyé n'est pas indiqué. C'est probablement Westminster, d'où Locke date sa lettre du 18 septembre suivant.

[223]
CXCI P. P. RUBENS A PAUL GROË.( 27 juillet 1619. )
[arrow up]

Hoc age quod agis.
Viro clarissimo Paullo Groe omnium elegantiarum admiratori hanc obsequii et amicitiae syngrapham. Petrus Paullus Rubeniusmanu sua L. M. inscripsit.
Antverpiae XXVII die Julij MDCXIX.

TRADUCTION.P. P. RUBENS A PAUL GROË.
[arrow up]

Occupe-toi de ce dont tu t'occupes.
A l'honorable Paul Groe, amateur de toutes les belles choses, en témoignage de son dévouement et de son amitié.Pierre-Paul Rubensa offert cet autographe.
Anvers, le 27 juillet 1619.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Cet autographe se trouve dans un album amicorum appartenant au British Museum (Bibl. Egerton, 238. Press 519 A). L'album a été formé par Paul Groë (Grohé?) de Nuremberg et renferme des feuillets signés par plusieurs savants hollandais. Rubens est le seul artiste qui y figure. Son autographe se trouve placé entre ceux de Petrus Scriverius et de Joannes Meursius de Leyde. L'amateur ne nous est pas autrement connu.

[224]
CXCII THOMAS LOCKE A SIR DUDLEY CARLETON.(31 juillet 1619.)
[arrow up]

The picture of the Creation wilbe sent this weeke. Will. Dieston hath promised to see it convayed, he goeth over with Mr Trumbull.
31 juillet 1619.
Publié par Noel Sainsbury. Op. cit., p. 48. Note.

TRADUCTION.THOMAS LOCKE A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Le tableau de la Création sera expédié cette semaine. Guillaume Dieston a promis de surveiller le transport. Il fait le trajet avec Mr Trumbull.
31 juillet 1619.

CXCIIILORD DANVERS A SIR DUDLEY CARLETON.(7 août 1619.)
[arrow up]

My Lo:
Now the picture of the Creation is gone to Ruben, geve me leave to accept against soum such of his workes, as ar made to be sett at great distance for our roumes ar littell in this cold cuntrye of England, and pleasinge peeces to stand ten fowte hye sutes best wth our clime, even such an on as yr Lo: Daniell wth thoes bewtifull lions in the den would well satisfye my desire, and now I have sayed for that matter.
Yr Lo: most assured to serve you

H. Danvers
. Hatton-House, 7th August 1619.
Publié par Noel Sainsbury. Op. cit., p. 49.

[225]
TRADUCTION.LORD DANVERS A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Mylord.
Maintenant que le tableau de la Création est allé chez Rubens, permettez-moi de vous recommander de ne prendre aucun de ses ouvrages faits pour être placés à une grande distance, parce que nos appartements sont petits dans cette froide contrée d'Angleterre, et des tableaux agréables, placés à dix pieds de haut, conviennent le mieux à notre climat. Les tableaux semblables à celui de Votre Seigneurie, Daniel dans la fosse au milieu de ces beaux lions, satisferaient parfaitement mon désir.
Et maintenant assez sur ce sujetDe Votre Seigneurie, le dévoué serviteur

H. Danvers.
Hatton-House, 7 août 1619.

CXCIV THOMAS LOCKE A SIR DUDLEY CARLETON.(18 septembre 1619.)
[arrow up]

My humble duty remembred unto Yor LpThe picture was much galed and fretted before it was sent from hence, wch(they said heere that knewe it) was done when it came over first wth the salt water, but now there could no water nor any thing else corne to it, to hurt it, if it came thither as it went from hence
Yr Lps faythfull servant

Th. Locke.
Westm. 18 Sept. 1619.
Adresse: To the right hoble Sr Dudley Carleton Kt Ld Ambr for his Mtie of great Britanie wth the States of the United Provincesat the Hagh.
Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Holland 133. Publié par Noel Sainsbury. Op. cit., p. 49.

[226]
TRADUCTION.THOMAS LOCKE A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Je me recommande aux bonnes grâces de Votre SeigneurieAvant d'être expédié d'ici, le tableau était fort écorché et frotté; ce qui a été occasionné d'abord, comme ils disent le savoir ici, par l'eau de mer lors de son arrivée; mais à présent, ni l'eau ni rien d'autre ne peut lui faire du mal, s'il revient ici comme il est parti
De Votre Seigneurie, le fidèle serviteu
r
Th. Locke.
Westminster, le 18 septembre 1619.
Adresse: Au très honorable Sir Dudley Carleton, chevalier, lord ambassadeur de Sa Majesté le roi de la Grande Bretagne, auprès des États des Provinces-Unies, à La Haye.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

En 1616, le tableau de la Création avait été expédié du continent à Lord Danvers par Sir Dudley Carleton. Aussitôt après l'avoir reçu, son nouveau propriétaire le trouva trop encombrant et pria Carleton de le troquer et de lui fournir en échange des objets de curiosité (1).((1) Noel Sainsbury. Op. cit., p. 351.) Carleton, connaissant le goût de Rubens pour les oeuvres d'art, aura suggéré à Lord Danvers d'entamer la négociation à laquelle se rapportent les présentes lettres.

[227]
(11 octobre 1619.) CXCV RUBENS AU DUC WOLFGANG-GUILLAUME DE BAVIÈRE.
[arrow up]

Ho visto il dissegno del Altare per santo Michele, il quale mi par bello e buono, eccetto che mi par essorbitante quella altezza di proportion dupla verso la largezza. E perçiò mi par soverchio di ciascuna parte quel mezzo pilastro esteriore che occupa fuor di proposito rispetto la gran penuria di sito un pede e mezzo di spacio, il quale si potrebbe aggiungere alla pittura, che con questo poco daiuto riuscirebbe molto più proportionata. E ben vero che quelli pilastri non farebbono mal effetto, ansi archirebbono lopera senza tal strettezza di loco. Et perche Vostra Altezza Serenissima che potra sopra cio farmi saper la volunta sua. Per conto del suggetto di. santo Michele, egli e bellissimo e difficillimo e perçio mi dubito che difficilmente si trovara fra li mei discepoli alcun sufficiente di metterlo bene in opera ancorche col mio dissegno; in ogni modo sara necessario chio lo retocchi ben bene di mia mano propria. Non mancaro di far tener linventario a Vostra Altezza di quel studio del defunto Ducca d'Aerschot, ma per esser il padre a quest' hora assente, non posso haverlo adesso, ma subito al suo ritorno procurerò d'haverlo quantoprima. Altro non ho per adesso si no di baciar a Vostra Altezza Serenissima con humilissima riverenza le mani supplicando di volermi mantenere nella sua buona gracia..
D'Anversa allo 11 d'Ottobre 1619.
Di Vostra Altezza Serenissimadevotissimo et humilissimo servitore

Pietro Pauolo Rubens
Li due quadri per li altari collaterali sono ambidue di gia molto avanzati, di maniera che non ci manca si non l'ultimo finimento, che penso colla gratia divina di darli ben presto et. con, quella maggior accuratezza, che mi sara possibile.
Original: Publié par Harless, dans Archiv für die Geschichte des Niederrheins, t. VI, p. 192. Cologne, 1867. — Rosenberg. Rubensbriefe, p. 55.

[228]
TRADUCTION.RUBENS AU DUC WOLFGANG-GUILLAUMEDE BAVIÈRE.
[arrow up]

J'ai vu le dessin de l'autel consacré à St Michel; je le trouve beau et bon, excepté que je trouve exorbitante la hauteur en proportion double de la largeur. C'est pourquoi je trouve inutile aussi ce demi-pilastre qui, de chaque coté, en forme l'extérieur et occupe hors de propos, dans la superficie déjà très réduite, un pied et demi d'espace qui pourrait s'adjoindre au champ du tableau, lequel, par cette faible addition, acquerrait une proportion beaucoup meilleure. Il est vrai que ces pilastres ne feraient pas mauvais effet et rendraient l'oeuvre plus riche, si ce n'était cette étroitesse de la place. Votre Altesse Sérénissime me fera savoir sa volonté à cet égard. Pour ce qui regarde le sujet de St Michel il est très beau, mais d'une haute difficulté, aussi je doute fort de trouver parmi mes élèves quelqu'un qui soit capable de le mettre en oeuvre, même d'après un dessin de moi: de toute façon, il sera nécessaire de le retoucher fortement de ma main. Je ne manquerai pas de faire tenir à Votre Altesse l'inventaire du cabinet de feu le duc d'Arschot; mais à cause de l'absence du père, je ne puis l'avoir en ce moment; dès qu'il sera de retour, je ferai en sorte de l'obtenir de suite. Il ne me reste plus qu'à baiser les mains de V. A. avec le plus grand respect et en la suppliant de me maintenir en ses bonnes grâces..
D'Anvers, le 11 octobre 1619.
De Votre Altesse Sérénissime Le très dévoué et très humble serviteur

Pierre-Paul Rubens
Les deux tableaux pour les autels collatéraux sont tous deux fort avancés; il n'y manque plus que le dernier achèvement; j'espère avec la grâce divine, Vous les livrer bientôt; j'y mettrai toute l'activité possible.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Wolfgang-Guillaume, comte palatin, duc de Bavière, de Deux-Ponts et de Neubourg, naquit, le 25 octobre 1578, de Philippe-Louis et d'Anne de Juliers. En 1614, il succéda à son père qui était luthérien; lui-même avait embrassé le catholicisme. Son père lui avait transmis ses prétentions aux [229] duchés de Berg, Juliers et Clèves, dans lesquelles il avait pour concurrent entre autres l'électeur de Brandebourg Jean-Sigismond. Pour terminer à l'amiable leur différend, il lui demanda la main de sa fille qui lui fut accordée. A la suite d'une querelle entre les deux princes, leur bonne entente fut rompue et le mariage n'eut pas lieu. En 1628, Wolfgang-Guillaume conclut un nouvel accord avec George-Guillaume, fils et successeur de Jean-Sigismond. Ils se brouillèrent de nouveau et se reconcilièrent en 1651. Le duc de Neubourg mourut le 20 mars 1653. Il avait épousé en premières noces, en 1613, Madeleine, fille de Guillaume, duc de Bavière; en secondes noces, en 1631, Catherine-Charlotte, fille de Jean II, duc de Deux-Ponts et en troisièmes noces, en 1651, Marie-Françoise, fille d'Egon de Furstenberg. Après sa conversion au catholicisme, il déploya un véritable zèle de néophyte. Dans la ville de Neubourg, il rendit toutes les églises au culte catholique et y fonda une église des Jésuites qui fut consacrée le 21 octobre 1618. Ce fut pour cette église que Rubens peignit les deux tableaux mentionnés dans les lettres suivantes. Le tableau de St Michel, dont il est question dans la présente lettre, fut peint d'après Michel et Adolphe Rosenberg pour l'église paroissiale de Neubourg; Sandrart dit qu'il ornait le maître-autel de l'église de Hemau dans le Neubourg palatin. L'affirmation de ce dernier auteur, qui a été à même de voir l'oeuvre à sa place primitive, ne saurait être infirmée par celle des deux auteurs postérieurs qui tiennent leurs renseignements de seconde main. L'auteur du Catalogue officiel de la Pinacothèque de Munich dit que probablement il se trouvait sur le maître-autel de l'église des Jésuites. Cette hypothèse n'est guère admissible, puisque cette même église possédait dans le Grand Jugement dernier un tableau représentant un sujet analogue. Le tableau se trouve actuellement à la Pinacothèque de Munich (OEuvre de Rubens, n° 86). Ce ne fut pas le premier retable commandé par le duc de Neubourg à Rubens. La lettre du 7 décembre 1619 prouvera que, moins de deux mois après qu'il parle du projet du St Michel, il avait terminé une Nativité du Christ et une Descente du Saint Esprit. Dans la liste des tableaux offerts à Carleton en échange de ses marbres, on voit que Rubens avait déjà fourni à cette époque le Grand Jugement dernier, qui ornait le maitre-autel de l'église des Jésuites (OEuvre de Rubens, n° 89). Voilà donc quatre grands tableaux exécutés par Rubens pour Wolfgang-Guillaume, pendant les six premières années du règne de ce prince. Nous ne savons pas exactement comment Wolfgang-Guillaume apprit à connaître Rubens et entra en relations avec lui, mais il est permis de conjecturer comment la chose se passa. Dans la contestation entre les divers prétendants aux duchés de Berg, Juliers et Clèves, l'empereur Rudolphe II fit prendre possession [230] par les troupes impériales de la ville de Juliers. Le duc de Brandebourg et le duc de Neubourg, qui occupaient en commun la plus grande partie du territoire contesté, s'emparèrent, en 1610, de la ville de Juliers et en chassèrent les impériaux. Trois ans plus tard, le duc de Brandebourg, à son tour, expulsa les troupes du duc de Neubourg et resta seul maître de la ville. Les Provinces-Unies de la Hollande embrassèrent le parti du duc de Brandebourg et tentèrent un coup de main sur Dusseldorf, une possession du duc de Neubourg. L'empereur Mathias chargea alors l'archiduc Albert de mettre ordre à cet état de choses. Le marquis de Spinola, à la tête des troupes des archiducs, marcha contre Aix-la-Chapelle, s'en empara ainsi que de Wesel et de Duren et accomplit sa mission en rétablissant dans le duché la situation telle qu'elle était avant 1610 (1).((1) Aubertus Miraeus. De Vita Alberti. Antv., Plantin, 1622, p. 55.) Ce fut là un signalé service rendu par l'archiduc Albert à Wolfgang-Guillaume et celui-ci vint, sans aucun doute, rendre visite aux archiducs à Bruxelles. Dans leur entourage, ou bien, au cours de son voyage dans les Pays-Bas espagnols, en passant par Anvers, il doit avoir appris à connaître Rubens. Ceci se passait peu de temps avant la commande des tableaux pour Neubourg, vers 1616, croyons-nous, et les relations du peintre avec le duc de Neubourg se prolongèrent encore quelque temps. Wolfgang-Guillaume resta fidèle à l'amitié vouée aux archiducs. Lors du siège de Bréda, en 1625, en revenant d'un voyage en Espagne, il alla voir les travaux du siège de Bréda entrepris par les troupes de l'archiduchesse. Il y resta jusqu'à la prise de la ville et accompagna le marquis de Spinola lorsque celui-ci rentra en vainqueur à Anvers (2).((2) Herman Hugo. Le siège de la ville de Bréda. Anvers. Plantin, 1631, pp. 131 et 158.) Le «père» dont l'absence empêche Rubens d'envoyer l'inventaire du cabinet du duc d'Arschot au duc Wolfgang-Guillaume, doit être le père jésuite André Schott qui avait fourni le texte de la description de ce cabinet, publiée par Jacques de Bie, en 1617, et qui aura probablement rédigé l'inventaire dont il est question ici. Les deux tableaux des autels collatéraux sont la Nativité du Christ et la Descente du Saint Esprit qui étaient destinés à l'église des Jésuites de Neubourg et dont il sera question plus explicitement dans la lettre du 7 décembre suivant.

[231]
CXCVI PEIRESC A GEVAERTS.(25 octobre 1619.)
[arrow up]

Monsieur,
Au retour de la Cour, on m'a rapporté le privilège que vous m'aviez demandé pour M. P° P° Rubens, vostre grand amy, je le vous envoye maintenant, et vous supplie de me continuer l'honneur de vos bonnes grâces, et me mettre en celles de Mr Rubens dont j'estime grandement l'éminante vertu.On m'a dict qu'il a grand nombre de belles antiquitez: s'il avoit un inventaire de ce qu'il a, vous m'obligeriez bien de m'en envoyer une coppie. M. Aleandro m'escript tout fraischement de Rome que vos vers sur les feux de la St Jean (1)((1) En marge: IGNES FESTIVI.), ont esté si admirez dans Rome qu'ils ont couru universellement entre les mains de tous ceulx qui en pouvoient avoir du goust. Et m'en a faict des remerciements nompareils avec un peu de recommandation pour vous, dont je me descharge, vous conjurant de luy escrire un mot à vostre commodité et de vous souvenir de ce que vous avez promis.
Monsieur, àVostre très humble et affectionné serviteur

de Peiresc.
Depuis vous avoir escript, il est arrivé un malheur. Mon homme faisant le pacquet, pensant coupper le seul carton dont il le couvroit pour le conserver pendant le voyage d'icy là, a esté si beste de coupper le parchemin tout quantequand le carton dont la fin de la lettre se trouve un peu intéressée. Et m'ayant confessé la faulte, j'ay faict retenir une coppie du privilège, la quelle je feray sceller de rechef, si ce n'est que M. Rubens se contente de celle-cy telle qu'elle est, dont j'attendray vostre advis, car avec un peu de colle de bouche, il y a encor quelque remède à ce malheur. Cependant vous verrez pour le moings cet acte de ma diligence. Vous aurez sceu la délivrance de M. le Prince advenue samedy dernier.
Adresse: A Monsieur Gevartius à Brusselles.Recommandé à M. le R. P. André Schottus de la Compaignie de Jésus.
[232] Original à Bruxelles. Bibliothèque royale, Département des Manuscrits, n° 5989, f° 104 (Correspondance de Gevaerts). Publié par M. Gachet (Les 8 premières lignes) Lettre I.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Des relations de Peiresc et de Gevaerts sont sorties celles de Peiresc et de Rubens. A ce titre, il n'est pas inutile de donner ici, comme documents introductifs, les lettres de Peiresc à Gevaerts, antérieures à l'entrée du peintre dans ce trio d'amis. Elles ne sont pas nombreuses: tout ce qui s'est conservé de la correspondance du secrétaire de la ville d'Anvers avec le conseiller du parlement de Provence, se réduit à quinze lettres autographes de celui-ci (1).((1) Correspondance de Gevartius. Mss. 5988-5990. 3 v. f° à la Bibliothèque royale de Bruxelles.) La plus ancienne en date est du 1r octobre 1617 et consiste en un billet de quelques lignes écrit à Paris, où tous deux se trouvaient en ce moment. Monsieur, Enfin je trouvay chez luy le personage que vous m'aviez recommandé, il me dict que si vous aviez la patience d'attendre son retour, l'affaire estoit faicte, et qu'il vous donnoit toute satisfaction, voire qu'il vous eut volontiers mené maintenant sans que l'un de ses amys l'a prié de le mener en ce voyage. Je voulois vous aller voir pour vous en dire les particu-laritez, mais j'en ay esté destourné, à mon grand regret, vous suppliant de faire estat de moy, comme, Monsieur, de Votre très humble serviteur Peiresc. Paris 1 octobre 1617. Monsieur, si vous m'envoyez le supplément des feuilles de voz Electes depuis 5, en bas, j'ay moyen de les envoyer à Rome, pourveu que vous me les envoyiez demain devant 10 heures du matin. Il en fauldroit 2 exemplaires. Et si dans le mesrrie temps vous pouviez escrire au Sr Aléandre, vous l'obligeriez grandement, et moy par mesme moyen. Je crois que vous aurez sceu que Barnaveld eut la teste tranchée il y eut hier 8 jours (2) ((2) Barnevelt fut exécuté le 13 mai 1619. Ce billet est donc du 22 mai. Peiresc et Gevaerts se trouvaient à Paris.) dans l'estan de la Haye sur un eschaffault dressé pour cet effect. Et que Mr Grottius n'a esté que banny, avec les aultres complices prétendus. Je vous donne le bonsoir et suis, Monsieur Votre trez humble serviteur de Peiresc. (Paris 22 mai 1619.) Barnaveld eust 23 juges (3).((3) Original: Bibliothèque royale de Bruxelles. Lettres de Gevartius 5989, f° 103.) [ID00253] [ID00254] [233] Monsieur, je porte avec un extrême regret vostre indisposition, et encore plus le peu de moyen que j'ay de vous y servir en aucune chose que par mes voeux à Dieu, que je faicts de tout mon coeur pour vostre guérison. Je feray vos excuses à M. Aleander, et quand vous vous porterez bien et que vous escrirez à Mr Bellangé, vous m'obligerez de luy faire mes recommandations et remerciements bien humbles de sa courtoisie. Si vostre indisposition ne vous eust empesché maintenant je vous eusse prié volontiers de me prester vostre Histoire d'Emundus Dinterus, pour y passer par dessus tandis que nous avons un peu de loisir, mais nous attendrons vostre convalescence. Cependant si vous me jugez propre à vous rendre aulcun service, ne faictes aulcune difficulté de me commander absolument, comme Vostre très humble serviteur de Peiresc. Paris 5 Août 1619 (1).((1) Original: Ibid. f° 102.) Monsieur, je pense que à mesure que vostre homme m'a apporté vostre livre dont je vous remercie trez humblement et que je vous rendray bien tost, s'il plaist à Dieu, je pense que mon homme doibve estre chez vous où je l'avois envoyé pour sçavoir de nouvelles du progrez de vostre santé. J'ai esté bien aise de voir que vous vous remettiez peu à peu ne regrettant que le peu de moyen que j'ay de vous servir et de contribuer ce que je desirerois à vostre entière guarison, comme estant de tout mon coeur, Monsieur, Vostre très humble serviteur de Peiresc. Paris 6 Aout 1619 (2).((2) Original: Ibid. f° 103.) La personalité de Peiresc est trop connue pour que nous ne croyions superflu d'entrer dans beaucoup de détails sur cet homme éminent, qui joua un rôle si considérable dans le monde des savants et des artistes du commencement du XVIIe siècle. Ses relations avec Rubens furent assidues pendant plus de dix ans; dans la Correspondance de Rubens, pour autant qu'elle nous a été conservée, les lettres adressées à Peiresc ou reçues de lui, forment la série la plus considérable et la plus intéressante. Traçons en peu de mots le cours d'une vie si noblement rempli. Nicolas-Claude Fabri de Peiresc naquit à Beaugensier, en Provence, le premier décembre 1580. Sa famille était illustre dans la contrée et son père était conseiller à la Cour des aides d'Aix. Il étudia dans divers collèges de [234] France et, ses humanités terminées, il fut envoyé à Padoue pour y étudier le droit. Il passa plus de trois années en Italie, s'occupant plus d'archéologie et de numismatique que de l'étude de la jurisprudence. Il continua son droit à Montpellier et, après l'avoir terminé, il visita successivement Paris, l'Angleterre et la Hollande, liant des rapports avec les savants du pays qu'il traversait, les charmant par son esprit et par la profondeur de ses connaissances. Un oncle se démit en sa faveur de sa charge de conseiller au Parlement d'Aix que Peiresc accepta et conserva le reste de sa vie. En 1618, Louis XIII lui accorda le bénéfice de l'abbaye de Guistre, au diocèse de Bordeaux, pour l'encourager dans ses multiples études et lui permit de conserver ses fonctions de conseiller. Peiresc ne vécut que pour la science et les beaux-arts. Il s'occupait d'histoire ancienne et moderne, d'archéologie, de botanique, de zoologie, d'astronomie, de philosophie. Il collectionnait des médailles et des monnaies, des antiquités de tout genre, des manuscrits et des livres dans toutes les langues et sur tous les sujets, des plantes rares et des animaux exotiques; il entretenait une correspondance suivie avec des savants de tous les pays, assistait de ses conseils et de ses dons tous les chercheurs du monde. Il avait à ses gages un graveur, un sculpteur, un relieur et un copiste. Sa maison était un musée; sur le toit s'élevait un observatoire; son jardin botanique était fameux; il faisait voyager en Europe et en Orient pour recueillir des oeuvres d'art, des objets et des renseignements d'intérêt scientifique. Il mourut le 24 juin 1637. Après sa mort, on trouva plus de dix mille lettres adressées au défunt par les savants et les artistes de France, d'Italie, d'Angleterre, d'Allemagne et des Pays-Bas. La plupart furent détruites par sa nièce qui s'en servit pour allumer le feu ou pour se faire des papillottes. Cependant, il resta deux volumes de lettres écrites à Peiresc et six in-folio de minutes de lettres écrites par lui en français ou en italien. Ce qui s'est conservé de cette immense correspondance se trouve, en majeure partie, dans la bibliothèque de la ville de Carpentras et à Paris, dans la bibliothèque nationale; à Aix, dans la Collection Mazaugues appartenant à la bibliothèque de Méjanes, se trouvent 12 volumes in-folio de copies et d'extraits des lettres; à Rome, au palais Barberini, se trouvent les lettres écrites à Aléandre. Non seulement les lettres échangées entre Peiresc et Rubens offrent un grand intérêt pour l'histoire de ce dernier, mais bien d'autres parties de la correspondance de Peiresc ont de l'importance parce qu'elles renferment des détails concernant Rubens. Les relations de Peiresc et de Rubens datent de 1619, comme cette lettre en fait foi. Gevaerts avait demandé à Peiresc d'intervenir pour obtenir le privilège pour les gravures de Rubens. Peiresc qui avait appris à connaître [235] la valeur artistique de Rubens et avait entendu parler de sa collection d'antiquités, entra en relations avec le peintre anversois, par l'intermédiaire de Gevaerts. La correspondance entre Rubens et le savant provençal commence à partir de l'année 1620 et se poursuit jusqu'à la mort de Peiresc; c'est surtout pendant les années que l'artiste travailla à la Galerie de Marie de Médicis (1622 à 1625) qu'elle fut active. Après ce temps, elle se ralentit et Rubens s'adressa plus ordinairement à Valavès, le frère de Peiresc, et à Pierre Dupuy qui, pour ainsi dire, servit d'intermédiaire entre Peiresc et lui. Rubens ne fit la connaissance personnelle de Peiresc qu'en 1622, lorsqu'il le rencontra à Paris. Les lettres adressées par Rubens à Peiresc ont été publiées pour la première fois par Emile Gachet, d'après une copie prise par Gachard à Paris et à Aix. M. Ruelens, dans les voyages qu'il fit en France, en 1881 et en 1882, augmenta considérablement les matériaux que le premier éditeur avait réunis et fit transcrire, non seulement les lettres adressées par Peiresc à Rubens, mais encore nombre de celles dans lesquelles les divers correspondants de Peiresc parlent de l'artiste anversois. Gevartius (Janus-Casperius) ou Gevaerts (Jean-Gaspard) fut un des amis intimes de Rubens dans les vingt dernières années de la vie du peintre. Il naquit à Anvers, le 6 août 1593, de Jean Gevaerts, jurisconsulte, et de Cornélie Aerts; il fit ses études au Collège des Jésuites de sa ville natale et à l'Université de Louvain. Il se rendit en Hollande où il fut attaché à Benjamin Aubery, ambassadeur du roi de France près des États-Généraux. Il s'y lia avec plusieurs philologues savants et y écrivit des études sur les Sylvoe de Stace, son poète favori, qu'il fit paraître en 1616 à Leyde, sous le titre de Papinianoe lectiones. L'année suivante, il se rendit à Paris où il devint l'ami et l'hôte du président Henri de Mesmes. Il y débuta par la pièce de vers sur la statue de Henri IV, dont nous avons eu l'occasion de parler. D'autres poésies suivirent en 1618 et en 1619, ainsi qu'un livre de critique philologique intitulé Electa. Les curateurs de l'Université de Paris lui offrirent la place de professeur d'histoire, mais il préféra rentrer dans sa patrie. Il s'y trouvait en octobre 1619, comme le prouve la lettre que l'on vient de lire. En 1620, il se rendit à Louvain pour étudier la jurisprudence; en 1621, il reçut à Douai le titre de docteur en droit honoris causa. Le 7 septembre de la même année, il fut nommé greffier de la ville d'Anvers; il occupa cette charge jusqu'en 1662; il mourut le 23 mars 1666. Dans ses loisirs, il fit des commentaires sur les Pensées de Marc Aurèle et sur un poème de Claudien. Il fut l'auteur ordinaire des inscriptions latines [236] qui figuraient sur les arcs de triomphe et autres décors érigés par la ville lors de l'entrée des princes et dans d'autres solennités. Il composa également les inscriptions latines, en vers ou en prose, pour nombre de portraits gravés et d'autres estampes. La plus célèbre publication de ce genre est la description de l'Entrée du Cardinal-infant Ferdinand à Anvers, en 1635, qui servit de texte au superbe livre: Pompa introitus Ferdinandi, publié par Jean Meursius, en 1642, et qui est illustré des gravures par Van Thulden, d'après les arcs de triomphe composés par Rubens (OEuvre de Rubens, n° 772 à 790). Il fit encore pour des oeuvres de Rubens l'inscription en vers latins du portrait du comte-duc d'Olivarez (OEuvre de Rubens, n° 1011) et celle du portrait de Nicolas Rockox (OEuvre de Rubens, n° 1035); il fit enfin l'épitaphe de l'illustre peintre. De son côté, Rubens témoigna toujours la plus vive affection pour son savant ami et le regardait comme un membre de sa famille. Nous n'en voulons d'autres preuves que les lettres que Rubens lui adressa, le 29 décembre 1628 et le 15 septembre 1629, dans lesquelles il fait appel à sa science pour parfaire l'éducation de son fils aîné et lui recommande, si la mort venait à frapper prématurément le père, d'être le tuteur de l'enfant. Rubens composa pour la famille Gevaerts un monument funéraire (OEuvre de Rubens, n° 1363); c'est sur les données de Gevartius qu'il composa le frontispice des OEuvres de Goltzius (OEuvre de Rubens, n° 1272); il lui dédia la gravure de son paysage avec la tempête d'Énée (OEuvre de Rubens, n° 1169) et peignit son portrait (OEuvre de Rubens, n° 958). En 1617, lorsqu'il habitait Paris, Gevartius apprit à connaître Peiresc qui, à cette époque, dut y séjourner à différentes reprises. En 1619, Rubens sollicita l'intervention de son compatriote, dont il venait probablement de faire la connaissance, pour obtenir, par l'intervention de Peiresc, le privilège en France pour ses gravures, comme il venait de l'obtenir dans les Pays-Bas. Gevartius s'est acquitté avec succès de la tâche qu'il a acceptée et Peiresc lui envoie, avec sa lettre du 25 octobre 1619, le document sollicité. Le savant français profite de l'occasion pour exprimer le désir d'entrer en relation avec Rubens, connu déjà comme artiste et comme collectionneur d'antiquités. Voilà comment les deux hommes éminents entrèrent en correspondance et jetèrent les fondements d'une amitié durable et féconde en heureux résultats pour tous les deux. Le texte du privilège obtenu par Peiresc pour Rubens est publié dans le Bulletin Rubens, t. III, p. 193, et reproduit par nous plus haut, p. 208. Jérôme Aleandro ou Aléandre, qu'on appelle le Jeune, pour le distinguer de son oncle le Cardinal Jérôme Aléandre, est une des personnalités les plus marquantes parmi les humanistes du commencement du XVIIe siècle. Il naquit à La Motte dans la Marche trévisane, en 1574, et fit ses études à Padoue. [237] S'étant rendu à Rome, au moment où il s'était fait connaître par des poésies latines et italiennes et par un Commentaire sur le jurisconsulte Caïus, le cardinal Octave Bandini le prit pour secrétaire, ce qu'il fut pendant vingt ans. Le pape Urbain VIII l'attacha à son neveu le cardinal Barberini avec lequel il l'envoya en France. Il mourut le 9 mars 1629. Peiresc était en relations suivies avec Aléandre, qui avait de commun avec lui le goût des antiquités. Les lettres qu'il adressa au savant italien se conservent à la bibliothèque Barberine à Rome. Les Ignes festivi sont un poème de Gevartius sur les feux de St Jean qu'on avait allumés, en 1619, devant l'hòtel-de-ville de Paris. Le titre complet est: Ignes festivi pridie natalis divi Joannis Baptistae Lutetiae Parisiorum ante Curiam de more exhibiti 1619 Carmen. Parisiis 1619, in-4°. Le prince, dont parle Peiresc à la fin de sa lettre, est le prince de Condé qui avait été emprisonné, durant trois ans, à Vincennes et fut mis en liberté le 20 octobre 1619, cinq jours avant que la présente lettre fut écrite.

CXCVII RUBENS AU DUC WOLFGANG-GUILLAUME DE BAVIÈRE.(7 décembre 1619.)
[arrow up]

Serenissimo Signore.
Gia scrissi à Vostra Altezza Serenissima il parer mio circa l'ornamento del altar di S. Michele e remandai subito l'istesso dissegno indietro, notandovi sopra quella mutatione che mi pareva necessaria per il decoro del opera, ma di poi non ho inteso altro di parte di Vostra Altezza, de che mi rimetto alla sua commodita, che potrebbe forse haver distrattioni di maggior importanza. Non ho tralasciato fra tanto il travagliar attorno li due quadri della nativita di Cristo e del Spirito santo, li quali colla gracia divina ho ridotti a termine, che Vostra Altezza Serenissima sene pò servire ad ogni suo bene placito. Io spero chella restara non solo sodisfatta della ottima mia volunta in questi opere verso il suo servicio, ma ancora delle effetti. Vostra Altezza potra dar tal ordine, che pur li parera a proposito per levarli e nominarmi persona che li debba ricevere de mia mano. Et mi facera gracia d'impiegarmi in cose di suo [238] servicio e gusto, che non mancaro di servirla puntualmente mentre havero vita. Scrissi a Vostra Altezza un pezzo su del studio del gia Ducca d'Aerschot, che si trova da vendere in questa citta. Et ancorche per dir il vero, questa stagione non mi pare a proposito per trattar di simil bagatelle, ho pero voluto obedire a Vostra Altezza, che mi commando col ultima sua di mandarli la lista et inventario delle robbe contenute in questo cabinetto, che va quivi annesso. Il prezzo sarebbe qualque quaranta mille fiorini in circa di questa moneta di Fiandria à 20 piacq. per fiorino et a quel modo il compratore guadagneria poco, perche il costa quasi nulla di manco. Altro non ho per adesso si non di raccommandarmi humilissimamente nella bona gracia di Vostra Altezza Serenissima, alla quale baccio con tutto il core la Serenissima mano..
D'Anversa alli 7 di Decembre 1619.
Di Vostra Altezza Serenissimadevotissimo servitore

Pietro Pauolo Rubens
Publié par Harless. Archiv für die Geschichte des Niederrheins, VI. Cöln, 1867. — Rosenberg. Rubensbriefe, p. 56.

TRADUCTION.RUBENS AU DUC WOLFGANG-GUILLAUME DE BAVIÈRE.
[arrow up]

Sérénissime Seigneur.
J'ai déjà écrit à V. A. S. mon opinion au sujet des ornements de l'autel de St Michel et j'ai renvoyé de suite le dessin, en y indiquant les changements qui me semblaient nécessaires à l'ornementation de l'oeuvre. Mais depuis je n'ai plus rien appris de la part de V. A., toutefois je m'en remets à sa convenance; car peut-être est-elle occupée d'affaires plus importantes. En attendant, je n'ai pas laissé de travailler aux deux tableaux la Nativité du Christ et le Saint Esprit; avec la grâce de Dieu, je les ai terminés et V. A. S. peut, à son gré, les avoir à sa disposition. J'espère que V. A. sera satisfaite non seulement de ma bonne volonté à la servir, mais encore des résultats obtenus dans ces oeuvres. Elle peut donner, comme il lui plaira, l'ordre d'emporter les tableaux et me nommer la personne qui viendra les recevoir de ma main et elle me fera la faveur de m'employer à des travaux pour son service selon [239] ses goûts et tant que je vivrai, je ne faillirai pas à exécuter ponctuellement ses ordres. J'ai écrit à V. A. quelques détails sur le cabinet du feu duc d'Arschot qui se trouve à vendre en cette ville. A dire vrai, le temps ne me paraît pas bien favorable pour traiter de semblables bagatelles, néanmoins, voulant obéir à V. A. qui m'a ordonné, par sa dernière lettre, de lui envoyer la liste et l'inventaire des objets composant ce cabinet, j'annexe ces pièces à cette missive. Le prix en serait d'environ quarante mille florins, de vingt sous au florin, mais, à ce taux, l'acheteur ne fera pas grand bénéfice, car le tout a coúté environ ce prix. N'ayant autre chose à écrire pour le moment, je me recommande humblement aux bonnes grâces de V. A. S. et je lui baise la main de tout coeur.
D'Anvers, le 7 décembre 1619.
De V. A. S.le très dévoué serviteur

Pierre-Paul Rubens.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Les tableaux, dont Rubens annonce l'achèvement au duc de Neubourg, sont la Nativité du Christ ou plutôt l'Adoration des Bergers (OEuvre de Rubens, n° 149) et la Descente du Saint Esprit (OEuvre de Rubens, n° 353) destinés, tous les deux, à l'église des Jésuites de Neubourg, dont ils ornaient les deux autels latéraux. Ils furent cédés, en 1703, à l'électeur Jean-Guillaume pour la Galerie de Dusseldorf, d'où ils furent transférés, en 1806, à la Pinacothèque de Munich qui les possède encore. Dans leur exécution, Rubens se fit aider considérablement par ses élèves. Le cabinet du duc de Croy fut confié à Nicolas Rockox pour être vendu. Le père André Schott en avait dressé une liste et un catalogue plus explicite. Ce sont ces deux pièces que Rubens envoya au duc de Neubourg. D'après le texte de la présente lettre, la collection aurait été offerte en vente dans son ensemble. Elle ne trouva pas d'amateur. Dans sa lettre du 26 février 1622, Peiresc dit que Rockox a «la disposition du cabinet du feu M. le duc de d'Arschot.» D'une autre lettre, datée du 25 mai 1623, il ressort que Rockox n'était pas l'acquéreur du cabinet, mais qu'il intervenait seulement pour la vendre. Nous verrons plus loin comment cette vente se fit par parties plus ou moins considérables.

[240]
CXCVIII PEIRESC A GEVAERTS.(17 janvier 1620.)
[arrow up]

Monsieur.
J'ay receu voz deux pacquets du 20 Nov. et 20 Déc. et ay soigneusement rendu voz lettres à Monsr le Lieutenant civil et à M. Du Puy. J'ay escript à Angers à un de mes amys pour faire à Mr de la Porte la proposition dont vous m'escrivez. Je vous donneray advis de la responce aussy tost que je l'auray. J'ay veu Mr Haquius et luy ay offert de le servir si je puis comme je le feray trez volontiers pour l'amour de vous et pour son mérite. J'ay veu avec un grand plaisir l'inventaire dn cabinet de Monsr Rubenius, à qui je vous supplie de faire mes trez humbles remerciments, de tant d'offres de son honnesteté, qu'il m'a daigné faire, je le serviray de tout mon coeur en tout ce qu'il m'employera. Ne pouvant assez admirer la richesse de ses figures, je vouldrois bien pouvoir faire un voyage en ce païs là, pour en avoir la veüe, et surtout de cez belles testes de Cicéron, de Sénèque et de Chrysippus, dont je luy desroberois possible un petit griffonement sur du papier, s'il me le permettoit. Pour le cabinet du Duc d'Arscot je le vis en l'année 1606 et demeuray dix jours entiers à le visiter, de sorte que je sçay bien ce qui y est, j'avois ouy dire que Mr Rubenius l'avoit achepté, si non tout au moings le principal, ce seroit dommage qu'un si excellent recueil tombast en main de persone mal curieuse. Je suis bien aize que vous fassiez imprimer le Dynterus et crois que voz éloges des XII Caesars d'Austriche seront dignes de vous. Il me tarde que nous puissions voir bien tost l'un et l'autre ouvraige. L'épistre de Schonovius sera bientost imprimée avec son éloge de Mr Desselius dont je vous remercie et de ces aultres curiositez que vous y aviez joinct, mais principalement de l'offre que vous me faictes, du Chronicon Hannoniae M. S. que je ne refuseray poinct de voir, ains vous supplie de me l'envoyer s'il vous plaist, et lorsque je l'auray veu je le vous r'envoyeray fidèlement. Et vous priereray (sic) de me prester aussy ces histoires de Bourgogne M. S. S. et cez Généalogies de Brabant et de Bourgogne, pour les vous rendre tost aprez, mais il ne fault pas [241] accumuler trop de besoigne l'une sur l'aultre, et suffira pour astheure que vous m'envoyiez la Chronique de Hainault M. S. Je vous supplie de faire mes trèz humbles recommandations à vostre Mr Roccox et à Monsieur Miraeus, et les asseurer de mon trez humble service. J'ay aprins que Mr Miraeus avoit eu aultres fois une petite Chronique de l'Église de Verdun. Je vouldrois bien sçavoir s'il la encores, et si je ne la pourrois pas voir, car il m'obligeroit infiniment. Il me reste à vous dire que je vous envoie le livre de M. Aleander, et que je luy ay escript que vous m'aviez permis de luy escrire au premier jour, ce vous sera une semonce pour le faire si vous laviez oublié. Monsieur Pignorius m'a envoyé un pacquet de Mr Scriverius, et parceque je sais que vous estes amy de tous les deux, je le vous ay voulu adresser pour vous prier de l'envoyer audit Sr Scriverius, et de l'accompagner de vostre recommandation, afin qu'il face responce. Je m'asseure que vous le ferez, et aprez vous avoir renouvellé les asseurances de mon affection, je demeureray.
>
MonsieurVostre bien humble serviteur

de Peiresc
Il est faict mention de la Vie de Charles dernier Duc de Bourgogne escritte par Thomas Basin, evesque de Lisieux, et depuis patriarche de Jérusalem ou d'Antioche in partibus infidelium, qui se retira à Louvain, du temps du Roy Louys XI. Je vouldrois bien sçavoir si ce livre se trouve, et où est enterré ce prélat, quel est son épitaphe, que si vous trouvez ce tombeau je m'asseure que ce livre se trouvera dans les Archives de l'Église où il est enterré. Car il eust le soing d'envoyer une sienne apologie contre le Roy Louis XI à son Église de Lisieux pour y estre conservé dans les Archives.
De Paris, ce 17 Janvier 1620.
Adresse à Monsieur, Monsieur Gevartius, à Anvers.
Original à la Bibliothèque royale de Bruxelles. Mss. n° 5989, f° 106. Correspondance de Gevaerts. — Extrait de 15 lignes publié par Gachet, Op. cit, p. 2.

[242]
COMMENTAIRE.
[arrow up]

Monsieur Dupuy. Il peut s'agir de l'un ou de l'autre des deux frères Dupuy, Pierre et Jacques. Pierre naquit à Agen, le 27 novembre 1582. Il était l'ami du président de Thou et publia avec son frère Jacques et Nicolas Rigault les éditions des ouvrages du célèbre historien qui parurent en 1620 et en 1626. Pierre Dupuy, un des hommes les plus savants de son époque, fut successivement nommé conseiller du roi et garde de sa bibliothèque. Il écrivit plusieurs ouvrages pour défendre les droits et les libertés de l'église gallicane et pour soutenir les droits du roi de France sur diverses provinces, sans compter d'autres traités concernant l'histoire de son pays. Lorsqu'en 1626, Rubens cessa d'écrire régulièrement à Peiresc, ce fut avec Pierre Dupuy qu'il entretint, pendant plusieurs années, une correspondance quasi hebdomadaire dont ce dernier transmettait les parties essentielles à Peiresc. Pierre Dupuy mourut le 14 décembre 1651. Son frère Jacques lui fut un collaborateur érudit et utile. Il était prieur de St Sauveur et garde de la bibliothèque du roi; il aida son frère dans la publication de ses livres et en composa quelques-uns concernant l'histoire de France. Il rédigea le catalogue de la bibliothèque de de Thou. Il mourut le 17 novembre 1656. Monsieur de la Porte. Probablement Antoine de la Porte de Saint Martin. Né en Bretagne, il entra, en 1611, dans l'ordre des Carmes, fut nommé, en 1623, prieur du couvent de Poitiers, en 1626, de celui d'Angers et écrivit de nombreux ouvrages de dévotion. Monsieur Haquius. David Haex était le frère de la femme de Gaspar Gevartius. En 1620, il séjournait à Paris ou passait par là, en se rendant à Rome où il habitait à partir de 1621. Les têtes de Cicéron, de Sénèque et de Chrysippus. Comme nous l'avons déjà vu, Rubens avait rapporté d'Italie une tête antique de Sénèque. Les deux autres provenaient probablement des échanges faits avec Carleton. Le grand peintre fit reproduire les têtes de Cicéron et de Sénèque dans les douze bustes de philosophes, de généraux et d'empereurs grecs et romains (OEuvre de Rubens, nos 1215 et 1218). Dynterus. Il ressort de ce passage, qu'en 1620, Gevartius avait déjà formé le projet de publier la Chronique des ducs de Brabant d'Edmond De Dynter. Ce projet ne fut pas mis en exécution et plus de deux siècles durent encore s'écouler avant que l'ouvrage vît le jour. Il. fut publié, en 1854-1860, par Mgr. De Ram. Les Éloges des Césars d'Autriche. Gevartius ne fit pas imprimer à cette époque [243] ses éloges des Césars d'Autriche; il les fit paraître dans sa description de l'Entrée du Cardinal-infant Femand, à Anvers, en 1635 (Pompa Introitus, pp. 51 à 84). Les éloges des neuf derniers empereurs ont été réimprimés dans l'édition plantinienne des Icones Imperatorum de Hubert Goltzius (Anvers, 1645) pour servir de commentaire à leurs portraits gravés par Christophe Jegher. Schoonhovius. Jean de Schoonhoven, chanoine régulier à Groenendaal, près de Bruxelles, où il mourut en 1431. Auteur de plusieurs ouvrages mystiques, la plupart restés inédits. L'épître, dont parle Peiresc, est probablement l'Epistola Confortatoria désignée par Valère André, sous le titre d'Exhortatorium spirituale (Paquot IV, p. 251). La publication, dont il est question ici, semble ne pas avoir eu lieu. Monsieur Desselius. Valerius Andreas (Walter Driessens), de Desschel, se désignait parfois sous le nom de Desselius. Il naquit le 27 novembre 1588 et mourut à Louvain le 29 mars 1655. C'est l'auteur bien connu de la Bibliotheca Belgica et d'autres ouvrages se rapportant à l'étude du droit et des lettres. Miraeus. Albert Le Mire ou Miraeus, le célèbre historiographe, né à Bruxelles, en 1573, mort à Anvers en 1640. La manière dont son nom est mentionné dans la lettre de Peiresc, prouve que ce dernier entretenait des relations amicales avec le savant doyen de la cathédrale d'Anvers. Pignorius. Laurentius Pignorius (Pignoria), né à Padoue le 12 octobre 1571, savant archéologue, bibliophile et collectionneur de médailles, fut aumônier du couvent des religieuses de St Étienne à Padoue, devint chanoine à Trévise, en 1630, mourut le 13 juin 1631. Il entretint une correspondance très suivie avec Peiresc, dont une partie est publiée dans les Lettere d'uomini illustri (Venise, 1744, in-8°). Les lettres autographes de Pignorius à Peiresc, de 1602 à 1629, se conservent à la Bibliothèque nationale à Paris et 30 lettres de Peiresc à Pignorius se trouvent à la Bibliothèque de Carpentras. Scriverius. Pierre Schryver, célèbre philologue, né le 12 janvier 1576 à Haarlem, élève de Juste Scaliger, s'établit à Leyde et s'y occupa des lettres sans y remplir un emploi public. Il publia divers auteurs anciens et modernes, fit des vers latins et néerlandais, écrivit une description de la Hollande et de certaines de ses parties. Il mourut à Oudewater, le 30 avril 1660. Thomas Basin, né à Rouen, fut évèque de Lisieux sous Charles VII. Accusé, sous le règne de Louis XI, de favoriser les Anglais et les Bourguignons, il fut exilé et dépouillé de ses biens et de son évêché. Il se retira à Louvain où il professa le droit et alla depuis à Utrecht. Sixte IV le nomma vicaire de l'évèque de cette ville, David-le-Bourguignon, et lui accorda le titre d'archevêque de Césarée. Il mourut à Utrecht, le 30 décembre 1491, et c'est probablement dans cette ville qu'il fut enterré. La vie de Charles-le-Téméraire, [244] dont parle Peiresc, doit se trouver dans l'Histoire de mon temps (Res suo tempore Trajecti gestas), dont Antoine Mathaeus a publié un extrait dans le tome II de ses Analecta veteris aevi.

CXCIX JOHN WOLLEY A SIR DUDLEY CARLETON.( 8 février 1620. )
[arrow up]

Right honorable, my very good Lord.
According to yor Lo: command, in my passage through Antwerp, when I came from you, I repayred to Monsr Rubens, about the picture: and before this tyme, I would not have fayled, to have given yor Lo: an accoumpt of my proceeding therin, wth him, and in what case I found the said pictor; but my stay in this towne, after my arryvall, was not above three, or fouer houers, being imployed by my Mr in a busines wch concerneth his Maties service, some 4. or 5. dayes journey from hence, and it is but a fewe dayes, since I am returned back; this hath ben the only cause of my so longe sylence, for wch I moste humbly crave pardon of yor Lo: After I had made knowen the cause of my comming to him, by his speech and answer, I found him both willing, and desirous, to doe yor Lo: any service: and he desired me to give yor Lo: all humble thancks, for the care and paynes yor Lo: doth take in his busines, wch he shall not be able to deserve. After further talke had wth him, he brought me into a chamber, where the said pictor stood, and their I tooke a narrow view of it: I find it very much cracked, and spoyled, the couller in many places beeing come off, a goodth breadth: and there is more of it wch hangheth so gingerly upon the cloath, that wth the leaste touch that may be it falleth away also. In so much as in my opinion, (wch I muste confess is but small) the said peece, if it weare to be sould, as it is now so broken, would not yeald much money: but he esteemes it at £ 10 sterling, or some thing more, only to drawe coppies by it, confesseing wthall, that if it we are parfitt, it were worth about 50 or 60 £ sterling, to wch I answered, it is true, that it is some [245] thing broken, yet not so much, but that he who is so good a Master, might wth a little labor, repayer those faults, and make it good againe, (to wth said he, I doe thincke I could doe as much as any other, but neither I nor any man els is able to mende it). In wch opinion Mr Gorge Gage is also, whose advice I have desired aboute it, and he hath promised me, when he goeth for Antwerp, wch wilbe very shortly (beeing now recouvered againe of his sickness) to goe to Monsr Rubens howse, and see it; (over whome he hath more authority then any man I know) and he will deale wth him in such manner, as that yor Lo: shall have satisfaction. In the meane while I will tell yor Lo: that I found him no wayes willing to make any peece of his oune hand, or procure one of the hand of some other rare Master, wch sould be juste of that bignes, wthout adding to the said Pictor a good somme of money: Yet he is contented either to make the hunting of the woolfe him selfe, or gett done a conflicte, lanskips, prospectives, or flowers, by the beste Masters in these Countryes; and send it yor Lo: and what you thinck it may be more worth, then that he hath in his hands, he will be contented wth all; but if yor Lo: will have that of the woolfe, the posture of them, must be a good deale lesse then that yor Lo: hath at home, wherefore he thincks some one of the other would be more fitting, yet he will leave it to yor Lo: choise. I spake to Mr Wake aboute the money wch was payed for the passeing yor Lo: hangings, at Antwerp, who tould me he had not longe since receaved some parte of it, and that he would by his firste lre-give yor Lo: accoumpt thereofe. I have tould my Mr also of the Tapstrey hangings wch my Lady desireth, and their shalbe no indeavor spared, to procure them for her La: if they may be had in this toune. So desiring pardon for this bouldnes, I moste humbly take my leave.After the return of Mr Gage from Antwerp, I will take the bouldnes te write to you: Lo: againe, and inclose my Lo: Davers lere w. hin it.
From Bruxelles the 8 of February 1620 St° n°.
Yor Lo: moste humble and ever ready to be commanded

John Wolley.
Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Flanders 49. Publié en majeure partie par Noel Sainsbury. Op. cit., p. 50.

[246]
TRADUCTION.JOHN WOLLEY A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Milord.
En venant de Votre Seigneurie, je me suis rendu, à mon passage d'Anvers et selon ses ordres, chez Monsieur Rubens pour voir le tableau; je n'aurais pas manqué de vous faire déjà un rapport sur ce que j'ai traité là avec lui et de vous dire en quel état j'ai trouvé cette peinture, mais mon séjour en cette ville, depuis le moment de mon arrivée, n'a point dépassé trois ou quatre heures, étant occupé pour mon maître dans une affaire qui concerne le service de Sa Majesté, à quatre ou cinq journées de voyage d'ici; et c'est depuis quelques jours seulement que je suis revenu. C'est la seule cause de ce long silence, pour lequel j'implore le pardon de Votre Seigneurie. Après avoir fait part à M. Rubens du motif de ma visite, j'ai recueilli de sa réponse et de ses discours l'impression qu'il veut et désire rendre n'importe quel service à V. S.; il m'a prié de Vous présenter ses humbles remerciements pour les soins et les peines que V. S. s'est donnés pour son affaire et dont il ne saurait Vous exprimer assez sa gratitude. Après quelques moments d'entretien, il me conduisit dans une pièce où se trouvait la susdite peinture que je pus examiner de près. Je la trouve très crevassée et abimée; en maints endroits, la couleur s'est écaillée sur une bonne largeur et plus d'une de ces écailles est attachée si faiblement à la toile, qu'au moindre attouchement elle doit s'en détacher. Pour autant que je puisse en juger — et j'avoue que ma compétence est faible — cette pièce, si elle devait se vendre, dans l'état de détérioration où elle se trouve aujourd'hui, ne se paierait pas un grand prix. Cependant, M. Rubens l'estime 10 £ sterling ou même quelque chose de plus, uniquement pour en tirer des copies: il avoue toutefois que si l'oeuvre était intacte, elle vaudrait de 50 à 60 £ sterling. Je répondis à cela: il est vrai qu'elle est assez détériorée; toutefois elle ne l'est pas tant que, lui, un si excellent maître, ne pourrait, avec un peu de travail, réparer ces défauts et en faire derechef un bon tableau. A quoi M. Rubens me répliqua: Je crois que je puis faire autant qu'un autre; mais ni moi, ni personne ne serait capable de restaurer ceci. M. George Gage, dont j'ai voulu avoir l'avis là-dessus, est de la même opinion; à son voyage à Anvers qui aura lieu bientôt, car il est rétabli de sa maladie, il m'a promis de se rendre chez M. Rubens, sur lequel il a plus d'autorité que personne, de tout y voir et de traiter avec lui de telle façon que V. S. en soit satisfaite. En attendant, je dois dire à [247] V. S. que j'ai trouvé le peintre se refusant absolument à exécuter une oeuvre de sa main ou à faire exécuter par la main de quelqu'autre maître de renom, une pièce ayant exactement cette dimension, sans que l'on ajoutât au tableau offert une bonne somme d'argent. Il est disposé aujourd'hui soit à peindre, de sa main, une Chasse au Loup, soit à faire faire un combat, des paysages, des perspectives, des fleurs, par les meilleurs artistes de ce pays et de les envoyer à V. S. et ce que vous estimerez le tableau fourni par lui valoir plus que celui que vous lui avez envoyé, il s'en contentera. Cependant si V. S. désirait la Chasse au Loup, la dimension serait notablement inférieure à celle que V. S. possède déjà; aussi M. Rubens. est d'avis qu'une oeuvre d'un de ces autres maîtres Vous conviendrait davantage; mais il laisse le tout à votre choix. J'ai parlé à M. Wake de l'argent payé à Anvers pour le port des tapisseries de Votre Seigneurie. Il m'a dit que depuis peu il en a reçu une partie et que, dans la première lettre qu'il Vous écrira, il en rendra compte. J'ai parlé également à mon maître des tapisseries que Milady désire et je n'épargnerai aucune peine de les lui procurer s'il y a moyen de les trouver dans cette ville. En demandant pardon pour la liberté prise, je prends humblement congé. Après le retour de M. Gage d'Anvers, je prendrai la liberté de Vous écrire de nouveau et de joindre à ma lettre celle de Mylord Danvers.
De Bruxelles, le 8 février 1620, style nouveau.
De Votre SeigneurieLe très humble et très obéissant serviteur

John Wolley.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

John Wolley, l'auteur de cette lettre, était le porteur des dépêches de William Trumbull; en 1623, il devint son secrétaire. Le tableau qu'il a vu chez Rubens est la Création par le Bassan, dont nous avons déjà entendu et dont nous entendrons encore parler maintefois. Rubens, à qui l'on avait demandé un de ses tableaux ou un tableau d'un autre maître en échange de la peinture italienne, offre une Chasse aux Loups de moindre dimension que celle que possédait Carleton, ou bien une piéce qu'il commanderait à un autre maître. On verra plus loin que Carleton choisit pour son ami Lord Danvers, non pas une Chasse aux Loups, mais une Chasse aux Lions par Rubens.

[248]
CC RUBENS A PIERRE VAN VEEN.(11 mars 1620.)
[arrow up]

Molto Illusre Sigr mio Ossermo.
Ho ricevuto dal Eccto Sigr Ambasciator Carlethon l'atto di prohibitione della Sigi. Stati chè è stato carissimo perche spero ch'avera il medesimo effetto in questa forma come in quella di privileggio. Certo io confesso d'haver un gran obligo à V. S. in questo negocio poiche non solo colla sua diligenza ma anco con quella replica cosi destra et à proposito ha dato il colpo peremptorio a tutte le difficulta che se li opponevano. Io vorrei poterla riservire et mi stimerei felice se V. S. mi desse della occasioni di poterlo fare che non mancarei di mostrarmi grato piu colle effetti che colle parolle, ma de çio mi rimetto à tempo e loco. Toccante quel miserone chella mi dice mi remitterî à quanto lei consigliara, perche potendo far di manco senza alcun pregiudiçio per l'avenire io non vorrei buttar le cose mie a che nolle merita perche dar poco a un personnagio di quel grado esset contumeliae proximum. Ma sopra cio aspettaro piu certo aviso di V. S. Col Sigr Ambasciator mi governaro come lei mi dice havendo ancor delle altre occasioni in mano di poterli riservire. Le stampe V. S. potra lasciarle dove sono, poiche habbiamo ottenuto la nostra intentione et usciranno colla gratia divina ben presto delle altre meglio riuscite. Et con questo baccio à V. S. mille volte le mani et la ringratio di vero core per quanto ha mostrato di passione et affetto in favor mio.
D'Anversa alli di 11 Marzo 1620.
Di V. S. molto IIIreServitor affettmo

Pietro Pauolo Rubens.
Adresse:Erentfeste Wyse VoorsinnigheHeer Mynheere Pieter van Veen Pensionnarisints Graeven Haghe.
Original à la Bibliothèque royale de Bruxelles, Département des Manuscrits. Publié et traduit par M. Henri Hymans, dans le Bulletin de l'Académie royale des Sciences, etc., 63e année, 3me série, tome 27. N° 1, p. 187, et dans Lucas Vorsterman, p. 279.

[249]
TRADUCTION.RUBENS A PIERRE VAN VEEN.
[arrow up]

Très illustre et honoré Seigneur.
J'ai reçu de Son Excellence, l'ambassadeur Carleton, l'acte prohibitif de Leurs Seigneuries les États, lequel m'est fort agréable, car j'espère qu'il aura, sous cette forme, la même valeur qu'un privilège.Je reconnais, certes, Vous devoir une bien vive obligation pour cette affaire, non seulement à cause de la promptitude avec laquelle elle a été menée, mais aussi pour la réplique, aussi habile que formelle, qui a porté le coup péremptoire aux difficultés qu'on Vous objectait. Je voudrais pouvoir à mon tour Vous être utile et m'estimerai heureux des occasions que Vous me procurerez de pouvoir témoigner ma gratitude par des actes plutôt que par des paroles. Mais ceci se fera en temps et lieu. Pour ce qui concerne le rapace (1)((1) Le personnage ainsi qualifié ne peut être que Junius, secrétaire du Prince d'Orange, que Rubens, dans une lettre du 30 septembre 1623, publiée par Gachard (Histoire politique et diplomatique de Pierre-Paul Rubens, p. 24), représente comme un homme très vénal et «acceptant des deux mains» (Note de M. H. Hymans).) dont Vous faites mention, je me conformerai à vos avis. Si je pouvais lui présenter moins, sans préjudice pour l'avenir, je ne voudrais donner mes choses à qui ne les mérite; d'un autre côté offrir peu à un personnage de cette qualité esset contumeliae proximum. Mais enfin, en ce qui le touche, j'attendrai de plus amples indications. Pour le seigneur Ambassadeur, je me comporterai comme vous me le dites, ayant, au surplus, d'autres occasions de pouvoir lui montrer ma reconnaissance. Laissez les estampes où elles sont, puisque nous avons atteint notre but, et, par la grâce divine, il en paraîtra bientôt d'autres et de meilleures (2).((2) Voir pour l'explication de cette lettre les commentaires fournis sur celle du 23 janvier 1619.) Sur ce, je baise mille fois les mains à Votre Seigneurie et la remercie de tout coeur du zèle et de l'affection qu'elle a témoignés en ma faveur.
D'Anvers, le 11 mars 1620.
De Votre Seigneurie illustre le serviteur affectionné,

Pierre-Paul Rubens.
Adresse: Au très honorable savant et prudent seigneur Monsieur Pierre Van Veen, pensionnaire, à La Haye.

[250]
CCIINCONNU AU COMTE THOMAS D'ARUNDEL.(17 juillet 1620.)
[arrow up]

Très illustre comte et révéré patron,
Aussitôt après mon arrivée dans cette ville, j'ai présenté la lettre de Votre Seigneurie à Monsieur Rubens, le peintre, qui l'a reçue et lue avec des marques évidentes de satisfaction. Je Vous donne sa réponse: «Quoique, dit-il, j'aie refusé d'exécuter les portraits de bien des princes et de bien des gentilshommes, spécialement du rang de Sa Seigneurie, cependant je me crois tenu d'accepter de Monsieur le Comte l'honneur qu'il me fait en demandant mes services, le regardant comme un évangéliste pour le monde de l'art, et comme le grand protecteur de notre état, » et après d'autres semblables paroles aimables et polies, il se mit à faire des arrangements en vue de la séance de Milady pour le lendemain. Il a déjà esquissé le portrait de Madame la Comtesse, avec Robin son nain, son fou et son chien. L'esquisse demande cependant encore quelques légères retouches qu'il fera demain et le jour suivant. La Comtesse quitte la ville, avec l'intention de passer la nuit à Bruxelles. Il arriva que lorsque Rubens voulut se mettre à l'oeuvre, il ne put trouver dans le moment une toile suffisamment grande à son gré. C'est pourquoi, ayant dessiné les têtes dans leur forme définitive, il ébaucha les poses et les draperies sur le papier, et fit séparément le dessin du chien; mais il a fait préparer une toile de la grandeur requise, et fera lui-même la copie de ce qu'il vient de faire pour l'envoyer à Votre Seigneurie avec les esquisses originales. Il a assuré à la Comtesse qu'il ne peindra personne si ce n'est sur votre recommandation. Van Dyck habite avec Rubens, et ses ouvrages commencent à être presque aussi estimés que ceux de son maître. C'est un jeune homme de vingt et un ans, ses parents habitent cette ville et sont fort riches; il sera difficile de le décider à quitter, d'autant plus qu'il remarque quelle immense fortune Rubens amasse (1).((1) Hookham Carpenter donne le texte original du dernier alinéa. Op. cit., p. 7, en note: «Van Deick sta tuttavia con il Sigr. Rubens e viene le sue opere stimate pocho meno di quelle del suo maestro. E giovane de vintiun anno, con padre et madre in questa citta molto ricchi; di maniera che è difficile, che lui si parta de queste parti; tanto più che vede la fortuna nella quale è Rubens.»)
Original appartenant au duc de Norfolk. Publié en anglais dans History and Antiquities of the Castle and Town of Arundel, including the Biography of its Earls from [251] the Conquest to the present time, by the Rev. M. A. Tierney. 2 vol. in-8°, Londres 1834, vol. 2, pp. 489-490. — Réimprimé en anglais dans Hookham Carpenter. Op. cit., p. 6, et en français dans la traduction de l'ouvrage de Hookham Carpenter, par Louis Hymans, p. 9.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Le tableau, dont il est question dans cette lettre, est le portrait du Comte et de la Comtesse Thomas d'Arundel, qui se trouve dans la Pinacothèque de Munich (OEuvre de Rubens, n° 888). Ce tableau contient non seulement les portraits de la Comtesse d'Arundel, de son nain, de son fou et de son chien, mais encore celui du Comte d'Arundel. Il est visible par la place secondaire que ce dernier occupe dans le tableau et par le ton effacé dans lequel il est peint, qu'il a été introduit après coup dans la composition. Le dernier alinéa, se rapportant à Antoine Van Dyck, est fort important pour l'histoire du plus grand des élèves de Rubens. Il prouve de quelle estime le jeune maître, qui était alors âgé de vingt-et-un ans, jouissait déjà dans le monde des connaisseurs de son pays et de l'étranger; il nous apprend en outre que Van Dyck habitait chez Rubens et que, à cette époque déjà, on faisait des démarches pour l'attirer en Angleterre. Contrairement à l'attente de l'auteur de la présente lettre, ces démarches furent bientôt couronnées de succès. En effet, une ordonnance de paiement sur le trésor public de l'Angleterre, datée du 16 février 1621, alloue une somme de 100 livres sterling à Antoine Van Dyck en récompense de services spéciaux rendus par lui à Sa Majesté le roi Jacques I. Le 28 du même mois, un passeport est accordé à Antoine Van Dyck «serviteur de Sa Majesté» pour s'absenter de l'Angleterre pendant huit mois. ((1) Hookham Carpentér. Op. cit., pp. 9 et 10.)

[252]
CCII RUBENS AU DUC WOLFGANG-GUILLAUME DE BAVIÈRE.( 24 juillet 1620. )
[arrow up]

Serenissimo Signore.
Ritrovandomi questi giorni passati à Brusselles, intesi con molto mio gusto dal commissario Oberholtzer, che li due quadri mandati ultimamente à Vostra Altezza erano capitati à salvamento, ben mi dispiacque al incontro d'intendere cherano riusciti troppo corti secondo la proportione del ornamento già posto al suo loco, il qual errore però non procede d'alcuna mia negligenza ò colpa ò per essersi mal intese le misure, come appare per il dissegno mandatomi da Vostra Altezza, il quale ancora mi ritrovo in mano et ha 16 piedi di Neoburgh d'altezza e 9 piedi di largezza essendovi ancora notata la misura del piede de Neoburgh, le quali misure si confrontano in tutto e per tutto colli telari sopra li quali furono attaccati questi quadri, che ancora sono in essere, pur mi consola, che spero la differenza non esser tanto grande, che non si possa facilmente rimediarvi con aggiungere qualque cosetta d'alto ò da basso al ornamento, che senza pregiudicio della bona simmetria supplirà à questo diffetto. Et si Vostra Altezza sarà servita di farmi sapere quanta sia la differenza, io m'offerisco a far un dissegno secondo la mia fantasia del modo che mi parerà il più opportuno da potervi rimediare.
Altro non ho per adesso che bacciar a Vostra Altezza Serenissima humilmente le mani et offerirmi devotissimo suo servitore.
D'Anversa alli 24 di Giulio 1620.
Parve a tutti quelli que videro questi quadri in casa mia, essere la loro proportione troppo svelta et che sarebbono comparse meglio le fatiche impiegatevi in minor altezza, pur la necessità del sito scusa questo.
Di Vostra Altezza Serenissimahumilissimo servitore

Pietro Pauolo Rubens.
[253] Adresse: Al Serenissimo Wolfgango Guilhelmo per la Gracia di Dio Conte Palatino Ducca di Baviera Bergh Cleves etc.a Neoburgh.
Publié par Harless dans Archiv für die Geschichte des Niederrheins, VI. — Rosenberg. Rubensbriefe, p. 57.

TRADUCTION.RUBENS AU DUC WOLFGANG-GUILLAUME DE BAVIÈRE.
[arrow up]

Sérénissime Seigneur.
Me trouvant à Bruxelles ces jours passés, j'appris à ma grande satisfaction, du commissaire Oberholtzer, que les deux tableaux envoyés dernièrement à Votre Altesse étaient arrivés en bon état; mais en revanche, j'entends avec regret qu'ils sont trop courts en proportion de l'encadrement orné déjà mis en place. Toutefois cette erreur ne provient d'aucune négligence ou faute de ma part; elle n'a point pour cause une méprise sur les mesures, comme le prouve le dessin que V. A. m'a envoyé et que je possède encore; or, il porte 16 pieds de Neubourg pour la hauteur et 9 pieds de largeur, et l'on y voit notée la mesure du pied de Neubourg. Ces mesures concordent toutes, exactement, avec les châssis sur lesquels les toiles ont été tendues et qui existent encore. Mais je me console par l'espérance que la différence ne doit pas être si grande que l'on ne puisse aisément y remédier en ajoutant soit en haut, soit en bas à l'encadrement, l'une ou l'autre petite chose qui couvrirait la lacune, sans nuire à la bonne symétrie de l'ensemble. Si V. A. veut bien me faire savoir de combien est la différence, je m'offre à dessiner, d'aprés mon idée, un projet qui me semblerait le plus propre à remédier au défaut.
N'ayant plus rien à dire en ce moment, je baise très humblement les mains de V. A. S. en me disant son très humble serviteur.
D'Anvers, le 24 juillet 1620.
Tous ceux qui ont vu les deux tableaux chez moi, s'accordent à dire qu'ils sont de proportion trop svelte et que s'ils étaient diminués de hauteur, on verrait mieux apparaître le travail que ces toiles ont coûté. Toutefois les exigences du lieu sont l'excuse de ce qui a été fait.
De Votre Altesse SérénissimeLe très humble serviteur

Pierre-Paul Rubens.
[254] Adresse: Au Sérénissime Wolfgang-Guillaume, comte palatin, duc de Bavière, Bergh, Clèves, etc. à Neubourgh.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Les deux tableaux dont il s'agit, sont l'Adoration des Bergers et la Descente du Saint Esprit dont il a déjà été question dans la lettre du 7 décembre 1619, adressée par Rubens au duc de Neubourg.

CCIII JEAN VANDEN WOUWER A BALTHASAR MORETUS.(1 octobre 1620.)
[arrow up]

Amicisse Eruditissimeq. Amicorum.
Exiguum ad munus, sed magni viri imaginem mitto. Nuper hoc addixeram, cum aedificationis vestrae splendorem adaugere conabamur, et aeternae Typographiae vestrae in laudes efferebamur. Gaudebam sane intimo corde, cum contemplarer immortalis virtutis, incomparabilisque memoriae Plantinum avum tuum, tam digno heredi illa parasse, quae orbis universus semper laudat, perpetimq. admiratur. Macte, Morete amantisse, et stirpis vestrae gloriam industria, eruditione atque ista quoque exstructionis elegantia perge augere. Sed o felicem hanc quoque nostram Antverpiam duobus praecipue civibus, Rubenio, Moretoque! Utriusque aedes spectabunt exteri, admirabuntur advenae; nos favore et amore tam carorum capitum felicitatem aeternum prosequemur.
Salve Dulcisse Amicorum
. Antverpiae Kal. Octob. M. D. CXX.
Vere adfectudeditissimus

Jo. Woverius Antverp.
(Au dos de la main de Balthasar Moretus:)Jo. Woverius de nova domus meae structura.
Archives du Musée Plantin-Moretus. Lettres reçues T-Z, p. 493.

[255]
TRADUCTION.JEAN VAN DEN WOUWER A BALTHASAR MORETUS.
[arrow up]

Cher Ami,
Je vous envoie, à titre d'humble cadeau, le portrait d'un grand homme, je vous l'avais promis, il y a peu de temps, lorsque nous voulions contribuer à augmenter l'éclat de votre construction et lorsque nous chantions les louanges de votre immortelle typographie. Je me réjouissais du fond de mon coeur de ce que Plantin, votre aíeul, d'incomparable mémoire avait préparé pour un si digne héritier, ce que l'univers entier ne cesse de louer et admirera toujours. Courage, mon très cher Moretus, continuez à augmenter la gloire de votre famille par votre talent, par votre érudition et aussi par la beauté de la construction que vous élevez. Bienheureuse aussi est notre ville d'Anvers qui peut se glorifier principalement de deux de ses citoyens, Rubens et Moretus. Les étrangers contempleront les demeures de l'un et de l'autre, les touristes l'admireront. Quant à nous, nous nous efforcerons éternellement de mériter la faveur et l'amitié de deux hommes tant aimés.
Adieu, mon très cher ami.
Anvers, le 1r octobre 1620.
Votre tout dévoué et affectueux

Jean Woverius d'Anvers.
Au dos de la main de Balthasar Moretus: Jean Woverius à propos des nouvelles constructions dans ma maison.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Le portrait de l'homme illustre que Woverius envoie à Balthasar Moretus, est celui de Juste Lipse. Il orne encore la salle du Musée Plantin-Moretus qui, depuis des siècles, porte le nom de Chambre de Juste Lipse. Le savant professeur est représenté tenant de la main droite un livre entr'ouvert et posant la gauche sur la tête d'un petit chien. Le tableau porte l'inscription: Aetatis 38 A° 1585 et la devise de Juste Lipse: Moribus antiquis. Nous avons relaté ailleurs l'histoire des bâtiments de l'imprimerie Plantinienne, actuellement le Musée Plantin-Moretus (Catalogue du Musée Plantin-Moretus, pp. XIV à XVII). Résumons la brièvement ici. En 1576, Plantin loua une grande maison située dans la Rue Haute, à Anvers, où il vint s'établir. Derrière la maison s'étendait un jardin qui, par une porte de derrière, avait une issue sur le Marché de Vendredi. Au mois de novembre de la même [256] année, il acheta la moitié de cette propriété, comprenant le jardin et quelques bâtiments qui le bordaient du côté du Marché de Vendredi. En 1579, il y construisit son atelier d'imprimerie; de 1578 à 1580, il fit bâtir, sur la partie de son jardin qui longeait la rue du Saint Esprit, trois maisons qu'il loua à diverses personnes. Jean Moretus acheta, en 1608, l'une de ces trois maisons; Balthasar Moretus acquit les deux autres en 1620. Dans la même année, ce dernier fit élever, sur le derrière de ces trois maisons, un bâtiment formant depuis lors un des quatre côtés de la superbe cour de l'imprimerie plantinienne; un des trois autres côtés était formé par l'habitation de la famille, un second par le bâtiment de l'imprimerie, le troisième était bordé en partie par des constructions secondaires et ne fut complété qu'en 1637, par la construction de la Chambre des Correcteurs et de la galerie couverte adjacente. Balthasar Moretus fit en outre restaurer, en 1620, les parties anciennes de l'édifice et y apporta des embellissements considérables.

CCIV PEIRESC A GEVAERTS.(3 octobre 1620.)
[arrow up]

Monsieur.
J'ay receu vostre despeche du 30 Aoust et ay rendu moy mesmes au P. Fronton le pacquet qui luy estoit adressé que je pensois estre de vous, mais il se trouva d'un autre qu'il ne cognoissoit pas. L'autre je l'envoyai par un des miens. La Chronique de Hainault n'est pas ce que je m'estois imaginé et le meilleur y manque, c'est à dire la suitte plus voisine du temps du compilateur, mais je ne laisseray pas encores de la voir volontiers. Et pour celle du cordelier Jacques de Guise, je payerois volontiers la coppie du troisième tome, si elle se pouvoit faire à prix honneste. Quant à la Chronique de Verdun, j'ay faict voir à M. de Cordes ce que vous m'en escrivez, lequel a esté ravy en admiration disant ne sçavoir que c'estoit, pour ne l'avoir jamais veue.M. le lieutenant civil a esté confirmé Prévost des Marchands pour deux autres années, avant que faire son ambassade en Suisse. Je ne l'ay encores peu voir depuis la réception de vostre lettre pour luy faire pb facs="#drucke_ed000021-1b_00279" n="257"/>vos compliments, bien les ay-je faicts envers tous les autres que vous désiriez, fors que envers M. Rigault, pour ne l'avoir peu rencontrer, ne par conséquent lui rendre les planches de Mr Rubenius pour les mettre en la bibliothèque. En ceste saison un chascun est aux champs en vendanges. Cependant je me tiens bien obligé à Monsieur Rubens de la faveur qu'il ma faict de m'envoyer un exemplaire de si belles pièces qui sont admirées de pardeça de tous ceux à qui je les ay monstrées. Mais je suis bien plus glorieux de la promesse qu'il me faict des desseins des testes de Cicéron, Sénèque et Chrysippe. Je n'appréhende si ce n'est que ce soit trop de besoigne, et que je n'aye pas de quoy m'en revancher en son endroict; bien en chercheray-je tous les moyens à moy possibles. M. du Puy vous escript sur les reproches que je luy ai faictes de vostre part de son silence. Il fault qu'il se soit perdu quelque lettre mienne, car je vous avois adverty de ce que un mien amy avoit traicté avec Mr le Commandeur de la Porte, lequel disoit estre bien contant de préférer vostre parent à un autre en luy faisant pareille condition, pour raison de quoy il devoit envoyer bien tost quelqu'un des siens sur les lieux. Je ne sçay ce qui en aura esté faict, bien ay-je ouy dire depuis, qu'il avoit changé ceste pièce pour quelque autre, comme telles obtions sont fréquentes en son ordre. Vous debvez sçavoir si cela est. On attend icy bien tost la Roy ne mère et si luy y vient, j'en sçauray de plus fraisches nouvelles.Je vous remercie du soing que vous avez eu de Thomas Basin et vous supplie de continuer et que nous ayions bien tost vos XII Césars. Au surplus, il s'est découvert un monument d'antiquité du tout excellent, où est représentée l'Apothéose de l'Empereur Auguste, avec les images de Jules César, de Marcellus, du fils de Germanicus, habitu Cupidinis, dans le Ciel, et de Tibere en Terre, avec Livia, Germanicus, Antonia, Agrippina, Galigula (sic), Drusus, fils de Tibère et Livilla, et neuf ou dix figures de nations captives. Il y a bien à estudier. Mais principalement sur ce que Marcellus est à cheval sur un Pégase. Pensez-y, je vous prie, et m'employez en ce que me cognoistrez propre pour vostre service, comme
MonsieurVostre très humble serviteur

de Peiresc.
[258] Je vous supplie de faire mes trez humbles recommandations à Mr Rubens et à Mr Miraeus.
De Paris, ce 3 octobre 1620.
(Note de Gevaerts, à la fin, se rapportant à la Chronique de Verdun:)Chronicon Verdunense, auctore Laurentio Leodiensi, monacho caenobii Sancti Victoris apud Virdunum. Exstat ibidem M. S. Illud dedit amico cuidam Parisiensi (1).((1) La Chronique de Verdun, écrite par Laurent de Liège, moine du couvent de Saint Victor, auprès de Verdun. Le manuscrit se trouve encore dans ce couvent. Il l'a donné à un ami de Paris.)
Adresse: A Monsieur Gevartius, chez Mr Nicolas Bax, marchand, rue de Hoochstrate, à l'enseigne de la Halle de Turnhout à Anvers.
Autographe de Peiresc à la Bibliothèque royale de Bruxelles, Ms. 5989, f° 110, Correspondance de Gevartius. Publié en partie (13 lignes: «Bien ay faict vos complimens — à moy possibles» par M. Gachet. Op. cit., p. 3.

COMMENTAIRE.
[arrow up]

Le père Fronton (Fronton du Duc), jésuite, né à Bordeaux en 1558, professa la rhétorique et la théologie dans plusieurs collèges de son ordre, fut nommé bibliothécaire à Paris, en 1604, mourut dans la même ville, le 25 septembre 1624. Ses principaux travaux littéraires consistent en éditions de divers pères de l'église grecque. Le cordelier Jacques de Guise, moine franciscain, né à Mons, en Hainaut, vers 1334, écrivit six livres de Annales Hannoniae son Chronica illustrium principum Hannoniae ab initio rerum usque ad annum Christi 1390, dont trois furent publiés en français à Paris, en 1571, sous le titre de Les Illustrations de la Gaule Belgique. Il mourut à Valenciennes, le 6 février 1399. M. de Cordes. Jean de Cordes, né à Limoges en 1570, chanoine de Limoges, abbé de Mausac, était un bibliophile distingué et écrivit plusieurs ouvrages historiques. Il mourut à Paris, en 1642. Il avait réuni une bibliothèque de choix qui fut achetée par le Cardinal Mazarin, et forma le noyau de la bibliothèque Mazarine. Monsieur Rigault. Nicolas Rigault, philologue, naquit à Paris en 1577. Après la mort de Casaubon, il fut nommé garde de la bibliothèque du roi. [259] Il publia une édition des oeuvres de Tertullien et plusieurs autres ouvrages d'érudition. En 1633, il entra dans la magistrature. Il mourut à Toul, en 1654. Les planches, dont il est question ici, doivent être les premières gravures que Rubens fit faire, d'après ses tableaux, par Lucas Vorsterman. L'Apothéose de l'empereur Auguste. C'est le Camée de la Sainte Chapelle de Paris, actuellement au cabinet des médailles de la bibliothèque nationale de Paris et appellé communément Gemma Tiberiana. Les explications données des personnages et des événements reproduits sur cette pierre célèbre entre toutes, diffèrent beaucoup. Rubens la fit graver dans la suite de ses Camées (OEuvre de Rubens, n° 1220). Nous en entendrons encore parler dans les lettres de Peiresc à Rubens et y reviendrons.

CCV WILLIAM TRUMBULL A SIR DUDLEY CARLETON.(27 octobre 1620.)
[arrow up]

My Lord.
Mr Mathew is nowe absente at Leege, so that I cannott speake to him about yor L: picture made by Rubens: but I have written to him, and sente that yor L: was pleased to authorise me to open. Either by both, or one of us yor L: shall have that busines done wth all possible care and circumspection
Yor L: most affectionate and humble servante

W. Trumbull.
From Bruxelles this 17/27 October 1620.
Original: Londres, Public Record Office. Foreign State Papers. Flanders 49. Publié par Noël Sainsbury. Op. cit., p. 51.

TRADUCTION.WILLIAM TRUMBULL A SIR DUDLEY CARLETON.
[arrow up]

Milord.
Mr Mathew est en ce moment à Liège, de sorte que je ne puis lui parler du tableau fait par Rubens pour V. S. Mais je lui ai écrit et lui ai envoyé [260] ce que Vous m'avez autorisé à ouvrir. Soit par tous deux, soit par l'un de nous, cette affaire sera traitée pour V. S. avec tout le soin et la prudence possibles.
Votre très affectionné et très humble serviteur

W. Trumbull.
Bruxelles, le 27 octobre 1620.

CCVI WILLIAM TRUMBULL A SIR DUDLEY CARLETON.(16 novembre 1620.)